Share on Facebook

9 signes que vous souffrez de productivité toxique

Essayer d’être productif dans tous les domaines de votre vie peut avoir un impact négatif, mentalement et physiquement. Voici comment savoir si vous êtes coincé dans le cercle vicieux de la productivité toxique et ce que vous pouvez faire dès maintenant.

1 / 7

Voici 9 signes qui indiquent que vous souffrez de productivité toxique.fizkes/Shutterstock

Le côté sombre de la productivité

En mai 2020, Eropa Stein s’est retrouvée dans une situation très difficile. En tant qu’entrepreneure et fondatrice de Hyre, une entreprise proposant un logiciel de planification d’horaires d’employés, elle voulait à tout prix développer son entreprise. Et la pression n’a fait qu’augmenter pendant la pandémie. Mais en tant que personne, elle voulait désespérément pouvoir dormir. Et manger. Et peut-être aussi voir un peu la lumière du soleil. Sa volonté de réussir a par contre relégué ses besoins humains au second plan.

«Je sentais que si je ne consacrais pas tout mon temps à mon entreprise, je n’étais pas productive, explique-t-elle. Je voulais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour l’aider à survivre, et ça voulait dire travailler sans arrêt.»

Même si elle reconnaissait que c’était malsain, elle ne pouvait pas s’arrêter. Sa santé mentale en a pris un coup. Non seulement se sentait-elle épuisée mentalement et physiquement, mais elle est devenue tellement dépassée qu’elle a cessé de faire des choses qu’elle aimait et s’est isolée de sa famille et de ses amis.

Elle a atteint un point critique lorsqu’elle a finalement pu voir ses proches après le long confinement pendant la pandémie.

«J’étais en visite dans ma famille et je n’arrivais pas à engager une véritable conversation. J’étais tellement épuisée mentalement que j’ai carrément dû m’en aller, dit-elle. Passer du temps avec les membres de ma famille avait toujours été quelque chose que j’avais hâte de faire, alors quand je n’ai même pas pu profiter de ces moments avec eux, j’ai compris que j’étais épuisée et que quelque chose devait changer.»

Eropa Stein possède quelque chose que la plupart des autres personnes dans sa situation n’ont pas: une maîtrise en psychologie appliquée et plusieurs années de travail à titre de chercheuse en épuisement professionnel. Elle a même rédigé sa thèse de maîtrise sur le stress en milieu de travail et la productivité toxique.

Et elle a finalement détecté chez elle les signes de l’épuisement professionnel.
Cette mentalité, soit celle de vouloir atteindre un objectif à tout prix, a un nom: la productivité toxique.

Il est possible que cela soit l’une des preuves que votre emploi ne vous convient plus.

2 / 7
La productivité toxique équivaut à travailler compulsivement en étant dopé aux stéroïdes.GaudiLab/Shutterstock

La productivité toxique équivaut à travailler compulsivement en étant dopé aux stéroïdes

Vous avez probablement déjà entendu parler de quelqu’un qu’on décrit comme un bourreau de travail, c’est-à-dire quelqu’un qui travaille compulsivement et à l’excès. La productivité toxique amène cette définition à un niveau supérieur, explique la psychologue clinicienne Elena Welsh, superviseure aux California Department of State Hospitals.

Quelqu’un qui souffre de productivité toxique se sent fortement poussé à être productif en tout temps, c’est-à-dire pas seulement au travail mais dans toutes les sphères de sa vie. La productivité (non toxique) peut-être l’une de vos plus grandes forces au travail qui sont liées à votre signe astrologique.

«La productivité toxique est l’incapacité de faire quelque chose juste pour le plaisir de le faire, ajoute Erika Ferszt, psychologue organisationnelle spécialisée en productivité toxique et fondatrice de Moodally, un programme de gestion de l’humeur en milieu de travail. Chaque action doit toujours avoir un but ou un objectif menant à un sentiment d’amélioration ou d’accomplissement personnel.»

Les personnes qui en souffrent poussent leurs limites à l’extrême et se concentrent sur la productivité en excluant tout le reste de leur vie.

3 / 7
La productivité toxique peut être difficile à identifier.MIND AND I/Shutterstock

Même pour quelque chose d’aussi extrême, ça peut être difficile à reconnaître

«La productivité toxique peut être difficile à identifier parce que la société accorde une grande valeur au fait d’être productif professionnellement, socialement et culturellement, et parce que les gens sont souvent récompensés pour leur productivité», déclare la Dre Welsh, qui est aussi membre de la faculté de psychologie à l’université Antioch à Los Angeles.

Lorsque toutes les personnes de votre entourage sont très productives et vous encouragent à faire de même, ça peut sembler normal ou même attendu. Mais les conséquences de la productivité toxique peuvent être dévastatrices.

Quand elle n’est pas toxique, votre productivité est l’une des qualités que recherche un employeur.

