Share on Facebook

Voici ce qui arrive au corps quand on arrête de vapoter

Il est prouvé que vapotage – autrefois considéré comme moins nocif que la cigarette – provoque des lésions pulmonaires et peut être mortel. De plus, arrêter de vapoter peut être difficile, car le vapotage est addictif. Il est toutefois bon de savoir qu’à la minute où l’on arrête cette habitude, le corps commence à en ressentir les bienfaits.

1 / 13

Voici ce qui arrive au corps quand on arrête de vapoter.Dmytro Tyshchenko/Shutterstock

Qu’est-ce que le vapotage?

Quand la cigarette électronique a fait son apparition, vers les années 2010, on a d’abord cru qu’il s’agissait d’une alternative plus saine au tabac, mais on n’a pas pu le prouver. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont dénombré près de 3000 cas de la nouvelle maladie pulmonaire associée au vapotage (MPAV). Des statistiques compilées dans 29 états américains rapportent 68 décès. À cela s’ajoute une possible aggravation des symptômes de la Covid-19 en lien avec cette habitude, menant potentiellement à des cas sévères et à un risque accru de mortalité au coronavirus.

Vapoter est mortel. En plus d’être accoutumant. Vapoter avec une JUUL peut être aussi nocif qu’un paquet de cigarettes quotidien. En vapotant, vous inhalez le jus (e-liquide) de la cartouche (pod) fixée à la cigarette électronique. À la nicotine s’ajoutent des dizaines d’ingrédients chimiques et d’arômes.

Les enfants et les adolescents ont été particulièrement attirés par le vapotage avec ses multiples saveurs – gomme à mâcher, mangue ou menthe. Aux É.-U., cette pratique a augmenté de 900%, entre 2011 et 2015, dans les écoles secondaires, rapporte le Service de santé publique américain.

Arrêter de vapoter peut être aussi difficile que cesser de fumer. Et bien que cela paraisse un défi pour le corps, ses bénéfices pourraient se faire sentir dès le moment où vous arrêtez. Poursuivez votre lecture pour savoir ce qui se passe exactement dans votre organisme dès que vous cessez de vapoter.

N’hésitez pas à suivre ces techniques fiables pour arrêter de vapoter.

2 / 13

Arrêter de vapoter permet d'obtenir des bienfaits cardiovasculaires rapidement.RADU BERCAN/SHUTTERSTOCK

20 minutes plus tard: bienfaits cardiovasculaires

Il suffit d’un arrêt de 20 minutes pour que «le rythme cardiaque revienne à la normale, la pression artérielle décroisse et la circulation sanguine se normalise», explique le Dr Nikola Djordjevic, chef de projet de Med Alert Help.

Votre respiration peut aussi s’améliorer. Les deux principales composantes d’une cigarette électronique (e-cigarette), le propylène glycol et la glycérine végétale, génèrent des produits chimiques, avec la chaleur, sont préjudiciables à vos voies respiratoires, selon une recherche parue en 2018 dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health. «En cessant de vapoter, vous devriez respirer de façon moins laborieuse et avoir un meilleur débit respiratoire», souligne Caleb Backe, expert en santé et bien-être chez Maple Holistics.

Les pays avec un faible taux de crises cardiaques sont des pays où les habitants fument le moins.

3 / 13

Le début du sevrage à la nicotine commence quelques heures après que vous ayez arrêté de vapoter.GAUDILAB/SHUTTERSTOCK

Quelques heures plus tard: début du sevrage à la nicotine

La nicotine crée de la dépendance, et vous pourriez présenter des symptômes mineurs et temporaires. «Les symptômes aigus de sevrage à la nicotine peuvent être psychologiques et physiologiques», explique le Dr Djordjevic. Parmi ceux d’ordre psychologique, on retrouve: le manque de nicotine, les changements d’humeur, les troubles de la concentration, l’irritabilité et l’anxiété. Et pour les symptômes physiologiques: les maux de tête, la transpiration, les tremblements, l’insomnie, l’appétit accru, les crampes abdominales et la constipation.

Ces signes précurseurs arrivent souvent dans les 4 à 24 heures de l’arrêt. Ils peuvent culminer au troisième jour. «Ils décroîtront graduellement dans les trois à quatre semaines suivantes. Il faudra environ un mois pour mettre fin au cycle de la dépendance.»

Le saviez-vous: vapoter fait partie des choses qui peuvent abîmer vos dents.

4 / 13

On observe une diminution du risque d’infarctus quand on arrête de vapoter.MEMORY STOCKPHOTO/SHUTTERSTOCK

Un jour plus tard: diminution du risque d’infarctus

Selon une étude publiée en 2018 dans l’American Journal of Preventive Medicine, une cigarette électronique quotidienne double le risque d’infarctus. Celui-ci diminue cependant très rapidement lorsque vous arrêtez le vapotage. «Après un seul jour, ce risque chutera, car on pourra constater une baisse de la tension artérielle, une hausse de l’oxygène sanguin et la diminution de l’impact négatif du cholestérol sur la formation de caillots», dit le Dr Djordjevic.

Assurez-vous d’essayer ces choses efficaces pour arrêter de fumer.

5 / 13

On observe une augmentation des sens de l’odorat et du goût quand on arrête de vapoter.GARETSWORKSHOP/SHUTTERSTOCK

Deux jours plus tard: les sens commencent à s’affiner

Comme la cigarette, le vapotage peut amortir vos sens de l’odorat et du goût. Mais en seulement 48 heures, vous pourriez avoir plus de facilité à goûter et à sentir les aliments. Et la nicotine n’affecte pas que le cerveau. Des recherches récentes indiquent qu’elle pourrait également augmenter la glycémie. En parlant de ça, ces informations sur la glycémie pourraient vous sauver la vie!

