Share on Facebook

21 secrets santé que votre intestin essaie de vous dire

Votre système digestif est-il une source constante de problèmes et de douleurs? Apprenez à écouter votre intestin en sachant reconnaître et gérer ces symptômes persistants.

1 / 22

L’importance d’un intestin en bonne santé.DR_MICROBE/GETTY IMAGES

L’importance d’une bonne santé intestinale

Il est plus important qu’on ne le croit d’avoir des intestins en bonne santé. En fait, un microbiome intestinal sain pourrait même prolonger votre espérance de vie. Si vous êtes sujet à l’un des problèmes de digestion qui suivent, il n’est pas nécessaire d’en souffrir. Voyez comment le gérer en suivant les conseils des experts.

Voici quelles sont les maladies déclenchées par un déséquilibre de la flore intestinale.

2 / 22

Les probiotiques pourraient soulager votre intestin.Helena Nechaeva/Shutterstock

Il faut prendre un probiotique

Les probiotiques pourraient soulager les troubles gastriques tels que ballonnement, gaz, constipation, diarrhée et même reflux gastrique. «Leur prise quotidienne renforce et régénère le microbiome en rétablissant la flore intestinale et en stimulant la digestion, la production de vitamines, l’absorption de minéraux, le système immunitaire et le métabolisme», explique le Dr Frank Lipman, auteur et fondateur de Be Well et du Eleven Wellness Center, New York.

Le microbiome intestinal contient de bonnes bactéries qui agissent sur la santé digestive et qui sont stimulées par la consommation de yogourt et d’aliments fermentés comme la choucroute, le kimchi ou le kéfir, ou par un supplément quotidien de probiotiques. «Selon les recherches actuelles, choisissez un probiotique qui possède un grand nombre de souches bactériennes différentes», précise Erika Angle, biochimiste et PDG d’Ixcela, qui analyse la relation entre le microbiome et la performance chez les athlètes. «Les probiotiques contournent la théorie darwinienne en donnant des chances égales de survie aux espèces, et un microbiome plus équilibré et plus diversifié.»

Apprenez à faire la différence entre les prébiotiques et les probiotiques.

3 / 22

Trop d’éléments chimiques peut être nocif pour votre intestin.KIRA GARMASHOVA/SHUTTERSTOCK

Trop d’éléments chimiques

Une recherche de 2017 d’Environmental Pollution explique que la dysbiose du microbiote intestinal peut être causée par des polluants environnementaux. «Une douleur intestinale ou un transit inhabituels sont souvent le signe d’une dégradation du microbiome», explique Erika Angle. Un meilleur suivi de notre santé intestinale «commence par la supervision de tout ce qui pénètre dans notre organisme ou le recouvre,  car les aliments transformés et l’exposition aux produits chimiques des crèmes, lotions, détergents et médicaments peuvent affecter ou changer la composition des micro-organismes intestinaux.»Voyez si votre maquillage comporte des ingrédients toxiques.

Le Dr Lipman ajoute que la malbouffe et les viandes conventionnelles ou d’élevage industriel affecteraient notre écologie interne. «On atteint rarement l’âge adulte avec un microbiome intact, car il est mis à l’épreuve.» Les chercheurs continuent d’étudier les facteurs qui affectent notre microbiome, mais l’on sait que des aliments complets, viandes des pâturages, sauvages ou d’élevage en plein air, œufs, poissons ou produits bio et probiotiques, lui seraient favorables.

4 / 22

Les intestins contiennent une bonne partie du système immunitaire.TOMMASO79/SHUTTERSTOCK

Système immunitaire est affaibli

Les intestins contiennent une bonne partie du système immunitaire, et les cellules de la muqueuse gastrique génèrent des anticorps importants. De plus, les bactéries intestinales produisent trois vitamines B essentielles: la biotine, l’acide folique et la vitamine B12. L’état des intestins affecte l’absorption des nutriments qui, à son tour, influe sur le système immunitaire et la santé générale.

