Share on Facebook

10 crimes effrayants impliquant la planche de Ouija

En période d’incertitude, la planche de Ouija a tendance à gagner en popularité… Mais avant de sortir votre planche de Ouija du grenier pour lui poser quelques questions, vous feriez mieux de lire ceci.

1 / 11
La sombre histoire de la planche de Ouija.GETTY IMAGES (4), EMMA KUMER/RD.COM

La sombre histoire de la planche de Ouija

Vous avez sûrement vécu un bon nombre d’expériences avec le Ouija dans votre enfance, mais cela fait probablement un bon moment que vous ne l’avez pas utilisé ou que vous n’y avez pas pensé.

Pour vous rafraîchir la mémoire, un Ouija se compose d’une planche avec les lettres de l’alphabet et des chiffres ainsi que d’une planchette en forme de cœur, parfois appelée «goutte». La goutte se glisse facilement sur la planche – apparemment mue par sa propre volonté – pour transmettre des messages venant du «monde des esprits». Cela dit, la goutte se déplace seulement quand les participants la touchent). Hasbro, son fabricant actuel, vend le Ouija uniquement comme un «jeu».

Lorsque la planche de Ouija a été commercialisée la première fois en 1890, on l’a toutefois présentée comme un moyen d’entrer en communication avec les morts. On tentait ainsi de capitaliser sur l’obsession de l’époque victorienne pour le «spiritisme», croyance selon laquelle il est possible de communiquer avec les esprits.

La planche de Ouija a toujours eu ses adeptes. En 1916, par exemple, une femme du nom de Pearl Curran est devenue une célébrité du jour au lendemain en écrivant des poèmes et des histoires qu’elle affirmait être dictés, via la planche de Ouija, par l’esprit d’une femme ayant vécu au 17e siècle.

La planche de Ouija a également toujours fait des sceptiques. Quelques années après le succès fulgurant de Pearl Curran, son amie Emily Hutchings a fait publier un livre qu’elle prétendait dicté par l’écrivain Mark Twain (décédé 10 ans plus tôt) via la planche de Ouija. La succession de Mark Twain, qui n’avait pas autorisé ce livre, a poursuivi l’éditeur qui a réagi en cessant sa publication et en mettant tous les exemplaires au pilon. Bien que des études scientifiques aient déboulonné la capacité de la planche de Ouija à bouger sans une intervention au moins inconsciente, l’historien Robert Murch, spécialiste du Ouija, affirme que, qu’il s’agisse de science ou d’esprits, les planches de Ouija «fonctionnent».

Selon Robert Murch, nous posons des questions aux planches de Ouija depuis 130 ans maintenant et elles nous ont toujours répondu. Le hic? Ces réponses viennent-elles du monde des esprits, de notre subconscient ou d’une manipulation délibérée? Pour les personnes peu averties, ce que dit le Ouija peut sembler une vérité immuable. Il en va de même pour celles souffrant d’une maladie mentale ou de déficits cognitifs. C’est précisément pourquoi la planche de Ouija a joué un rôle dans certains crimes commis au fil du temps.

2 / 11
La femme qui voulait éliminer sa rivale via une planche de Ouija.GETTY IMAGES (4), EMMA KUMER/RD.COM

La femme qui voulait éliminer sa rivale

Le 6 mars 1930, Clothilde Marchand est retrouvée morte au pied de l’escalier de sa maison de Buffalo, dans l’État de New York, où elle vivait avec son mari sculpteur et son jeune fils. De toute évidence, elle n’avait pas fait de chute mais elle avait été battue à mort. Les soupçons ont d’abord pesé sur le mari, mais on a vite soupçonné une femme avec qui il avait eu une aventure extraconjugale, Lila Jimerson. Il appert que cette dernière avait engagé une connaissance, Nancy Bowen, pour assassiner Clothilde.

Comment avait-elle fait pour la convaincre? Avec une planche de Ouija que Lila avait manipulée pour convaincre Nancy que Clothilde était une «sorcière» ayant causé la mort récente de son mari… et qu’elle serait sa prochaine victime. Nancy Bowen, qui ne savait même pas lire, a tout bonnement cru Lila Jimerson sur parole, selon Robert Murch. Elle a plaidé coupable pour homicide involontaire une fois la ruse révélée au grand jour. Lila Jimerson a finalement elle aussi plaidé coupable pour homicide involontaire.

