Share on Facebook

Comportement impoli: 12 mauvaises habitudes de conversation à corriger

Interrompre les gens est loin d’être élégant quand on fait la conversation. Voici d’autres mauvaises habitudes, tout aussi impolies, à corriger tout de suite.

1 / 12
Vous avez la mauvaise habitude d'interrompre votre interlocuteur.BAANTAKSINSTUDIO/SHUTTERSTOCK

Vous interrompez votre interlocuteur

Cela peut arriver à tous les champions de la parlotte. Vous n’avez pas la patience d’attendre la fin de sa phrase pour partager l’idée qui vous traverse l’esprit. Et même si cela n’arrive qu’occasionnellement, couper la parole à quelqu’un démontre une attitude impolie.

Pour Emilie Dulles, experte en savoir-vivre depuis plus de 29 ans, c’est l’écart le plus fréquent lors d’une conversation. «C’est la preuve d’un manque d’écoute et de respect pour votre vis-à-vis, en plus de vous faire rater la conclusion instructive ou philosophique de son histoire», souligne-t-elle. «Laissez les gens s’exprimer et ne les interrompez que si votre message est d’une urgence absolue», conseille Bonnie Tsai, fondatrice et directrice de Beyond Etiquette.

Apprenez l’art du dialogue, pour mieux écouter et vous faire comprendre.

2 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de trop employer le sarcasme.MENTATDGT/SHUTTERSTOCK

Vous employez le sarcasme


«Un propos sarcastique peut être mal perçu, d’autant plus si votre interlocuteur ne s’attend pas à ce que vous soyez ironique», précise Bonnie Tsai. Choisissez bien les mots qui correspondent à votre auditoire et le moment précis pour les utiliser. «Si vous vous demandez si c’est une bonne idée, c’est qu’il vaut mieux ne pas le faire», ajoute-t-elle. Si votre style jette un froid dans l’assistance, voici 7 phrases salutaires pour vous tirer de l’embarras.

3 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de ne parler que de vous-même.MENTATDGT/SHUTTERSTOCK

Vous ne parlez que de vous-même


Ne parler que de soi peut paraître narcissique et sans égard aux sentiments des autres. «Toute expérience ou émotion venant d’autrui valent bien les vôtres. Les gens aiment partager leur histoire tout autant que vous», souligne Bonnie Tsai.

Selon Julia Esteve Boyd, consultante internationale en étiquette en Suisse, ne parler que de soi est à la fois prétentieux et susceptible de provoquer de l’irritation ou de l’ennui, à force de monopoliser la conversation.

Si vous êtes incapable de maintenir un bon équilibre dans une conversation, c’est peut-être parce que vous êtes un narcissique conversationnel.

4 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de naviguer en discutant.ANATOLIY KARLYUK/SHUTTERSTOCK

Vous naviguez en discutant


«La dépendance obsessionnelle au cellulaire représente une autre forme de plus en plus répandue d’impolitesse conversationnelle, selon Bonnie Tsai. Le téléphone devrait servir avant tout à communiquer avec l’extérieur, et non à sacrifier les moments de partage avec les autres».

Le fait de regarder votre téléphone intelligent au cours d’une discussion annonce soit de l’ennui, soit que vous jugez que les échanges électroniques sont plus essentiels. «Vous lirez vos messages plus tard, alors que vos interlocuteurs risquent de s’être volatilisés», prévient Julia Esteve Boyd. C’est le «summum de l’impolitesse», selon elle.

Décrochez de votre cellulaire, car c’est l’une des 25 sources de stress inutiles!

5 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de toujours vouloir avoir raison.SG SHOT/SHUTTERSTOCK

Vous voulez toujours avoir raison


«Si votre discussion tourne à la polémique, n’essayez pas de gagner constamment la partie. La volonté très disgracieuse de dominer ne fait pas de vous le champion de la vérité pour autant, ajoute Bonnie Tsai. Gagner n’est pas tout. Il est plus important de comprendre les arguments de chacun et de faire preuve d’empathie sans jugement. C’est le seul moyen de créer un échange constructif qui ouvre l’esprit et permet de mieux connaître autrui.»

