Share on Facebook

Allergie ou intolérance alimentaire? Voici comment les distinguer!

Les symptômes d’intolérance alimentaire peuvent imiter les symptômes d’allergies. Les allergologues tiennent à ce que vous connaissiez les différences entre les deux. Mais malgré toute l’attention portée au problème d’allergie et d’intolérance alimentaire, la réponse n’est pas aussi évidente.

1 / 11
Comment faire la différence entre allergie ou intolérance alimentaire?Pormezz/Shutterstock

Souffrez-vous de diarrhée chaque fois que vous buvez du lait? Ou de ballonnement à chaque fois que vous mangez du pain? Sentez-vous des picotements et des démangeaisons chaque fois que vous mangez du beurre d’arachide? Si la réponse est oui, vous souffrez peut-être d’une intolérance à cet aliment ou vous en êtes peut-être allergique.

Et si vos brûlures d’estomac étaient des allergies?

2 / 11
Allergie et intolérance alimentaire .ALEXANDER SPATARI/GETTY IMAGES

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire?


Les vraies allergies alimentaires surviennent lorsque le système immunitaire devient ultrasensible et réagit de manière excessive à un composant particulier présent dans l’aliment, explique l’allergologue David Stukus, directeur du Centre de traitement des allergies alimentaires au Nationwide Children’s Hospital.

Au Canada, environ 2,5 millions de personnes déclarent être atteintes d’au moins une allergie alimentaire, selon Allergies Alimentaires Canada. Cette réponse immunitaire extrême peut être déclenchée même en mangeant une petite quantité de nourriture et entraîne des symptômes cutanés tels que de l’urticaire et des problèmes digestifs. Aussi, les voies respiratoires peuvent enfler et, dans certains cas, cela peut provoquer la mort par choc anaphylactique, dit-il.

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux estime que 1 à 2% de la population canadienne est à risque d’anaphylaxie provoquée par des aliments ou des piqûres d’insectes. Au Québec, cela peut représenter jusqu’à 140 000 personnes de tout âge. Une étude rapporte qu’aux États-Unis, on 84 000 cas d’anaphylaxie sont recensés annuellement, dont 1% se conclut avec le décès de la victime. L’anaphylaxie d’origine alimentaire tue environ deux adultes chaque jour aux États-Unis.

Les symptômes de l’anaphylaxie comprennent des difficultés à respirer, un gonflement de la gorge, une chute soudaine de la pression artérielle, une peau pâle ou des lèvres bleues, des évanouissements et des étourdissements, selon l’Académie américaine d’allergie, d’asthme et d’immunologie (AAAAI).

Ces 20 faits sur l’alimentation vont changer votre façon de manger!

3 / 11
Qu'est-ce qu'une intolérance alimentaire contrairement à une allergie?Olga Yatsenko/Shutterstock

Qu’est-ce qu’une intolérance alimentaire?


Ces dernières années, les médecins constatent une augmentation des plaintes d’intolérances alimentaires. Les gens se sentent malades après avoir mangé certains aliments, mais les symptômes ne sont pas aussi sévères que dans le cas d’une allergie ou ils sont carrément différents. «Ces personnes peuvent présenter les mêmes symptômes d’une allergie alimentaire, mais également présenter des symptômes supplémentaires. Aussi ces personnes ne présentent généralement aucun des changements physiologiques associés à une allergie alimentaire», explique Rabia De Latour, gastro-entérologue et professeure adjointe à l’École de médecine de l’université de New York.

Plutôt que d’être le résultat d’une réponse immunitaire hyperactive, les intolérances alimentaires seraient le résultat d’une incapacité à digérer un aliment. Ils ne sont pas mortels, ne peuvent pas provoquer d’anaphylaxie et peuvent varier considérablement en gravité, explique la docteure De Latour.

Les signes d’une intolérance alimentaire peuvent inclure ceux d’une allergie alimentaire et d’autres symptômes comme le brouillard cérébral, l’hyperactivité, la dépression, les maux d’estomac, le syndrome du côlon irritable, les ballonnements, l’acné, la perte de cheveux, le gain ou la perte de poids, l’épuisement et l’anxiété.

