Thyroïde: 10 aliments que les spécialistes évitent – et 3 qu’ils aiment

Certains aliments reconnus pour leur valeur nutritionnelle – comme le chou frisé et le millet – ne représentent peut-être pas les meilleurs choix pour la santé de votre glande thyroïde.

1 / 14
Symptômes, causes et traitements pour les problèmes de glande thyroïde.Shutterstock

D’abord, qu’est-ce que la thyroïde?

La thyroïde est une glande en forme de papillon située à l’avant de votre cou. Son rôle est d’utiliser l’iode contenu dans votre alimentation afin de produire des hormones thyroïdiennes soutenant pratiquement toutes les fonctions corporelles auxquelles vous pouvez penser – rythme cardiaque, circulation sanguine, métabolisme, horloge interne, fonctions hépatiques – et la liste continue.

Selon l’American Thyroid Association, environ 20 millions d’Américains (et beaucoup plus de femmes que d’hommes) ont une glande thyroïde hyperactive ou hypoactive. Comme plus de la moitié d’entre eux ne le savent pas, c’est une bonne raison de découvrir les aliments que les spécialistes de la thyroïde aiment et ceux qu’ils évitent. Assurez-vous de reconnaître les signes silencieux d’un problème de thyroïde.

2 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les algues.MADLEN/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… le varech et les algues

Même si le varech et les autres algues sont considérés comme des superaliments verts, ces plantes marines ne sont pas nécessairement les amis de la glande thyroïde. «Les algues constituent la source la plus riche d’iode alimentaire», explique le Dr Richard Mack Harrell, endocrinologue au Memorial Healthcare System, en Floride. Ça peut sembler une bonne chose, mais une trop grande quantité d’iode pourrait être nocive.

Par exemple, dans une étude de cas réalisée en 2014, une femme se nourrissant de varech s’est retrouvée avec une hyperthyroïdie (thyroïde hyperactive) suivie d’une hypothyroïdie (thyroïde hypoactive).

«Généralement, les endocrinologues disent aux personnes qui souffrent d’une maladie thyroïdienne diagnostiquée de faire attention à leur consommation de varech et d’autres algues», déclare le Dr Harrell. L’endocrinologue Cheryl Rosenfeld, de Parsippany, au New Jersey, indique que le risque de manquer d’iode dans l’alimentation aux États-Unis est bas à nul puisque la nourriture en est enrichie.

Il est important de varier son alimentation, mais ça veut dire quoi exactement?

3 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent le chou frisé.ANA IACOB PHOTOGRAPHY/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… le chou frisé

Le chou frisé (ou kale) est un autre aliment santé populaire qui ne constitue peut-être pas le meilleur choix pour ceux qui ont des problèmes de thyroïde. Le chou frisé est un légume crucifère, et tous les légumes de cette catégorie (ex.: le chou, le brocoli, le chou-fleur, les choux de Bruxelles et le rutabaga) sont considérés comme des goitrogènes, substances qui perturbent la fonction thyroïdienne en interférant avec la manière dont la glande utilise l’iode, explique la Dre Rosenfeld. «Consommer trop de légumes crucifères peut rendre la thyroïde hyperactive ou hypoactive», dit-elle.

Le plus souvent, les personnes qui en mangent ont déjà des problèmes de thyroïde non diagnostiqués, et l’excédent de légumes crucifères vient faire pencher la balance. La cuisson les rend inoffensifs pour la thyroïde, mais comme le chou frisé se mange habituellement cru – dans des salades et des smoothies, par exemple –, ce peut être problématique. «Lorsque les gens mangent de grosses salades de chou frisé tous les jours, particulièrement lorsque leur niveau d’hormones thyroïdiennes est bas, cela peut affecter le fonctionnement de la thyroïde», déclare Cheryl Harris, diététiste et coach en nutrition à Fairfax, en Virginie.

Voici ce que vous devez savoir sur la glande thyroïde.

4 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les jus verts.KONSTANTIN KOLOSOV/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… les jus verts

La transformation en jus est plus qu’une mode santé, c’est un mouvement. Si vous avez des problèmes de thyroïde, par contre, il vaut peut-être mieux éviter cette habitude, conseille la Dre Rosenfeld. «Quand vous transformez vos légumes en jus, les goitrogènes sont encore plus concentrés, explique-t-elle. Mieux vaut manger vos légumes et vos fruits plutôt que de les boire.»

5 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent le soya.MRS.SIWAPORN/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… le soya

Le soya est un autre goitrogène pouvant représenter un problème chez les gens dont les niveaux d’iode sont déjà débalancés. «Le plus gros problème, c’est que le soya empêche l’absorption des hormones thyroïdiennes prises par les patients», déclare le Dr John Woody Sistrunk, endocrinologue à Jackson, au Mississippi. Évitez ce scénario en prenant vos hormones thyroïdiennes seules et sur un estomac vide, conclut-il.

Vous ne consommez pas assez d'aliments variés? Suivez ces conseils pour manger plus de légumes!

6 / 14
Une intolérance au gluten peut causer des flatulences.Katarzyna Wojtasik/Shutterstock

Ils évitent… le gluten

Bon nombre de gens souffrant d’une maladie thyroïdienne ont aussi la maladie céliaque, une maladie auto-immune déclenchée par la consommation de gluten. C’est pourquoi beaucoup de ceux qui ont des problèmes de thyroïde pensent qu’il vaut la peine d’éviter le gluten, explique Cheryl Harris. La Dre Rosenfeld et le Dr Sistrunk avertissent toutefois qu’en l’absence de maladie céliaque, il n’existe aucune preuve voulant qu’une alimentation sans gluten ait un quelconque effet sur la fonction thyroïdienne.

