Share on Facebook

11 choses à savoir pour mieux comprendre l’anesthésie générale

Être sous anesthésie générale a quelque chose d’effrayant. Mieux comprendre ce processus peut vous rassurer et vous aider à mieux vous détendre. Voici ce qui arrive à votre corps lorsqu’on vous endort!

1 / 11
Votre cerveau se calme comme si vous tombiez profondément endormiICSNAPS/Shutterstock

Votre cerveau se calme comme si vous tombiez profondément endormi

Voici ce qui se passe dans votre tête lorsque l’anesthésiste vous demande de compter à rebours à partir de 100 dans la salle d’opération: «Un agent hypnotique est donné pour calmer la partie pensante du cerveau, le cortex cérébral et les zones du tronc cérébral associées à la conscience», explique la Dre Jennifer Kollman, anesthésiste à Colorado Springs, au Colorado.

Vous pouvez vous attendre à ce que votre respiration ralentisse et votre corps se détende. «Quand vous vous réveillez, c’est presque comme si vous aviez voyagé dans le temps, comme si vous n’aviez dormi que quelques instants, dit la Dre Kollman. Certaines personnes se souviennent même avoir rêvé après coup.»

2 / 11
Il se peut aussi que vous ne soyez pas totalement endormiNOMAD_SOUL/Shutterstock

Il se peut aussi que vous ne soyez pas totalement endormi

Une ou deux personnes sur 10 000 ne s’endorment pas complètement lors de l’anesthésie, selon la Clinique Mayo. «Bien que cela puisse être très perturbant, les patients ne ressentent généralement pas la douleur, note toutefois James D. Grant, président de la Société américaine des anesthésistes. La conscience de l’anesthésie au cours d’une intervention chirurgicale peut se produire pour différentes raisons. Certaines procédures, en raison de l’urgence ou de l’instabilité de l’état du patient, justifient l’utilisation de doses d’anesthésiants plus faibles qui pourraient exposer les patients à un risque plus élevé de conscience». Ces interventions à risque sont, entre autres, les traumatismes, la chirurgie cardiaque et l’accouchement d’urgence par césarienne.

3 / 11
Vous pourriez faire une chute de pression si vous mentez sur votre bon poidsGEORGE CRISTI/Shutterstock

Vous pourriez faire une chute de pression si vous mentez sur votre bon poids

Ce n’est pas le moment de sous-estimer ou surestimer votre poids ! Si vous ne savez pas exactement combien vous pesez, demandez une balance à l’hôpital afin de donner un chiffre exact à l’anesthésiste. «Le dosage est souvent basé sur le poids, explique le Dr Nitin Sekhri, un spécialiste new-yorkais de la gestion de la douleur. Sous-estimer votre poids peut entraîner un sous-dosage d’anesthésiques et d’antibiotiques. Et donner un poids trop élevé peut conduire à un surdosage d’anesthésique, ce qui pourrait dangereusement faire chuter votre tension artérielle.» Une trop faible dose d’antibiotiques augmente aussi votre risque d’infection.

4 / 11
Vous risquez une hémorragie si vous n’interrompez pas votre médicationYAKOBCHUK VIACHESLAV/Shutterstock

Vous risquez une hémorragie si vous n’interrompez pas votre médication

Avant la chirurgie, votre médecin vous remettra la liste des médicaments que vous devez cesser de prendre avant la chirurgie. Il s’agit généralement d’anticoagulants, d’ibuprofène et de suppléments comme les oméga-3 et le ginkgo biloba, qui peuvent tous augmenter le risque de saignement excessif pendant l’intervention chirurgicale.

Mais si vous n’avez pas suivi les indications, dites-le tout de suite à votre anesthésiste, qui travaillera avec vous pour trouver une solution. «Si on vous a dit d’arrêter votre anticoagulant le vendredi et que vous avez oublié et ne l’avez fait que le lundi, dites-le», dit le Dr Steven L. Mandel, anesthésiste en Californie. Parlez aussi de tous les médicaments et suppléments que vous prenez, y compris les substances psychotropes.

5 / 11
Ce sera plus efficace sans tabac YAKOBCHUK VIACHESLAV/Shutterstock

Ce sera plus efficace sans tabac

«Si vous consommez des produits du tabac, envisagez sérieusement de tout arrêter avant l’intervention chirurgicale», dit la Dre Kollman. Le moment idéal pour cesser de fumer: trois à quatre semaines avant la date de votre chirurgie. Mais «une seule journée suffit pour constater une amélioration de la fonction cardiaque et pulmonaire, continue-t-elle. Les globules rouges se délestent du monoxyde de carbone, ce qui leur permet de transporter plus d’oxygène vers vos tissus, améliore la cicatrisation et diminue le risque d’infection. C’est, très probablement la meilleure chose que vous pouvez faire pour vous aider à guérir.»

