Share on Facebook

14 petits gestes à poser pour lutter contre le racisme au quotidien

Jeremy Helligar est un ancien rédacteur en chef qui a travaillé pour différents magazines américains et sites web d’information. Avant de retourner vivre à New York en 2019, il a vécu 13 ans à l’étranger – durant lesquels il a couvert des sujets comme le divertissement, la culture pop, les voyages, la politique et les questions LGBTQ. Il partage ici ses 14 petits gestes quotidiens que vous pouvez poser pour lutter contre le racisme.

1 / 15
Jeremy Helligar explique comment lutter contre le racisme au quotidien.Avec l'aimable autorisation de Jeremy Helligar
Jeremy Helligar

L’agitation raciale qui s’intensifie actuellement aux États-Unis ne ressemble en rien à ce que le pays a vécu depuis les émeutes de Los Angeles sur le verdict de Rodney King en 1992. Malheureusement, la brutalité policière non nécessaire contre les Noirs persiste chez nos voisins du sud. À l’ère des téléphones intelligents et des médias sociaux, des images inquiétantes et dérangeantes nous bombardent de plus en plus fréquemment.

Le 25 mai 2020, le lynchage d’un policier Blanc de Minneapolis, Derek Chauvin, a été pris en photo, déclenchant une vague de protestations qui pourraient peut-être changer la donne. Pendant huit minutes et 46 secondes, le policier a appuyé son genou dans le cou de George Floyd tuant l’homme menotté qui avait été arrêté pour un billet de 20$ contrefait. Les dernières phrases de Floyd, suppliant de le laisser respirer, ont désormais une place immuable dans l’histoire américaine.

Mes amis blancs me demandent ce qu’ils peuvent faire pour aider à vaincre cette bête sauvage qu’est le racisme une fois pour toutes. Si jamais un changement survenait, il est nécessaire d’être conscients des actions quotidiennes qui l’entravent. Voici où je pense que nous pouvons commencer collectivement.

Rappelez-vous de ces mouvements de protestation qui ont marqué l’histoire du monde du travail.

2 / 15
N’ayez pas peur des mots «raciste» et «racisme».Tero Vesalainen/Shutterstock

N’ayez pas peur du mot «raciste»


Personne ne veut être pointé du doigt comme quelqu’un de raciste. Cependant, le raciste ne porte pas toujours une robe blanche et ne brûle pas toujours de croix. Le racisme se cache plutôt dans les microagressions quotidiennes, les commentaires désinvoltes (par exemple, «vous» lorsque vous parlez à un Noir à propos des Noirs) et les généralisations.

«Il nous est parfaitement utile d’être exclu. C’est le point culminant de la défense des Caucasiens sur ce sujet», a déclaré l’auteur de White Fragility, Robin DiAngelo, dans une interview accordée à Elle en 2018. Tant que nous ne reconnaîtrons pas le racisme systémique, nous ne pouvons pas le combattre efficacement, chez les autres et en nous-mêmes.

Vous serez surpris par ces faits incroyables qui semblent faux, mais qui sont vrais!

3 / 15
Rappelez vos proches à l’ordre lorsqu’ils disent des choses racistes.FIZKES/GETTY IMAGES

Rappelez vos proches à l’ordre lorsqu’ils disent des choses racistes


«Ils sont d’une autre génération» n’est plus une excuse valable pour un membre raciste de votre famille. Le monde a eu plus que le temps nécessaire pour se rattraper. Lorsqu’un membre de la famille entre dans un «champ de mines racial», vous devriez doucement l’éduquer sans lui faire la leçon ou le faire sentir honteux.

Amnistie internationale offre d’excellents conseils sur ce qu’il ne faut pas faire: «Si vous embarrassez quelqu’un ou si vous lui faites la morale, il y a de fortes chances qu’il se sente acculer au pied du mur et vos arguments pourraient alors tomber dans l’oreille d’un sourd.» Excuser les divagations d’un parent en se disant qu’il est vieux et déconnecté équivaut à tolérer cette forme de racisme, faisant de nous un accessoire de leur sectarisme.

