Share on Facebook

20 tempêtes de neige mémorables au Québec et au Canada

Si vous soupirez quand on annonce quelques flocons, consolez-vous en parcourant le récit de ces 20 tempêtes de neige parmi les plus mémorables au Canada.  Vous verrez, les hivers canadiens ont parfois été rudes et éprouvants.

1 / 20
La tempête de neige de décembre 1944 est mémorable.Reimar / Shutterstock

Décembre 1944

Pendant la guerre, la neige paralyse jusqu’à la production des munitions. C’est ce qui est arrivé à Toronto lors de la tempête qui a laissé sur la ville la pire chute de neige en un jour de son histoire. Le 11 décembre 1944, c’est 48 cm de neige qui sont tombés. Le lendemain, il neige encore près de 10 cm.

Selon Environnement Canada, des funérailles sont retardées, des femmes enceintes se rendent à pied à l’hôpital, et aucune livraison à domicile de lait, de glace ou de combustible ne s’effectue. En plus des 21 décès, dont 13 dus à du surmenage.

Vous serez surpris par ces 18 habitudes héritées de la Première Guerre mondiale.

2 / 20
La tempête de neige de février 1947 est mémorable. catherinka / Shutterstock

Février 1947


Il n’y a pas que la circulation automobile qui souffre des tempêtes. Le réseau ferroviaire aussi! Pendant 10 jours, entre le 30 janvier et le 8 février 1947, un blizzard s’abat dans les provinces des Prairies. Les villes, les trains et les routes entre Winnipeg et Calgary sont ensevelis sous la neige.

Environnement Canada estime que certaines portions sont restées fermées jusqu’au printemps et rapporte qu’un citoyen a même fait une ouverture sur ton toit pour aller nourrir son bétail.

Savez-vous différencier un blizzard d’une tempête? La réponse se trouve dans ces vérités insolites sur la neige.

3 / 20
La tempête de neige de février 1959 est mémorable.Carolyn Parsons-Janes / Shutterstock

Février 1959


Il n’y a qu’au Canada pour voir pousser des bancs de neige de plusieurs mètres. Le 16 février 1959, à St. John’s à Terre-Neuve, une tempête mémorable secoue la ville.

Selon Environnement Canada, celle-ci cause la fermeture des artères principales de la ville et la formation de banc de neige de 7 m de haut. Plus de 50 000 habitants sont privés d’électricité. Les services téléphoniques sont paralysés et on dénombre six décès.

Revivez en photos les 10 événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2017.

4 / 20
La tempête de neige de mars 1966 est mémorable.Lucky Business / Shutterstock

Mars 1966


Une date de cette année-là reste marquée pour les habitants de Winnipeg. C’est le 4 mars que ceux-ci vivent une tempête impressionnante qui apporte plus de 30 cm de neige et des vents de 120 km/h.

La poudrerie engendrée paralyse la région. On demande aux habitants de rester chez eux tant les routes sont impraticables.

Vous aimez les sports d’hiver? Voyagez vers l’une des meilleures destinations pour profiter de la saison froide au Canada.

5 / 20
La tempête de neige d'avril 1967 est mémorable.Wollertz / Shutterstock

Avril 1967


De la neige en avril? Bien sûr! Ce n’est pas un fait rare surtout en Alberta. Mais en 1967, la situation est plutôt impressionnante. Entre le 17 et le 29 avril, ce sera plus de 175 cm qui recouvre le sud de la province.

Des milliers de bovins ont été incapables de se nourrir et meurent dans les champs. L’armée est appelée en renfort. Fait étonnant : pour les résidents de la région touchée, la date d’échéance de leur déclaration d’impôt est repoussée de deux semaines.

Appliquez ces conseils de sécurité pour déneiger votre toit sans danger.

6 / 20
La tempête de neige de mars 1971 est mémorable.Archives de la Ville de Montréal VM94-U0977-041

Mars 1971


Longtemps considérée comme « la tempête du siècle », cette tempête a totalement paralysé Montréal et les environs. Du 3 au 5 mars 1971, on voit pousser des bancs de neige impressionnants dans la ville. Au total, c’est près de 50 cm de neige qui tombent avec des vents de 110 km/h.