Le fait d’être souvent malade pourrait indiquer un problème intestinal. «Des intestins équilibrés par de bonnes bactéries défendent efficacement l’organisme contre les infections, les rhumes et diverses maladies, précise le Dr Lipman. En cas de déséquilibre, l’organisme perd sa capacité à confronter et à repousser les mauvaises bactéries, ce qui entraîne fréquemment des maladies.» Si vous ne vous sentez pas en forme, la première chose à faire est de restaurer votre microbiome.

Quand les bonnes bactéries ne reçoivent pas les nutriments appropriés, elles peuvent cesser de se reproduire et de vous protéger. «Certaines espèces bactériennes sécrètent de puissants antioxydants qui renforcent le système immunitaire, ajoute Erika Angle. Un nombre inégal ou réduit de micro-organismes empêche cette production, ce qui nous rend plus vulnérables à la maladie.»

5 / 22

Un manque de sommeil peut affecter la santé de votre intestin.DEAN DROBOT/SHUTTERSTOCK

Habitudes de sommeil à changer

Un manque de sommeil peut affecter la santé intestinale, et réciproquement. «De plus en plus d’études révèlent que l’écosystème microbien de l’intestin, qui est imposant et diversifié, suivrait ses propres rythmes quotidiens», explique le spécialiste du sommeil, Michael Breus.

«Ces rythmes du microbiome interagiraient étroitement avec les rythmes circadiens, et ces interactions microbiote-horloges circadiennes pourraient se nuire mutuellement.» Un moyen que prend le microbiome intestinal pour influencer le sommeil est par le biais d’une production de sérotonine chimique, qui agit sur votre cycle éveil-sommeil. «Les gens croient à tort que c’est le cerveau qui produit la sérotonine, alors qu’elle provient à 80% des intestins, dit Erika Angle. La sérotonine a un rôle important dans un large éventail de problèmes de santé, et notamment dans les troubles du sommeil.»

Quoi qu’il arrive, n’ignorez jamais ces maux de ventre dangereux!

6 / 22

Pour beaucoup de gens, le stress s’exprime par des problème d'intestin.ESB PROFESSIONAL/SHUTTERSTOCK

Système nerveux sympathique en alerte maximale

Pour beaucoup de gens, le stress s’exprime par des symptômes gastro-intestinaux. «Les problèmes digestifs accompagnent souvent le stress et les troubles psychologiques associés», explique Linda Rinaman, professeure en psychologie de l’Université d’État de Floride et auteure d’une recherche sur le sujet. Elle décrit le lien continu qu’assure le nerf vague en traversant l’organisme du cerveau jusqu’au coccyx, le long de la colonne vertébrale. C’est un vaste réseau bidirectionnel qui relaie les messages entre le cerveau et le tractus gastro-intestinal (GI), qui explique peut-être l’estomac noué qui accompagne le stress. «Lors de stress émotionnel et d’anxiété, le système nerveux sympathique prend la relève et gèle les fonctions intestinales – inutile de digérer votre repas si vous êtes poursuivi par un ours, n’est-ce pas?», souligne-t-elle. Ainsi, le stress au travail ou à la maison peut provoquer une réaction de confrontation ou de fuite. L’organisme détourne le sang de vos intestins vers vos extrémités. «Le transit intestinal ralentit, ce qui peut causer de la nausée et augmenter le stress.» À long terme, le stress chronique peut endommager les intestins. Linda Rinaman conseille de suivre des stratégies de gestion du stress et d’adopter un régime riche en nutriments et en fibres (peu de sucre) pour alimenter les bonnes bactéries du microbiome intestinal.

7 / 22

Bouger stimule l'intestin.Andrey_Popov/Shutterstock

Manque d’activité physique

Bouger stimule le transit intestinal. «Les altérations induites par l’activité physique dans le système nerveux autonome (contrôlant les fonctions corporelles) du tube digestif influenceraient la motilité du côlon, et aussi de l’intestin grêle», explique la Dre Susan Ramdhaney, gastroentérologue et experte de l’American Gastroenterological Association.

