Share on Facebook

Les 10 pires tueurs en série qui ont sévi au Canada

Vous souvenez-vous de ces histoires de tueurs en série qui ont fait la manchette? Voici les pires que le Québec et le Canada ont connus jusqu’ici.

1 / 10
Wayne Clifford Boden fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.SOMKKU/Shutterstock

Wayne Clifford Boden

Entre 1969 et 1971, Wayne Clifford Boden – alors dans la jeune vingtaine — a sévi à Montréal et à Calgary où il aurait fait 4 victimes. Son modus operandi? Séduire une femme, aller chez elle, la violer, l’étrangler, lui mordre la poitrine et la rhabiller avant de la laisser ainsi sur place. Il a été condamné en 1972 à 4 sentences d‘emprisonnement à vie et est mort en 2006.

Voici 13 affaires criminelles qui ont finalement été résolues par la police scientifique.

2 / 10
Robert William Pickton fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.Dusan Petkovic/Shutterstock

Robert William Pickton


C’est probablement le tueur en série le plus connu au Canada. C’est aussi celui qui aurait fait le plus grand nombre de victimes. Agriculteur dans une ferme porcine de la Colombie-Britannique, Robert William Pickton a été accusé du meurtre de 26 prostituées. Il aurait toutefois reconnu, durant son procès, en avoir assassiné 49. En décembre 2018, il est reconnu coupable du meurtre de 6 femmes et est condamné à la prison à perpétuité. Son dossier en justice aurait coûté plus de 102 millions $ à sa province.

Amateur de frisson, ces crimes ne sont toujours pas élucidés.

3 / 10
William Fyfe fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.ESB Professional/Shutterstock

William Fyfe


Probablement le pire tueur en série du Québec. Il a avoué avoir tué et mutilé neuf femmes. En 2001, il a été condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de 5 femmes, mais avouera ensuite, en prison, le meurtre de 4 autres. Il a commis ces meurtres sur une période de vingt ans, entre 1979 et 1999. Son dossier n’est peut-être pas totalement clos, car des sources estiment que l’homme, désormais dans la soixantaine, aurait pu commettre davantage de meurtres.

Vous serez surpris par ces réactions étranges du corps après la mort.

4 / 10
Serge Archambault fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.Alina Kruk/Shutterstock

Serge Archambault


Si le meurtrier Serge Archambault est surnommé «le boucher de Saint-Eustache», c’est qu’il a tué et mutilé trois femmes entre 1989 et 1992. Nulle autre que l’auteure américaine Kathy Reichs – également anthropologue qui a travaillé de façon périodique avec la Sureté du Québec – a collaboré à l’enquête. Cette enquête a d’ailleurs mené à l’arrestation de celui qui dépeçait ses victimes et en laissait des morceaux dans des sacs de plastique, qu’il tentait de dissimuler dans la nature.

Bien qu’en 2017, il aurait pu demander une libération conditionnelle après 25 ans de prison, il est plutôt classé dans les «pas sortables» selon un dossier du Journal de Montréal. Il aurait même avoué aux policiers «une chance que vous m’ayez arrêté», le 1er décembre 1992.

5 / 10
Léopold Dion alias le Monstre de Pont-Rouge fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.Witthaya lOvE/Shutterstock

Léopold Dion alias le Monstre de Pont-Rouge


Dans les années soixante, Léopold Dion a marqué tragiquement la région de Pont-Rouge – d’où son surnom «le Monstre de Pont Rouge» — car il a enlevé et violé pas moins de 21 enfants en se faisant passer pour un photographe. Sur la vingtaine d’enfants, il en a tué quatre (il a été reconnu coupable d’un seul meurtre, même s’il a avoué pour les 3 autres).

La sentence obtenue en 1964 stipulait qu’il était condamné à la pendaison, la peine de mort étant encore en vigueur à cette époque au Canada. Toutefois, sa peine a été transformée en un emprisonnement à vie. En effet, c’est en 1976 qu’on a aboli la peine de mort au Canada. Léopold Dion est mort après avoir été poignardé par son codétenu, Normand Champagne.

La mort de ces célébrités reste encore un mystère.

