Share on Facebook

Tics nerveux et petites manies : est-ce normal?

Vous préférez consacrer 20 minutes à chercher un dentifrice plutôt que demander l’aide d’un employé. Ne vous en faites pas, vous n’êtes pas une exception ! Psychiatres, psychologues et autres spécialistes de la santé nous donnent leur avis sur ces tics nerveux et petites manies.

1 / 10
Tics nerveux: certains ne supportent pas les enfants des autres.George Rudy/Shutterstock

Pourquoi suis-je mal à l’aise avec les enfants?

Je n’ai rien à dire à des individus de moins de 12 ans, sans compter que je ne les trouve pas très mignons. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi?

«Celle-là, je l’entends souvent», avoue Charlynn Ruan, psychotechnicienne à Los Angeles qui, paradoxalement, rencontre principalement des mères. «La plupart me disent “les seuls enfants que j’aime sont les miens”.» Ce problème, plus courant qu’on ne l’imagine, traduit la peur de l’embarras. On craint entre autres que des vérités qu’on ne veut pas entendre sortent de la « bouche des enfants ». « Le monsieur sent bizarre, maman!» « Vous devez manger vraiment beaucoup, madame. » « C’est quoi ces lignes sur votre visage ? » Puis, il y a le cas gênant des parents (ou, pire encore, des grands-parents), adorateurs convaincus de leur enfant, dont on devrait vénérer toute parole. Pas étonnant que vous ne soyez pas à l’aise en compagnie de ces petits monstres.

Le Dr Howard Forman, psychiatre à l’Albert Einstein College of Medicine de New York, a une solution : lisez un livre à l’enfant. Cela vous met aux commandes et vous donne quelque chose à dire.

Indice de gravité (sur 10, 10 étant le plus grave) : 2
Pas tant que ça.

Découvrez aussi 22 phobies dont vous ignoriez l’existence.

2 / 10
Tics nerveux : certaines personnes ont du mal à prendre des décisions, mêmes sans conséquences. Cookie Studio/Shutterstock

Je n’arrive pas à prendre une décision, même vitale


Choisir entre lire un livre et faire une promenade peut prendre l’après-midi. D’ailleurs, il m’a fallu une éternité pour me décider à écrire cette note!

L’incapacité de décider – qu’il ne faut pas confondre avec le fait de prendre son temps pour bien évaluer une situation – est une maladie, explique le psychiatre californien David M. Reiss. Elle peut mener à une paralysie fonctionnelle : incapable de décider, on ne fait rien. La psychothérapeute Tina B. Tessina rappelle qu’il s’agit d’« aboulomanie ». « Les personnes atteintes sont normales sous d’autres aspects, mais elles ont une grande difficulté à faire des choix, au point de perdre tous leurs moyens. » Souvent éduquées par des parents autoritaires, elles n’ont pas appris à choisir, explique Charlynn Ruan. Mais cela peut aussi résulter de l’anxiété. Obsédées par les conséquences d’une décision, elles deviennent si inquiètes qu’elles préfèrent ne pas en prendre. Assurez-vous de ne pas prendre de décision à 14h.

Dans l’un ou l’autre cas, mieux vaut consulter un psy. « La thérapie à long terme est préférable dans le premier cas, car le sujet a l’occasion de se sentir soutenu dans diverses décisions », affirme Charlynn Ruan. Si le problème est lié à l’anxiété, certains antidépresseurs peuvent être utiles.

Indice de gravité : 7
Ça vous rend fou, mais ça se soigne.

3 / 10
Tics nerveux : certaines personnes préfèrent se débrouiller seuls plutôt que demander de l'aide.Olena Yakobchuk/Shutterstock

J’aime mieux me débrouiller seul


Je préfère passer 20 minutes à chercher quelque chose dans un magasin plutôt que demander de l’aide.

Selon le Dr Friedemann Schaub, il y a ici deux peurs à l’œuvre : passer pour un idiot et s’imposer aux autres. Il y a d’abord notre crainte de déranger l’employé, qui est pourtant payé pour nous servir. Mais cette peur se double de celle d’être un mauvais client. « Quitter la boutique sans rien acheter après avoir pris de leur temps est embarrassant », dit le Dr Schaub. Sans demander d’aide, on est libre de sortir les mains vides sans se sentir coupable. Suivez ces 13 astuces pour survivre au service à la clientèle.

La vérité est qu’en général le personnel de magasin s’ennuie et aime bien être dérangé et vous aider. «Tout le monde aime être utile, affirme Alan Hilfer, psychologue à New York. Parfois, en voyant un touriste chercher à s’orienter, je ne peux pas m’empêcher d’aller proposer mon aide.» Si vous ne trouvez pas quelque chose, n’hésitez pas à demander. Vous ferez plaisir à votre interlocuteur – et trouverez peut-être ce que vous cherchez.

Indice de gravité : 3
Un peu insensé, mais facile à soigner.

