Cancer de la prostate: les aliments pour mieux prévenir

La prostate, une glande de la taille d’une noix située juste sous la vessie chez l’homme, est la source de multiples problèmes et du cancer de la prostate. Découvrez les aliments à privilégier pour mieux prévenir ce cancer.

Alimentation et prévention du cancer de la prostate: les aliments pour mieux prévenir.Shutterstock/DUSAN ZIDAR

Le rôle de l’alimentation dans la prévention du cancer de la prostate

Selon une étude menée par les Instituts nationaux de la santé des États-Unis, les hommes qui prennent des suppléments de zinc doublent leur risque de contracter un cancer avancé de la prostate. L’étude a porté sur quelque 47 000 hommes. Comparés à d’autres qui ne prenaient pas de suppléments, ceux qui en prenaient plus de 100 mg par jour doublaient leur risque.

Certains nutriments, minéraux, vitamines et aliments peuvent contribuer à mieux prévenir le cancer de la prostate:

  • Lycopène: Une étude récente effectuée auprès de 48 000 hommes a démontré que le lycopène (tomate, notamment en sauce ou en soupe, raisin noir, pastèque) semble réduire le risque de cancer de la prostate. Ces données confirment les recommandations d’augmenter la consommation de fruits et de légumes riches en antioxydants et en pigments bioflavonoïdes, qui protègent de plusieurs cancers. La cuisson des tomates semble libérer plus de lycopène ; les sauces et les soupes
à la tomate sont donc particulièrement bénéfiques. Le lycopène s’assimile mieux avec un peu de graisses, car il est liposoluble.
  • Vitamine E: On sait qu’elle réduit l’inflammation et peut protéger du cancer de
la prostate. Les fumeurs, chez qui les niveaux
de vitamine E sont faibles, présentent un risque accru de cancer de la prostate. Bonnes sources
de vitamine E : huiles végétales, noix et autres fruits secs oléagineux, germe de blé, céréales complètes.
  • Sélénium: Cet antioxydant pourrait protéger du cancer de la prostate. Mangez : fruits secs oléagineux (noix du Brésil), fruits de mer, viande, poisson, son et germe de blé, avoine, riz brun.
  • Isoflavones: Les produits du soja peuvent aider à prévenir l’hypertrophie bénigne, à protéger du cancer de la prostate et à ralentir la croissance tumorale. Cet effet est attribuable aux isoflavones, composants phytochimiques qui aident à abaisser la dihydrotestostérone (DHT), hormone mâle qui stimule la croissance du tissu prostatique.
  • Manger des crucifères et des oméga-3: Poissons gras et huiles végétales riches en acides gras oméga- 3 (huile de colza, mélange d’huiles) semblent réduire le risque de cancer de la prostate. Une alimentation riche en graisses saturées d’origine animale en augmente l’incidence. Les crucifères (brocoli, chou-fleur et choux) contiennent des isothiocyanates, éléments phytochimiques
qui semblent avoir un effet protecteur. Fibres, sélénium, vitamine E et éléments phytochimiques qui se trouvent dans les céréales complètes jouent un rôle préventif contre le cancer.
  • Boire beaucoup de liquides: quiconque 
ayant une hypertrophie de la prostate devrait boire beaucoup d’eau, et d’autres liquides non alcoolisés, et éviter la caféine.

Dépistage du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus courant chez l’homme. S’il est traité à un stade précoce, il est curable. Dans de nombreux cas, cependant, il peut avoir essaimé à d’autres organes lorsqu’on en fait le diagnostic. On conseille à tous les hommes un dépistage systématique annuel à partir de 50 ans : toucher rectal par
le médecin, dosage sanguin des PSA (antigènes prostatiques spécifiques), souvent augmentés en cas de cancer, puis échographie et biopsie
 si une anomalie est mise en évidence.

La prostate, une glande de la taille d’une noix située juste sous la vessie chez l’homme, est la source de multiples problèmes allant du cancer à l’hypertrophie bénigne et à l’inflammation (prostatite). Les prédispositions à ces problèmes sont les infections des voies urinaires, le mode de vie et une alimentation riche en graisses. Toutefois, il existe d’autres facteurs favorisants. Avec l’âge, la prostate tend à grossir : c’est l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Environ un tiers des hommes de plus de 50 ans ont cette affection non cancéreuse qui peut ralentir sérieusement l’émission d’urine.

Vous aimerez aussi:

Cholestérol: 8 dangereuses habitudes à éviter
Cancer chez la femme: 20 symptômes à ne jamais ignorer
Les 8 maladies les plus dangereuses que cache votre visage

Vidéos les plus populaires