Dépression post-partum: attention à la période de l’année où vous accouchez

Accablée par le «baby blues»? C’est peut-être à cause de la date à laquelle vous avez accouché.

Dépression post-partum: attention à la période de l’année où vous accouchezAfrica Studio / Shutterstock

Toutes les mères du monde s’entendent là-dessus : l’accouchement est une expérience unique. Du moment où une femme perd les eaux jusqu’aux premiers pleurs du bébé, chaque accouchement peut prendre un million de tours différents (et imprévisibles!). Mais les scientifiques pensent maintenant que certaines naissances pourraient avoir un point en commun : la période de l’année durant laquelle naît votre bébé pourrait peser lourd dans la possibilité que vous souffriez ou non d’une dépression post-partum (DPP). Voici les signes à surveiller.

Pour déterminer les facteurs susceptibles de déclencher chez une mère le fameux «baby blues», les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de plus de 20 000 femmes ayant accouché entre juin 2015 et août 2017. «Nous voulions savoir si certains paramètres influençaient le risque de développer une dépression post-partum et s’il était possible de les conjurer afin d’améliorer la santé physique et mentale des femmes», a déclaré l’auteur principal de l’étude, Jie Zhou, MD, du Brigham & Women’s Hospital de Boston.

Ils ont découvert que les mères qui avaient accouché en hiver ou au printemps étaient moins susceptibles de faire partie des 4 % des sujets de l’étude qui souffraient de DPP que celles qui accouchaient en été ou en automne. Les autres facteurs de risque que l’étude prenait en compte sont le poids maternel, la race, l’utilisation d’une épidurale, ainsi que l’âge gestationnel du bébé à la naissance – le nombre de semaines passées dans le ventre de la mère.

Pourquoi les femmes qui accouchent en été ou à l’automne sont-elles plus susceptibles de souffrir de DPP? Quelques facteurs de risque sont à prendre en considération. Pour commencer, les mères de nouveau-nés restent souvent à l’intérieur pour s’occuper de leur petit, ce qui peut les isoler de leurs cercles sociaux, surtout par beau temps.

Des études antérieures ont également établi un lien entre la DPP et les faibles niveaux de vitamine D. Les taux de vitamine D d’une mère diminuent souvent tout au long de l’hiver – lorsqu’elle est moins exposée à la lumière du soleil – de sorte qu’elle peut manquer d’éléments nutritifs essentiels lorsqu’elle accouche en été ou en automne.

Mais la saison n’est pas le seul élément à considérer. Selon les résultats de l’étude, les mères dont l’IMC était plus élevé, de même que celles qui ont donné naissance à des bébés prématurés ou qui n’ont pas subi d’épidurale, étaient également plus à risque de développer une DPP. Le Dr Zhou a également constaté que les femmes de race blanche seraient moins susceptibles de souffrir de PPD que les autres «en raison des différences de statut socioéconomique entre ces différents groupes ethniques».

Source: IFL Science, EurekAlert

Vous aimerez aussi:

Avoir un enfant tard stimulerait vos cellules grises — voici pourquoi 

Siège d’auto pour enfant : 9 conseils d’achat pour les parents

12 brillantes utilisations des produits pour bébé

10 choses que les monoparentaux veulent que vous sachiez

Tiré de RD.com: If You Give Birth at This Time of Year, You Could Be More Likely to Suffer from Postpartum Depression

Vidéos les plus populaires