La sécrétion d’hormones, nommées prostaglandines, peut stimuler le GI et vous envoyer à la selle. «Ce même phénomène se produit avec la diarrhée due à l’exercice, d’où les bienfaits de l’exercice sur la constipation», affirme la spécialiste. La constipation pourrait étonnamment résulter d’un manque d’activité physique.

Voici 5 raisons qui pourraient expliquer votre mal de ventre.

8 / 22

Un intestin en mauvaise santé peut causer des troubles d’humeur et de tempérament.PKCHAI/SHUTTERSTOCK

Le nerf vague qui réagit trop

Un microbiome intestinal en mauvaise santé peut causer des troubles d’humeur et de tempérament en réaction au dérèglement du nerf vague. «Celui-ci transporte les signaux moteurs du cerveau à l’intestin, qui affectent les processus digestifs, et également ceux de rétroaction sensorielle de l’intestin au cerveau», précise Linda Rinaman, dans son étude.

«Les signaux transportés au cerveau peuvent basculer de ‘tout va bien’ à ‘il y a un problème’». Par exemple, manger du sucre, des huiles de grains, des aliments frits, de la farine raffinée, des additifs chimiques et des édulcorants artificiels peut causer de l’inflammation dans l’organisme, et envoyer des signaux de danger le long du nerf vague jusqu’au cerveau, y compris des signaux qui aggravent les symptômes d’anxiété et de dépression. «Son influence peut altérer votre humeur, affecter vos décisions et modifier vos comportements», prévient-elle.

9 / 22

Manger juste avant de le coucher n'est pas bon pour votre intestin.DUSAN PETKOVIC/SHUTTERSTOCK

Manger juste avant de le coucher

Une cause courante des problèmes intestinaux, comme le reflux acide, les brûlements d’estomac et même le reflux gastro-œsophagien (RGO), est d’aller au lit toute de suite après le repas.

«Mangez deux à trois heures avant de vous coucher, et évitez de vous étendre après les repas», conseille la Dre Susan Ramdhaney. Si votre nourriture est riche en gras et en glucides, mangez quatre à six heures avant le coucher, et réduisez les portions, ajoute-t-elle. Le tout, en choisissant des aliments santé qui améliorent le transit intestinal.

Tenez aussi un journal pour identifier vos déclencheurs. «Ceux-ci, tels les aliments à haute teneur en matières grasses, la caféine, le chocolat, les aliments épicés, les boissons gazeuses et la menthe poivrée ainsi que l’alcool et le tabac, réduisent le tonus du sphincter œsophagien inférieur, laissant le contenu acide de l’estomac remonter dans l’œsophage.»

10 / 22

Constipation et ballonnement peuvent signifier un problème d'intestin.SSUAPHOTOS/SHUTTERSTOCK

Blocage des selles

Si votre ventre est dur et gonflé, cela pourrait être un signe de constipation ou de ballonnement. Si cela continue, il pourrait s’agir d’une occlusion intestinale.

«L’occlusion intestinale correspond à une diminution ou à un arrêt complet du transit des liquides et des gaz dans le contenu digestif intestinal», explique l’expert de l’American Gastroenterological Association, le Dr Jonathan Rosenberg, gastroentérologue du Illinois Gastroenterology Group. «Ce liquide et cet air refoulés vont causer une distension de l’intestin, ce qui provoque souvent un durcissement abdominal.» Les occlusions sont dues notamment à des adhérences, des hernies, des diverticules, des maladies inflammatoires de l’intestin (MII), et même au cancer, alors faites-vous examiner très rapidement.

11 / 22

Des selles noires pourraient également résulter d’un saignement quelque part dans vos intestins.ARADAPHOTOGRAPHY/SHUTTERSTOCK

Constater des saignements

Du sang rouge dans vos selles pourrait vous épouvanter, mais des selles noires pourraient également résulter d’un saignement quelque part dans vos intestins. «Des selles noires peuvent signaler une hémorragie interne dans votre tube digestif, comme dans l’estomac ou l’intestin grêle», explique le Dr Jack Braha, chef en gastroentérologie de l’Hôpital Mount Sinaï de Brooklyn.