On vous donne 12 solutions pour gérer les conflits entre amis.

4 / 15
Racisme: quand quelqu’un vous parle de ses difficultés en tant que minorité, écoutez.Lijphoto/Shutterstock

N’énumérez pas les difficultés des minorités autour de vous


Quand quelqu’un vous parle de ses difficultés en tant que minorité, écoutez. Luttez contre l’envie de souligner qu’un autre groupe auquel vous appartenez a les mêmes embûches, même si c’est le cas. Vous aurez le temps nécessaire pour aborder l’expérience de chacun en tant que membre d’une minorité ou d’un groupe opprimé. Transformer l’histoire de quelqu’un d’autre en votre propre apitoiement sur vous-même élimine votre compassion. Si vous n’êtes pas Noir, vous ne pouvez pas comprendre ce que vivent les Noirs. Les comparaisons paresseuses sont inutiles et insultantes, alors écoutez et apprenez.

5 / 15
Si une amie fait une fausse couche, évitez de lui dire "ça va aller."Prostock-studio/Shutterstock

Excusez-vous si vous en avez besoin


Les demi-excuses sont les pires. Si vous faites un commentaire raciste à une minorité et qu’elle vous le fait remarquer, il ne suffit pas de dire: «Je suis désolé que vous soyez offensé». Cette phrase tourne simplement le couteau dans la plaie.

Écoutez pourquoi cette personne est offensée et imaginez-vous à sa place. Si vous le comprenez et que vous êtes vraiment désolé, alors soyez-le, point final. Réfléchissez à ce que vous pourriez faire de mieux, puis faites-le. C’est une véritable contribution.

Assurez-vous de connaître les cas où vous devez vraiment cesser de vous excuser.

6 / 15
Les blagues racistes ne sont pas drôles, alors ne riez pas.LightField Studios/Shutterstock

Les blagues racistes ne sont pas drôles, alors ne riez pas


La nature humaine nous incite à nous intégrer, mais il y a des moments où l’intégrité signifie d’être séparé. Rire d’une plaisanterie raciste n’aura que pour effet d’encourager la personne qui l’a dite, de la répéter. Une bonne règle à suivre est de ne pas engager de conversations dans un groupe de personnes blanches que vous seriez mal à l’aise d’entretenir si une personne de couleur noire était présente. Si quelqu’un de votre entourage fait une blague raciste et que tout le monde rit, dites quelque chose. Cessez de vous taire et de laisser les choses aller. L’humour raciste est une autre façon dont les gens perpétuent le racisme sans même s’en rendre compte.

7 / 15
Les gens qui ont du charme ne s’intéressent pas qu’à eux-mêmes.ISTOCK/YURIARCURS

Arrêtez de dire que vous «ne voyez pas la couleur»


C’est un cliché que les Blancs utilisent pour s’absoudre des péchés de leurs ancêtres. C’est censé faire croire aux Noirs qu’ils ont évolué en Blancs, mais… c’est exactement le contraire. Dire que vous ne voyez pas la couleur, c’est comme dire que le racisme n’existe pas. En fait, selon Forbes, cela pourrait être mauvais pour la diversité. Réfléchissez deux secondes: si vous êtes un patron blanc qui ne voit pas la couleur, qu’est-ce qui vous empêche d’embaucher uniquement des blancs? Le déni «daltonien» entrave les progrès. Le noir n’est pas invisible. C’est l’éléphant dans chaque pièce. Dire que vous ne voyez pas la couleur, revient à dire que vous ne nous voyez pas.

Le saviez-vous? La discrimination fait monter la tension artérielle.

8 / 15
Racisme: apprenez à connaître l’Histoire des Noirs.pcruciatti/Shutterstock

Apprenez à connaître l’Histoire des Noirs


Ils ne l’enseignent pas à l’école. L’esclavage est plutôt généralement discuté du point de vue des Blancs: les législateurs et les présidents Blancs américains qui ont passé des décennies à en débattre et à lui donner des laissez-passer.