De nombreux poteaux d’électricité sont brisés et certains quartiers restent une dizaine de jours sans électricité. Dix-sept personnes auraient perdu la vie dans cette terrible tempête qui touche aussi les provinces de l’Atlantique, le sud du Québec et le Nord-est américain. Selon Environnement Canada, la ville aurait fait transporter plus de 500 000 camions de neige.

7 / 20
La tempête de neige d'avril 1975 est mémorable. Dainis Derics / Shutterstock

Avril 1975


Les 3 et 4 avril 1975, on a perdu Québec… Visibilité zéro pendant des heures et des rafales intenses! En tout, il y tombera près de 40 cm de neige pendant ce blizzard qui a marqué les souvenirs de ceux qu’ils l’ont vécu. En effet, de nombreuses maisons ont été grandement endommagées par les vents.

La ville de Québec fait partie des 10 destinations les plus enneigées au monde!

8 / 20
La tempête de neige de décembre 1996 est mémorable. A_1 / Shutterstock

Décembre 1996


Victoria est considérée la ville « sans neige », mais deux exceptions — mémorables! – font partie de son histoire. En 1916 et en 1996, la ville reçoit plus de 55 cm de neige. La tempête du 28 et 29 décembre 1996 est sans contredit la plus étonnante avec ses 80 cm en 24 heures et 125 cm en cinq jours.

Par chance, ces tempêtes sont plutôt rares, surtout dans cette région.

9 / 20
La tempête de neige de janvier 1998 est mémorable.Jaromir Chalabala / Shutterstock

Janvier 1998


Le sud et le centre du Québec vivent des jours de grande noirceur lors de la crise du verglas de janvier 1998. Environ 4 millions de Québécois perdent l’électricité pendant de nombreuses journées. Pendant 80 heures, le Québec croule sous la pluie verglaçante.

Les dommages sont terribles. Selon Environnement Canada, on aurait rapporté 1000 pylônes de transmission sont endommagés, des millions d’arbres abattus, 30 000 poteaux brisés avec un nombre suffisant de fils et de câbles pour faire le tour du monde trois fois!

Difficile de dégivrer votre voiture? Ces astuces vous aideront à mieux affronter l’hiver.

10 / 20
La tempête de neige de février 1998 est mémorable. FANKS / Shutterstock

Février 1998


Les chutes de neige de près de 70 cm marquent l’imaginaire. Les Manitobains qui ont connu le grand blizzard du 25 février 1998 s’en souviennent très bien. Certains automobilistes ont même abandonné leur véhicule sur les routes qui étaient recouvertes de neige même juste après avoir été déblayées.

Se déplacer en motoneige n’était même plus envisageable car les rafales étaient trop intenses.

11 / 20
La tempête de neige d'octobre 1998 est mémorable. Bastiaan Schuit / Shutterstock

Octobre 1998


De la neige en octobre? Eh oui! Le congé de l’Action de Grâce a pris des allures des semaines de congé de Noël. La tempête automnale qui a sévi au sud et au centre de la Saskatchewan a laissé entre 25 et 70 cm de neige sur la région. S’en sont suivis de nombreuses pannes d’électricité et des milliers d’arbres endommagées.

Moins de deux semaines plus tard, le beau temps était de retour avec des températures de plus de 20o Celsius.

Découvrez les secrets qui se cachent derrière les prévisions météorologiques.

12 / 20
La tempête de neige de janvier 1999 est mémorable. Helen Filatova / Shutterstock

Janvier 1999


En l’espace de deux semaines, la ville de Toronto est frappée par une série de tempêtes de neige et est ensevelie sous des dizaines de centimètres de neige… l’équivalent de ce qu’elle reçoit habituellement en une année complète! Quel début d’année!

13 / 20
La tempête de neige de février 1999 est mémorable. Barisev Roman / Shutterstock

Février 1999


Si vous trouvez qu’une chute de 50 cm de neige est impressionnante, sachez que vous seriez triplement étonné en apprenant que la plus importante chute de neige en une seule journée est de… 145 cm! C’est ce qui est tombé le 11 février 1999 à Tahtsa Lake en Colombie-Britannique. Voici le record canadien!

Avec autant de neige, vous n’avez plus d’excuse pour rater votre bonhomme de neige! Voici quelques conseils pour le réussir à la perfection.

