Schizophrénie

La schizophrénie est probablement la maladie mentale la moins bien comprise.

Schizophrénie

Ce qu’est la schizophrénie

On croit souvent, à tort, que la schizophrénie consiste en un dédoublement de la personnalité ou en une personnalité multiple. Dans ce cas, il s’agit plutôt du trouble dissociatif (véritable trouble de la personnalité), affection assez rare. Dans le cas de la schizophrénie, ce sont les pensées et les sentiments de la personne, et non sa personnalité, qui sont dédoublés ou fragmentés.

La schizophrénie est perçue différemment par ceux qui la vivent mais elle présente habituellement une perturbation grave des pensées, impressions et sentiments; la personne manifeste alors un comportement qui paraît étrange aux yeux des autres. Certains entendent des voix, d’autres voient des choses qui n’existent pas ou, encore, se sentent menacés ou persécutés. C’est la maladie psychotique la plus fréquente; comme toutes les autres de cette catégorie, elle se caractérise par une incapacité à faire la différence entre le réel et l’imaginaire.

Certaines personnes n’auront qu’un épisode psychotique au cours de leur existence et d’autres guérissent complètement de leur schizophrénie. D’autres enfin, guérissent partiellement, rechutant à l’occasion. Environ le tiers de ceux qui reçoivent un diagnostic de schizophrénie en souffrent pendant des années et nécessitent des soins médicaux soutenus.

La schizophrénie existe dans tous les pays et toutes les cultures, mais on ne la perçoit pas nécessairement de la même manière. Ainsi, dans certaines cultures ou religions, le fait d’entendre des voix revêt une valeur spirituelle.

Personnes à risque de schizophrénie

Bien qu’on ne connaisse pas la cause de la schizophrénie, les chercheurs ont mis le doigt sur un certain nombre de facteurs de risque.

Ainsi, on pense qu’elle pourrait être héréditaire, quoique le risque d’en souffrir si un membre de sa famille en est atteint soit tout de même assez faible. Les événements stressants de l’existence peuvent également y contribuer, par exemple, le décès d’un être aimé, la perte de son emploi ou les pressions continuelles telles que la pauvreté, l’itinérance et la discrimination. Les expériences traumatisantes de l’enfance, notamment l’abus sexuel et la violence physique, peuvent également jouer un rôle.

Bien souvent, divers facteurs sont en cause. Par exemple, la constitution génétique d’une personne peut la prédisposer à la schizophrénie, qui se manifestera plus tard dans la vie lorsqu’elle aura à confronter un ou des événements stressants.

Symptômes de la schizophrénie

Les symptômes de la schizophrénie varient d’une personne à l’autre mais, si vous en souffrez, vous présenterez vraisemblablement un ou plusieurs des suivants:

Altération des perceptions: la personne entend, voit, sent, éprouve, de manière parfaitement réaliste, des choses qui en réalité n’existent pas.

Croyances ou convictions étranges: par exemple, la personne croit qu’elle possède des pouvoirs spéciaux ou que quelqu’un essaie de la contrôler.

Manque d’enchaînement logique dans les pensées, qui ne semblent avoir aucun lien entre elles.

Sentiment d’apathie, de dépression ou incapacité à se concentrer.

Perte d’intérêt pour les activités qui apportaient autrefois du plaisir; repli sur soi, isolement, besoin d’éviter les gens ou de s’en protéger.

Traitement de la schizophrénie

Si vous pensez présenter un ou des symptômes de schizophrénie, consultez un médecin. Si vous croyez qu’une personne de votre entourage en présente les symptômes, encouragez-la à demander de l’aide et offrez de l’accompagner. Un traitement précoce pourrait contribuer à freiner l’apparition ou l’évolution de cette maladie.

Votre médecin vous référera probablement à un psychiatre qui vous évaluera et verra à vous traiter.

