Share on Facebook

L’arnaque à 17 millions de dollars

Le cauchemar a commencé par un simple caprice… mais l’arnaque s’est transformée en une erreur financière colossale, un véritable événement fatal dont on parle ensuite avec honte et dégoût.

1 / 13
L'arnaque commence avec une simple visite sans conséquence.maradon 333/Shutterstock

Une visite sans conséquence

À Manhattan, vous vous promenez sur la 5e Avenue avec un peu de temps devant vous.

Sur le trottoir, passé l’hôtel Plaza, un panneau publicitaire attire votre attention. Il y est question de divination et de clairvoyance. L’annonce indique un immeuble d’avant-guerre aux loyers sûrement exorbitants.

À elle seule, l’adresse est une garantie : même si, pour être franc, vous ne savez pas ce qu’est au juste la clairvoyance, cela prouve qu’il ne s’agit pas d’une escroquerie de fête foraine. D’ailleurs, vous ne vous en inquiétez pas vraiment. Vous vous dites qu’un petit détour sera sans conséquence.

Qu’il ne peut se transformer en une colossale erreur financière, et encore moins en un événement fatal dont vous parlerez un jour avec honte et dégoût. En entrant, vous estimez vous offrir une simple petite distraction. C’était comme entrer dans une boutique Apple, témoignera l’une des victimes. Une lubie inoffensive.

Méfiez-vous de ces trucs qu’utilisent les arnaqueurs pour gagner votre confiance.

2 / 13
Arnaque : les victimes étaient dans un état de faiblesse émotionnelle.Olena Yakobchuk/Shutterstock

Imaginez que vous n’avez pas le moral


Que vous souffrez réellement. (Cet état de faiblesse émotionnelle causera votre perte!) Susan Abraham, une Britannique de passage à New York avec son mari, ne sait pas à qui se confier. À qui raconter qu’il la critique sans cesse, qu’elle se sent comme un oiseau en cage, et qu’elle veut divorcer coûte que coûte.

Jennifer Hill, directrice de marketing originaire de Hawaï, vient de rompre avec son conjoint de longue date. Sa rupture ne lui laisse entrevoir aucun avenir, et emporte dans son sillage tous ses espoirs d’avoir un jour un enfant.

Jude Deveraux, une romancière du Nouveau-Mexique, née au Kentucky, se sent elle aussi piégée dans une union malheureuse. Ne pouvant se confier à son époux, elle rumine seule ses idées noires, comme les autres femmes. Elle a désespérément besoin de se confier à quelqu’un. Rose Marks sera-t-elle cette personne?

Sachez reconnaitre ces premiers symptômes de dépression.

3 / 13
L'arnaque peut se cacher derrière une grand-mère dans la soixantaine.Wichai Wongjongjaihan/Shutterstock

Une grand-mère dans la soixantaine


C’était une grand-mère dans la soixantaine, aux allures de matronne, les cheveux gris, le teint olivâtre, portant des lunettes griffées. D’ascendance tsigane, elle appartenait à une lignée de femmes versées dans l’art de la voyance. Sa mère était voyante, sa grand-mère aussi. Rose exerçait ce métier depuis qu’elle avait été retirée de l’école en troisième année du primaire. Les procureurs qualifiaient ses agissements de pures escroqueries.

L’accusée, elle, se considérait comme une sorte de mentor personnel. Au tribunal fédéral où elle était jugée pour fraude, blanchiment d’argent et fausses déclarations de revenus, son avocat la présentait comme une commerçante indépendante que ses clients consultaient en raison de ses remarquables aptitudes à les guider dans la vie. Loin d’être une arnaqueuse, elle se définissait à la fois comme psychologue, travailleuse sociale, conseillère financière, guide spirituelle, et amie.

« J’ai consacré ma vie à ces gens, affirme-t-elle au Sun-Sentinel peu de temps avant le procès. Je fais affaire avec eux depuis 20, 30, voire 40 ans. Ce ne sont pas des inconnus à qui j’aurais volé de l’argent avant de m’enfuir. »

Soyez à l’affut de ces signes qu’on essaie de vous manipuler.

4 / 13
Arnaque : la voyante exigeait toujours plus d'argent. Vergani Fotografia / Shutterstock

L’art de convaincre


En 2013, Rose n’était pas la première diseuse de bonne aventure à prendre place sur le banc des accusés. Une autre extralucide de Manhattan, connue sous le nom de Zena la Clairvoyante, avait été reconnue coupable d’avoir escroqué 138 000 dollars à ses clients, dont 27 000 à une dame originaire de ­Naples, en Floride. Zena était parvenue à convaincre cette femme que, dans une vie antérieure, elle était une princesse égyptienne.