6 / 10
Bruce McArthur fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.NinaMalyna/Shutterstock

Bruce McArthur


C’est dans des bacs à fleurs de ses clients que le jardinier paysagiste Bruce McArthur cachait les restes de ses victimes. L’homme a été condamné pour avoir tué et mutilé huit hommes de la communauté gaie de Toronto, sur une période de plus de huit ans. En février 2019, sa sentence est tombée: emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 25 ans, soit à l’âge de 91 ans.

7 / 10
Paul Bernardo et Karla Homolka font partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.YanLev/Shutterstock

Paul Bernardo et Karla Homolka


Le couple formé de Paul Bernardo et Karla Homolka donne froid dans le dos. Sous leurs allures de «Ken et Barbie» — comme ils ont été parfois surnommés – ils ont commis plusieurs agressions, viols et meurtres, dont la jeune sœur de Karla Homolka.

En effet, le couple agissait de concert pour traquer et enlever des jeunes filles afin que Bernardo les viole ensuite. Ils en auraient agressé et violé 24 au total. Paul Bernardo est arrêté en février 1993. Ensuite, Karla Homolka décide de témoigner contre Bernardo pour avoir une peine réduite, ce qu’elle obtiendra (deux peines de 12 ans de prison ferme à purger simultanément).

Elle sort de prison en 2005 et vivrait depuis 2012 au Québec avec son mari, le frère de son avocate de l’époque. Quant à Bernardo, il est condamné en 1995 à l’emprisonnement à vie. Même s’il a tenté, en 2018 après 23 ans d’emprisonnement, d’obtenir une libération conditionnelle, celle-ci ne lui a pas été accordée.

8 / 10
Alcool et santé: quelles conclusions faut-il tirer?Alexey Lysenko/Shutterstock

Gilbert Paul Jordan


Entre 1965 et 1988, Gilbert Paul Jordan aurait fait une dizaine de victimes dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver. Ses victimes? Des femmes autochtones. Son arme? L’alcool. En effet, il est le premier Canadien à avoir été reconnu coupable d’utiliser l’abus d’alcool comme arme afin d’intoxiquer, violer puis tuer ses victimes.

Le surnom de «boozing barber» lui a notamment été donné à cause de cette particularité. Il commençait par payer des verres à sa victime, l’amenait dans une chambre d’hôtel, la faisait boire encore et quand elle perdait connaissance, il remplissait sa gorge d’alcool pour qu’elle meure. En 1988, il a été condamné à neuf ans de prison, mais n’en purgera que six. Gilbert Paul Jordan est décédé en 2006.

Ces affaires qui se sont déroulées dans des hôtels ne sont toujours pas résolues.

9 / 10
Écrire une lettre.Kate Aedon / Shutterstock

Clifford Robert Olson Jr.


En moins d’un an, Clifford Olson tue 11 enfants âgés de 9 à 18 ans à Vancouver. Fait macabre: il prend soin d’envoyer une lettre aux parents éplorés pour décrire en détail les sévices qu’il a fait subir à leur enfant. Ce n’est pas sans lien avec son surnom de «Beast of Bristish Columbia».

Quand il a été arrêté en 1981, il a d’abord fait un marché avec les enquêteurs: il a demandé 100 000$ pour dévoiler les endroits où il avait laissé les corps. Ensuite, il a plaidé coupable pour les 11 meurtres et a été condamné à perpétuité pour chacun de ses crimes. Il aurait même prétendu avoir fait plus de victimes portant le nombre de meurtres à plus de 40 et de viols à une centaine. Olson est mort en 2011 à l’âge de 71 ans.

Des meurtres sont maintenant élucidés grâce à l’étude graphologique. Voici comment votre écriture en dit long sur votre personnalité.

10 / 10
Michael Wayne McGray fait partie des pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.LightField Studios/Shutterstock

Michael Wayne McGray


Difficile de cibler précisément le nombre de victimes de Michael Wayne McGray. Il a été reconnu coupable de 7 meurtres – commis entre 1985 et 1999 —, mais il prétend en avoir tué 11 autres à travers tout le Canada. Il dit même avoir commis d’autres meurtres aux États-Unis. Il dira de lui, plus tard, «J’étais comme un affamé (de violence)» et qu’il sentait en lui une «urgence à tuer». En 2010, il tue un codétenu, Jeremy Phillips. Il purge présentement un emprisonnement à vie.

Ces médiums ont permis la résolution de ces crimes.