À moins que vous n’ayez mangé des légumes foncés telles des betteraves, pris des suppléments de fer ou consommé du Pepto Bismol, des selles noires devraient être perçues comme un signal d’alerte. Du sang rouge clair devrait également imposer une consultation médicale. «Le sang rouge peut provenir d’hémorroïdes saignantes après un effort, ou des selles dures, mais peut aussi indiquer un problème plus grave, une MII, une diverticulose ou un cancer colorectal, précise-t-il. La couleur du sang ne permet pas de faire un diagnostic.» C’est votre médecin qui décidera si vous devez subir des examens médicaux.

Vous serez surpris de savoir ce que vos flatulences révèlent sur votre santé!

12 / 22

Passer une coloscopie est essentiel pour votre intestin.BRANISLAV NENIN/SHUTTERSTOCK

Passer une coloscopie

Ne laissez pas votre crainte des litres de liquide préparatoire infect pour vider vos intestins vous détourner d’une coloscopie essentielle. Les préparations sont de nos jours plus concentrées, et une coloscopie pourrait vous sauver la vie, surtout si vous présentez des symptômes inquiétants. «Les signes typiques qui inquiètent sont la présence de sang ou de pus dans les selles, la perte de poids, la fièvre, une masse abdominale ou des selles qui vous réveillent, souligne le Dr Rosenberg. Et sans être un symptôme, des antécédents familiaux de cancer du côlon ou de MII pourraient rendre la coloscopie indispensable.» Même sans symptôme, les patients de plus de 50 ans devraient discuter de la prévention d’un cancer colorectal avec leur médecin.

13 / 22

Le manque de fibres influence votre intestin.NIKITA TV/SHUTTERSTOCK

Manque de fibres

S’il est devenu trop dur dans tous les sens d’aller à la selle, cela pourrait indiquer que vous êtes constipé. «La constipation peut avoir une signification différente selon que le mécanisme d’excrétion a changé. La selle peut être trop dure ou trop petite, ou la défécation trop difficile ou trop fréquente», précise la Dre Ramdhaney. La constipation résulte souvent de l’alimentation; manger plus de fibres et boire davantage d’eau pourrait vous donner des selles plus molles, plus grosses et plus faciles à évacuer. Cependant, si elle se poursuit, il pourrait s’agir d’une maladie gastro-intestinale, mais aussi d’une maladie sérieuse autre, comme le diabète, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou l’hyperthyroïdie. Si vous souffrez de constipation pendant plus de trois mois, et surtout si celle-ci s’accompagne de sang dans les selles, de perte de poids ou de baisse d’appétit, faites-vous examiner par un médecin.

N’hésitez pas à ajouter les aliments les plus riches en fibres à vos repas.

14 / 22

Souffrir de constipation chronique est un signe d'un problème d'intestin.OLGA GOREVAN/SHUTTERSTOCK

Souffrir de constipation chronique

Si vous avez des problèmes récurrents de constipation sans cause connue, vous pourriez souffrir de constipation idiopathique chronique (CIC), marquée par des selles dures et l’impression de ne pas pouvoir tout évacuer. S’il s’agit d’une constipation qui ne semble jamais disparaître, n’hésitez pas à en parler à votre médecin. «J’ai trop vu de patients incapables d’en parler à leur docteur par gêne de décrire leurs selles, ou qui ignoraient qu’il existe des traitements supérieurs à tout ce qui est offert dans les pharmacies ou les grandes surfaces, explique le Dr Braha. L’essentiel est de faciliter l’échange avec le patient au sujet de ses selles.»