Abraham Lincoln est décrit comme le grand émancipateur, comme si des gens comme Sojourner Truth, Harriet Tubman et Frederick Douglass étaient restés assis en attendant qu’il les sauve! Si vous connaissez l’histoire des Noirs, vous comprendrez les grandes contributions des Noirs à la vie américaine et pourquoi tant d’entre nous sont toujours aussi en colère. L’histoire des Noirs est indivisible de l’histoire américaine et le Mois de l’histoire des Noirs (février) devrait durer toute l’année.

Apprenez comment profiter des bienfaits de la colère.

9 / 15
Martin Luther King Jr. a été scout.John Lindsay/AP/Shutterstock

Abordez l’héritage de Martin Luther King Jr. avec prudence


Il n’y a pas un Noir aux États-Unis qui n’ait pas une connaissance approfondie sur Martin Luther King. Nous n’avons pas besoin de Blancs pour nous partager ses citations. Nous avons passé notre vie à mémoriser ses leçons et à en tirer des forces. Le pillage n’est certainement pas la solution maintenant, mais, lorsque les Blancs citent la politique de non-violence de King pour faire honte à ceux qui ne protestent pas pacifiquement, cela nous rappelle tout ce que l’Amérique blanche a violemment pris à l’Amérique noire, y compris les sages paroles de King. Mais nous ne serons pas réduits au silence. La tradition de King (et James Baldwin et Maya Angelou) se poursuit dans les mots et les idées des jeunes générations de Noirs qui ont été et sont inspirés par eux. Nous devons prêter une attention toute particulière à ces nouvelles voix originales — ce sont celles qui nous guideront vers l’avenir.

Martin Luther King fait partie des célébrités qui ont été scouts.

10 / 15
Racisme: ne pensez pas que ce soit correct d’utiliser le mot N**** parce que les rappeurs l’utilisent.VITRANC/GETTY IMAGES

Ne pensez pas que ce soit correct d’utiliser le mot N**** parce que les rappeurs l’utilisent


Certains rappeurs pensent que laisser tomber le mot N**** dans leurs chansons les rend plus crédibles dans la rue. C’est discutable. Il n’autorise pas pour autant les non-Noirs à l’utiliser. Ce n’est pas juste? Eh bien, souvenez-vous à quel point les États-Unis ont été injustes envers les Noirs depuis des siècles. Laissez donc le mot N**** aux rappeurs. Et pendant qu’on y est, « thug » (qui signifie voyou) devrait être le dernier terme employé pour désigner les Noirs. Il ne fait que perpétuer un stéréotype faux et désagréable qui est toujours tétanisant pour les hommes Noirs.

11 / 15
Évitez de discuter à pleine voix, c'est un comportement impoli.FIZKES/SHUTTERSTOCK

Si vous n’avez pas à identifier les Noirs par la couleur de leur peau, ne le faites pas


C’est plus facile que l’on pourrait penser de faire une Amy Cooper de soi. Vous savez cette dame qui a appelé la police parce qu’elle se sentait menacée par «un homme afro-américain» qui la filmait après avoir refusé de mettre son chien en laisse dans Central Park. L’unique raison pour laquelle elle se sentait menacée est que l’homme était Noir et qu’elle était une femme blanche. N’est-ce pas facile d’impliquer la couleur et l’ethnie?

Même quand vous pensez que vous faites un compliment — «Elle est jolie … pour une fille noire» — un qualificatif racial peut pétarader. Pensez simplement ne pas utiliser le terme «noir», si vous n’utilisez pas le terme «blanc» pour décrire une situation similaire.

Le racisme peut être partout. Faites attention à ces signes révélateurs d’un climat de travail toxique.

12 / 15
Racisme: comprendre ce qu’est le privilège d’être Blanc.Nelson Antoine/Shutterstock

Comprendre ce qu’est le privilège d’être Blanc


Tant de gens pensent que s’ils sont blancs et pauvres, ils ne sont pas privilégiés. Ils passent complètement à côté de la plaque. Le privilège des Blancs ne concerne pas l’économie. Il s’agit plutôt de pouvoir exister dans un monde où la couleur de votre peau n’est pas la première chose que les gens voient de vous! Il s’agit de pouvoir exister dans un monde où la couleur de votre peau n’est pas quelque chose qui vous retient! Il s’agit de pouvoir exister dans un monde où les policiers ne mettent pas leur genou sur votre cou pendant plus de huit minutes!