4 / 7
La productivité même toxique est addictive.Dragon Images/Shutterstock

La productivité est addictive

La productivité toxique peut être difficile à identifier et il se peut que vous ne vouliez pas la reconnaître chez vous. C’est que la frénésie que vous ressentez lorsque vous accomplissez des choses est psychologiquement addictive, selon Erika Ferszt, détentrice d’un diplôme d’études supérieures en neurosciences de la santé mentale.

Lorsque vous accomplissez quelque chose, votre corps vous fournit une dose de dopamine, laquelle vous procure du plaisir. Le fait de vous concentrer constamment sur les choses à accomplir vous garde en état d’«éveil constant» engendrant des niveaux élevés d’adrénaline.

Avec le temps, votre corps développe une tolérance et nécessite plus de dopamine et d’adrénaline pour provoquer la frénésie initiale.

«Étant le résultat de comment le cerveau fonctionne, la productivité toxique peut agir comme une addiction, explique Erika Ferszt. Vous pouvez ainsi oublier comment vivre sans les sensations que les réalisations et la productivité sont censées procurer.»

5 / 7

Les effets secondaires de la productivité toxique.Mivolchan19/Shutterstock

Les effets secondaires de la productivité toxique

Travailler trop dur pendant de longues périodes draine votre énergie. Et ça exerce beaucoup de stress sur votre corps, entraînant ainsi un épuisement physique et mental.

Le stress chronique est associé avec des taux plus élevés de dépression et d’anxiété et avec un risque accru de maladie du cœur, de cancer, de diabète de type 2 et d’autres maladies liées au style de vie. Voici comment éviter l’épuisement professionnel et le stress chronique au travail.

Certaines des conséquences peuvent être imprévisibles. Par exemple, après 22 ans à travailler comme directrice publicitaire très performante, la productivité toxique a causé une cécité temporaire chez Erika Ferszt.

«J’ai connu un épisode d’épuisement qui a mené à mon hospitalisation pour une perte de vision liée au stress, explique-t-elle. Cet épisode m’a forcée à revoir toute ma vie, toutes mes priorités.»

6 / 7
Les signes que vous souffrez de productivité toxique.MASKOT/GETTY IMAGES

Les signes que vous souffrez de productivité toxique

Afin de vous aider à reconnaître ce type de comportement chez vous-même ou vos proches, nous avons demandé à nos experts de nous faire part des principaux signes de productivité toxique.

Les temps d’arrêt vous rendent anxieux
Que vous vous allongiez sur le sofa pour regarder un film ou que vous marchiez en forêt, le temps passé à décompresser et à relaxer est crucial pour tout le monde. Si vous trouvez que vous êtes incapable de prendre une pause ou que vous n’arrivez pas à vous détendre pendant les temps d’arrêt du travail, c’est un problème.

Vous vous demandez «Ça sert à quoi?»
Si votre ami vous demande d’aller marcher et que votre réaction première est d’en questionner l’utilité, c’est mauvais signe.

Les personnes qui souffrent de productivité toxique ne veulent faire que des choses qui ont un but. Par exemple, elles ne veulent pas seulement marcher: elles veulent marcher 30 kilomètres par jour pour s’entraîner à faire le Sentier des Appalaches. «Tout ce que vous faites n’a pas à avoir une utilité», explique Erika Ferszt.

Vous auriez besoin d’aller chez le coiffeur et vous avez des poches sous les yeux
Mettre toutes vos énergies sur la productivité laisse peu de place pour prendre soin de vous. Les choses comme prendre un bain chaud, faire une sieste ou aller chez le coiffeur sont toutes mises de côté.

Socialiser vous rend nerveux
S’asseoir pour bavarder ou prendre des nouvelles de vos proches constitue habituellement une expérience agréable et une manière vitale de reprendre contact avec les autres. La productivité toxique peut vous faire sentir que vous perdez votre temps parce que vous n’êtes pas en train d’accomplir quelque chose. Ceci peut vous aider à vaincre votre anxiété sociale.

La réussite vous fait sentir inutile
Apparemment, réussir est le but ultime de la productivité, mais les personnes qui souffrent de productivité toxique finissent par être coincées dans le cercle vicieux d’être productives pour être productives.

Ça peut vouloir dire que lorsque vous atteignez finalement votre but, vous vous sentez vide, inutile ou pas assez bon. Ou encore vous vous sentez peut-être trop épuisé pour vraiment l’apprécier.

Vous ne vous souvenez plus de la dernière fois où vous avez ressenti de la joie
La joie est une simple sensation de plaisir, mais il est facile de passer à côté lorsque vous êtes trop concentré sur un but. Même si vous avez choisi ce but parce que vous pensiez qu’il vous rendrait heureux, en faire trop peut vous enlever cette joie.

Si vous continuez ainsi, vous pourriez tomber dans un état dépressif, ou anhédonie, une incapacité à éprouver du plaisir. «Vous pourriez perdre la capacité à participer et à vous engager pleinement dans la panoplie d’expériences que la vie a à offrir», déclare Erika Ferszt.