L’intolérance au gluten est l’intolérance alimentaire la plus largement signalée, mais les produits laitiers, les œufs, le soya, le sucre, la viande et les noix sont d’autres contrevenants courants. Selon le gouvernement du Canada, les allergènes alimentaires les plus courants sont les arachides, les noix, les produits de la mer (les poissons, les mollusques et les crustacés), les graines de sésame et la moutarde.

Vous serez surpris par ces choses étonnantes qui peuvent provoquer des allergies.

4 / 11
Une intolérance au gluten peut causer des flatulences.Katarzyna Wojtasik/Shutterstock

Est-ce que les intolérances alimentaires sont réelles?


Les allergies alimentaires sont relativement simples à diagnostiquer et à traiter. De leur côté, les intolérances alimentaires ne sont généralement pas reconnues par un diagnostic médical officiel, sont beaucoup plus difficiles à définir, produisent un large spectre de symptômes variés, peuvent avoir une composante psychologique et ont de nombreux traitements potentiels au-delà de l’évitement de l’allergène, explique la docteure De Latour.

Ce problème est empiré par l’immense quantité de mauvaises informations sur les allergies alimentaires, les intolérances et les sensibilités sur Internet, qui est souvent le premier endroit où les gens vont pour obtenir des informations, explique le docteur Stukus. «Les gens dépenseront des centaines de dollars pour un test ou une consultation à domicile pour recevoir une longue liste d’aliments auxquels ils seraient «sensibles» et on leur dit d’éviter ces aliments», explique-t-il. «Mais les résultats ne sont aucunement fondés et peuvent conduire à de la malnutrition ou à d’autres problèmes de santé.»

Cette nébulosité, et le fait que les intolérances alimentaires peuvent disparaître puis revenir, conduisent certains médecins à ne pas les considérer, mais c’est une erreur, explique la docteure De Latour. «L’intolérance alimentaire n’est pas bien comprise dans la communauté médicale, mais elle ne doit pas être considérée comme psychologique ou comme une mode», dit-elle. «Les gens souffrent clairement même si leurs tests ne montrent pas de pathologie claire.»

5 / 11
Signe d’une intolérance au gluten : le cerveau embrouillé.Africa Studio/Shutterstock

Vos symptômes sont-ils le résultat d’une allergie alimentaire ou d’une intolérance?


Selon la docteure De Latour, il peut être compliqué et déroutant de trouver la réponse à cette question, autant pour les médecins et les patients. «Vous pouvez être testé pour des allergies, mais une intolérance alimentaire est un diagnostic d’exclusion, ce qui signifie que vous devez simplement exclure toute autre possibilité», explique-t-elle. «Il peut être extrêmement frustrant de ne pas avoir de réponse claire, mais il est important de suivre le processus. Dans tous les cas, votre médecin devrait être en mesure de vous aider à trouver un soulagement.»

Assurez-vous de reconnaître les signes silencieux d’un reflux gastro-œsophagien.

6 / 11
Voyez le bon médecin pour savoir si vous souffrez d'allergie ou d'intolérance alimentaire.MASKOT/GETTY IMAGES

Voyez le bon médecin


Ne comptez pas sur un autodiagnostic, explique le docteur Stukus. «Il y a tellement de désinformation et cela a un impact néfaste sur les décisions médicales des gens», dit-il. «Prenez rendez-vous avec un allergologue. Ils ont des tests précis pour vous aider à obtenir le bon diagnostic et sont en mesure de vous aider à trouver un plan de traitement adapté à votre situation.»

Lorsque vous planifiez votre rendez-vous, demandez du temps supplémentaire pour poser vos questions, puis arrivez à votre rendez-vous avec la liste de vos symptômes, de vos questions et des choses que vous avez lu sur Internet, dit-il.

