Syndrome de l’intestin irritable: 6 astuces pour adopter le bon régime

Le syndrome de l’intestin irritable touche jusqu’à 20 % des adultes. Les symptômes variant beaucoup, il est très important d’adopter le bon régime.

Intestin irritable : prendre plusieurs petits repasShutterstock/Elenadesign

Syndrome de l’intestin irritable : l’auto-évaluation

Une étape importante, pour adopter le bon régime, consiste à reconnaître les facteurs qui déclenchent les symptômes de l’intestin irritable. Tenir un journal où l’on inscrit tous les aliments et les boissons ingérés ainsi que les événements stressants peut aider à identifier les facteurs déclenchants. Une femme devrait aussi noter les moments de son cycle menstruel.

Consignez également la nature de la douleur et le point exact où elle se manifeste, la fréquence et la consistance des selles, les céphalées, les médicaments et les suppléments que vous prenez. Toutes ces indications seront précieuses pour le médecin.

Syndrome de l’intestin irritable : Adopter un régime spécifique

En raison de la variété des symptômes de l’intestin irritable, il faut traquer les aliments indésirables. Commencez par éviter les aliments à risque que vous avez repérés grâce à votre journal alimentaire.

  1. Faire de petits repas plusieurs fois par jour plutôt que des gros. Cela peut diminuer les contractions intestinales et la diarrhée que déclenchent les repas trop copieux.
  2. Manger lentement et bien mâcher. En mangeant trop vite, on avale de l’air, ce qui provoque des gaz irritants. Les aliments insuffisamment mâchés peuvent être plus difficiles à digérer.
  3. Boire beaucoup d’eau. Buvez au moins 8 verres de liquides par jour, de préférence en dehors des repas. Évitez l’eau gazeuse et les irritants potentiels que sont l’alcool et la caféine.
  4. Éviter les graisses. Écartez les aliments frits ou très gras, parce que la graisse est le nutriment le plus difficile à digérer. Évitez aussi certains féculents qui donnent des flatulences (haricots…).
  5. Attention aux fibres. Les céréales complètes et les aliments qui renferment des fibres peuvent être problématiques dans le cas du syndrome de l’intestin irritable accompagné de diarrhée chronique. Mais, si le symptôme principal est la constipation, on recommande une alimentation à base de fruits et légumes bien tolérés et de pain bis plutôt que complet. Les fibres insolubles augmentent le volume des selles et facilitent l’élimination, soulageant ainsi la constipation. Les aliments qui contiennent des fibres solubles absorbent l’eau et ont des effets bénéfiques sur la diarrhée. Si la constipation persiste, demandez au médecin du psyllium ou un autre laxatif, mais sachez que l’usage chronique de laxatifs peut mener à des problèmes de carences vitaminiques et nutritionnelles.
  6. Pas de polyols. Les succédanés du sucre (sorbitol, lactitol, mannitol, maltitol) peuvent déclencher les symptômes de la maladie chez certaines personnes. Pour d’autres, ce seront le lactose des produits laitiers et le fructose présent naturellement dans les fruits, ou encore l’inuline de l’artichaut ou des salsifis.

Apprendre à se détendre  quand on souffre du syndrome de l’intestin irritable

Comme on sait que le stress aggrave le syndrome de l’intestin irritable, il est important de recourir à des techniques de relaxation comme la méditation, le yoga ou le biofeedback. Un psychologue ou un psychothérapeute vous aidera à identifier les causes de votre stress et à trouver des moyens pour les gérer. L’exercice est une bonne thérapie car, en même temps qu’il détend, il peut normaliser la fonction intestinale en cas de constipation.

Vidéos les plus populaires