Vous voulez toujours avoir raison? Vous êtes peut-être la personne toxique dans votre couple…

6 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de croire que votre voyage est toujours supérieur au leur.RAWPIXEL.COM/SHUTTERSTOCK

Votre voyage est toujours supérieur au leur


Votre amie vous annonce qu’elle prépare son premier voyage en Italie. Évitez d’être le rabat-joie en lui racontant vos six mois à Milan. Il serait avisé de garder cela pour vous. «Une personne qui partage ses souvenirs ne vous demande pas de raconter les vôtres», explique Bonnie Tsai. Elle veut juste évoquer des moments particuliers et non pas avoir la description de votre dernier voyage qui sera au mieux ressemblant ou à peine supérieur au sien.»

7 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de préparer votre réponse à l’avance.MEDIAGROUP_BESTFORYOU/SHUTTERSTOCK

Vous préparez votre réponse à l’avance


«De nos jours, beaucoup de personnes ne suivent pas la discussion. Elles se préparent à intervenir, ou, dans le pire des cas, à interrompre leur interlocuteur», précise Emilie Dulles.

Au lieu de répéter votre réplique dans votre tête, respirez à fond et remettez-vous rapidement au fait de la conversation. Votre tour viendra. C’est un principe de la communication.

Mettre en scène les conversations à l’avance est l’un des 14 signes révélateurs de la timidité.

8 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de transformer la discussion en foire à potins.MENTATDGT/SHUTTERSTOCK

Vous transformez la discussion en foire à potins


Selon Emilie Dulles, les conversations tournent de plus en plus au commérage, comme dans les réseaux sociaux. «Le manque croissant de temps pour vérifier les informations et la tendance à se comparer et à envier les autres transforment le spectateur en gérant d’estrade et en commère», ajoute-t-elle. Que ce soit au téléphone ou en personne, n’oubliez jamais que si la parole est d’argent, le silence est d’or!

9 / 12
Vous avez la mauvaise habitude poser des questions indiscrètes.DRAGON IMAGES/SHUTTERSTOCK

Vous posez des questions indiscrètes


Certains sujets sont trop personnels pour être abordés. Julie Esteve Boyd doit le rappeler à ses clients. Elle suggère de n’aborder que des thèmes généraux. «Parlez de votre culture, d’alimentation, de voyages, de passe-temps, de nouvelles locales ou de questions générales sur la famille», précise-t-elle.

Répondez aux demandes indiscrètes avec diplomatie. Ainsi, si on veut connaître votre salaire, répondez que vous ne le trouvez jamais assez élevé. La famille vous harcèle au sujet d’une éventuelle grossesse? Dites-lui que vous en ignorez la date, mais qu’elle sera la première à connaître votre besoin d’une gardienne.

Si cela devient trop indiscret pour vous c’est que votre ami(e) n’en est peut-être pas un(e)…

10 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de faire des commentaires indélicats.MENTATDGT/SHUTTERSTOCK

Vous faites des commentaires indélicats


Il est essentiel de ne pas empiéter sur l’espace des gens, peu importe leur sexe ou leur culture. «Si vous faites par inadvertance un commentaire qui vous semble déplacé, présentez vos excuses, assumez votre erreur et tirez la leçon qui s’impose pour l’avenir», conseille Bonnie Tsai.

11 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de mal évaluer votre entourage.MAVO/SHUTTERSTOCK

Vous évaluez mal votre entourage


Pour corriger vos mauvaises habitudes de conversation, apprenez à bien cerner le type d’auditoire auquel vous vous adressez. Cela vous permettra de tenir compte des autres. Selon Emilie Dulles, «les sujets que vous abordez, votre ton et la hauteur de votre voix doivent s’ajuster à l’environnement et au groupe dans lequel vous vous trouvez».

Essayez l’un de ces 35 trucs pour entamer une conversation (et capter l’attention!).

12 / 12
Vous avez la mauvaise habitude de croire que vous êtes un excellent communicateur.BRANISLAV NENIN/SHUTTERSTOCK

Vous vous croyez un excellent communicateur


On peut toujours s’améliorer, même si l’on est certain de ne pas avoir ces mauvaises habitudes de conversation. «Une discussion qui suit les règles de l’étiquette se base avant tout sur le respect et l’ouverture à autrui», précise Bonnie Tsai. Si vous avez des doutes sur l’impact négatif que vous pourriez susciter, demandez l’heure juste à vos meilleurs amis ou à votre famille. «Ils peuvent vous éclairer sur vos manies ou habitudes qui peuvent être mal reçues», ajoute-t-elle. Le plus important est de pouvoir vous corriger et de continuer à peaufiner vos compétences communicationnelles.

Contenu original Reader's Digest