Mais Rose Marks les surpassait toutes. Jamais une voyante n’avait amassé de butin comparable au sien. Citons le cas de Jude Deveraux, la romancière. Ses titres à succès – Scarlet Nights, Days of Gold et d’autres, que vous avez sans doute aperçus dans les aéroports, si vous ne les avez pas lus – se sont vendus à quelque 60 millions d’exemplaires.

Rose a réussi à lui extorquer 17 millions de dollars, une somme astronomique que l’avocat de la défense ne contestait même pas. Là encore, elle prétendait qu’il s’agissait de simples paiements pour services rendus. Plus d’une douzaine d’autres victimes la poursuivaient pour les mêmes chefs d’accusation. Au total, Rose Marks leur avait soutiré 25 millions de dollars.

Voici comment inspirer confiance grâce à votre langage corporel.

5 / 13
Rose Marks utilisait une stratégie d'arnaque efficace. Africa Studio / Shutterstock

Une stratégie efficace pour flouer les clients


En août 2013, au début du procès qui se tenait à West Palm Beach en Floride, Larry Bardfeld, le procureur adjoint, rassura les futurs jurés de la manière suivante : « La « méthode » utilisée pour escroquer vous sera exposée en détail. » Pendant un mois, à mesure que les témoins se succédaient à la barre, le système mis en œuvre pour flouer les clients devenait plus évident. On avait enfin compris pourquoi ils tombaient si facilement dans le panneau.

Ainsi, après avoir pénétré dans l’immeuble, vous êtes introduit dans une pièce sans fenêtre, si exiguë que seules deux chaises et une petite table ronde y trouvent place. Un menu, semblable à celui d’un restaurant, décline les services offerts. Voulez-vous connaître votre avenir par le tarot ? Non, tout le monde sait faire cela, vous répond-on. Les lignes de la main ? Non, c’est trop banal. « Donnez-moi votre bracelet que je l’examine », demande la voyante à Jennifer Hill, qui se considérait jusque-là comme une femme assez peu crédule.

C’est le premier test. Vous tendez un objet de prix à la voyante, qui apprécie la confiance que vous lui témoignez. Jennifer a donc détaché son bracelet. Susan, la Britannique, avait pour sa part confié ses boucles d’oreilles à la belle-fille de Rose. Tandis qu’elles racontent leur vie sentimentale, on estime la valeur de leurs bijoux. Voilà; vous vous plaignez de votre mari ou vous détaillez votre rupture. Vous avez enfin trouvé quelqu’un qui s’intéresse à votre histoire.

Ne manquez pas ces 12 canulars qui ont mystifié tout le monde.

6 / 13
Arnaque : Rose Marks offrait une oreille attentive. Richard Lyons / Shutterstock

Une oreille à qui se confier


« Je revenais la voir parce qu’elle était attentive, déclara Jude Derevaux devant le juge. Jusque-là, personne ne m’écoutait. »

Mais viennent alors les mauvaises nouvelles. Il se trouve que vos bijoux émettent des ondes maléfiques, de mauvais signaux, sources de problèmes graves. Pour y remédier, la voyante vous explique qu’elle devra « prier » toute la nuit devant votre bijou. Pouvez-vous revenir demain? (Deuxième test: avez-vous toujours confiance, ou sentez-vous l’hameçon caresser votre joue?) Non, vous ne voulez pas revenir, protestez-vous. Vous ne faisiez que vous distraire.

Vous ne croyez pas à toutes ces salades. Ces paroles vous valent une première réprimande. Votre résistance pose problème. Avec une attitude comme la vôtre, on ne peut rien pour vous. Vous finissez par vous sentir piégé par cette insistance, mais vous laissez quand même le bijou et, comme convenu, vous revenez le lendemain.
« Je voulais récupérer mon bracelet », explique Jennifer.

Or, le lendemain, le diagnostic est encore plus inquiétant. Vous êtes sous l’emprise d’un maléfice depuis des siècles. On vous a jeté un sort dans une vie antérieure. Voilà pourquoi votre mariage a sombré ou pourquoi vous ne pouvez concevoir d’enfant. Mais il y a de l’espoir. Rose Marks et les membres de sa famille, qui travaillent pour elle, peuvent inverser le cours des choses. « Je suis capable de mettre un terme à cette malédiction, dit-elle à Jennifer. Je peux vous aider. »

Certains voleurs sont moins organisés que Rose Marks : consultez ces histoires de malfaiteurs stupides.

