Share on Facebook

Les 5 pires habitudes de votre adolescence

Nous avons tous eu des comportements discutables quand nous étions plus jeunes. Mais saviez-vous que certaines mauvaises habitudes peuvent affecter notre santé plus tard dans la vie?

1 / 6

Enfant, étiez-vous un vilain garnement?

Certains péchés de jeunesse se pardonnent facilement, mais d’autres ont un effet à plus long terme sur la santé. Bonne nouvelle, notre corps possède la merveilleuse faculté de réparer les erreurs. Mais certaines vieilles habitudes ont un effet persistant. Voici certaines imprudences courantes chez les jeunes, pouvant causer des torts plus ou moins réversibles.

2 / 6

1. Avoir plusieurs partenaires sexuels

Des relations sexuelles fréquentes avec plusieurs partenaires ou simplement quelques-uns n’est pas nocif pour l’organisme, à condition de ne pas dépasser les limites. La seule conséquence pour la santé est de contracter une infection sexuellement transmissible. Vous êtes chanceux si vous avez été épargné mais certaines séquelles pourraient subsister. Plus une femme a de partenaires sexuels, plus elle a de chances de contracter le papillomavirus humain (VPH) qui peut causer le cancer cervical.

Bonnes nouvelles: le VPH est évitable. Si vous êtes célibataire tout en étant active sexuellement, demandez à votre médecin de vous prescrire un vaccin pour le VPH et passez le PAP test à tous les trois ans. Et fort heureusement, le VPH n’a pas d’effet sur la fertilité.

3 / 6

2. Fumer régulièrement du tabac ou de la drogue

La fumée de marijuana contient de 50 à 70 % plus d’hydrocarbures cancérogènes que celle du tabac, de même qu’un très haut niveau d’une espèce d’enzyme qui rend certaines composantes de la fumée extrêmement cancérogènes. De plus, les fumeurs de drogue retiennent la fumée plus longtemps dans les poumons, ce qui les rend plus vulnérables au cancer du poumon, bien que cela ne demeure qu’une hypothèse.  Aucune recherche n’a démontré que la consommation de marijuana pourrait affecter la santé par après. Quant au tabac, il tue 45 000 Canadiens par année et la liste des maladies auxquelles s’exposent les fumeurs est très longue.

 

Bonnes nouvelles: le tissu endommagé des poumons ne se renouvelle pas naturellement mais nos poumons contiennent beaucoup de tissu. Un an après avoir cessé de fumer, le risque de contracter une cardiopathie diminue de moitié et après 10 ans, le risque de mourir du cancer du poumon est divisé par deux.

4 / 6

3. Vivre dans un environnement fortement pollué

Difficile de décider où vous allez vivre lorsque vous êtes un enfant, mais il est utile de savoir si votre lieu de vie a affecté votre santé. Les poumons d’un enfant sont moins résistants à l’air pollué et à la présence d’ozone que ceux d’un adulte. Pour un enfant, une exposition prolongée à la pollution présente un risque élevé de cancer du poumon. Une étude démontre qu’une exposition de plusieurs années à un environnement pollué peut faire augmenter de 25% le risque de cancer du poumon et peut être aussi nocive que la fumée secondaire du tabac.

Bonnes nouvelles: encore une fois, le tissu endommagé des poumons ne se renouvelle pas naturellement. Mais si vous adoptez un style de vie plus sain, en évitant l’air pollué et en faisant de l’exercice, en mangeant mieux et en ne fumant pas, vous pouvez assurément éviter les maladies.

5 / 6

4. Avoir de fréquents coups de soleil

Qui aurait cru que cette mauvaise habitude de jeunesse aurait des effets prolongés? Près de 80% des dommages causés par le soleil au cours d’une vie sont provoqués avant l’âge de 18 ans. Plus vous vous êtes exposé au soleil, plus vous avez de chance d’avoir des rides, des taches de rousseur, des taches ou une décoloration de la peau plus tard dans la vie. Plus inquiétant, le risque de cancer de la peau augmente au cours des décennies suivantes. Le risque de contracter un mélanome s’accroit de 75 % si vous avez fréquenté les salons de bronzage avant l’âge de 35 ans.

 

Bonnes nouvelles: même si les dommages ne sont pas réversibles, il est toujours temps d’agir plus sainement en se couvrant en plein air et en utilisant un écran solaire pour diminuer le risque de cancer, les taches et la décoloration de la peau.

6 / 6

5. Avoir l’habitude de s’enivrer

Même si vos dernières expériences de beuverie datent de la période de vos études, les effets de l’alcool peuvent persister. Dans une recherche portant sur 3803 sujets, les grands buveurs ont indiqué souffrir de dépression, de problèmes cardiaques, de bronchite chronique et de dépression davantage que les buveurs sociaux après l’âge de 40 ans. Une seule séance de soûlerie peut faire augmenter le risque de cardiopathie.

Bonnes nouvelles: un style de vie sain contribue tout à fait à réparer les dommages. Par exemple, une étude a démontré que les grands buveurs pouvaient ramener à la normale leur risque de contracter un cancer en une dizaine d’années.

 

Sur le même sujet:
5 mauvaises habitudes beauté à changer
5 habitudes alimentaires à abandonner
6 mauvaises habitudes pour votre peau