30 pour cent des femmes ont cette infection… mais ne le savent pas

Une femme sur trois va contracter une vaginose bactérienne (VB) au cours de sa vie, mais la plupart d’entre elles n’auront pas la moindre idée qu’elles abritent cette infection qui peut pourtant altérer leurs chances d’avoir des enfants en plus de les rendre bien plus vulnérables face au sida et à d’autres maladies sexuellement transmissibles.

CHAjAMP/Shutterstock

Qu’est-ce qu’une vaginose bactérienne (VB)?
Le vagin est un microbiome délicat que tout peut affecter, de votre alimentation aux vêtements que vous portez. La vaginose bactérienne (VB) survient lorsque le fragile équilibre bactérien du vagin est rompu. Les bonnes bactéries (notamment les lactobacilles) donnent au vagin une légère acidité qui empêche les «mauvaises» bactéries de se développer trop rapidement, explique la Dre Jill Rabin, codirectrice d’un programme de santé pour les femmes dans un hôpital de New York.

La vaginose bactérienne est-elle courante?
La VB est la forme d’infection vaginale la plus commune chez les femmes âgées de 15 à 44 ans. Environ 30% des femmes (près d’une sur trois) en ont une… mais ne le savent pas !

Quelle est la cause de la VB?
«On ne sait pas exactement ce qui perturbe l’équilibre bactérien et provoque ce type d’infection, mais nous savons qu’un nouveau partenaire sexuel, les douches vaginales et la cigarette augmentent les risques, dit la Dre Donnica L. Moore, présidente de Sapphire, un groupe de santé pour les femmes. (Voici 13 choses que votre vagin aimerait vous dire.)  Certains spécialistes conseillent vivement par exemple de cesser d’utiliser des bombes et poudres effervescentes pour le bain. «Mais la plupart des femmes qui contractent une VB ne présentent aucun de ces facteurs de risque», dit la Dre Moore.

Y a-t-il d’autres facteurs de risque pour la VB?
La vitamine D, la «vitamine du soleil» (que nous obtenons en prenant le soleil), pourrait jouer un rôle – c’est la raison pour laquelle il est important de savoir si vous avez des carences en vitamine D.  Voici ce que dit la théorie : les femmes non blanches sont plus susceptible de contracter une vaginaose bactérienne que les femmes blanches. Et une étude préliminaire de l’université de Pittsburgh suggère que les femmes blanches ayant un faible taux de vitamine D développent plus souvent une VB parce que la vitamine D stimule le système immunitaire afin de prévenir et de limiter les infections bactériennes. La déficience en vitamine D est plus répandue chez les Afro-américaines à cause de leur pigmentation foncée qui peut entraver la production de vitamine D lors des expositions du corps au soleil. Il est encore trop tôt cependant pour parvenir à des conclusions définitives quant à l’impact de la vitamine D sur la VB.

Quels sont les symptômes de la VB?
La raison pour laquelle tant de femmes ne se rendent pas compte qu’elles ont une VB, c’est parce que 85% des cas ne s’accompagnent d’aucun symptôme, selon le Centre de contrôle des maladies américain. Cela étant dit, «les symptômes les plus courants sont une forte odeur de poisson et des pertes vaginales», indique la Dre Caroline Mitchell, du Massachusetts General Hospital à Boston. Ces symptômes sont assez courants et peuvent signaler un bon nombre d’affections. «Certaines femmes souffrant de VB disent éprouver une certaine irritation à cause des pertes ou de l’excès d’humidité dans le vagin.» D’autres symptômes possibles sont des sensations de brûlure au moment de la miction et des démangeaisons dans et hors du vagin. «Ce n’est pas normal que votre vagin sente le poisson, et ne soupçonnez pas systématiquement une infection aux levures en cas de pertes ou d’irritation», avertit la Dre Mitchell. Consultez votre médecin pour savoir précisément ce qui se passe là en bas.

La VB est-elle une maladie sexuellement transmissible?
Techniquement, non, assure la Dre Mitchell. «La VB ne se transmet pas sexuellement, mais les relations sexuelles peuvent en faciliter l’éclosion, précise-t-elle. Si vous n’avez jamais été sexuellement active, il y a peu de chances que vous contractiez une VB, mais les risques augmentent aussitôt qu’il y a contacts génitaux. » Les chercheurs essaient encore d’établir ce qui lie les contacts génitaux à la VB. Comme elle n’est pas transmise sexuellement, votre partenaire n’a pas besoin d’être protégé si vous l’avez, ajoute-t-elle. (Il reste que compte tenu de la recrudescence des maladies sexuellement transmissibles, mieux vaut toujours se protéger.)