4 / 10
Tics nerveux : certains se rongent les ongles jusqu'au sang.file404/Shutterstock

Je me ronge les ongles


Bon, je ne suis pas le seul. Mais je m’arrache aussi la peau jusqu’au sang. Voilà qui n’est pas normal, non?

En effet. Nous nous sommes tous rongé un ongle ou deux et avons également arraché quelque bout de peau sèche, mais au point d’en saigner… Charlynn Ruan a même vu des patients se percer la peau avec les dents. «Ils paraissent drogués, dit-elle, mais c’est par anxiété.» Selon elle, c’est parce que la partie du cerveau responsable de l’instinct de survie est bloquée en position « faire quelque chose » sans que la situation nécessite de se battre ou de s’enfuir. Même seul dans le salon, cette énergie doit être évacuée – et la solution est de mordiller, à la folie. Elle suggère de consulter un psychiatre pour obtenir un antidépresseur «qui calmera l’anxiété». Il peut aussi vous aider à modifier votre comportement.

Rappel : l’anxiété se nourrit d’elle-même. Elle ne s’arrête pas tant qu’on n’en affronte pas la cause. Plus tôt vous obtiendrez de l’aide, plus tôt ce qui vous ronge (vous-même) se portera mieux. Essayez aussi nos 50 meilleurs trucs pour gérer le stress et l’anxiété.

Indice de gravité : 8
C’est sérieux. Demandez de l’aide avant que les choses ne s’aggravent.

5 / 10
Tics nerveux : certains ne supportent pas les câlins. LightField Studios/Shutterstock

Je n’aime pas les accolades…


Tous mes amis aiment se serrer dans les bras, sauf moi ! Je n’ai pas peur des germes et j’adore mes amis, mais je me contenterais d’une poignée de main. Est-ce trop demander?

«J’aurais pu poser cette question moi-même, dit le Dr Forman. Je trouve les embrassades compliquées. Combien de temps doivent-elles durer? Avec quelle force doit-on serrer? Que faire de ses mains? Doit-on utiliser les deux bras? S’embrasser soulève plus de questions que de réponses.»

Depuis quelques années, la société est plus friande d’embrassades. Consultez notre article sur les bienfaits insoupçonnés des câlins. Le Dr Forman l’explique par les talk-shows télévisés  où les invités sont souvent accueillis par une embrassade. Peut-être est-ce la culture « vieux frères » poussée à l’extrême ; voir un copain, une copine, donne envie d’un gros câlin. Qu’importe la raison, on peut désamorcer le mouvement en tendant la main. Pour une poignée de main plus chaleureuse, on attrape l’avant-bras de l’autre. Beaucoup de contact et d’affirmation, mais pas d’embrassade. Et si cela vous met mal à l’aise, voyagez : sur la moitié du globe, ce sont les embrassades qui sont déplacées.

Indice de gravité : 1
Vous n’êtes pas fou, mais coincé dans une culture affectueuse.

6 / 10
Tyler Olson/Shutterstock

Irresistible envie de dire «bonjour»!


J’éprouve le besoin irrépressible de saluer tous ceux que je croise au bureau ou dans la rue. Ça me semble (à moi et aux autres) excessif, mais je ne peux pas m’en empêcher. Est-ce étrange?

Vous venez peut-être d’un coin de pays où les gens sont très chaleureux. Charlynn Ruan a vécu à Atlanta où les gens sont bavards, même dans les toilettes publiques. « Une femme me parlait, raconte-t-elle, et je me disais “On est supposé faire semblant de ne pas voir les pieds de l’autre ! Tu brises les conventions !” Mais bon, ils sont comme ça, et au demeurant très sympathiques. »

Si vous voulez atténuer vos salutations, marquez-les d’un sourire, sans ralentir. Cela dit, « il n’est pas nécessaire de tout analyser », dit le Dr Aaron Pinkhasov, président du département des études comportementales au Winthrop Hospital de l’Université de New York. Le problème n’est pas de saluer les passants, mais d’en être à ce point conscient qu’il en résulte un malaise qui vous poussera à éviter les rencontres, à faire des détours ou à rester à votre bureau. Si vous en êtes là, essayez de vous souvenir qu’être amical n’est pas un crime. Et même, commente le Dr Forman, « si c’est tout ce qui cloche chez vous, vous allez plutôt bien ». Suivez ces 11 astuces pour être plus à l’aise en société.

Indice de gravité : 1
Il ne faut qu’une bonne stratégie.

7 / 10
Manger de la craie fait partie des tics nerveux pouvant révéler quelque chose de plus grave. Parilov/Shutterstock

Accro à la craie


Je suis accro à la craie; pas pour écrire, mais pour la manger. Pourquoi ne puis-je me contenter de burgers et de frites?