Médicaments contre la schizophrénie

On administre habituellement aux personnes souffrant de schizophrénie des antipsychotiques afin de combattre les symptômes psychotiques. Souvent prescrit dans le passé, l’halopéridol, ainsi que d’autres médicaments apparentés, atténue les hallucinations et les illusions chez de nombreuses personnes, mais il présente des effets indésirables, notamment des spasmes musculaires. Les nouveaux antipsychotiques, par exemple la clozapine, présentent moins d’effets secondaires. Cependant, comme tous les tranquillisants, ils sont sédatifs.

Il faut habituellement de 1 à 3 mois avant que ces médicaments donnent leur plein effet. En outre, il se peut que vous ayez à en essayer quelques-uns avant de trouver celui qui convient à votre situation. Demandez à ce qu’on vous administre les doses les plus faibles possibles afin de minimiser les effets secondaires. Environ le tiers des schizophrènes cessent de prendre leurs antipsychotiques à cause de leurs effets indésirables.

Changements dans le mode de vie

Les schizophrènes, de même que les membres de leur famille, éprouvent le besoin de parler de leurs sentiments et d’obtenir le soutien qui leur permettra de faire face à la maladie. Vous pouvez, à cet effet, avoir recours aux thérapies par la parole, tels que le counselling et la psychothérapie, en plus du traitement médicamenteux. La thérapie cognitivo-comportementale peut atténuer les symptômes tels que les illusions et les hallucinations. Elle s’attache à déconstruire les pensées négatives et à en vérifier la validité.

Voici quelques pistes de traitements ayant fait l’objet de recherches et qui ont donné des résultats positifs :

  • Suppléments d’oestrogène (pour les femmes);
  • Huiles de poisson (dans la sardine, le sprat et les suppléments);
  • Suppléments de vitamine E et B6 (pour soulager certains des effets secondaires des antipsychotiques).

 

Un diagnostic de schizophrénie touchant un membre de la famille ou un ami peut être dévastateur. Réfléchissez bien avant de réagir.

Voici ce que vous devriez faire:

  • Écoutez la personne, acceptez-la et offrez-lui votre soutien;
  • Concentrez-vous sur ses sentiments: il ou elle pourrait se sentir terrorisé et isolé;
  • Faites-lui savoir que vous acceptez le fait qu’elle entende des voix ou qu’elle interprète les choses d’une manière particulière;
  • Encouragez-la à demander de l’aide et du soutien;
  • Par ailleurs, ne négligez pas de prendre soin de vous-même et de demander de l’aide au besoin.

 

Voici ce que vous devriez éviter:

  • Faire à la personne des reproches et lui conseiller de se ressaisir;
  • Vous rendre responsable de ce qui lui arrive;
  • La contredire lorsqu’elle tombe dans le monde des illusions ou, au contraire, lui donner raison;
  • Prendre en charge son problème. Consultez-la plutôt et écoutez tout ce qu’elle a à dire sur le genre d’aide qu’elle souhaiterait obtenir.

Vivre avec la schizophrénie

Si vous souffrez de schizophrénie vos besoins et sentiments pourraient changer avec le temps, mais les quelques conseils qui suivent pourront tout de même vous aider dans la prise en charge de votre maladie:

  • Apprenez à reconnaître les signes précoces vous indiquant que vous n’allez pas bien et demandez de l’aide promptement;
  • Prenez les moyens nécessaires pour atténuer votre stress et les inquiétudes de votre vie quotidienne; identifiez les situations qui semblent vous troubler et évitez-les autant que possible;
  • Prenez contact avec un groupe d’entraide ou de soutien; vous y trouverez de l’information sur les enjeux pratiques de votre maladie, par exemple les médicaments ou vos droits;
  • En complément ou à la place des médicaments, vous pourriez suivre une thérapie par la parole, par exemple une psychothérapie. Cependant, n’interrompez jamais votre traitement médicamenteux sans en avoir d’abord parlé à votre médecin;
  • Entreprenez de nouvelles activités: art, théâtre, musique, yoga, techniques de relaxation. Vous en tirerez certainement de grands bienfaits.

Vidéos les plus populaires