7 / 11
Faites des tests cutanés pour savoir si vous souffrez d'allergie plutôt que d'intolérance alimentaire.Neeila/Shutterstock

Tests cutanés


Un allergologue peut diagnostiquer de véritables allergies et sensibilités alimentaires. Il peut utiliser un test cutané d’allergie où il dessine une grille sur votre dos et met sur la peau préalablement grattée une partie de chaque allergène possible, chacun dans son propre carré, pour voir si cela provoque une réaction.

«Un résultat positif – une zone rouge surélevée appelée papule – signifie que vous avez réagi à une substance d’une manière potentiellement allergique et que les symptômes que vous ressentez sont probablement dus à l’exposition à cette substance», explique Morton Tavel, médecin interniste et professeur émérite de médecine. «En général, plus la réponse est forte, plus les risques d’allergie à cette substance sont élevés.»

Il est possible d’obtenir un résultat faussé sur un test cutané d’allergie, ce qui est potentiellement causé par des allergènes en suspension dans l’air, tels que le pollen, les squames d’animaux et les acariens, explique-t-il. «Les tests cutanés peuvent aider à diagnostiquer les allergies alimentaires, mais comme les allergies alimentaires peuvent être complexes, vous devrez sûrement passer des examens supplémentaires», dit-il.

N’hésitez pas à tester ces remèdes naturels et trucs efficaces contre les allergies.

8 / 11
Un allergologue peut vous aider à identifier la source de vos allergiesShutterstock

Analyses sanguines


Il existe des tests sanguins pour vérifier les anticorps pouvant indiquer une allergie, mais les taux de «faux résultats positifs» sont élevés, explique le docteur Tavel. «Le test le plus courant, la détection sérique des anticorps IgE spécifiques aux allergènes, est le plus utile pour exclure une allergie alimentaire», ajoute-t-il. Il existe plusieurs autres types de tests sanguins que votre médecin peut prescrire en fonction de votre situation individuelle, dit-il.

9 / 11
Vivre avec les allergies et les intolérances alimentairesShutterstock/ bitt24

Tests d’exclusion


Il n’y a pas de tests pour les intolérances alimentaires. Après avoir exclu une allergie, votre médecin peut vous tester pour des maladies qui peuvent provoquer des symptômes similaires, comme la maladie de la thyroïde ou des maladies auto-immunes comme la maladie cœliaque, la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus, explique la docteure De Latour. Votre médecin peut également ordonner un examen de composition sanguine, pour examiner votre état de santé général.

Faites attention à ces signes que vous faites une intolérance au gluten.

10 / 11
Mangez des produits laitiers même si vous êtes intolérant au lactose.Nitr/Shutterstock

Tests d’élimination


L’une des choses les plus simples que vous pouvez faire pour voir si vous avez une intolérance alimentaire est d’éliminer complètement certains aliments de votre menu pendant au moins un mois, afin de voir si vos symptômes diminuent, explique la docteure De Latour.

C’est simple, mais ce n’est pas forcément facile: vous devez lire chaque étiquette et faire très attention lorsque vous mangez au restaurant. Pour les personnes qui soupçonnent de multiples intolérances alimentaires, vous pouvez essayer un régime d’élimination, en évitant les aliments les plus couramment coupables, dit-elle. La docteur ajoute cependant qu’il est préférable de le faire sous la supervision d’un médecin.

11 / 11
Vous êtes trop fatiguéSG SHOT/Shutterstock

Tenez compte d’autres facteurs


Si vous avez essayé tous ces tests et n’êtes toujours pas certain de la cause de vos symptômes, il est peut-être temps d’envisager d’autres possibilités non médicales, explique la docteure De Latour. Le cerveau et le corps sont très connectés, de sorte que des choses comme la dépression et l’anxiété peuvent avoir des manifestations physiques qui imitent les intolérances alimentaires, comme les problèmes gastro-intestinaux, les maux de tête, la fatigue et le brouillard cérébral, dit-elle. Les aversions alimentaires (avoir le dégoût pour un ou plusieurs aliments) peuvent également provoquer de fortes réactions physiques.

Suivez ces astuces de médecins pour vous protéger des allergies dans la maison.

Contenu original Reader's Digest