8 signes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Le déséquilibre hormonal qui accompagne le syndrome des ovaires polykystiques empoisonne souvent la vie des femmes qui en souffrent. Voici les symptômes que vous devriez connaître du SOPK, appelé syndrome de Stein-Leventhal.

1 / 9
Le SOPK est grandement sous-diagnostiqué.ISTOCK/VITAPIX

Le SOPK est grandement sous-diagnostiqué

Jusqu’à 10% des femmes souffriraient du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), mais on estime que plus de la moitié d’entre elles ne le savent pas. Ce syndrome, le trouble hormonal le plus courant chez les femmes en âge de procréer, se développe lorsque l’excès d’insuline stimule la production d’androgènes (hormones mâles). «Je vois régulièrement des femmes qui n’ont jamais été diagnostiquées», affirme Fiona McCulloch, une naturopathe torontoise, spécialiste de ce syndrome. C’est effrayant, si l’on considère que le SOPK est lié au diabète (une étude récente de l’université Monash en Australie a montré que les femmes atteintes du SOPK – même jeunes et ne souffrant pas d’embonpoint – sont cinq fois plus susceptibles de développer un diabète de type 2) et aux maladies cardiaques, la principale cause de mortalité chez les femmes. Il est donc important de reconnaître les symptômes du SOPK, qui peuvent varier d’une femme à l’autre. En voici quelques-uns parmi les plus courants.

Parfois ignorée ou négligée, voici comment mieux comprendre (et respecter) la douleur chez les femmes.

2 / 9
Menstruations et relations sexuelles.Shutterstock

Des règles irrégulières

Les femmes souffrant d’un SOPK ont des niveaux d’androgènes plus élevés que la normale (la testostérone étant la plus connue), ce qui peut ralentir leurs ovaires et interférer avec l’ovulation. «Lorsque l’ovulation est inhibée, vos règles, qui surviennent deux semaines après l’ovulation, arrivent aussi plus tard – voire pas du tout», observe Fiona McCulloch.

Chez les femmes souffrant du SOPK, les règles peuvent devenir irrégulières dès le début, mais parfois aussi des années plus tard. Selon Fiona McCulloch, les femmes atteintes du SOPK ont plus souvent des règles irrégulières lorsqu’elles ont pris du poids ou subi beaucoup de stress. Il existe toutefois d’autres raisons médicales qui expliquent l'absence des règles.

3 / 9
Le syndrome des ovaires polykystiques provoque des problèmes d'infertilité. Nick Starichenko/Shutterstock

Des problèmes de fertilité

Le syndrome des ovaires polykystiques est la cause la plus commune d’infertilité féminine. La conception est difficile pour diverses raisons. Premièrement, si vous n’ovulez pas régulièrement, il peut être difficile de détecter quand vous êtes le plus fertile – et les tests d’ovulation sont souvent inefficaces avec le SOPK parce que l’hormone qu’ils détectent est parfois trop élevée tout au long du cycle, ce qui cause des faux positifs, explique Fiona McCulloch. De plus, comme les règles sont irrégulières, les périodes de fécondité se font plus rares. La qualité des ovules des femmes souffrant de ce syndrome est parfois affectée par l’inflammation et les changements hormonaux dans les ovaires. La bonne nouvelle? «Les femmes atteintes du SOPK produisent souvent beaucoup d’ovules et ce n’est souvent qu’une question de temps avant qu’elles ne tombent enceintes, surtout si elles prennent le bon traitement», ajoute la naturopathe.

Le syndrome des ovaires polykystiques est l'une des raisons médicales pouvant expliquer un gain de poids.

4 / 9
Le syndrome des ovaires polykystiques cause des problèmes de pilosité. tkyszk/Shutterstock

Vous avez des poils là où vous n’en voulez pas

Une surabondance d’hormones mâles peut provoquer l’hirsutisme – une quantité excessive de poils poussent sur des zones où les hommes en ont généralement, y compris le visage, la poitrine, l’estomac, le dos, les pouces ou les orteils. «Ces poils sont souvent assez robustes, ce qui en rend l’épilation parfois difficile et anxiogène», dit Fiona McCulloch. Il est probable que 9 femmes sur 10 souffrant d’hirsutisme sont atteintes du SOPK. Mais elles perdent aussi fréquemment leurs cheveux, la testostérone, hormone masculine, étant également en partie responsable de ce phénomène. «Dans le cuir chevelu, la testostérone est convertie en un androgène puissant appelé DHT (dihydrotestostérone), lequel est l’ennemi mortel de vos follicules pileux, explique Fiona McCulloch. Il les rétrécit et les endommage, ce qui fait entrer le cheveu dans une phase de dormance qui le fait tomber rapidement.»

Votre chevelure commence souvent à s’éclaircir dans la zone frontale, juste derrière la ligne d’implantation, mais les pertes sont parfois diffuses et se manifestent alors sur tout le cuir chevelu.