6 / 13

On observe l'élimination de la nicotine de l’organisme quand on arrête de vapoter.SIRILUK OK/SHUTTERSTOCK

Trois jours plus tard: élimination de la nicotine de l’organisme

L’apparition de symptômes de sevrage à la nicotine peut prendre trois jours. «La nicotine quitte votre organisme au troisième jour, au moment où les symptômes de sevrage culminent», selon le Dr Djordjevic.

«Les symptômes de sevrage incluent maux de tête, transpiration, crampes abdominales et envies de nicotine», dit le Dr Osita Onugha, chirurgien thoracique au Providence Saint John’s Health Center de Santa Monica (Californie).

7 / 13

Les poumons présentent de nouveaux signes de santé quand on arrête de vapoter.IMAGE POINT FR/SHUTTERSTOCK

Au bout d’un mois: les poumons présentent de nouveaux signes de santé

Les fumeurs ont souvent une toux tenace ou des sifflements en respirant, que l’on qualifie de toux du fumeur. Les cigarettes électroniques peuvent être très nocives pour la santé pulmonaire, et compliquer le combat contre les infections. En arrêtant le vapotage, vous permettrez à vos poumons de se rétablir. «Votre capacité pulmonaire s’améliore en un mois. Vous constaterez une réduction notable de l’essoufflement et de la toux», conclut le Dr Djordjevic.

Apprenez-en plus sur les effets dévastateurs du vapotage sur vos poumons!

8 / 13

On observe l'amélioration de la circulation sanguine quand on arrête de vapoter.ESHANPHOT/SHUTTERSTOCK

Trois mois plus tard: amélioration de la circulation sanguine

La nicotine dans les cigarettes provoque de la vasoconstriction dans la peau et autour du cœur, selon une étude parue en 2016 dans Trends in Cardiovascular Medicine. Celle des cigarettes électroniques serait tout aussi nocive. Le fait d’arrêter le vapotage améliorera la circulation sanguine par un retour au diamètre original des vaisseaux sanguins.

9 / 13

Les poumons redeviennent capables de combattre l’infection quand on arrête de vapoter.CASA NAYAFANA/SHUTTERSTOCK

Neuf mois plus tard: les poumons redeviennent capables de combattre l’infection

«Après neuf mois, la santé pulmonaire augmente en raison du renouvellement des structures microscopiques dans les poumons qui favorisent l’expulsion du mucus et le combat contre les infections», précise le Dr Djordjevic. Il en résulterait une importante réduction du risque d’infection et de complications de maladies comme la grippe et la pneumonie.

Voici quels symptômes de sevrage vous risquez d’avoir après avoir arrêté de fumer.

10 / 13

Le risque d’infarctus diminué de moitié quand on arrête de vapoter.BRIAN A JACKSON/SHUTTERSTOCK

Un an plus tard: risque d’infarctus diminué de moitié

La récupération du diamètre original des vaisseaux sanguins permet la reprise d’une cadence sécuritaire du rythme cardiaque, une baisse de la pression artérielle et un risque d’infarctus inférieur à celui qui existait durant le vapotage. «Un an plus tard, le risque cardiovasculaire diminue de 50%», ajoute le Dr Djordjevic.

11 / 13

On observe une diminution du risque d’AVC quand on arrête de vapoter.RICHMAN PHOTO/SHUTTERSTOCK

Cinq ans plus tard: risque d’AVC nettement diminué

Les effets à long terme d’une meilleure santé cardiaque et d’une pression artérielle diminuée procurent un autre avantage inestimable: un risque moindre d’AVC. En comparaison aux non-fumeurs, les vapoteurs courent 71% plus de risque de faire un AVC, selon une recherche présentée en 2019 à l’International Stroke Conference. Ce risque peut baisser immédiatement au moment de l’arrêt du vapotage et continuer de décroître par la suite de mois en mois.

Si vous appartenez à la génération des milléniaux, vous devriez cesser d’ignorer ces problèmes de santé.

12 / 13

On observe une diminution du risque de cancer quand on arrête de vapoter.ROSSHELEN/SHUTTERSTOCK

Dix ans plus tard: risque réduit de cancer

Selon une étude publiée en 2017 dans Scientific Reports, la cigarette électronique et le vapotage peuvent mener à des modifications de l’ADN et à des mutations génétiques, qui pourraient augmenter le risque de cancer. Ainsi, moins vous vapoterez et meilleure sera votre santé. «Après dix ans, le risque de cancer du poumon aura diminué de 50%, tout comme celui du pancréas, de la bouche et de la gorge, selon le Dr Djordjevic. Au bout de 15 ans, le risque de développer une maladie coronarienne sera le même que celui d’un non-fumeur. Ceci est également vrai pour le cancer du pancréas.»

Le cancer du poumon fait partie des 7 cancers difficiles à détecter.

13 / 13

Vingt ans après avoir arrêté de vapoter.MONKEY BUSINESS IMAGES/SHUTTERSTOCK

Vingt ans plus tard: comme si vous n’aviez jamais vapoté

Un jour viendra où tous les effets du vapotage n’auront plus de conséquence sur votre organisme et votre santé. «Après 20 ans, les facteurs de risque seront les mêmes que si vous n’aviez jamais fumé ou vapoté», précise le Dr Djordjevic.

Inscrivez-vous à l’infolettre de Sélection du Reader’s Digest!

Reader's Digest
Contenu original Reader's Digest