7 / 13
Arnaque : Rose Marks faisait croire que l'argent était la cause du problème. franz12 / Shutterstock

L’argent est le mal


Le plus incroyable, c’est qu’elle le fera gratuitement. C’est sa vocation, affirme-t-elle, son but dans la vie. En vous aidant, elle se met en règle avec Dieu. Jamais vous ne paierez un sou pour ses services. Il vous suffit de retirer 4 500 dollars avec votre carte de crédit et de les lui remettre. Car l’argent est à l’origine de vos problèmes. L’argent est le mal.

Cette somme – en espèces bien sûr – doit être purifiée par la prière. Avant que vous la récupériez débarrassée des mauvais esprits, elle sera placée dans un tiroir bien identifié et personne n’y touchera.

Le piège est tendu. Vous avez engagé des milliers de dollars et vous souhaitez bien les recouvrer. Mais le sort s’acharne sur vous. La voyante doit purifier plus d’argent. Comment cela, plus d’argent? Quoi? vous ne voulez pas en donner davantage? Il vous faut vous guérir de cette obsession de l’argent. Vous devez faire confiance à la méthode, car il s’agit d’une malédiction très ancienne! C’est un problème sérieux!

8 / 13
Les victimes de l'arnaque étaient désespérées. Rawpixel.com / Shutterstock

Petit à petit, vous vous laissez convaincre


Même si les sommes paraissent considérables, vous êtes confiant qu’elles reviendront. C’est justement ce que Rose répète sans cesse. Tout cet argent vous sera rendu. Puis, en suivant ses conseils, vous liquidez vos obligations d’épargne, vous vendez une propriété, vous piochez dans votre caisse de retraite et payez les lourdes charges fiscales qui en découlent.

Maintenant, vous êtes trop engagé. Ce n’est pas le moment d’hésiter ou de reculer. Vous devez verser plus d’argent afin que la méthode soit efficace. Votre conjoint reviendra. Votre mari vous autorisera à trouver ailleurs l’amour et le bonheur auquel vous aspirez. Vous aurez un enfant. Tous vos problèmes seront résolus.

Cela paraît ridicule. Il faudrait être d’une naïveté inouïe, se dit-on. Quiconque consulte une voyante mérite qu’elle le détrousse! Pourtant, au tribunal, les victimes ne semblaient pas idiotes ou particulièrement ingénues. L’une était diplômée de l’Académie navale des États-Unis et une autre, avocate. Elles n’étaient rien de moins qu’humaines.

Ces personnes, lorsqu’elles ont rencontré pour la première fois Rose Marks, ou un membre de sa famille, se sentaient perdues et cherchaient du réconfort. On peut se moquer de leur mésaventure, mais on peut aussi comprendre comment une telle démarche, au départ inoffensive, se transforme en une spirale infernale à laquelle vous ne pouvez plus échapper. Ces victimes – des femmes pour la plupart – étaient alors vulnérables. Elles caressaient toutes un espoir.

Pour éviter de vous retrouver dans cet état de détresse émotionnelle, surveillez ces signes avant-coureurs de dépression.

9 / 13
Arnaque : Rose Marks a dépensé tout l'argent confié par ses clients. LightField Studios / Shutterstock

L’argent ne revenait pas


À Sylvia Roma, une cliente, Rose Marks affirma que ses centaines de milliers de dollars avaient disparu dans l’écroulement des tours du World Trade Center. Au tribunal cependant, l’accusation énumère péniblement les biens dans lesquels les 800 000 dollars de Sylvia ont été engouffrés. « Une montre Saint-Moritz en or de 18 carats », entame une agente des services secrets en consultant un volumineux dossier où sont consignés tous les biens retrouvés dans la somptueuse demeure de bord de mer à Fort Lauderdale, où Rose et sa famille ont emménagé après avoir quitté Manhattan.

« Une montre Rolex sertie de saphirs et de 29 diamants pleine taille. » Puis les voitures luxueuses apparaissent sur un écran : une Range Rover blanche, un coupé Mercedes noir, un 4×4 Mercedes noir, une Bentley, une Ferrari, une Rolls-Royce et une Jeep. « La clé de contact en or d’une Porsche », ajoute la policière jusqu’à ce que le juge Kenneth Marra l’interrompe d’un rictus exaspéré.

Le regard fixé sur les procureurs, Ricky, le fils aîné de Rose, vient tous les jours assister au procès. Plus tôt en 2013, il avait plaidé coupable des accusations de complot visant à commettre des fraudes postales ou en ­ligne à l’encontre des mêmes victimes. D’autres membres de sa famille l’accompagnent parfois. Sept ont plaidé coupable de complots et de fraudes. La divination est leur entreprise familiale. Rose Marks, qui, selon l’accusation, était la matriarche de son clan, est la seule à avoir pris le risque de se défendre en cour.

