Share on Facebook

9 symptômes qui ressemblent à ceux de l’autisme… mais ne le sont pas!

Bien que ces symptômes ressemblent à ceux de l’autisme, il n’en est rien. Voici comment faire la différence, selon les experts.

1 / 10
L'autisme peut ressembler à ces autres maladies.Nixx Photography/Shutterstock

Qu’est-ce que l’autisme?

Selon Santé Canada, l’autisme apparaît tôt dans l’enfance ou même dans la petite enfance et se caractérise par des difficultés d’élocution, de communication non verbale et de comportements répétitifs.

Les symptômes du trouble du spectre de l’autisme peuvent se diviser en deux catégories :

  • Interaction sociale et problèmes de communication
    Il peut s’agir notamment d’une difficulté à établir des interactions sociales ainsi qu’une incapacité à partager avec les autres ses intérêts et ses sentiments.
  • Difficulté dans les relations avec les personnes, les choses et les événements
    Elle se caractérise par une difficulté à déchiffrer les signes sociaux, à se faire des amis, à lire les expressions faciales ou à maintenir un contact visuel, selon l’Association psychiatrique américaine (APA).

Le nombre d’autistes est peut-être plus élevé que ne le pensent les experts : l’estimation de la prévalence de l’autisme au Canada, incluant les enfants et les adultes, est de 1 sur 94. Il serait de 1 sur 59 aux États-Unis, selon les Centres de contrôles des maladies (CDC) américains, mais une étude publiée en 2018 dans la revue Pediatrics indique qu’un enfant sur 40 souffrirait de cette maladie aux États-Unis.

Apprenez-en plus sur cette maladie qui varie beaucoup d’un patient à un autre.

2 / 10
L'autisme peut ressembler aux troubles obsessionnel compulsif (TOC).jesterpop/Shutterstock

Trouble obsessionnel compulsif (TOC)


Les symptômes du trouble obsessionnel compulsif, comme le lavage très répétitif des mains, le nettoyage ou le toucher d’objets comme les poignées de porte, peuvent ressembler aux mouvements répétitifs de l’autisme. Retrouvez plus de signes de TOC à identifier absolument. Les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel compulsif se laissent fréquemment envahir par leurs obsessions, un phénomène également partagé par les personnes autistes.

La principale différence est que les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel compulsif sont souvent mal à l’aise, dérangées ou tourmentées par leurs compulsions, apprend-on dans verywellhealth, alors que les autistes ne sont pas forcément perturbés par les pensées répétitives ou intrusives – les impulsions peuvent même être pour eux une source de réconfort.

Contrairement à l’autisme, le trouble obsessionnel compulsif peut frapper à tout âge et toucher les femmes davantage que les hommes, selon l’American Psychiatric Association (APA). Il peut être traité grâce à une psychothérapie et une médication.

3 / 10
L'autisme peut ressembler à la sociopathie.Ps.INL/Shutterstock

Sociopathie


Aussi connu sous le nom de trouble de la personnalité antisociale, ce « schéma comportemental qui se traduit par le mépris ou la violation des droits de l’autre », selon l’APA, peut amener une personne à agir de façon impulsive et à mépriser les normes sociales.

Cette affection, qui peut sembler similaire à l’autisme, s’en différencie toutefois grandement par le fait que les personnes qui en souffrent «agissent avec détermination et utilisent tous les moyens pour atteindre leurs objectifs égoïstes», rapporte Psychology Today. En d’autres termes, tout leur comportement est dirigé vers l’obtention de ce qu’elles désirent. Avec l’autisme, il n’y a pas de programme ou d’arrière-pensée.

Une autre différence est que les abus, la violence et la négligence durant l’enfance peuvent jouer un rôle dans le développement de la sociopathie – ce qui n’est pas le cas avec l’autisme.

La psychopathie est un autre trouble de la personnalité antisociale. Vous pensez fréquenter une personne qui en souffre? Voici 10 indices à reconnaître.

4 / 10
L'autisme peut ressembler à la schizophrénie.Hyejin Kang/Shutterstock

Schizophrénie


Selon l’APA, cette maladie mentale grave se caractérise par « des pensées incohérentes ou illogiques, des comportements et des paroles bizarres, des délires ou des hallucinations » visuelles ou auditives – entendre des voix, par exemple.

La schizophrénie ressemble à l’autisme dans la mesure où ces deux affections impliquent des problèmes cognitifs et sensoriels, qu’elles semblent avoir une composante héréditaire et qu’elles impliquent un développement cérébral atypique, d’après Spectrum News. Et les deux peuvent conduire à un repli sur soi et à un manque de sensibilité émotionnelle.

Cependant, la schizophrénie est davantage susceptible d’être diagnostiquée à l’âge adulte. De plus, les autistes n’ont ni délires ni hallucinations.

Renseignez-vous sur les facteurs de risque, les symptômes et les traitements possibles.