Le besoin de manger ce qui n’est pas de la nourriture – sable, café moulu, allumettes, boules de naphtaline – s’appelle le pica, fréquent chez les enfants et les femmes enceintes. On le définit comme le besoin persistant de manger des substances sans aucune valeur nutritionnelle. La cause n’est pas claire, mais ce pourrait être parce que « le corps cherche des nutriments » à la suite d’un trouble métabolique, explique le psychiatre David Reiss. Mais ce trouble peut aussi être d’origine psychologique. « J’ai vu des patients atteints du syndrome de Münchhausen, qui pousse à se rendre soi-même malade pour obtenir des soins. Ils peuvent ingérer n’importe quoi, même des couteaux ou du sang, dit-il. L’un d’eux a avalé une fourchette, on ne sait toujours pas comment ! »

Allez rapidement consulter votre médecin pour savoir si vous avez besoin de nutriments. Sinon, voyez un psychiatre. Découvrez comment trouver le bon psychologue ou psychiatre.

Indice de gravité : 9
Si c’est plus qu’une carence alimentaire, c’est un réel problème.

8 / 10
Tics nerveux : certaines personnes s'imagines tuer leurs proches.Prostock-studio/Shutterstock

Empoisonneur imaginaire


C’est lugubre, mais j’imagine souvent empoisonner ma famille et mes amis lorsque je leur prépare à manger. Je les aime, alors pourquoi ai-je ces pensées?

Parfois, ce qui se cache au plus sombre de notre subconscient (torture, mort, faire des choses horribles à sa belle-mère) remonte en surface, dit Alan Hilfer. « Ce sont des pensées brèves, obscures et réprimées qui reviennent de temps à autre, et qui nous font dire : comme c’est bizarre ! » Pourquoi nourrissons-nous le fantasme de renverser un piéton ? Est-ce parce que nous sommes conscients de la fragilité de la vie? (Une mauvaise décision de notre part serait fatale.) Ce pourrait être une colère latente. « Peut-être que nous n’avons jamais osé faire face à l’agressivité qui nous habite », lance le Dr Schaub. Mais peut-être que l’éventuel empoisonneur peut simplement en avoir marre de cuisiner pour ceux qui ne rendent jamais la pareille. « Cela ne veut pas dire qu’il voudrait vraiment les tuer ; la pensée n’est qu’une métaphore », dit-il. Ça mijote, comme un dîner aux épices un peu spéciales.

Indice de gravité : 3
Vous êtes fou… si vous voulez vraiment les tuer. Si c’est de la colère, occupez-vous-en. Sinon, ne vous en faites pas.

Voici 11 signes que vous êtes passif-agressif sans le savoir.

9 / 10
Avoir des hallucinations relève plus de la démence que des tics nerveux.VGstockstudio/Shutterstock

Les enfants sont-ils vraiment là?


Ma vieille mère commence à dire des choses comme «Ah oui, les enfants étaient là il y a un instant», mais il n’y a pas d’enfants là où elle vit. Est-ce un début d’alzheimer?

Appelé trouble du corps de Lewy, c’est une forme de démence plutôt fréquente. Moins courant que l’alzheimer, ce trouble se manifeste lorsqu’une « personne âgée n’ayant jamais eu d’hallucinations dans sa vie voit des enfants, des proches décédés ou des petits animaux », dit Charlynn Ruan. Cette maladie touche une partie du cerveau responsable de la vue ; la personne voit réellement des choses que personne ne voit. Malheureusement, comme toutes les démences, elle est incurable. Mais ces hallucinations semblent tenir compagnie aux sujets pendant un temps. Si vous demandez comment vont les enfants (ou les petits animaux sympathiques), ils peuvent répondre qu’« ils sont là, près de la plante », affirme Mme Ruan. À l’époque, on les appelait « anges » ou « esprits » ; ils en jouent le rôle. Assurez-vous de connaitre les 7 premiers signes de la maladie d’Alzheimer.

Indice de gravité : 8
Des médicaments sur ordonnance peuvent atténuer les hallucinations.

10 / 10
Tics nerveux : certaines personnes se déconcentre vite lorsqu'on leur parle.Estrada Anton/Shutterstock

Les pensées qui s’égarent


Quand j’interroge quelqu’un (sur un itinéraire, par exemple), mes pensées s’égarent. Au lieu d’écouter comment me rendre à destination, je fixe les horribles boutons de chemise de mon interlocuteur. Pourquoi ne puis-je pas me concentrer?

Peut-être essayez-vous tellement de montrer votre attention que vous pensez plutôt déjà à la suite. « C’est fréquent lors des premiers rendez-­vous, dit Alan Hilfer. Au lieu d’écouter la réponse, on pense déjà à la question qu’on posera pour montrer qu’on est attentif. » Selon Tina B. Tessina, on peut entraîner le cerveau à être plus concentré en allumant brièvement la télévision ou la radio et en s’efforçant d’être attentif ; puis, on éteint et on essaie de se rappeler ce qui a été dit. Cela développe rapidement l’attention. Retrouvez plus de moyens d’améliorer la concentration.

Indice de gravité : 3
Pas trop fou, juste prédisposé à la distraction.

Contenu original Selection du Reader’s Digest