7 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent le sucre.Photo Win1/Shutterstock

Ils évitent… le sucre

Si le sucre n’a déjà pas bonne presse côté santé, vous pouvez maintenant ajouter les problèmes de thyroïde à la liste des récriminations à son égard. Cheryl Harris explique que les personnes souffrant d’une maladie thyroïdienne courent un risque plus élevé de développer un diabète de type 2 et une maladie cardiovasculaire. Limiter la consommation de sucre peut aider à minimiser ce risque. Voici comment une alimentation trop riche en sucre transforme le cerveau.

8 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les édulcorants artificiels.SPEEDKINGZ/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… les édulcorants artificiels

Oui, le sucre peut être nocif pour votre santé, mais les édulcorants artificiels ne valent pas mieux si vous êtes à risque d’avoir une maladie thyroïdienne. «Il existe de récentes études réalisées à petite échelle démontrant que les édulcorants artificiels peuvent affecter la fonction thyroïdienne, explique Cheryl Harris. On n’a pas encore réalisé d’études à grande échelle, mais on croit que les édulcorants artificiels peuvent affecter le microbiome intestinal», comme le suggère une étude publiée dans Trends in Endocrinology and Metabolism.

9 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les sels aromatisés.Julia Sudnitskaya/Shutterstock

Ils évitent… les sels aromatisés

Le problème ne vient pas de ce qu’il y a dans les sels, mais plutôt de ce qu’il n’y a pas. Beaucoup de sels de table disponibles aux États-Unis ont été iodés (on y a ajouté de l’iode) pour aider les consommateurs à ingérer une quantité suffisante du nutriment. Mais la popularité des sels de mer et kascher signifie que certaines personnes pourraient en manquer. «La seule utilisation connue de l’iode dans le corps est la fabrication des hormones thyroïdiennes», déclare la Dre Elizabeth N. Pearce, endocrinologue au Boston Medical Center et ancienne présidente de l’American Thyroid Association.

On vous donne 5 façons d’améliorer votre santé, selon les recherches scientifiques.

10 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent le millet et le manioc.JIANG ZHONGYAN/SHUTTERSTOCK

Ils évitent… le millet et le manioc

N’étant pas utilisées dans la cuisine américaine traditionnelle, les farines de millet et de manioc ont récemment gagné en popularité. «Le millet est une céréale qu’on retrouvait principalement aux États-Unis sous forme de graines pour oiseaux, explique Cheryl Harris. Mais on l’utilise beaucoup plus souvent aujourd’hui, particulièrement depuis que de plus en plus de gens consomment des aliments sans gluten. Le manioc, lui, est un légume-racine très utilisé dans la cuisine d’Amérique centrale, mais on s’en sert aussi aux États-Unis pour en faire entre autres de la farine et des tortillas.»

Comme le millet, le manioc ne contient pas de gluten, et les deux sont des goitrogènes. Le millet et le manioc ne sont ni l’un ni l’autre susceptibles de causer des problèmes de thyroïde, à moins que les gens n’aient déjà des niveaux d’iode bas ou une maladie thyroïdienne diagnostiquée, conclut-elle.

11 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les aliments transformés.Oxana Denezhkina/Shutterstock

Ils évitent… les aliments transformés

«Il y a beaucoup de spéculations à savoir pourquoi la maladie thyroïdienne est si courante aujourd’hui, et si les additifs et les produits chimiques contenus dans les aliments transformés y jouent un rôle, ajoute Cheryl Harris. Comme certains croient que la carraghénine et le polysorbate 80 sont des additifs associés avec de nombreuses maladies auto-immunes, cela pourrait aussi causer un problème thyroïdien. Mais ce scénario n’a pas été examiné en profondeur.»

«C’est une bonne idée d’éviter les aliments transformés, approuve la Dre Cheryl Rosenfeld. Une alimentation très riche en aliments transformés est associée avec le diabète (de type 2) et les maladies du cœur.»

Les viandes transformées font aussi partie des aliments que les oncologues évitent de manger.

12 / 14
Les spécialistes de la thyroïde aiment les noix du Brésil.RALIAND/SHUTTERSTOCK

Ils aiment… les noix du Brésil

Selon le National Institute of Health’s Office of Dietary Supplements, une portion de 30 grammes de noix du Brésil contient 544 microgrammes de sélénium. «Des données révèlent que si vous avez une thyroïdite chronique de Hashimoto, mais que votre thyroïde fonctionne encore, ses capacités diminueront plus lentement si vous consommez des quantités adéquates de sélénium», ajoute la Dre Rosenfeld. Comme le suggèrent certaines découvertes publiées dans Clinical Endocrinology. La thyroïdite chronique de Hashimoto est une affection auto-immune qui peut ralentir le fonctionnement de votre thyroïde.

13 / 14
Les spécialistes de la thyroïde aiment le thon.DAVID CARILLET/SHUTTERSTOCK

Ils aiment… le thon

Le thon et d’autres poissons comme les sardines étant riches en acides gras oméga-3 bons pour le cœur, l’American Heart Association recommande de manger deux repas de poisson (de préférence gras) par semaine. Le thon et les sardines, plus particulièrement, représentent aussi une bonne source de sélénium. N'hésitez pas à préparer cette recette de thon à la provençale sur baguette pour votre lunch!

14 / 14
Les spécialistes de la thyroïde évitent les œufs.IMAGEDJ/SHUTTERSTOCK

Ils aiment… les œufs

Représentant une excellente source de sélénium, les œufs peuvent contribuer au bon fonctionnement de votre thyroïde à plus long terme. Selon Les diététistes du Canada, 2 œufs cuits contiennent 34 microgrammes de sélénium. «Les multivitamines renferment aussi la dose quotidienne de sélénium recommandée», conclut le Dr John Woody Sistrunk.

Contenu original Reader's Digest