15 / 22

Problèmes de foie, problèmes d'intestin.OLENA YAKOBCHUK/SHUTTERSTOCK

Problèmes de foie

Ce n’est pas toujours évident, mais le foie fait bien partie du système digestif. «Les nutriments qui proviennent de la nourriture, les toxines ingérées et les médicaments sont absorbés dans le sang par les intestins et dirigés vers le foie, qui opère divers processus métaboliques pour produire de l’énergie et décomposer les substances dangereuses», souligne le Dr Braha. Une perte de poids ou d’appétit, de la fatigue, un gonflement abdominal ou une altération de l’état mental pourraient signaler des problèmes hépatiques – hépatite, cirrhose ou cancer. «En gonflant, le foie crée une douleur abdominale du côté droit, près de la cage thoracique.» Si c’est votre cas, consultez un médecin, en particulier si vous présentez des facteurs de risque comme la drogue, l’alcool ou l’obésité.

Ne fermez pas les yeux sur ces symptômes du cancer du côlon.

16 / 22

Manger trop d’aliments gras est mauvais pour l'intestin.K321/SHUTTERSTOCK

Manger trop d’aliments gras

Outre les conséquences de cette mauvaise habitude, comme la prise de poids, les aliments gras peuvent contribuer à former des calculs biliaires.

«Selon les experts, le calcul biliaire de cholestérol se produit lorsque le foie excrète plus de cholestérol que le suc biliaire n’arrive à dissoudre, précise le Dr Rosenberg. Un taux de cholestérol sanguin élevé s’associe à l’obésité qui, pour sa part, est liée à une plus grande production et excrétion de cholestérol dans la bile.» Mis à part les facteurs génétiques contribuant aux calculs biliaires, consommer moins de gras saturés pourrait aider à les prévenir.

17 / 22

Intestin: possibilité d'un ulcère.SYDA PRODUCTIONS/SHUTTERSTOCK

Possibilité d’un ulcère

Un mal d’estomac ou des antiacides après les repas devraient vous inciter à vous faire examiner pour un ulcère ou une dégradation de la muqueuse de l’estomac. «Les gens souffrant d’ulcères font souvent de la dyspepsie, une sensation douloureuse ou d’inconfort dans la partie supérieure à gauche, à droite et parfois à l’arrière de l’abdomen, explique la Dre Ramdhaney. Ces symptômes peuvent s’aggraver après les repas et induire des éructations, un sentiment de plénitude, de la nausée et des vomissements répétés ou une intolérance aux matières grasses. Certains ulcères sont sans symptôme, mais consultez pour tout signe d’ulcère avant toute complication comme vomir du sang ou une espèce de marc de café, des selles noires ou rouges, des douleurs abdominales soudaines avec ballonnements, et parfois une perte de poids. Méfiez-vous de ces raisons inquiétantes qui expliquent une perte de poids inattendue.

18 / 22

Intestin MaDes épisodes rapides et soudains de diarrhée peuvent annoncer un empoisonnement alimentaire, ou une grippe intestinale.l Tete Ventre Douleur Malade GastroWINZY LEE/SHUTTERSTOCK

Avoir une gastro

Des épisodes rapides et soudains de diarrhée peuvent annoncer un empoisonnement alimentaire, ou une grippe intestinale. «Lorsque des selles molles deviennent beaucoup plus fréquentes, volumineuses et consistantes, il pourrait s’agir d’une infection du GI, prévient la Dre Ramdhaney. Ceci inclut les infections virales — norovirus, rotavirus ou adénovirus —, les infections bactériennes — Salmonella, Campylobacter, Escherichia coli, Shigella ou Clostridium difficile —, ou encore des protozoaires (avec un parasite, ouache!) comme le Giardia lamblia.» On peut traiter les infections bactériennes ou parasitaires avec des médicaments, mais il faudra que vous veniez à bout d’une infection virale.