La dernière victime à comparaître à la barre est Jude Derevaux, la romancière. C’est une femme de petite taille. Elle sourit volontiers et sa voix douce a conservé des intonations du sud. Elle commence par se présenter. Elle est née dans le Kentucky en 1947 et signe de « petits romans sentimentaux amusants et qui se terminent bien ». Nombre d’entre eux ont figuré sur la liste des meilleures ventes du New York Times, et elle « gagnait très bien sa vie » avant de rencontrer Rose Marks. À cette époque, elle possédait quatre propriétés à Santa Fe et un ­appartement dans la ville de New York, où elle a fait la connaissance de la voyante au début des années 1990, avant son divorce.

Elles se sont rencontrées à la manière habituelle : une promenade devant le Plaza, le panneau sur le trottoir, du temps à écouler et une curiosité pour la divination. Ensuite, la pièce avec les deux chaises et l’occasion, enfin, de s’ouvrir sur sa vie sentimentale. Son mariage, dit-elle, « était catastrophique, horrible, épouvantable ». Son mari la manipulait et faisait en sorte qu’elle se sente aussi mal dans sa peau que possible. C’était violent. « Il criait et hurlait tout le temps contre moi. » Elle a même songé au suicide.

Rose, selon le témoignage franc et posé de Jude, a prononcé les mots qu’elle avait désespérément envie d’entendre. « Je peux vous offrir un divorce paisible. » « C’était exactement ce que je voulais, explique platement Mme Derevaux devant le juge. Un divorce paisible. »

10 / 13
Arnaque : Rose Marks prodiguait de mauvais conseils à ses clients. Roman Motizov / Shutterstock

Des conseils qui se sont avérés désastreux


Pour cela, Jude a remis à Rose l’un de ses carnets de notes pour l’énergie qui en émanait. Puis de l’argent. Mille deux cents dollars dans un premier temps, contre la promesse habituelle que cette somme lui serait rendue une fois le travail accompli. Bien vite, Jude ajouta « quelques milliers de dollars par-ci, et quelques milliers de plus par-là, afin que la voyante y puise de l’énergie ». Cette force lui permettait, affirmait Rose, de communiquer avec son époux par télépathie, pour savoir ce qu’il tramait.

Peu à peu, Jude se met à croire tout ce que cette femme lui dit, même lorsque cela lui semble ridicule. Que son mari a vendu son âme au diable, par exemple. Que le divorce pacifique qu’elle lui avait promis se révèle plus difficile à obtenir. De sorte qu’il lui faut verser un jour un million de dollars et, bientôt, un million par année. En retour, Rose Marks devient sa confidente privilégiée qui la conseille dans tous les aspects de sa vie. Autant de conseils qui, avec le recul, se sont avérés désastreux.

Pour définir les modalités du divorce, Jude voulait engager un avocat spécialisé; la voyante lui suggère plutôt un homme avec peu d’expérience. Il a rédigé une entente qui accorde beaucoup trop de biens à son mari, des voitures, une propriété, etc. De plus, Jude devra payer toutes les factures de son ex-époux, y compris ses impôts à venir. Rose enjoint à sa cliente de ratifier l’entente, sous prétexte que son mari « va mourir bientôt… avant les trois prochaines années ».

Vingt ans plus tard, il est toujours de ce monde. En excellente santé et très riche. Les conseils de la voyante étaient tellement contraires aux intérêts de la romancière que les enquêteurs ont cherché à savoir si elle n’était pas de mèche avec l’avocat du mari, mais ils n’ont trouvé aucune preuve de collusion.

Même après son divorce, Jude est restée proche de Rose. Elle voulait un enfant. Celle-ci lui avoua que c’était impossible sans l’aide des esprits. Elle ajouta que si un jour elle en avait un, celui-ci ferait une chute du balcon de son appartement new-yorkais. Jude l’a donc vendu et remis la somme à sa conseillère, afin qu’elle la purifie par ses prières. À propos des généreux chèques qu’elle lui remettait régulièrement, elle déclara que cette femme les lui réclamait avec une grande avidité.

Vous envisagez de divorcer? Lisez ces choses à savoir avant de franchir le pas.

