Athérosclérose : 3 approches nutritionnelles pour la prévenir et la traiter

Avec l’âge, nos artères durcissent et perdent ainsi de leur élasticité. Ce processus participe au développement
de l’athérosclérose. Prévenez ce phénomène grâce à une bonne alimentation.

Prévenir l'athérosclérose grâce aux oméga-3Shutterstock/Evgeny Karandaev

Lutte contre l’athérosclérose :  les approches nutritionnelles 

Selon les chercheurs, l’alimentation joue un
 rôle tant dans le développement que dans le traitement de l’athérosclérose. Le cholestérol est la principale composante de la plaque d’athérome et l’hypercholestérolémie va souvent de pair avec l’athérosclérose. La recherche indique que l’athérosclérose peut être ralentie et même inversée si l’on fait baisser le taux de cholestérol sanguin, surtout les lipoprotéines de faible densité (LDL), ou « mauvais » cholestérol.

Un taux élevé de triglycérides, un autre type
de lipides en circulation dans le sang, peut 
aussi favoriser l’athérosclérose. Les diabétiques ont tendance à avoir des taux de triglycérides et de cholestérol élevés, ce qui peut expliquer pourquoi ils sont si vulnérables aux affections cardiaques.

Athérosclérose : Limiter l’apport total de graisses

L’approche nutritionnelle du traitement de l’athérosclérose consiste à limiter l’apport des lipides à entre 20 et 30 % des calories. Les graisses saturées (provenant essentiellement de produits d’origine animale et des huiles de palme, de coprah et de palme) ne devraient représenter que 10 % du total des calories. En plus de réduire les graisses saturées, les experts suggèrent de limiter les acides gras « trans » et les acides hydrogénés. Car, ces graisses,
 qui résultent de l’hydrogénation, élèvent le taux de cholestérol LDL.

Les acides gras « trans » se trouvent, entre autres, dans les biscuits et les chips. Certains médecins recommandent une diminution encore plus radicale des lipides. Pour traiter les pathologies cardiaques, les cardiologues ont développé une nouvelle méthode, qui combine une alimentation faible en graisses avec de l’exercice et des méthodes pour combattre le stress. Ce régime visant à éliminer l’athérosclérose restreint le nombre de calories issues des graisses à 10 % et exclut les graisses saturées.

Les aliments riches en cholestérol ne sont pas aussi mauvais pour la santé que les aliments très gras, mais il faut savoir que le cholestérol alimentaire peut augmenter le taux de lipides sanguin. Les spécialistes recommandent de 
le limiter à 300 mg par jour, soit, par exemple, l’équivalent d’un jaune d’œuf et demi.

Les acides gras oméga-3 du saumon, de la sardine et d’autres poissons gras abaissent le taux de triglycérides sanguin. Ils diminuent aussi la formation de caillots. Le son et les flocons d’avoine, les légumineuses (surtout les lentilles), les fruits à pectine (poire, pomme, agrumes), l’orge, la gomme de guar et le psyllium contiennent des fibres solubles qui abaissent le taux de cholestérol sanguin, probablement en modifiant l’absorption intestinale des acides biliaires. Cela oblige 
le foie à utiliser le cholestérol pour fabriquer plus de bile.

Le rôle des antioxydants

Selon différentes études, le bêta-carotène et les vitamines C et E peuvent prémunir contre l’athérosclérose en empêchant le « mauvais » cholestérol (LDL) de se fixer sur la plaque d’athérome. Les protéines de soja peuvent élever le « bon » cholestérol (HDL) tout en assurant une protection antioxydante.

Les études actuelles portent sur l’homocystéine, un acide aminé qui, pour les scientifiques, constituerait un facteur de risque aussi important que le cholestérol sanguin. À taux élevé, il endommage la paroi des artères, favorisant la formation de plaques de graisse. L’acide folique et les vitamines B6 et B12 semblent aider à diminuer le taux d’homocystéine.

Ne pas abuser du sel

L’hypertension est
 un puissant accélérateur de la sclérose vasculaire. C’est pour résister à une pression trop élevée 
que les parois artérielles deviennent plus rigides, perdant une grande part de leur élasticité. Il est donc conseillé de ne pas trop saler la nourriture, non seulement à partir de 40 ans, mais aussi dès la petite enfance, car le durcissement artériel commence tôt.

Une bonne alimentation n’est pas le seul facteur à considérer. Il est également important de maintenir un poids idéal, de ne pas fumer, de faire plus d’exercice, de lutter contre le stress et d’avoir une bonne tension artérielle ainsi qu’un taux de sucre normaux.

L’athérosclérose est un processus normal
 du vieillissement

Elle progresse lentement au cours des ans sans provoquer de symptômes notables. Les problèmes se posent quand les vaisseaux durcis sont très rétrécis par la plaque. Les complications incluent des troubles circulatoires (afflux de sang réduit vers les jambes et les extrémités), l’angine de poitrine (douleurs thoraciques dues à un apport insuffisant d’oxygène au muscle cardiaque), diverses pathologies cardio-vasculaires, l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral (AVC).

Dans les pays occidentaux, la plupart des hommes commencent à faire de l’athérosclérose à l’approche de la cinquantaine. Chez les femmes, les œstrogènes aident à garder un taux de cholestérol LDL assez bas. Cependant, après la ménopause,
 le processus peut se déclencher très rapidement. Quand elles atteignent 60 ans, leurs artères sont dans le même état que celles des hommes.

Les causes sous-jacentes de l’arthérosclérose

On ne sait pas précisément ce qui déclenche l’athérosclérose. Mais, une prédisposition génétique et un certain nombre de facteurs liés au mode de vie accélèrent le processus : alimentation riche
 en graisses et en cholestérol, tabagisme, stress 
et manque d’exercice. Un diabète mal contrôlé
 et une hypertension augmentent aussi les risques.

Les artères peuvent être rétrécies de 85 % sans qu’il y ait de symptômes. Mais, le risque d’infarctus et d’AVC reste élevé, car les caillots ont tendance à se former au niveau des plaques d’athérome (dépôts de lipides). La plupart des infarctus
 sont causés par un caillot qui bloque une artère coronaire (thrombose coronaire). Il en va de même pour la thrombose cérébrale (caillot qui bloque le flux sanguin vers le cerveau), qui est la forme
 la plus courante d’AVC.

Vous aimerez aussi:
Les aliments pour mieux prévenir les problèmes circulatoires
Comment mieux prévenir les calculs biliaires?
Maladies du foie: quels aliments privilégier pour un foie en santé?

Popular Videos