Share on Facebook

Prendre une journée de maladie au travail: les 7 règles à respecter

Vous êtes malade, mais vous avez trop de travail pour prendre journée de maladie? Avant de prendre une décision, répondez à ces questions…

1 / 7
Si vous êtes contagieux, n'allez pas travailler.ISTOCK/SOUTH_AGENCY

Êtes-vous contagieux?

Vous avez une échéance qui va tomber rapidement et vous ne pouvez pas vous permettre de rester alité? Dites-vous que même si vous voulez absolument être au bureau, vos collègues de travail ont sans doute une opinion différente. Raeni Ware, directeur des ressources humaines au Sonwil Distribution Center de Buffalo, New York, constate que du point de vue de la productivité, la bonne chose à faire si vous êtes malade, c’est d’appeler pour le dire. «Qui sait combien d’employés vont tomber à leur tour malades parce qu’un de leurs collègues a refusé d’admettre qu’il était contagieux?»

Pour ceux qui sont en contact avec des clients, il est encore plus impératif de rester à la maison. «Imaginez comment vos clients vont être contents d’apprendre que vous leur avez refilé la dernière souche de grippe», demande Raeni Ware. Pour savoir si vous êtes contagieux, surveillez bien ces signes : diarrhée, production excessive de mucus, yeux rouges et irrités, joints douloureux et fièvre.

La grippe n’est pas une maladie anodine. Consultez ces 10 raisons de la prendre au sérieux.

2 / 7
Avant d'appeler malade, demander vous si vous êtes capable de faire votre travail.ISTOCK/PEOPLEIMAGES

Pouvez-vous faire votre travail?

Même si vous ne montrez pas tous les symptômes indiquant que vous êtes malade, il arrive que vous vous sentiez mal au point d’être incapable de faire correctement votre travail. Quand vous êtes malade, la qualité de ce que vous faites et l’attention que vous portez aux détails s’en ressentent, et la productivité plonge.

Ces effets sont encore amplifiés si vous travaillez dans un secteur qui exige de la concentration, si vous manipulez de la machinerie lourde ou si vous interagissez avec des clients difficiles. «Si l’employé malade n’a pas bien dormi, qu’il est étourdi ou qu’il prend des médicaments qui altèrent sa vigilance, il met en péril sa sécurité et celle des autres », note Raeni Ware. En prenant un jour de congé maladie, vous donnez à votre corps la possibilité de récupérer, ce qui va vous aider à retrouver forme et productivité plus rapidement.

Voyez comment la fatigue diminue vos performances au travail. 

3 / 7
Journée de maladie : prenez un jour de vacances en cas de fatigue mentale.ISTOCK/PAMELA-MOORE

Qu’en est-il de votre journée pour raison de « santé mentale »?

Il y a de ces jours où vous vous sentez très bien physiquement, mais où vous éprouvez le besoin de décrocher du stress du travail ou d’un patron exigeant. Pourriez-vous vous accorder une journée pour le repos de votre esprit? Pour ce type de jour de récupération, gardez vos jours de maladie et prenez un jour de vacances. Mais comme le fait remarquer Raeni Ware, «votre lourde charge de travail ou votre patron difficile peuvent devenir encore plus stressants et plus pesants parce que, maintenant que le travail s’empile sur votre bureau, votre patron pense que vous ne pouvez pas faire face et n’êtes pas digne de confiance.»

Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas prendre quelques jours de congé pour votre bien-être mental, « mais planifiez-les à l’avance et profitez-en vraiment! ». Sachez reconnaitre ces signes qu’il est temps de prendre des vacances. D’un autre côté, prenez une journée si vous en avez vraiment besoin, car vous venez de recevoir une terrible nouvelle ou car vous êtes incapable de cesser de pleurer.

4 / 7
Prenez congé seulement si vous êtes vraiment malade.ISTOCK/KATARZYNABIALASIEWICZ

Êtes-vous « vraiment » malade?

Voici un fait intéressant au sujet des journées maladie : elles sont le plus souvent prises les vendredis et les lundis. Curieux, n’est-ce pas? Habituellement, quand un employé ou une employée se fait porter malade, on doit pouvoir croire cette personne sur l’honneur.

Si vous abusez de la confiance que l’on place en vous, votre patron finira par l’apprendre – et il y a de bonnes chances qu’il ou elle ait déjà entendu toutes les excuses possibles imaginables. « La plupart du temps, on sait quand vous appelez et que vous n’êtes pas honnête, commente Raeni Ware. Votre patron gère des employés malades depuis des années et il est capable de repérer un faux malade à des kilomètres. » Si votre patron vous pince à tricher, vous risquez au mieux une réprimande – et au pire, de vous retrouver au chômage.

Vous prenez une journée maladie au moindre éternuement? Vérifiez si vous êtes hypocondriaque.

5 / 7
Souvent un courriel suffit pour aviser qu'on est malade.ISTOCK/RAWPIXEL-LTD

Appeler ou ne pas appeler?

Maintenant que vous savez quand et pourquoi appeler, reste à déterminer comment! Les avis sont ici très divergents. Faut-il appeler? Un courriel est-il suffisant? En cas de doute, vous pouvez toujours consulter le manuel de l’employé de votre entreprise ou demander franchement à votre patron ce qui lui convient le mieux. Mais que faire si le manuel de l’employé ne spécifie rien et qu’il vous est impossible de demander à votre supérieur?

Raeni Ware estime qu’un courriel suffit dans la plupart des situations. En fait, de nombreux employeurs préfèrent le courriel dans la mesure où ils consultent souvent leurs courriels le matin avant de quitter la maison et qu’ils ont ainsi plus de temps pour faire face à votre absence en réorganisant l’horaire et le personnel. « Si vous avez encore des doutes sur la stratégie à adopter, ajoute Raeni Ware, faites suivre votre courriel d’un appel téléphonique en début de journée. Mieux vaut prévenir que guérir! »

Pour vous mettre à la place de votre patron, lisez ces 25 secrets qu’il garde pour lui.

6 / 7
Si vous vous sentez bien, vous pouvez proposer de travailler à la maison.ISTOCK/GPOINTSTUDIO

Devriez-vous proposer de travailler de la maison?

Une excellente solution si vous travaillez dans un domaine qui vous permet de faire du télétravail – surtout si vous devez rester à la maison pour vous occuper d’un enfant malade et que vous vous sentez bien de votre côté. S’il vous est impossible de travailler de la maison, ou que vous ne disposez plus de journées maladie, vous pouvez proposer de travailler durant la fin de semaine ou de rester quelques heures de plus dans les jours qui suivent.

Il y a cependant des moments où il faut juste vous accorder le temps de vous reposer et de récupérer. Faites preuve de jugement en décidant si vous allez travailler depuis la maison ou vous rétablir plus rapidement en restant au lit et en dormant pour récupérer.

Pour bien travailler depuis la maison, respectez ces 15 règles.

7 / 7
Journée de maladie : organisez-vous.ISTOCK/PAMELA-MOORE

Êtes-vous préparé?

Il vous arrive sûrement à l’occasion de sentir que vous allez tomber malade, mais ça peut aussi vous tomber dessus sans avertissement. Dans un cas comme dans l’autre, mieux vaut être organisé. Préparez un classeur ou un dossier indiquant clairement les tâches essentielles à accomplir si vous êtes absent et dites à vos collègues où trouver ces informations.

De cette manière, si vous vous retrouvez hors jeu de manière imprévue, votre équipe peut continuer de fonctionner en votre absence.

Prenez ces bonnes habitudes pour éviter de tomber malade.

Contenu original Reader's Digest