Les bonbons et la santé dentaire

Les bonbons ont peu d’intérêt nutritif, mais ils sont populaires partout dans le monde. Consommés occasionnellement, ils ne font pas de tort aux personnes en bonne santé et dont le régime alimentaire est par ailleurs équilibré.

Les bonbons peuvent être source de caries dentairesShutterstock

Bonbons et carie dentaire

Les bonbons et autres aliments sucrés créent
 un milieu acide qui attaque l’émail des dents et favorise la prolifération des bactéries responsables de la carie dentaire. L’effet est moindre chez les personnes qui se brossent régulièrement les dents. Les bonbons durs à sucer sont aussi nocifs que
 les mous, qui collent aux dents.

Si vous ne pouvez pas vous brosser les dents après un repas, utilisez de la gomme à macher sans
 sucre : en activant les glandes salivaires, elle nettoie la bouche des particules qui s’y trouvent. Il en existe deux sortes : l’une renferme des édulcorants artificiels sans calories ; l’autre, un polyol comme
le xylitol, qui libère quelques calories – mais celles-ci ne peuvent être converties par les bactéries,
dans la bouche et sur les dents, en substances acides attaquant l’émail dentaire. Attention : 
les polyols en excès provoquent parfois diarrhée
et troubles gastriques. 

Quand le sucre des bonbons se transforme en graisse

Les bonbons renferment une grande quantité de sucres simples (saccharose, fructose, glucose), qui fournissent 400 kcal pour 100 g. Ils sont tous rapidement transformés en glucose
et passent dans le sang pour devenir
 une source d’énergie. Mais cette 
hausse rapide de la glycémie fait
 grimper en flèche le taux d’insuline,
ce qui amène le foie à convertir tout
 ce sucre en graisse. Et, lorsque le
 taux de sucre dans le sang redevient 
normal, le sujet recommence à 
avoir faim et se sent fatigué.

Les avantages et inconvénients des bonbons

Malheureusement ou sans surprise, nous retrouvons plus d’inconvénients à manger des bonbons que d’avantage.

Avantage :

  • Aliment plaisir, source rapide d’énergie.

Inconvénients :

  • Riche en sucres simples et en calories;
  • Le sucre peut provoquer la carie dentaire;
  • La réglisse peut faire monter la tension 
artérielle chez les sujets prédisposés.

Additifs et allergies

La plupart des bonbons durs
 comportent arômes et colorants
 artificiels, tous autorisés. Certains pouvant provoquer des allergies ou des réactions indésirables, il est important de vérifier 
les constituants quand on est prédisposé à ces effets. Heureusement, comme personne 
n’est « obligé » d’en manger, la solution est simple : on s’en passe !

Favorisant la rétention de sel et d’eau, la réglisse peut faire monter la tension artérielle des personnes qui y sont hypersensibles. Celles-ci éviteront donc d’en consommer.

Les différents types de bonbons

On distingue plusieurs types de bonbons :

  • 
 Des bonbons sucre cuit (acidulés ou à la
menthe, berlingots, fourrés, feuilletés, sucettes…), additionnés d’acide citrique ou tartrique ;
  • Les boules 
de gomme, dans 
lesquelles la gomme arabique
 donne la texture caractéristique ;
  • Les 
caramels, au lait, à la crème ou au beurre ;
  • Les gélifiés multicolores, si aimés des enfants, obtenus grâce à des gommes – gélatine, pectine et autres substances gélifiantes.
  • Et aussi les pâtes de fruits, nougats, pâtes d’amandes et autres délices…

Pourquoi aimons-nous autant les bonbons ?

La préférence de l’être humain pour les saveurs sucrées se manifeste tôt dans la vie et lui vient 
de son lointain passé : les baies comestibles et 
les fruits sont sucrés, alors que de nombreuses plantes vénéneuses sont amères. 
On croit que la production commerciale des bonbons est née avec l’introduction en Italie et en Espagne du massepain, pâte épaisse et crémeuse d’amandes et de sucre fabriquée par les Arabes
 et les Maures au Moyen Âge. Le mot « sucre »
est d’ailleurs dérivé de l’italien zucchero (qui
vient lui-même de l’arabe sukkar). 
En Europe, les bonbons ne furent d’abord que des épices confites dans du sucre préparées par les apothicaires. Ils restèrent rares et coûteux, jusqu’à l’apparition du sucre de betterave, au XIXe siècle, qui permit leur développement à très grande échelle.

 

Vous aimerez aussi :

5 aliments qui attaquent vos dents

8 desserts gourmands et réconfortants

Santé buccodentaire et gingivite au Canada

Popular Videos