6 / 11
Vous pourriez avoir du mal à respirer si votre estomac n’est pas videCHOMBOSAN/Shutterstock

Vous pourriez avoir du mal à respirer si votre estomac n’est pas vide

Il y a une très bonne raison pour que les chirurgiens vous demandent de ne pas manger quelques heures avant une opération : «Sous anesthésie, nous perdons notre capacité de tousser et d’empêcher le contenu de l’estomac de pénétrer dans les poumons, dit le Dr Sekhri.

Bien qu’il s’agisse souvent d’un inconvénient, il est crucial de ne pas manger avant une anesthésie générale. Si vous avez quelque chose dans l’estomac au début de l’intervention, ces aliments peuvent pénétrer dans les poumons et causer une pneumonie grave, voire mortelle.» Si vous avez mangé ou bu quelque chose plus tard que prévu, dites-le à l’anesthésiste pour qu’il ou elle puisse élaborer un plan d’action.

7 / 11
Pensez à votre confortLLASZLO/Shutterstock

Pensez à votre confort

«Pendant l’intervention, l’anesthésiste est le médecin qui veille sur vous à l’extérieur du champ opératoire», explique le Dr Sekhri. Donc, si vous souffrez de maux de dos, demandez qu’un coussin soit placé sous votre dos avant d’être endormi. Vous avez mal à l’épaule ? Demandez à ce que votre bras soit positionné sur le côté pendant l’intervention. Vous pouvez également demander à l’anesthésiste de mettre le cathéter intraveineux dans votre main non dominante.

8 / 11
Vous n’avez peut-être pas besoin d’une anesthésie généraleAL7/Shutterstock

Vous n’avez peut-être pas besoin d’une anesthésie générale

L’anesthésie générale a ceci d’avantageux qu’elle garde le patient inconscient et totalement immobile. Mais beaucoup d’interventions ne nécessitent qu’une anesthésie locale ou régionale. Les chirurgiens les offriront généralement pour un accouchement par césarienne et pour certaines chirurgies des membres. Avec ces anesthésies, le patient reste conscient tout au long de l’intervention.

9 / 11
Vous allez être déshydraté/Shutterstock

Vous allez être déshydraté

Comme on demande généralement aux patients de s’abstenir de manger et de boire avant l’intervention chirurgicale, il est important de bien s’hydrater les jours précédant l’intervention. Emportez une bouteille d’eau avec vous, elle vous aidera à vous rappeler de boire. «Une bonne hydratation avant l’intervention chirurgicale peut aider à éviter de nombreux effets secondaires, y compris l’hypotension artérielle et la nausée», constate le Dr Sekhri.

10 / 11
Vous pourriez avoir la nausée G-STOCKSTUDIO/Shutterstock

Vous pourriez avoir la nausée

Mais il existe des moyens de minimiser ce risque. «Les nausées et les vomissements postopératoires sont un problème très courant qui est non seulement très désagréable pour le patient, mais qui peut aussi prolonger son hospitalisation », observe le Dr Sekhri. Il suggère de dire à l’anesthésiste si vous souffrez par exemple du mal des transports ou si vous avez déjà ressenti des nausées après une anesthésie.

«L’anesthésiste peut choisir d’utiliser moins ou pas d’anesthésie par inhalation, laquelle est plus susceptible de provoquer des nausées, ou même de faire de l’acupuncture au poignet. (Cette thérapie alternative peut réduire efficacement les nausées.) Les nausées postopératoires se produisent plus souvent avec certains types de chirurgie, comme la chirurgie abdominale, pelvienne ou de l’oreille interne, note la Dre Kollman.

11 / 11
Vous pourriez éprouver des effets secondaires bizarresASLYSUN/Shutterstock

Vous pourriez éprouver des effets secondaires bizarres

«Tout comme votre plan d’anesthésie, conçu spécialement pour vous, les effets secondaires peuvent aussi être personnels, avertit la Dre Kollman. Certaines personnes sont sujettes aux nausées post-opératoires ou aux maux de tête. D’autres peuvent être lentes au réveil.»

Autre effet secondaire étrange possible: les frissons. Ils se produisent à cause de la façon dont les anesthésiques affectent le cerveau, dit le Dr Sekhri. Les frissons cessent généralement quelques heures après l’opération, et vous pouvez demander des médicaments pour en limiter l’effet. De plus, les hommes ayant des problèmes de prostate peuvent éprouver une incapacité temporaire à uriner après une anesthésie. Assurez-vous de discuter dès le début de tout problème potentiel avec votre anesthésiste.

 

Tiré de Rd.com : This Is What Really Happens to Your Body When You Go Under Anesthesia

Vous aimerez aussi :
10 secrets que votre urine révèle sur vous et votre santé
9 affirmations fausses sur la santé
12 gestes santé à faire au travail

 

Contenu original Reader's Digest