5 / 10
L'autisme peut ressembler aux troubles bipolaires.Hyejin Kang/Shutterstock

Troubles bipolaires


Les troubles bipolaires sont des « troubles mentaux qui affectent l’humeur, l’énergie et la capacité fonctionnelle d’une personne », selon l’APA. Les personnes atteintes de troubles bipolaires souffrent d’états émotionnels extrêmes et intenses appelés fluctuations fréquentes de l’humeur. Celles-ci peuvent être de nature maniaque, léthargique ou dépressive. N’ignorez jamais ces symptômes de troubles bipolaires.

Au cours d’un épisode dépressif, une personne atteinte d’un trouble bipolaire se retirera sur le plan social, se laissera facilement distraire et agira de manière imprévisible – tous les traits possibles de l’autisme. La différence, c’est que chez les personnes atteintes de trouble bipolaire, ces épisodes vont et viennent.

De plus, les personnes atteintes d’un trouble bipolaire peuvent être traitées par une combinaison de psychothérapie et de médicaments.

6 / 10
L'autisme peut ressembler à l'anxiété.Hyejin Kang/Shutterstock

Anxiété


Le trouble d’anxiété généralisée (TAG) se manifeste par « une inquiétude persistante et excessive qui nuit aux activités quotidiennes ». Cette inquiétude et cette tension permanentes peuvent s’accompagner de symptômes physiques tels que l’agitation, la sensation de nervosité ou de fatigue, la difficulté à se concentrer, la tension musculaire et les troubles du sommeil, ajoute l’APA.

Selon Anxiety and Depression Association of America, l’autisme se distingue du trouble d’anxiété généralisée par le fait que ce dernier est extrêmement répandu – 18% des Nord-Américains souffriraient d’un trouble anxieux. Et, contrairement à l’autisme, les TAG sont plus susceptibles de frapper les femmes que les hommes.

Vous souffrez d’anxiété? Suivez ces conseils de spécialistes pour y faire face.

7 / 10
L'autisme peut ressembler aux troubles de l'apprentissage.Rattana.R/Shutterstock

Troubles de l’apprentissage


Fondamentalement, il s’agit de tout handicap interférant avec l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul, selon l’APA. Bien que les enfants autistes aient aussi des problèmes d’apprentissage, ils sont capables de se concentrer et d’acquérir un très haut niveau de compréhension sur un sujet qui les intéresse. « Les enfants autistes ont surtout des problèmes de compréhension sociale, de communication en plus d’adopter des routines et des comportements répétitifs – problèmes auxquels s’ajoutent les obsessions et les champs d’intérêt très limités. Ces symptômes ne sont pas typiques des enfants ayant des troubles de l’apprentissage et de l’attention », selon understood.org.

8 / 10
L'autisme peut ressembler au trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).Shutterstock

Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)


Les symptômes de l’autisme et du TDAH peuvent se chevaucher : difficulté de concentration, hyperactivité et impulsivité. Mais alors que les enfants atteints de TDAH résistent à l’ordre et à la répétition, les enfants autistes peuvent au contraire trouver un certain réconfort dans ces contraintes, rapporte WebMD. Un enfant autiste peut hésiter à parler ou à s’engager avec les autres à moins qu’il ne s’agisse d’un sujet qui l’intéresse. Avec le TDAH, l’enfant parle impulsivement, souvent, et il interrompt les autres.

On estime que 8,4% des enfants et 2,5% des adultes souffrent d’un TDAH. Comme l’autisme, il est plus fréquent chez les hommes, selon l’APA.

Votre enfant souffre de trouble déficitaire de l’attention? Posez-vous ces 10 questions avant d’opter pour la médication.

9 / 10
L'autisme peut ressembler au syndrome de stress post-traumatique (SSPT).Hyejin Kang/Shutterstock

Syndrome de stress post-traumatique (SSPT)


Le SSPT implique à l’occasion des comportements qui s’apparentent à certains symptômes de l’autisme – cauchemars, crises émotionnelles, sentiments de détachement ou d’aliénation.

Mais comme le souligne l’APA, le SSPT résulte habituellement d’un épisode traumatique, et il frappe les femmes deux fois plus souvent que les hommes. (L’autisme est beaucoup plus répandu chez les garçons que chez les filles.)

De plus, le SSPT peut être traité par la psychothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et les médicaments.

10 / 10
L'autisme peut ressembler au syndrome de Tourette.takkun/Shutterstock

Syndrome de Tourette


Selon l’association américaine du syndrome de Tourette, ce trouble peut se manifester par des tics, comme un clignement des yeux persistants, des haussements d’épaules, des grognements ou le fait de prononcer certaines phrases sans le vouloir.

Ce manque de contrôle des mouvements et de la parole se retrouve également dans l’autisme, mais la plus grande différence entre l’autisme et les tics du syndrome de Tourette, c’est que ces derniers peuvent diminuer ou disparaître avec l’âge, selon l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry.

Vérifiez si vos tics et vos petites manies sont normales, selon les spécialistes de la santé.

Contenu original Reader's Digest