14 / 20
La tempête de neige d'avril 2003 est mémorable. Edwin Butter / Shutterstock

Avril 2003


Parfois, l’hiver perdure jusqu’au printemps comme en 2003 dans le sud de l’Alberta. Tout est blanc les 26 et 27 avril car plus de 50 cm de neige sont tombés. Et jumelée aux vents forts qui balaient la région, cette quantité de neige cause bien des soucis aux Albertains.

Fait important à noter, les plus grosses chutes de neige dans cette province des Prairies ont souvent lieu en avril et même en mai.

15 / 20
La tempête de neige de février 2004 est mémorable. Suzanne Tucker / Shutterstock

Février 2004


Pendant trois jours — du 17 au 20 février —, les provinces maritimes vivent une tempête mémorable. Le « Juan blanc » déferle et laisse jusqu’à 100 cm de neige par endroit. Ce surnom est attribué parce que le blizzard hivernal survient cinq mois après l’ouragan Juan en septembre 2013.

Selon Environnement Canada, lors de l’intensité maximale de la tempête, on a enregistré une chute de 5 cm de neige à l’heure.

Avant la prochaine tempête, appliquez ces conseils pour vous adapter au froid.

16 / 20
La tempête de neige de février 2007 est mémorable.Peteris Dancs / Shutterstock

Février 2007


Noël sous la neige est féérique, mais le jour de la Saint-Valentin, la neige peut contrecarrer les plans romantiques des couples. C’est ce qui est arrivé en 2007 alors qu’une puissante tempête s’abat sur le sud du Québec (la météo est difficile jusqu’en Louisiane!). Autour de 55 cm de neige tombe sur Sherbrooke, en Estrie.

Mais c’est Hamilton-Burlington, en Ontario, qui est le lieu le plus touché avec des chutes de neige allant de 40 à 70 cm. Dans la région ontarienne, on a dénombré environ un millier accidents routiers et un important carambolage d’environ 70 véhicules.

17 / 20
La tempête de neige de décembre 2013 est mémorable. JHVEPhoto / Shutterstock

Décembre 2013


En 2013, Toronto ne célèbre pas un Noël blanc, mais un Noël glacé… et dans le noir! En effet, le 22 décembre, une spectaculaire tempête avec de la pluie verglaçante, du grésil et de la neige s’abat sur la région. Les rues, les arbres et les trottoirs sont recouverts. Pendant plusieurs jours 500 000 personnes n’ont plus d’électricité.

Les Fêtes prennent une autre tournure. Au total, la Ville-Reine se retrouve avec une facture de plus de 100 millions de dollars de dommages.

18 / 20
La tempête de neige de mars 2014 est mémorable. Bart Sadowski / Shutterstock

Mars 2014


Une véritable bombe météorologique s’abat sur les Maritimes. Des rafales de vent ont déferlé sur la région pendant que la neige tombait. Des vents de 165 km/h auraient été enregistrés dans certaines régions. Les accumulations de neige sont importantes, allant jusqu’à 50 cm pour différents secteurs.

Jetez un oeil aux 10 endroits les plus froids du Canada.

19 / 20
La tempête de neige de l'hiver 2015 est mémorable. Greenseas / Shutterstock

Hiver 2015


L’automne, l’hiver et le printemps ont été difficiles dans les Maritimes en 2015. En tout, la région a cumulé sept grosses tempêtes (la normale est de 2 à 3!) qui ont laissé des accumulations records en plus de connaître des jours et des jours de froid intense.

Environnement Canada rapporte que les mois de janvier, février et mars ont été les plus froids en 68 ans! L’hiver ne semblait plus vouloir finir et s’est étiré jusqu’au début mai.

20 / 20
La tempête de neige de mars 2017 est mémorable. MakDill / Shutterstock

Mars 2017


Cette tempête qui s’est étendue sur un large territoire — de l’Ontario jusqu’au Québec et jusque dans les Maritimes — surpasserait celle de 1971. Une cinquantaine de centimètres de neige tombe rapidement et créé une situation pénible pour tous ceux qui ont à se déplacer.

En effet, les carambolages sont nombreux. Et, même à Montréal, environ 300 véhicules restent pris dans leur véhicule sur l’autoroute 13 pendant toute la nuit.

En cas d’accident de voiture, faites ces 12 choses dans les minutes qui suivent.