Certaines affaires restent un mystère! Ces crimes ne sont toujours pas élucidés!

3 / 11
La mère qui a utilisé une planche de Ouija pour éliminer son mari.GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

La mère qui a utilisé une planche de Ouija pour éliminer son mari

Le 18 novembre 1933, Mattie Turley, 15 ans, et son père, Ernest, essayaient de se débarrasser d’une mouffette sur leur terrain lorsque Mattie a tiré deux balles dans le dos d’Ernest. Mattie a d’abord affirmé que les coups étaient partis accidentellement après avoir trébuché. Après que son père a succombé à ses blessures, cependant, Mattie a changé sa version: en jouant au Ouija avec sa mère Dorothée, Mattie avait reçu «un ordre» venant du «monde des esprits» de tuer Ernest pour que sa mère puisse se marier avec un homme qui pourrait «la rendre plus heureuse». Après que la planche de Oujia a «parlé», Dorothée avait assuré à Mattie qu’elle ne pourrait pas être arrêtée pour avoir obéi aux ordres de la planche.

Dorothée a tout nié, mais un jury l’a reconnue coupable. Trois ans plus tard, la Cour suprême de l’Arizona a renversé le jugement sur les motifs que le tribunal avait refusé de fournir la preuve que Mattie, qui avait passé son enfance dans un centre de détention pour jeunes et n’avait jamais reparlé à sa mère, avait menti.

Vous serez étonné d’apprendre que ces crimes ont été résolus par des médiums.

4 / 11
La planche de Ouija au dessein très précis.GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

La planche de Ouija au dessein très précis

En 1983, Bunny Dixon, âgée de 16 ans, affirme à son petit ami, Anthony Hall, 25 ans, et à un autre jeune couple qu’une planche de Ouija leur avait ordonné à tous les quatre de partir de la Floride pour se rendre dans une fête foraine en Virginie. Aussi, pour obtenir l’argent nécessaire au voyage, ils devaient voler et tuer un automobiliste… Après avoir accosté et assassiné Ngoc Van Dang, âgé de 25 ans, les deux couples se sont retournés l’un contre l’autre, ce qui a mené à leur arrestation. Tous les quatre ont été jugés et accusés de meurtre.

5 / 11
Le garçon qui croyait faire un sacrifice à Satan via une planche de Ouija.GETTY IMAGES (3), EMMA KUMER/RD.COM

Le garçon qui croyait faire un sacrifice à Satan

En 1995, un adolescent du nom de Michael McCallum a attiré un garçon plus jeune que lui, Michael Earridge, dans son appartement de Londres pour jouer au Ouija. Lorsque la planche a épelé «TUER», le jeune Earridge a tenté de fuir, mais l’adolescent l’a poignardé à mort, soi-disant parce qu’il croyait que Satan lui avait ordonné de le faire. Michael MacCallum a finalement plaidé coupable pour homicide involontaire et purgé sa peine dans un hôpital psychiatrique.

Amateur de frissons, voici les films d’horreur que vous devez absolument voir!

6 / 11
La grand-mère qui croyait que la planche de Ouija avait un plan.GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

La grand-mère qui croyait que la planche de Ouija avait un plan

En 2001, Carol Sue Elvaker, 53 ans, jouait au Ouija avec sa fille Tammy et ses deux petites-filles lorsque ce message leur a été «transmis»: Brian, le mari de Tammy, était le diable en personne et devait être tué.

Carol Sue Elvaker s’est alors levée et a poignardé Brian dans son sommeil pour ensuite s’attaquer à l’une de ses petites-filles. Pendant que Brian se vidait de son sang, Carol Sue, Tammy et ses deux petites-filles se sont entassées dans une voiture au volant de laquelle Carol Sue a ensuite provoqué une sortie de route. L’accident s’est soldé par des blessures mineures pour les occupantes du véhicule, mais Carol Sue a alors tenté de pousser l’une de ses petites-filles devant des voitures parce qu’elle croyait que cette dernière était possédée du démon comme son père Brian. Carol Sue Elvaker a finalement été déclarée aliénée et internée dans un hôpital psychiatrique.

