Share on Facebook

14 signes que vous êtes hypocondriaque

Vous passez votre temps sur les sites de santé et vous demandez un troisième avis sur un diagnostic? Lisez ceci, ça devrait vous intéresser…

1 / 14
Une personne hypocondriaque parle sans arrêt de maladie.MAD.vertise/Shutterstock

Toutes vos conversations à table portent sur le virus Zika

Il y a une bonne différence entre un intérêt pour les sujets médicaux et la peur obsessive d’être malade. « Lorsque quelqu’un se préoccupe tellement de sa santé que rien d’autre ne l’intéresse, on a là un signe classique d’hypocondrie », affirme la psychologue californienne Lauren Muhlheim.

C’est difficile de cesser de parler de quelque chose qui nous obsède. Pour éviter de monopoliser la conversation sur votre état de santé, elle vous recommande de consacrer 20 minutes par jour à mettre sur le papier vos inquiétudes ou à en parler, puis de tourner la page jusqu’au lendemain.

Ne laissez pas vos peurs envahir votre vie. Assurez-vous de connaitre ces 16 choses sur l’anxiété.

2 / 14
Une personne hypocondriaque demande toujours un second avis.Maksym Poriechkin/Shutterstock

Vous avez reçu un deuxième avis et vous en demandez un autre

Et peut-être un quatrième ou un cinquième… Si vous êtes convaincu que vous avez le cancer alors que de nombreux médecins vous ont examiné et vous ont affirmé que vous vous portiez très bien, votre problème est peut-être psychique plutôt que physique, selon Lauren Muhlheim.

Pour calmer vos frayeurs, elle vous recommande d’analyser vos scénarios de catastrophe. Par exemple, demandez-vous ceci : « Qu’est-ce qui prouve que j’ai X? Qu’a dit le médecin? Quelle est l’explication la plus plausible? »

Le cancer vous inquiète? Adoptez ces habitudes dès aujourd’hui pour mieux le prévenir.

3 / 14
Une personne hypocondriaque recherche ses symptômes sur google.g-stockstudio/Shutterstock

Vous googlez sans relâche les problèmes de santé

Qui n’est pas tombé dans le piège de l’Internet en googlant « éruption ou rash cutané? » Mais si, nuit après nuit, vous faites des recherches sur un problème de santé particulier, vous pourriez être hypocondriaque, croit Lauren Muhlheim.

Elle suggère le traitement suivant : « Évitez de googler vos symptômes en ligne – cela ne fait qu’augmenter votre anxiété, parce qu’on trouve des preuves de tout sur le Web. »

Mettez en place ces techniques de gestion du stress pour cesser de vous inquiéter.

4 / 14
Une personne hypocondriaque a toujours un thermomètre dans son sac.Helen Sushitskaya/Shutterstock

Vous avez toujours un thermomètre dans votre sac

La recherche constante de signes de maladies – « Est-ce que j’ai de la fièvre? », « Est-ce que mes selles sont trop brunes? », « Mon pied me démange : oh, là, là, je viens de manger des palourdes! » – est un signe d’hypocondrie, dit Lauren Muhlheim.

Résistez à cette envie irrépressible d’examiner votre corps, car cela peut créer des symptômes qui en fait n’existent pas. Vérifiez si vos symptômes sont liés au stress et non à une maladie.

5 / 14
Une personne hypocondriaque se méfie des gens malades.Rawpixel.com/Shutterstock

Pour vous, le rhume de vos amis est aussi grave que la lèpre…

Croyez-vous que tous les petits enfants sont des usines à microbes? Laissez-vous tomber votre chéri ou votre chérie au premier éternuement?

L’évitement des situations qui pourraient vous rendre malade est un signal d’alarme de l’hypocondrie, considère Lauren Muhlheim. « Au lieu de laisser vos peurs vous limiter, apprenez les techniques de méditation pour vous aider à gérer votre anxiété et à vivre pleinement votre vie. »

Répétez ces mantras pour chasser le stress de votre quotidien.

6 / 14
Une personne hypocondriaque se pose toujours les mêmes questions sur ses symptômes.LightField Studios/Shutterstock

Vous posez toujours les mêmes questions sur vos symptômes

« Ai-je l’air d’avoir de la fièvre? », « Mon orteil te semble-t-il dans un mauvais angle? » C’est naturel de demander l’avis de vos proches, mais si vous les étouffez de vos questions, en leur demandant constamment de vous « examiner », vous êtes peut-être hypocondriaque, dit la psychologue Anna Prudovski, qui dirige une clinique de psychologues.

7 / 14
Une personne hypocondriaque appelle souvent info-santé.sitthiphong/Shutterstock

Info-santé est tout en haut de votre liste d’appels

Consulter Info-santé pour se faire rassurer sur des ennuis de santé ne prend pas de temps, mais pour les hypocondriaques, ça peut devenir un cercle vicieux d’inquiétudes et d’appels téléphoniques sans fin, explique Anna Prudovski. « Rien dans la vie ne va de soi et il ne faut pas se mettre à vérifier le moindre symptôme, même si vous en éprouvez le besoin absolu », recommande-t-elle.

Faites attention avec les médicaments et sachez reconnaître les signes qu’ils vous rendent malade.