Les fluctuations hormonales influencent-elles la vulnérabilité à la VB?
Oui, soutient la Dre Rabin. «Une baisse des niveaux d’œstrogène, l’hormone femelle, s’accompagne d’une chute des lactobacilles (les bonnes bactéries ) dans le vagin, ce qui ouvre grandes les portes à la vaginose bactérienne», explique-t-elle. Pour cette raison, «les femmes courent davantage de risque de contracter une VB lors de la grossesse et de la ménopause.» Vous pensez approcher de la ménopause? Voyez ces 15 signes annonciateurs.

Comment traiter la VB?
La VB est généralement soignée à coups d’antibiotiques (pris par voie orale ou sous forme de crème vaginale), nous apprend la Dre Rabin. Comprendre pourquoi certaines femmes développent cette maladie en premier lieu peut aider à déterminer le traitement. Si, par exemple, «une femme ménopausée est une bonne candidate à la thérapie de remplacement de l’œstrogène, cela peut également aider à traiter sa VB». Le traitement est surtout important pour les femmes enceintes dans la mesure où souffrir d’une vaginose pendant la grossesse augmente le risque d’accoucher prématurément ou d’avoir un bébé ne pesant pas suffisamment à la naissance.

Comment diagnostique-t-on la VB?
«Nous pouvons observer au microscope un échantillon de fluide prélevé dans le vagin et vous dire immédiatement s’il s’agit d’une VB, mais rares sont de nos jours les médecins qui disposent d’un microscope », dit la Dre Rabin. On peut faire d’autres tests, comme la mesure du pH du vagin puisque la VB fait grimper le pH et/ou faire un test ADN pour détecter la présence des «mauvaises» bactéries.

Les femmes subissent-elles systématiquement un dépistage pour la VB?
Non, dit la Dre Rabin. Les données actuelles ne permettent pas d’établir qu’un dépistage de routine pour la VB s’impose en l’absence de symptômes. «Nous ne nous livrons à un dépistage que si nous notons la présence d’écoulements vaginaux lors de l’examen ou bien si la femme nous parle de ses symptômes.»

Est-il dangereux de supposer qu’une VB est en fait une mycose et de la traiter soi-même?
«Beaucoup de femmes pensent que leur VB est en fait une mycose, constate le Dre Rabin. L’autotraitement n’aggravera pas la vaginose, mais il pourrait en masquer les symptômes et retarder le diagnostic et le traitement.»

Que se passe-t-il si on ne soigne pas une VB?
«La VB double votre risque d’être infectée par le V.I.H., le virus qui cause le sida, note la Dre Mitchell. Nous pensons que la VB cause de l’inflammation qui facilite l’infection par le V.I.H.» Le même scénario explique pourquoi la VB tend généralement à voyager avec d’autres MST. Mais il y a plus, ajoute-t-elle, «la VB peut aussi altérer la fertilité». La bactérie responsable de la VB peut également causer des maladies inflammatoires chroniques du pelvis, lesquelles peuvent rendre difficile le fait d’avoir des enfants. Et «si vous êtes enceinte, conclut-elle, la VB accroît le risque de fausse couche et d’accouchement prématuré».

Quel rôle les probiotiques peuvent-ils jouer dans le traitement de la VB?
Les probiotiques peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement de la VB, surtout si vous prenez des antibiotiques, lesquels peuvent altérer l’équilibre bactérien. «Commencez avec un supplément oral de lactobacilles ou de capsules de “culture vivante” que vous achèterez dans un magasin d’aliments naturels, suggère la Dre Rabin. Pour prévenir la VB, prenez un supplément après une relation sexuelle et/ou quand vous prenez des antibiotiques.» Si vous êtes sujette aux VB, vous pouvez prendre ces probiotiques préventivement sur une base quotidienne ou hebdomadaire.

Vous aimerez aussi :

Gynécologue: 19 questions qu’on n’a JAMAIS osé lui poser!

170 millions de femmes souffrent de cette maladie invalidante – de nombreux médecins passent à côté

9 signes que vous ovulez peut-être

Tiré de rd.com : 30 Percent of Women Have This Down-There Infection

Vidéos les plus populaires