Share on Facebook

Devriez-vous prendre ou non des suppléments alimentaires et vitamines?

La majorité d’entre nous ne mange pas assez de fruits et de légumes: devriez-vous prendre des suppléments alimentaires pour éviter ces carences?

1 / 6
De bonnes raisons de prendre des supplémentsShutterstock

Pourquoi prendre des suppléments alimentaires et vitamines?

On pense souvent que si l’on se nourrit de manière à éviter des carences spécifiques et que l’on est en bonne santé, les suppléments nutritionnels sont superflus : il suffit de se conformer aux recommandations établies par les experts. Or, une bonne fraction de la population ne trouve pas en quantités suffisantes les nutriments nécessaires et les vitamines dans leur alimentation.

En outre, la majorité d’entre nous ne mange pas assez de fruits et de légumes, moins que les cinq portions par jour nécessaires pour rester en bonne en santé et prévenir la maladie. Au détriment des aliments à haute valeur nutritionnelle, nous préférons parfois les gâteries et négligeons les brocolis, choisissons une glace ou une pâtisserie plutôt qu’un fruit et oublions l’existence de l’eau pure…

Avec de tels choix, nous adoptons parfois un régime qui est non seulement trop riche en graisses et en sucre, mais dont le contenu en vitamines, minéraux et phytonutriments protecteurs est loin d’être idéal. D’où l’intérêt de se tourner vers des suppléments alimentaires pour éviter des carences.

2 / 6
Des suppléments pour combler vos besoins nutritionnelsShutterstock

1) Des suppléments alimentaires pour combler nos besoins nutritionnels

Selon de récentes enquêtes, notre alimentation est souvent déficitaire en plusieurs minéraux et vitamines. Chez 20 % des hommes, 30 % des femmes et 50 % des adolescentes, l’apport conseillé de calcium est loin d’être atteint. Il en est de même pour le magnésium chez plus de 20 % des adultes, et pour l’acide folique chez 25 % des femmes. Même avec un régime soigneusement conçu sur le plan nutritionnel, il est difficile d’atteindre les taux de fer recommandés, en particulier pour les adolescentes et les femmes, et le risque est majeur pour celles qui adoptent un régime végétarien.

Chez 30 % des adultes, l’apport en vitamine E est très insuffisant, notamment en cas d’alimentation restrictive ou pauvre en graisses.

Enfin, certaines substances spécifiques – huiles de poisson, isoflavones de soja, probiotiques, etc. -, considérées aujourd’hui comme bénéfiques pour la santé, peuvent être absentes d’un régime équilibré. Si l’on n’arrive pas à se nourrir correctement chaque jour, c’est en prenant des compléments que l’on pourra corriger d’éventuelles déficiences, voire atteindre un apport nutritionnel optimal.

3 / 6
Les suppléments réduisent les risques liés à la pollutionShutterstock

2) Des suppléments alimentaires et vitamines pour faire le plein d’antioxydants

Même quand on a de bonnes habitudes alimentaires, d’autres raisons peuvent inciter à prendre des suppléments. Certains scientifiques pensent que les polluants auxquels nous sommes exposés – gaz d’échappement, résidus chimiques – peuvent provoquer d’importants dommages au niveau cellulaire, et même atteindre le système immunitaire. Certains suppléments, en particulier les antioxydants, pourraient avoir la capacité de combattre de tels effets.

4 / 6
Les supplements de vitamine E comme stratégie de préventionShutterstock

3) Mieux prévenir les maladies grâce aux suppléments alimentaires et vitamines

On associait autrefois les déficits nutritionnels aux seules maladies carentielles comme le scorbut (dû au manque de vitamine C), le béribéri ou la pellagre (provoqués par des carences graves en vitamines B). Mais, au cours de ces trente dernières années, d’innombrables études ont mis en évidence le rôle important joué par certains nutriments dans la prévention de maladies dégénératives chroniques répandues aujourd’hui dans le monde occidental.

Certains spécialistes estiment que les nutriments, surtout les antioxydants, qui freinent l’apparition de la maladie ou en empêchent le développement, pourraient aussi retarder le processus du vieillissement au niveau cellulaire. Il ne faut pas en conclure pour autant que la vitamine E, le sélénium ou les carotènes sont des élixirs de jouvence ! Il n’en reste pas moins que plusieurs études ont conclu que des suppléments comme la vitamine E, ou une combinaison bien dosée de vitamines et de minéraux, renforçaient les défenses immunitaires chez les personnes âgées.

5 / 6
Les supplément peuvent réduire certains effets du vieillissement

4) Les suppléments pour retarder les effets du vieillissement

Une enquête effectuée aux États-Unis par l’Institut national de gérontologie auprès de 11 178 personnes âgées a montré qu’il s’était produit beaucoup moins de morts « annoncées » (en particulier celles qui sont dues à des problèmes cardiaques) chez les sujets qui prenaient de la vitamine E. En outre, il a été prouvé que les suppléments d’antioxydants diminuaient les risques de cataracte et de dégénérescence maculaire, deux affections liées à l’âge et qui provoquent une détérioration progressive de la vue.

Le sélénium, les caroténoïdes, les flavonoïdes et certains acides aminés, enfin, comptent parmi les suppléments utilisables en tant qu’antioxydants contre les problèmes associés au vieillissement. Certaines substances présentes dans des plantes comme l’échinacée sont réputées renforcer le système immunitaire. Les phytoœstrogènes, telles les isoflavones de soja, pourraient retarder ou faire disparaître les effets de la ménopause et aider à prévenir le cancer et les maladies cardiovasculaires.

6 / 6
Des suppléments pour traiter l'acné Shutterstock

5) Les suppléments pour mieux se protéger contre certaines maladies?

Même les médecins les plus sceptiques à l’égard des suppléments sont portés à prescrire du fer pour soigner certains types d’anémie, de la vitamine A pour les cas graves d’acné, des vitamines B pour soulager différentes neuropathies. Ils n’hésitent pas non plus à recommander des huiles de poisson en cas d’hypercholestérolémie.

L’utilisation de suppléments nutritionnels en tant que remèdes reste un sujet très controversé, surtout dans les cas graves. Les tenants de la médecine classique mettent souvent leurs effets en doute et trouvent qu’il peut être dangereux de s’en remettre exclusivement à eux. Cependant, s’appuyant sur les résultats d’observations cliniques et sur des données parues dans diverses publications, d’autres praticiens, qui s’intéressent à la nutrition et à certaines thérapeutiques parallèles, estiment que les preuves de leur efficacité sont maintenant suffisantes pour en justifier l’usage.

Quoi qu’il en soit, il convient d’adopter une attitude raisonnable et d’associer médicaments classiques et suppléments nutritionnels pour se soigner, mais de s’assurer que le tout soit fait sous la supervision d’un médecin.

 

Vous aimerez aussi:

15 aliments riches en vitamine C
– Les symptômes d’une carence en vitamine D
– Comment bien préserver les vitamines de vos légumes