7 / 11
Les garçons qui posaient des questions suggestives à la planche de Ouija.GETTY IMAGES (4), EMMA KUMER/RD.COM

Les garçons qui posaient des questions suggestives à la planche de Ouija

En 2007, deux adolescents, Joshua Tucker et Donald Schalchlin, jouaient à la planche de Ouija lorsqu’ils lui ont demandé s’ils devaient «devenir des tueurs en série». Quand elle a répondu «Oui», ils lui ont également demandé qui ils devraient tuer en premier. La «planche» a répondu: «MAMAN». Et c’est précisément ce qu’ils ont fait en tuant la mère de Donald ainsi que sa sœur Elizabeth, âgée de 13 ans. Bien que les garçons aient tenté de prendre la fuite, ils ont été arrêtés et reconnus par la suite coupables de meurtre.

Apprenez-en plus sur les pires tueurs en série qui ont sévi au Canada.

8 / 11
Le garçon qui disait que «la planche de Ouija l’avait forcé à le faire».GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

Le garçon qui disait que «la planche de Ouija l’avait forcé à le faire»

En 2012, un adolescent de Weslaco, au Texas, a poignardé son ami d’enfance dans le ventre. L’ami a survécu, mais non sans avoir passé quelques jours très pénibles aux soins intensifs.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait fait ça, l’adolescent a répondu que «la planche de Ouija l’avait forcé à le faire». À l’époque, le porte-parole de la police de Weslaco, J.P. Rodriguez, avait déclaré: «Il croyait vraiment que la planche de Ouija l’avait dirigé.» L’adolescent, dont le nom n’a pas été dévoilé, a plaidé l’aliénation mentale.

9 / 11
La planche de Ouija qui n’arrêtait pas de parler.GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

La planche de Ouija qui n’arrêtait pas de parler

En 2014, lorsque Paul Carroll a tenté d’invoquer les morts, il croyait qu’un esprit démoniaque avait pris possession du chien de la famille. Paul a tué le chien et jeté son corps dans une bouche d’égout à l’extérieur de la maison, provoquant du coup un refoulement. Quand des ouvriers ont été appelés sur les lieux pour régler le problème, ils ont découvert le corps du chien. Une enquête a mené à Paul Carroll, lequel a plaidé coupable. Une semaine plus tard, la planche de Ouija aurait apparemment dit à la femme et à la belle-fille de Carroll qu’elles allaient mourir. Persuadées que tout était décidé d’avance, elles ont tenté de se suicider en mettant le feu à leur maison. Ayant toutes les deux survécu, elles ont été arrêtées par la suite et reconnues coupables d’incendie criminel.

Grâce au progrès, ces affaires criminelles ont été résolues par la police scientifique.

10 / 11
L’ordre inutile de la planche de Ouija.GETTY IMAGES (5), EMMA KUMER/RD.COM

L’ordre inutile du Ouija

En 2020, Donald Hartung, 63 ans, a été reconnu coupable des meurtres de sa mère et de ses deux demi-frères commis en 2015. Comme il l’explique lui-même, il avait été motivé par l’argent en voulant hâter le décès de sa mère pour mettre la main sur son héritage et empêcher ses demi-frères d’y avoir accès.

Un témoin à charge, codétenu de Donald Hartung pendant qu’il était emprisonné en attendant son procès, affirme que Hartung disait qu’une planche de Ouija l’avait convaincu de commettre les meurtres. Comme Donald Hartung planifiait le meurtre depuis plusieurs années déjà, le fait que le Ouija lui ait dit ou non de passer à l’acte a été jugé non pertinent.

11 / 11
La planche de Ouija qui a engendré un tueur.GETTY IMAGES (4), EMMA KUMER/RD.COM

La planche de Ouija qui a engendré un tueur

Ayant tué deux hommes par balles en Utah en juillet 1976, Gary Gilmore a lui-même demandé d’être exécuté pour les crimes commis. Mikal, le frère cadet de Gary, a ensuite révélé dans son livre Shot in the Heart que leur mère Bessie croyait avoir fait apparaître un esprit démoniaque via la planche de Ouija alors qu’elle n’était qu’une enfant et que cet esprit s’était accroché à toute sa famille, y compris à ses futurs enfants.

Dans le cas de Gary, Bessie était persuadée que le diable l’avait préparé à une vie de colère et de violence. Comme Gary Gilmore a été exécuté en 1977 et que les recherches de Mikal pour écrire son livre n’ont été menées qu’après son exécution, il est impossible de confirmer si Gary lui-même croyait qu’une planche de Ouija avait scellé son destin.

Ne vous arrêtez pas là! Ces récits de la planche de Ouija vont vous donner froid dans le dos!

Contenu original Reader's Digest