19 / 22

Certains aliments pourraient déranger votre intestin.KIATTIPONG/SHUTTERSTOCK

Souffrir d’allergies

Certains aliments pourraient déranger votre digestion, mais sont difficiles à identifier. «On peut souvent apaiser la douleur en variant son alimentation par essai et élimination. Si, par exemple, vous ressentez une douleur récurrente en mangeant des amandes, vous pourriez souffrir d’une sensibilité alimentaire ou d’une allergie aux amandes, et devriez consulter un allergologue», conseille Erika Angle. Tenez un journal pour mieux cerner vos déclencheurs. Vous pourriez aussi avoir des selles molles ou des diarrhées répétées, explique la Dre Ramdhaney. Si c’est le cas, «consultez un gastroentérologue pour éliminer la malabsorption, comme une maladie cœliaque (allergie au gluten), ou l’intolérance au lactose (allergie aux produits laitiers). Mais alors, comment faire la différence entre une allergie et une intolérance alimentaire?

20 / 22

Intestin: des selles molles peuvent indiquer un syndrome du côlon irritable.ROMAN TIRASPOLSKY/SHUTTERSTOCK

Possibilité de syndrome du côlon irritable (SCI)

Des selles molles peuvent indiquer un syndrome du côlon irritable, bien que ce symptôme corresponde aussi à la constipation, souligne la Dre Ramdhaney. Car le SCI se présente sous deux formes différentes. «Le SCI est une maladie digestive courante qui touche des millions de Nord-Américains. Il se divise en une multitude de sous-groupes, dont l’un des plus courants est le SCI avec constipation (SCI-C), et l’autre avec diarrhée (SCI-D), précise le Dr Braha. La plupart des patients qui souffrent d’un SCI-C décrivent leur douleur abdominale comme un mal de ventre ou une crampe qui s’associe à la constipation et qui se calme souvent après les selles.» Comme sa cause est inconnue, Erika Angle n’exclut pas qu’il provienne d’un microbiome déséquilibré. Il n’existe pour l’instant aucun remède. Des symptômes durant plus de six mois devraient être supervisés par un médecin, afin d’établir un plan de traitement.

Adopter le bon régime alimentaire pour soulager le syndrome de l’intestin irritable.

21 / 22

La maladie inflammatoire de l’intestin.SHUTTERSTOCKSTUDIO/SHUTTERSTOCK

Maladie inflammatoire de l’intestin (MII)

À ne pas confondre avec le syndrome du côlon irritable (SCI). Les MII regroupent la colite ulcéro-hémorragique et la maladie de Crohn. Il s’agit d’inflammations chroniques qui apparaissent dans diverses portions du tractus digestif. «Alors que les patients qui font des MII ont également des douleurs abdominales et des modifications du transit – en général, de la diarrhée –, ils présentent des symptômes d’inflammation de l’intestin qui s’accompagne de sang ou de mucus dans les selles, de perte de poids, de fièvre et de défécation la nuit, explique le Dr Rosenberg. Les patients qui souffrent d’une MII feront par ailleurs fréquemment de l’inflammation en dehors des intestins: douleurs aux articulations et éruptions cutanées.» On a pensé qu’il s’agissait de maladies auto-immunes, mais une étude publiée dans Cell a mis en lumière le fait que ce n’est peut-être pas le corps qui s’attaque à lui-même, mais plutôt que le corps réagit démesurément aux bactéries intestinales.

22 / 22

Le syndrome de l’intestin perméable.MINDSCAPE STUDIO/SHUTTERSTOCK

… ou un syndrome de l’intestin perméable

Des symptômes gastro-intestinaux vagues – ballonnements, problèmes digestifs et douleurs – pourraient indiquer une maladie nouvellement diagnostiquée: le syndrome de l’intestin qui fuit, ou syndrome de l’intestin perméable. «Dans ce cas, il y a trop d’espace entre les cellules des parois intestinales pour assurer l’intégrité de la paroi, explique Erika Angle. Les particules s’échappant des intestins inondent la cavité corporelle et sont perçues comme hostiles par le système immunitaire.»

L’organisme se défend par un état d’activation chronique du système immunitaire qui crée une inflammation chronique et l’épuisement du système immunitaire. Selon la Dre Ramdhaney, ce syndrome peut suivre une résection intestinale chirurgicale pour la maladie de Crohn, le cancer ou d’autres problèmes gastro-intestinaux. Les selles peuvent en dire long sur votre santé.

Reader's Digest
Contenu original Reader's Digest