Fièvre : quels sont vos besoins nutritionnels

La fièvre n’est pas une maladie, mais la manifestation d’un trouble sous-jacent, pour la combattre vous devez combler vos besoins nutritionnels.

En période de fièvre, boire beaucoup d'eauShutterstock

Les besoins nutritionnels, en cas de fièvre

Boire beaucoup : La sudation, qui est la réponse de l’organisme à une température élevée, entraîne une déperdition liquidienne, qui s’aggrave en cas de diarrhée et de vomissements. Il est donc important de boire au moins 1,5 litre d’eau ou de bouillon par jour pour empêcher la déshydratation. Si un patient fiévreux n’a pas soif, mieux vaut lui proposer une petite quantité de jus de fruits coupé d’eau de temps en temps plutôt que de lui offrir
un plein verre. À un enfant, on pourra donner un peu de sorbet à sucer.

Les nourrissons fiévreux se déshydratent
 très vite, parce qu’ils ont une grande surface corporelle comparativement à leur poids :
ils peuvent perdre rapidement beaucoup d’eau. Quand un bébé a de la fièvre, il faut lui donner souvent des biberons d’eau ou de solution de réhydratation. On trouve ce genre de solutions, en poudre ou prêtes à l’emploi, en pharmacie.
À défaut, on peut également la préparer soi-même en faisant dissoudre 1 cuillerée à soupe de sucre
et 1 cuillerée à café de sel dans 20 cl (1 grand verre) d’eau. Le mélange sera épais, mais buvable.

Ne pas affamer la fièvre : Le dicton « Nourrir un rhume et affamer une fièvre » n’a aucune valeur scientifique. Il faudrait au contraire absorber plus de calories que d’habitude, car le métabolisme s’accélère au fur et à mesure que la température monte. Si vous avez faim, mangez, mais il est préférable de se nourrir d’aliments digestes,
pour ne pas surcharger le système digestif.

En cas de diarrhée : Si la température s’accompagne de diarrhée, il faut éviter les aliments solides jusqu’à ce que le transit intestinal se stabilise. Prenez de petites quantités de nourriture facile à digérer : banane bien mûre, compote de pommes, pain blanc grillé trempé dans du bouillon de poulet ou de bœuf, soupe, riz, semoule fine cuite dans
du bouillon de légumes, œuf dur ou poché.

Causes et symptômes de la fièvre

La fièvre n’est pas une maladie, mais la manifestation d’un trouble sous-jacent, une infection la plupart du temps. Selon la cause, elle pourra s’accompagner d’autres symptômes : transpiration, frissons, soif, éruptions cutanées ou rougeurs, nausées, vomissements et diarrhée.

La température, sans autre symptôme, ne nécessite pas de traitement : c’est la façon qu’a le corps de combattre naturellement la maladie. Généralement, il ne faut pas tenter de la faire baisser, à moins qu’elle ne soit très élevée ou ne s’accompagne d’autres symptômes. L’aspirine, le paracétamol ou l’ibuprofène suffiront à la faire baisser au besoin. Mais il ne faut jamais donner de l’aspirine à un patient de moins de 15 ans sans l’approbation du médecin : lors d’une infection virale, l’aspirine augmente le risque de présenter le syndrome de Reye, une maladie qui affecte le cerveau et le foie, et qui peut être mortelle.

On se souviendra que la température d’un enfant peut s’élever très rapidement et qu’une température de plus de 39 °C ne reflète pas nécessairement la gravité d’une maladie.

Vous aimerez aussi :

Quatre façons de rester en santé durant la saison du rhume et de la grippe
Combattre le rhume et la grippe avec ces 16 aliments
Vrai ou faux: 7 mythes de la grippe et du vaccin antigrippal

Vidéos les plus populaires