Vos enfants font une activité différente chaque jour
Si la productivité est quelque chose auquel vous accordez de la valeur, c’est logique que vous vouliez que votre famille et vos amis soient productifs eux aussi. Cela peut toutefois devenir toxique lorsque vous poussez constamment les personnes autour de vous à travailler plus fort et à accomplir toujours plus.

Ça vous dérange de voir les autres s’amuser
La productivité toxique peut devenir tellement extrême que non seulement vous imposez à vous-même et à votre entourage des standards bien trop élevés, mais vous pouvez également ressentir du dédain en regardant quelqu’un «gaspiller» du temps à faire quelque chose qui vous apparaît improductif.

Votre table de chevet est pleine de livres de croissance personnelle
Les lucratives industries de la beauté et de la croissance personnelle vous vendent l’idée que vous n’êtes pas suffisant comme vous êtes mais que si vous travaillez assez fort (et achetez suffisamment de produits!), vous pouvez vous améliorer. Ça peut vous donner l’impression de courir sur une route sans fin à force de toujours essayer d’être une personne plus intelligente, plus riche et plus belle mais sans jamais vraiment y parvenir. Cela peut détruire votre estime personnelle et vous faire sentir que vous n’avez aucune valeur.

7 / 7
Comment arrêter le cercle vicieux de la productivité toxique?Kostenko Maxim/Shutterstock

Comment arrêter ce cercle vicieux

Si tout ce que vous venez de lire vous semble un peut trop familier, c’est que vous êtes peut-être tombé dans le piège de certaines habitudes toxiques. Mais ne vous inquiétez pas: il y a des choses que vous pouvez faire dès maintenant pour retrouver un meilleur équilibre dans votre vie.

Ne faites rien
Faites un effort conscient durant votre journée pour prendre le temps de ne rien faire. Regardez les nuages dans le ciel; griffonnez distraitement sur un bout de papier; marchez sans but; écrivez un poème dans votre journal; méditez.

La façon dont vous passez ce temps d’arrêt n’a pas d’importance, mais résistez à l’envie d’établir un objectif pour votre activité. Votre cerveau a besoin de faire le vide à certains moments pour se reposer et recharger ses batteries.

Écoutez le sentiment qui vous habite
Une bonne part de la productivité toxique est aiguillonnée par une peur profonde de quelque chose: l’échec, la culpabilité, l’inutilité, vous-même.

«Ça peut sembler paradoxal, mais apprendre à reconnaître l’émotion et à l’écouter contrairement à l’éviter en étant toujours super occupé vous aidera à changer ce comportement, explique Elena Welsh.

Vous aurez peut-être besoin d’un thérapeute ou d’un autre professionnel en santé mentale pour vous aider à comprendre les sentiments profondément enracinés.

Faites une liste de vos valeurs
Demandez-vous ce qui est vraiment important à vos yeux. Faites une liste de vos valeurs (pas de vos objectifs), puis pensez à la façon dont vous passez réellement votre temps pour voir si vos activités correspondent à vos valeurs. «Par exemple, si la qualité de vos relations se situe en tête de liste mais que la majeure partie de votre temps est consacrée à des activités professionnelles, il y a probablement déconnexion ici», ajoute Elena Welsh.

Prendre soin de vous doit devenir une habitude
Réservez du temps chaque jour pour faire quelque chose de relaxant et qui vous fait plaisir, comme prendre un bain chaud, colorier, faire un casse-tête ou des exercices doux. «Ça peut sembler déplaisant et inconfortable au début, et vous craignez peut-être de gaspiller un temps précieux, mais vous valez bien tous ces efforts, selon Erika Ferszt. Continuez à le faire jusqu’à ce que ça devienne une habitude.»

Déconnectez-vous pendant un moment
La productivité toxique étant florissante dans notre culture moderne branchée où le numérique domine, se déconnecter est la clé pour libérer le stress. Planifiez un moment chaque semaine pour passer au moins une heure sans appareils électroniques, y compris votre cellulaire.

Faites en moins pour en accomplir plus
Ce qui a aidé Eropa Stein à se libérer réellement de sa productivité toxique a été de reconnaître comment l’habitude d’en faire trop était improductive et comment elle était effectivement capable d’accomplir plus de choses lorsqu’elle était reposée.

«Je comprens maintenant qu’une marche de 20 minutes à l’extérieur le midi me donne de l’énergie pour finir ma journée de travail et que le fait de ne pas travailler pendant la fin de semaine me permet de recharger mes batteries pour la semaine», raconte-t-elle. Découvrez quels sont les avantages de marcher pendant 15 minutes.

Mais la meilleure chose dans tout ça, selon elle, c’est qu’elle a renoué avec ses passions en dehors de son entreprise. «Ces temps-ci, j’aime passer du temps à tenir un journal, à rencontrer des amis et de la famille ou simplement à me retrouver dans la nature», conclut-elle.

Il est peut-être tout simplement temps de changer de carrière, si c’est le cas voici comment vous replacer.

Reader's Digest
Contenu original Reader's Digest