Share on Facebook

Dyslexie: tout ce que vous savez… est probablement faux!

La dyslexie peut rendre la lecture difficile et, surtout, pas très amusante pour votre enfant. Et la propagation de tous ces mythes concernant cet état est loin d’être utile et peut même vous décourager. Départageons ce qui est vrai… de ce qui est faux!

1 / 10
Les garçons dyslexiques sont plus souvent diagnostiqués à l’école

Mythe n° 1 : c’est une affaire de garçon

Réalité: Les garçons dyslexiques sont plus souvent diagnostiqués à l’école, selon Bob Cunningham, un enseignant qui est aussi un évaluateur, un administrateur de l’école et un conseiller sur les questions d’apprentissage et d’attention pour Understood.org. Pourtant, la dyslexie affecte les deux sexes en nombre presque égal. Alors, qu’est-ce qui explique cette différence? Les chercheurs ont constaté, qu’à l’école, les filles ont tendance se débrouiller à travers les défis tandis que les garçons deviennent plus turbulents. Les problèmes de comportement des garçons attirent davantage l’attention de l’enseignant.

2 / 10
Autant la génétique que les différences dans le cerveau jouent un rôle dans la dyslexie

Mythe n° 2 : la dyslexie est 100 % héréditaire

Réalité : Autant la génétique que les différences dans le cerveau jouent un rôle dans la dyslexie. Des recherches suggèrent que 40 % des frères et sœurs, des enfants ou des parents d’une personne dyslexiques le seront aussi. Mais, des analyses d’imagerie cérébrale ont également montré des différences dans la structure et la fonction du cerveau chez les personnes atteintes de dyslexie par rapport à celles ne le sont pas.

3 / 10
La dyslexie rend difficiles la compréhension et le décorticage des mots

Mythe n° 3 : les personnes dyslexiques lisent à l’envers

Réalité : La dyslexie rend difficiles la compréhension et le décorticage des mots. Les symptômes de la dyslexie incluent le « saut » de certaines lettres, toutefois mélanger des lettres n’est pas toujours un signe de dyslexie. (Les jeunes enfants qui ne souffrent pas de dyslexie le font souvent aussi.) Beaucoup d’enfants qui ont du mal à lire et à apprendre sont parfois diagnostiqués, à tort, avec un TDAH.

4 / 10
Juste parce qu’un enfant se mélange en écrivant, ne signifie pas qu’il est dyslexique

Mythe n° 4 : inverser les lettres est un signe définitif de dyslexie

Réalité : Juste parce qu’un enfant se mélange en écrivant, ne signifie pas qu’il est dyslexique. Certains enfants atteints de dyslexie ont des problèmes avec l’écrit, mais beaucoup n’en ont pas. La majorité des enfants qui inversent des lettres n’ont aucun problème d’apprentissage ou d’attention. Il n’y a pas nécessairement un problème sous-jacent qui entraîne ces erreurs. Un enfant peut renverser certaines lettres parce qu’il a une mauvaise mémoire pour se rappeler comment les former.

5 / 10
La dyslexie n'affecte pas uniquement la lecture

Mythe n° 5 : la dyslexie affecte uniquement la lecture

Réalité : l’écriture, l’orthographe, la parole et la socialisation sont autant d’aptitudes qui peuvent être affectées par la dyslexie. Parce que la dyslexie est une condition complexe, qui concerne le cerveau, elle peut affecter de différentes façons chaque personne.

6 / 10
Le cerveau fonctionne différemment chez les personnes touchées par la dyslexie

Mythe n° 6 : les personnes dyslexiques auraient seulement à travailler plus fort

Réalité : Parce que le cerveau fonctionne différemment chez les personnes touchées par la dyslexie, certaines méthodes d’apprentissage ne fonctionnent tout simplement pas pour eux. Des études ont montré les avantages du tutorat hautement structuré pour certaines personnes dyslexiques. Ces méthodes engloberaient toutes les voies d’apprentissage dans le cerveau, y compris la vue, le son et le toucher.

7 / 10
La dyslexie n’est pas un signe d’une intelligence en dessous de la moyenne

Mythe n° 7 : la dyslexie est un signe d’un faible QI

Réalité : La dyslexie n’est pas un signe d’une intelligence en dessous de la moyenne. Elle touche les enfants de toutes origines et de tous les niveaux d’intelligence. Être dyslexique ne signifie certainement pas que votre enfant n’est pas intelligent. Il est important de ne jamais dire que c’est le cas!

8 / 10
Les étudiants dyslexiques peuvent bien réussir à l’école

Mythe n° 8 : les étudiants dyslexiques ne peuvent pas bien réussir à l’école

Réalité : Avec de bonnes stratégies d’enseignement adaptées aux personnes dyslexiques et un soutien scolaire adéquat, de nombreux enfants poursuivent leurs études jusqu’à l’université! Et beaucoup en viennent même à aimer la lecture!

9 / 10

Mythe n° 9 : les enfants dyslexiques n’excelleront jamais dans leur carrière.

Réalité : Beaucoup de politiciens célèbres, d’animateurs populaires, de médaillés olympiens et bien d’autres adultes prospères sont dyslexiques. Pensez à Octavia Spencer, Anderson Cooper, Cher, Michelle Carter et Steven Spielberg, entre autres.

10 / 10

Mythe n° 10 : la dyslexie se guérit.

Réalité : La dyslexie est un trouble d’apprentissage dont l’origine est neurologique et elle amènera un lot de défis tout au long de la vie de la personne qui en souffre. Mais une intervention précoce, des ajustements et du support en classe pourraient avoir un impact significatif et positif sur la capacité d’apprentissage et le développement de la lecture de même que sur les résultats scolaires. Et voici un fait qu’on doit répéter : les parents sont la source « numéro un » de soutien auprès de leur enfant dyslexique. En travaillant de concert avec l’école et en travaillant pour améliorer les compétences en lecture, les familles ont un réel pouvoir de donner aux enfants dyslexiques les outils et la motivation nécessaires pour réussir à l’école et dans la vie.

 

Vous aimerez aussi:
TDAH Adulte: 12 symptômes et signaux d’alarme
Dépression infantile : 13 signes que tous les parents devraient connaître
Anxiété : 14 vérités que seuls les gens qui en souffrent comprennent

Tiré de Rd.com: Everything You Thought You Knew About Dyslexia Is Probably Wrong