5 / 9
Le miel pour mieux combattre l'acnépenton / Shutterstock

De l'acné et d'autres problèmes de peau

Les niveaux élevés d’androgènes augmentent la production de sébum, ce qui peut mener à une foule de problèmes cutanés, y compris les pellicules et l’acné. Deux signes que l’acné est liée au SOPK: il se développe le long de la mâchoire et résiste aux traitements – ou revient dès que vous cessez de prendre des médicaments puissants tels que l’Accutane. Deux autres symptômes cutanés courants, l’acanthosis nigricans et les appendices cutanés (des petites imperfections de la peau), sont liés à l’insulinorésistance. L’acanthosis nigricans est une coloration foncée et veloutée que l’on voit le plus souvent dans le repli à l’arrière du cou, sous les bras ou dans les plis des cuisses. «L’acanthosis nigricans peut donner à votre peau l’air d’être “sale”, mais ces taches ne se lavent pas, même si vous les frottez très fort», dit Fiona McCulloch. Les appendices cutanés sont des petits lambeaux de peau couleur chair qui apparaissent souvent sur le cou, la poitrine et les aisselles.

N'hésitez pas à tester l'un de ces 13 remèdes maison efficaces pour guérir l'acné.

6 / 9
Maridav/Shutterstock

Vous n’entrez plus dans vos jeans

Les femmes souffrant de SOPK tendent à prendre du poids facilement et éprouvent énormément de difficultés à en perdre. Ceci est dû à l’insulinorésistance et à la leptine, deux des principaux facteurs impliqués dans le syndrome des ovaires polykystiques. «La résistance à l’insuline fait en sorte que votre corps emmagasine plus facilement les graisses, et la résistance à la leptine fait croire au cerveau que vous mourez de faim – ce qui du coup rend inopérant vos signaux de faim et de satiété», note Fiona McCulloch.

L’insulinorésistance entraîne souvent des prises de poids autour de la taille, le type de gras le plus dangereux en termes de santé cardiaque. Essayez d'éliminer de votre vie ces 21 mauvaises habitudes (à supprimer) pour perdre la graisse du ventre. 

7 / 9
Vous manquez de sommeildean drobot / Shutterstock

Vous faites de l’apnée du sommeil

Le SOPK est fortement lié à l’apnée du sommeil, une affection qui provoque des arrêts respiratoires à succession durant votre sommeil et qui peut avoir de graves conséquences. L’apnée du sommeil peut entraîner de l’hypertension artérielle, des maladies cardiaques, de l’obésité et des sautes d’humeur.

Dans une étude de l’université d’État de la Pennsylvanie, les patientes atteintes du SOPK étaient 30 fois plus susceptibles d’avoir des difficultés respiratoires pendant leur sommeil, y compris l’apnée du sommeil. Les femmes souffrant à la fois du SOPK et d’insulinorésistance sont plus susceptibles de souffrir d’apnée du sommeil, affirme Fiona McCulloch. Voici quelques signes indiquant que vous souffrez d’apnée du sommeil: vous ronflez fort et vous vous sentez fatigué même après une nuit complète de sommeil. Faites attention à ces 9 autres symptômes et signes que vous souffrez de l'apnée du sommeil.

8 / 9
Pour beaucoup de femmes, les maux de tête et les règles vont de pair.AFRICA STUDIO/SHUTTERSTOCK

Des kystes ovariens

Bien que le mot kyste apparaisse dans le SOPK, la présence de ceux-ci n’est pas obligatoire – d’ailleurs, le fait de mettre l’emphase sur les kystes explique peut-être que tant de femmes ne sont pas diagnostiquées, indique Fiona McCulloch. Il est important de savoir que les kystes du SOPK ne sont pas des kystes ovariens typiques, mais des follicules partiellement développés dans lesquels vit l’ovule jusqu’à ce qu’il soit libéré au moment de l’ovulation. «Ils entravent le processus de préparation à l’ovulation», explique Fiona McCulloch. Les jeunes femmes sont plus susceptibles de développer ces petits «kystes» que les femmes plus âgées. Lors d’une échographie, ils seront souvent décrits comme de «multiples petits follicules».

9 / 9
L’anxiété et la dépression vous guettent.PRESSMASTER/SHUTTERSTOCK

L’anxiété et la dépression vous guettent

Une méta-analyse récente publiée dans la revue Human Reproduction a révélé des niveaux immanquablement plus élevés de détresse émotionnelle chez les femmes atteintes du SOPK que chez les autres. Les problèmes psychologiques tels que la dépression, les attaques de panique, les troubles obsessionnels compulsifs et la dépression bipolaire sont liés à diverses causes sous-jacentes. D’abord, « le SOPK est une affection stressante dont les effets secondaires – hirsutisme, acné, prise de poids, infertilité et cycles irréguliers – rendent les femmes qui en souffrent vulnérables sur le plan psychologique », rappelle Fiona McCulloch. L’anxiété et la dépression sont également associées à des changements dans les taux de cortisol, un effet hormonal courant du SOPK.

Ce problème de santé affecte des milliers de Québécois et de Canadiens. Voici 10 symptômes méconnus indiquant que vous souffrez peut-être de dépression.

Contenu original Reader's Digest