«Il est néfaste de demander aux hommes et aux femmes de couleur de porter ces fardeaux chaque jour; les mêmes combats encore et toujours», a déclaré la sénatrice Kirsten Gillibrand en janvier 2019 au National Action Network du révérend Al Sharpton. À tout le moins, reconnaissez les avantages d’être Blanc quand vous en avez. C’est le seul moyen de commencer à équilibrer la puissance.

13 / 15
Le divorce permet de savoir qui vous aime vraiment.MONKEY BUSINESS IMAGES/ Shutterstock

Arrêtez de dire que «toutes les vies comptent» et de trouver la discrimination positive injuste


Bien sûr, toutes les vies comptent, mais il est clair que les Noirs doivent rappeler à tout le monde que leur vie est importante parce que beaucoup semblent l’oublier. L’écrivain new-yorkais Louis Menand s’est adressé directement aux opposants de la discrimination positive dans un essai paru en janvier 2020: «Pensez-vous vraiment que les Américains Blancs, peu importe leur travail ou leur niveau d’éducation, n’ont pas un avantage immortel en raison de la couleur de leur peau? Pensez-vous vraiment qu’il ne devrait y avoir aucun sacrifice à faire ni prix à payer pour les dommages systémiques causés à la vie de millions de citoyens américains? Et des hommes et des femmes qui sont leurs ancêtres?»

Plutôt que de se plaindre de la manière dont la société essaie de mettre de l’avant les Noirs, pourquoi ne pas nous célébrer et reconnaître tout ce que nous avons donné à ce pays et à travers le monde? À quel point nous pourrions contribuer davantage si seulement nous avions l’opportunité ou l’égalité des chances?

Jetez un coup d’œil à ces idées bizarres qui ont permis de changer les choses.

14 / 15
Le manque de communication peut créer un conflit entre amis.Fizkes/Shutterstock

Ne laissez pas les minorités faire tout le travail de conscientisation


Beaucoup de Blancs qui veulent contribuer au changement se retiennent de s’exprimer par peur de dire la mauvaise chose ou de se faire dire de se mêler de ses oignons. C’est compréhensible, mais il n’est pas nécessaire de marcher inutilement sur des œufs. Nous voulons l’entendre de votre part. Nous avons besoin de vous l’entendre dire. Les Noirs réclament un meilleur traitement depuis des siècles. Parfois, on a l’impression que personne n’écoute. Nous sommes fatigués. Nous avons besoin de nos alliés Blancs pour prendre le relais et parler aux gens dans leur entourage qui oublient notre combat quotidien.

15 / 15
Faites quelque chose contre le racisme.YES Market Media / Shutterstock.com

Faites quelque chose


Au début de la guerre du Golfe en 1990, le musicien de rock Sting disait que ce n’était pas le temps de «sloganer» (d’inventer des slogans politiques). Les dépêches, les hashtags et les platitudes sur les réseaux sociaux dits «réveillés et ouverts» sur la paix, l’amour et la compréhension banalisent la situation actuelle, qui est grave et complexe.

Si vous voulez être un allié, retweeter les idées des autres et changer votre photo de profil pour un carré noir est un bon début, mais ce n’est plus suffisant maintenant. «Les noirs et les bruns protestent depuis des siècles», écrivait Savala Trepczynski dans un article du magazine Time publié en juin 2020. «Ce sont les Blancs qui sont responsables de ce qui se qu’ils en font».

En fin de compte, parler n’est pas très onéreux. Et l’action n’a pas de prix. Participez à une manifestation pacifique comme l’ont fait Ariana Grande et Timothée Chalamet. Donnez de votre temps. Tendez la main à des voisins noirs et travaillez avec eux pour faire une différence dans votre propre communauté. Le vrai progrès commence avec chacun d’entre nous.

Voici ce qu’il pourrait arriver si les médias sociaux disparaissaient.

Contenu original Reader's Digest