8 / 14
Une personne hypocondriaque questionne ses amis sur leurs excréments.Olga Gorevan/Shutterstock

Vous demandez à votre meilleur ami de vous décrire l’aspect de ses selles

Vous posez constamment des questions sur leur santé à vos proches et vous comparez vos symptômes aux leurs? Vous foncez tête baissée en direction de l’hypocondrie, croit Anna Prudovski. Trouvez d’autres moyens de gérer vos inquiétudes obsessives sur la maladie : allez marcher ou faites un tour au gym.

Pour savoir si vos selles sont normales, lisez ces avis d’experts.

9 / 14
Une personne hypocondriaque questionne le médecin sur ses verrues à une réunion de parents.noppawan09/Shutterstock

Questionner le médecin sur vos verrues à une réunion de parents…

Les médecins sont habitués à se faire poser des questions en dehors de leur travail, et ils en acceptent volontiers quelques-unes. Mais si vous ne pouvez résister à socialiser avec des gens de la profession médicale dès que vous en voyez pour leur rebattre les oreilles au sujet de vos symptômes, vous souffrez peut-être d’hypocondrie.

Anna Prudovski donne le conseil suivant : « Le traitement le plus efficace de l’hypocondrie est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle aide les hypocondriaques à confronter leurs convictions, à corriger leurs pensées irrationnelles et à changer leurs comportements problématiques. »

10 / 14
Une personne hypocondriaque panique au moindre symptôme.Rawpixel.com/Shutterstock

La gorge vous chatouille, c’est une pneumonie

Les hypocondriaques sont connus pour faire des scénarios de catastrophe : ils transforment le plus petit symptôme en l’issue la plus pessimiste, selon Forrest Talley, Ph. D. et psychologue clinique.

« Vos craintes ne peuvent se rendre à la raison et à la logique. C’est pourquoi il est bon que vous ayez un ami ou quelqu’un dans votre parenté à qui vous pouvez vous confier et qui va vous responsabiliser. Cette personne ne vous dira pas que vous inventez vos symptômes, mais elle doit vous rappeler que vous avez tendance à être hypocondriaque et que vous vous portez sans doute bien. »

Voici comment différencier un simple rhume d’une pneumonie.

11 / 14
Une personne hypocondriaque se sent constamment malade.Koldunov/Shutterstock

Vous vous sentez constamment malade

Est-ce que vous passez d’un malaise à un autre, et que vous n’êtes jamais bien? Si vous vous présentez chez le médecin avec de vagues symptômes qui changent d’une fois à l’autre sans qu’il y ait de cause médicale, cela peut indiquer l’hypocondrie, pour la conseillère Heidi McBain. « La prochaine fois que vous vous rendrez compte que vous tenez compte de chaque picotement ou de chaque douleur, essayez d’amener votre esprit à se fixer sur vos sens et à rester dans le moment présent », recommande-t-elle.

12 / 14
Une personne hypocondriaque ne parvient pas à aller mieux.Stasique/Shutterstock

Rien ni personne ne peut vous aider à aller mieux

Vos amis vous disent que vous allez bien. Votre partenaire vous trouve en grande forme. Votre médecin affirme que vous êtes en très bonne santé. Si après tout cela, vous vous sentez encore malade, il y a de fortes chances que vous souffriez d’hypocondrie et non pas d’une maladie obscure non encore identifiée, selon Heidi McBain.

Pour sortir de cette boucle négative, elle vous recommande de « tenir un journal de gratitude pour vous aider à voir tous les aspects positifs de votre vie et à vous concentrer sur ceux-ci. » Inspirez-vous de ces 30 façons d’exprimer votre gratitude à la vie.

13 / 14
Une personne hypocondriaque refait sans arrêt les mêmes tests.Voraorn Ratanakorn/Shutterstock

Vous repassez les mêmes tests

La peur des maladies ou hypocondrie est un trouble de l’anxiété. Le patient éprouve des difficultés à faire confiance au personnel soignant et aux résultats de ses tests. Il peut demander d’autres examens, d’autres tests, ou même de repasser les mêmes tests, explique Azra Alic, spécialiste des troubles de l’anxiété.

« Il y aura toujours un autre examen qu’on peut vous faire passer ou un autre docteur à consulter, mais à un certain point, vous devez faire le choix entre vivre pleinement votre vie en dépit des incertitudes ou passer à côté de votre vie parce que vous êtes à la recherche de certitudes. »

14 / 14
Une personne hypocondriaque fuie les médecins comme la peste.Dmytro Zinkevych/Shutterstock

Vous fuyez les médecins comme la peste!

Cela semble absurde, mais certains hypocondriaques évitent les rendez-vous médicaux au cas où on leur apprenne une mauvaise nouvelle, dit Azra Alic. « La paix ne viendra que lorsque vous accepterez que tout ne soit pas blanc ou noir sur votre état de santé.

Fuir le médecin peut empêcher celui-ci de faire de la prévention à temps sur un trouble potentiellement grave. »

Pour que votre visite médicale se passe le mieux possible, évitez de faire ces 9 choses avant votre rendez-vous.

Reader's Digest
Contenu original Reader's Digest