11 / 13
Arnaque : Rose Marks exigeait toujours plus d'argent.Syda Productions / Shutterstock

Toujours plus d’argent


« L’argent était d’une importance capitale pour elle. » Jude Derevaux a fait huit fausses couches. Lorsque son fils est né en 1997, Rose Marks l’a convaincue de lui verser plus d’argent pour éviter la malédiction qui pesait sur le bébé. « J’aurais tout donné pour protéger mon fils. N’importe combien. » Mais la protection surnaturelle n’est d’aucun secours. Le jeune garçon meurt après avoir été heurté par un camion. Aussitôt, Rose propose une autre intervention pour que son âme échappe aux peines de l’enfer.

« Je lui ai remis une mèche de cheveux prélevée sur la tête de mon fils; elle a affirmé ne voir que des flammes, témoigne Jude d’une voix tremblante pour la première fois depuis le début de sa comparution. Elle m’a demandé d’écrire d’autres livres. Je pleurais à longueur de journée. Mais il lui fallait toujours plus d’argent afin de sauver mon fils. »

Le décès du garçon et son douloureux divorce nuisaient à la qualité de ses écrits. Elle le reconnaît elle-même. En conséquence, ses revenus périclitaient et Rose ne pouvait plus lui soutirer de grosses sommes. Dès lors, il devenait difficile de la contacter, dit Jude. Ce qui, peu à peu, mit fin à leur relation. C’était le scénario habituel.

12 / 13
Arnaque : tout l'argent a été dépensé.Nejron Photo / Shutterstock

Une conclusion lamentable


Tout cet argent dépensé en montres serties de diamants ou en bracelets d’argent s’accumulait donc chez Rose Marks. Sans compter la Ferrari et toutes ces autres voitures. Mais le procès révéla également que la voyante était une adepte des jeux de hasard. Elle a perdu les millions de dollars de ses clients, dans les machines à sous du casino Seminole Hard Rock à ­Hollywood, en Floride.

Cela, vous l’ignorez encore. Vous la relancez sans relâche en espérant récupérer vos économies, car vous avez maintenant de sérieux problèmes d’argent. Jusque-là, Rose Marks répondait à tous vos appels. Désormais, elle les filtre. Et quand vous parvenez à la joindre, elle se montre glaciale, tranchante.

Elle veut que vous lui fassiez davantage confiance, que vous l’aidiez encore quelque temps à terminer son travail. Sans cesse, vous réclamez ce qui vous appartient. Un jour, elle finit par craquer. « Il n’y a plus d’argent, répondit la voyante à Andrea Walker, une autre cliente. Si vous désirez me poursuivre en justice, allez-y, conclut-elle en raccrochant. » Fin.

Heureusement, vous avez prévenu la police et vous enregistrez vos conversations téléphoniques avec elle. Durant le procès, les jurés les ont écoutées; en moins de cinq heures ils ont reconnu Rose Marks coupable des 14 chefs d’inculpation.

L’accusée, qui avait refusé de témoigner, hoche la tête chaque fois que le président du jury prononce le mot « coupable ». Ce matin-là, Rose se présente au tribunal vêtue d’un pantalon confortable et chaussée de tennis, contrairement aux autres jours où elle soignait sa mise. Comme si, pour la première fois, elle avait entrevu l’avenir et savait qu’elle irait en prison.

« Je vous aime, dit-elle à sa famille affligée, tandis qu’un agent lui passe les menottes. Tout ira bien. »

13 / 13
L'anarque coûtera 20 ans de prison à Rose. mrmohock / Shutterstock

Rose Marks risque 20 ans d’incarcération


Les procureurs ont engagé des procédures dans l’espoir de récupérer les 25 millions escroqués.

Cette démarche risque de demeurer vaine car, d’après son avocat, dont les honoraires ont été versés en partie sous la forme d’une Rolls-Royce d’occasion, elle ne posséderait plus rien. Ce qui ne choque pas Jude.

« Je ne veux pas toucher à l’argent qu’on tirera de ces poursuites judiciaires, affirme-t-elle depuis le début. Je souhaite seulement que Rose Marks mette fin à ses escroqueries. »

La défense a fait appel. Selon son avocat, la santé de Rose serait trop fragile pour survivre même à une détention de quatre années. Elle en mourrait. Son organisme est miné par une vie laborieuse, commencée alors qu’elle n’avait que huit ou neuf ans, prétend-il.

Quel que soit le verdict définitif, Rose purge sa peine avec un seul projet en tête : écrire sa biographie. Elle pense que le public voudra lire son histoire et, surtout, l’acheter.

Elle y voit déjà un autre moyen de faire des bénéfices.

Retrouvez l’histoire de ces 13 personnes qui ont simulé leur propre mort.

Contenu original Selection du Reader’s Digest