Share on Facebook

Ce qu’il faut savoir sur les infections urinaires

Les infections urinaires deviennent plus courantes avec l’âge et en particulier chez les femmes. Quels sont les facteurs et les traitements? Voici de quoi déboulonner les idées fausses sur les infections urinaires.

1 / 5
Infection urinaire: il ne fait pas avoir honte des soucis de vessie.aslysun/Shutterstock

Aucune honte à avoir

Certaines personnes, surtout des femmes, ont honte d’avouer qu’elles ont une infection urinaire. Bien à tort. «Pendant des années, on leur a dit que leurs cystites étaient liées à leur hygiène, mais c’est faux», tranche la Dre Barbara W. Trautner, qui enseigne la médecine à l’université Baylor, au Texas.

Les femmes en font jusqu’à 30 fois plus souvent que les hommes, certes, mais cela tient simplement à leur anatomie. Toutes les infections urinaires sont dues à des bactéries qui ont pénétré dans la vessie – souvent en passant par l’urètre – et y ont provoqué une inflammation. Or, l’urètre de la femme est plus court que celui de l’homme, donc les bactéries ont une moindre distance à parcourir pour arriver à la vessie. Et son orifice est plus proche de l’anus, lieu de résidence très prisé de la bactérie E. coli, qui cause bon nombre de ces infections.

Vérifiez si vous souffrez des symptômes d’une vessie hyperactive.

2 / 5
D’autres facteurs rendent certaines femmes plus vulnérables aux infections urinaires.DimaBerlin/Shutterstock

Autres facteurs de risques

D’autres facteurs rendent certaines femmes plus vulnérables, entre autres l’activité sexuelle, la grossesse et l’emploi d’un spermicide comme moyen anticonceptionnel.

Autre idée fausse sur les infections urinaires: elles feraient délirer les aînés. Or, les preuves à cet égard ne sont pas concluantes, observe la Dre Trautner. La fièvre accompagnant une infection peut contribuer à provoquer de la confusion, mais il semble plus probable que celle-ci soit un symptôme de maladie cérébrale, d’interaction médicamenteuse, de malnutrition ou de défaillance organique. Pour brouiller un peu plus les cartes, ajoute la médecin, l’urine des personnes âgées contient souvent des bactéries inoffensives. En principe, ces bactériuries asymptomatiques ne requièrent aucun traitement.

Vous serez surpris d’apprendre que votre urine en dévoile beaucoup sur vous et votre santé!

3 / 5
Les infections urinaires deviennent plus courantes avec l’âge.Jack Frog/Shutterstock

Localisation et symptômes

Les infections urinaires deviennent toutefois plus courantes avec l’âge. Chez les femmes, les taux d’estrogène baissent après la ménopause, et le vagin perd des bactéries qui le protégeaient contre les invasions bactériennes. Chez l’homme, la prostate enfle après 50 ans et peut emprisonner l’urine dans la vessie. Enfin, tous les aînés sont plus exposés à des facteurs de risque comme les calculs rénaux, les sondes urinaires ou l’immunosuppression induite par des maladies comme le diabète.

Pour diagnostiquer une infection urinaire, il faut d’abord la localiser. Si elle affecte la partie inférieure de l’appareil urinaire comme la vessie, elle se manifeste par une envie urgente d’uriner, une brûlure pendant la miction, du sang dans l’urine ou des douleurs dans la région du bassin. Une infection urinaire haute touche les reins et produit des symptômes moins évidents: douleurs au côté ou au dos, forte fièvre, vomissements, nausées, frissons. Méfiez-vous alors de ces signes silencieux qui sont synonymes d’une infection rénale.

4 / 5
Les antibiotiques sont le traitement de choix contre les infections urinaires.fizkes/Shutterstock

Traitement

Les antibiotiques sont le traitement de choix, mais le risque de récidive est élevé, surtout chez les femmes. En fait, une femme sur quatre fera une nouvelle infection dans les six mois qui suivent la première.

Ce n’est pas la faute de la patiente, soutient la Dre Larissa Grigoryan, professeure adjointe de médecine familiale et communautaire à Baylor. «Parfois, c’est dû à une résistance à l’antibiotique», poursuit-elle. Mesdames, voici ce que vous devez savoir sur la santé que la femme de 50 ans.

5 / 5
On a longtemps cru que le jus de canneberges pouvait prévenir ou guérir ces infections urinaires.yingko/Shutterstock

Jus de canneberge et autres liquides

On a longtemps cru que le jus de canneberges pouvait prévenir ou guérir ces infections. Des recherches ont établi qu’un ingrédient actif de ce jus peut empêcher les bactéries d’adhérer à la paroi de la vessie, mais des études plus étoffées n’ont pas démontré d’avantages clairs. Même si le jus de canneberges n’est pas un remède, il ne fait pas de tort, car boire beaucoup de liquides non alcooliques est une bonne stratégie préventive.

Dans le même ordre d’idées, selon une étude publiée par JAMA en 2018, des femmes qui avaient augmenté de 1,5 l la quantité de liquide qu’elles buvaient chaque jour couraient moins de risque de faire une infection urinaire. La meilleure façon de vous prémunir est donc simple: buvez de l’eau et videz votre vessie souvent.

Assurez-vous de savoir pourquoi vous avez toujours envie d’uriner!

Contenu original Readers Digest International Edition