Maladies du foie: quels aliments privilégier pour un foie en santé?

Découvrez les aliments à privilégier pour un foie en santé et pour mieux prévenir les maladies du foie.

Alimentation et santé du foie: les aliments pour mieux prévenir les maladies du foie.Shutterstock/Yulia Furman

Une alimentation adaptée pour mieux prévenir les maladies du foie

Le foie occupe la partie supérieure droite de la cavité abdominale et est protégé par la cage thoracique. Cet organe assure des milliers de fonctions chimiques et métaboliques vitales – dont le stockage des vitamines, du fer et d’autres minéraux liposolubles, ainsi qu’une réserve de glycogène en prévision des besoins. C’est le foie qui fabrique le cholestérol, les acides aminés et d’autres composés essentiels, qui nettoie 
le sang des déchets, qui détoxique l’alcool et les produits chimiques environnementaux, et
 qui métabolise la plupart 
des médicaments.

À l’inverse de la plupart des autres organes, et même après de sérieuses lésions, le foie est capable de se régénérer de façon remarquable en fabriquant de nouvelles cellules. Cette
 étonnante capacité permet au
 corps de fonctionner alors que
 seulement le quart du foie est 
sain. Mais, s’il est touché par une 
maladie destructrice ou soumis à des 
abus, notamment l’excès d’alcool,
 cet organe cesse de fonctionner, ce qui entraîne souvent la mort.

Surveillez votre alimentation pour réduire les symptômes et les risques de complications.

  • Faire de petits repas fréquents: Lors d’une convalescence de maladie hépatique, il faut fatiguer le foie le moins possible. Le patient ne doit pas manger d’aliments gras, difficiles à digérer. Et, comme il manque souvent d’appétit, mieux vaut remplacer les trois repas principaux par des collations nutritives réparties dans la journée.
  • Manger des aliments riches en oméga-3: Les acides gras oméga-3 semblent faciliter le métabolisme des graisses dans le foie. Une alimentation qui en contient beaucoup fait baisser le taux de triglycérides fabriqués par le foie, ce qui est utile aussi chez les patients ayant des problèmes cardio-vasculaires.
On trouve ces acides gras dans le saumon
et d’autres poissons gras, les fruits secs oléagineux, les huiles de colza et de noix.
  • Beaucoup de protéines: Des études montrent que les personnes qui ont une maladie hépatique ont besoin d’au moins 0,8 g de protéines par kilo de poids par jour et, mieux encore, de 1,2 à 1,5 g par kilo. Les résultats indiquent qu’il est bon
de consommer des protéines végétales comme celles du soja et d’autres légumineuses.
Ces quantités ne seront limitées qu’en cas d’encéphalopathie hépatique avec excès
d’azote dans le sang.
  • Beaucoup de vitamine D: La maladie hépatique peut entraîner de l’ostéoporose par manque de vitamine D, qui aide l’organisme
à absorber le calcium ; il faudra alors donner des suppléments de calcium et de vitamine D. Les autres vitamines et les minéraux devraient provenir de l’alimentation, car les suppléments peuvent perturber l’équilibre nutritionnel et, dans le cas d’excès de fer, causer de sévères lésions au foie.
  • Évitez l’alcool: Il ne faut pas boire d’alcool jusqu’à la guérison complète et, dans certains cas, le supprimer à vie.

L’importance d’une bonne hygiène de vie pour prévenir les maladies du foie

Les maladies du foie sont courantes, mais, selon les spécialistes, beaucoup pourraient être prévenues par une bonne hygiène de vie. Les plus fréquentes sont l’hépatite (virale ou toxique), la cirrhose
 et le cancer. Le risque de cancer du foie est
plus grand chez les cirrhotiques et dans certaines hépatites virales ; mais, la plupart du temps, le
 foie est le site de métastases (cancers secondaires) venues d’autres organes. Les symptômes n’apparaissent souvent que lorsque la maladie
est à un stade avancé. Le symptôme typique de 
la maladie hépatique est la jaunisse : la peau et 
le blanc des yeux deviennent jaunes à cause d’une accumulation de pigments biliaires (bilirubine).

Les patients atteints d’une maladie du foie manquent souvent de vitamines hydrosolubles 
du groupe B (acide folique, niacine et thiamine) et de vitamines liposolubles (vitamines A et D). Les carences en vitamines sont plus fréquentes chez les alcooliques, qui ont tendance à remplacer les aliments par l’alcool. Même s’ils continuent 
de s’alimenter, leurs besoins en vitamines du groupe B ne sont pas toujours couverts, car l’alcool nécessite un surplus de ces vitamines pour pouvoir être métabolisé, ne serait-ce que partiellement. L’hépatite peut aussi être liée à une intoxication : médicaments, champignons.

Vous aimerez aussi:

Alcoolisme: comment savoir si vous buvez trop d’alcool?
Cancer du cerveau: 8 symptômes et signes à ne jamais ignorer
Cancer: Des médecins partagent leurs 15 meilleurs trucs anti-cancer

Vidéos les plus populaires