Share on Facebook

7 erreurs communes avec les probiotiques

Prenez-vous vos probiotiques de la bonne façon? Vérifiez si vous suivez la bonne méthode, ou si vous commettez l’une de ces erreurs.

1 / 8

La bonne façon de prendre des probiotiques

De nombreuses études confirment leur efficacité. En effet, les probiotiques sont des «bactéries favorables» au bon fonctionnement de notre système digestif. Certaines recherches suggèrent même qu’ils auraient un effet positif sur la santé mentale. Mais la question reste: les prenez-vous de la bonne façon? Les conservez-vous comme il faut? Il faut prendre soin de ces bactéries très sensibles pour qu’elles soient efficaces. Vérifiez si vous êtes en train de commettre l’une des erreurs fréquentes avec les probiotiques, avec les conseils santé suivants.

Connaissez-vous les 8 choses que les probiotiques font (et 3 qu’elles ne font pas)?

2 / 8

Erreur no 1: Vous gardez vos probiotiques dans l’armoire à pharmacie

La température de l’armoire à pharmacie de la salle de bains (ou les armoires de cuisine) peut varier, ce qui modifie le taux d’humidité. Cela peut détériorer vos probiotiques.

Il faut souligner qu’il y a plusieurs façons de prendre des probiotiques. Certains se retrouvent dans la nourriture (yogourt et fromage), tandis que d’autres sont pris sous forme de suppléments à réfrigérer ou à conserver au sec. Les suppléments secs peuvent être gardés à la température de la pièce. Les aliments et les suppléments réfrigérés doivent être conservés au froid pour que les bactéries restent vivantes.

Dans le cas des probiotiques en poudre, vérifiez sur l’étiquette les moyens de conservation suggérés. En général, ce sera dans un lieu sec et à l’abri de la lumière et de l’humidité. Par ailleurs, certains probiotiques en capsule sont mieux conservés au réfrigérateur, selon le directeur scientifique de BioK, Mathieu Millette, PhD, Mch.A. et microbiologiste agréé du Collège canadien des microbiologistes. Vérifiez les indications sur le paquet pour être sûre de les conserver de la bonne façon.

Leur nom est presque identique, mais ils agissent très différemment dans l’organisme. Apprenez la différence entre les probiotiques et prébiotiques.

3 / 8

Erreur no 2: Vous arrêtez les probiotiques à cause des antibiotiques

«Une des plus graves erreurs est de penser devoir attendre d’avoir fini vos antibiotiques avant de prendre des probiotiques», souligne la diététicienne agréée, Desiree Nielsen, auteure de Un-Junk Your Diet: How to Shop, Cook and Eat to Fight Inflammation and Feel Better, Forever  (Faites le ménage dans votre régime: comment acheter, cuisiner et manger pour combattre l’inflammation et vous sentir éternellement mieux).

Les gens ont tendance à croire que les antibiotiques tuent les probiotiques, ce qui est en partie vrai, mais les probiotiques peuvent atténuer les effets secondaires des antibiotiques (diarrhée, estomac dérangé, etc.) La clé pour que les probiotiques restent actifs est d’attendre deux heures après avoir pris l’antibiotique pour qu’il passe dans votre système et laisse votre probiotique agir sans contrainte. De plus, continuez les probiotiques pendant quelques jours après la fin du traitement antibiotique pour vous assurer qu’il ne reste pas d’effet résiduel des antibiotiques.

Assurez-vous de savoir si vous prenez vos antibiotiques de la bonne façon.

4 / 8

Erreur no 3: Vous croyez que tous les probiotiques sont égaux

«Il est faux de croire que les probiotiques ont tous le même effet», affirme Mathieu Millette. Il existe une grande variété de souches probiotiques et leurs effets sur la santé varient. Il faut savoir que le corps humain recèle plus de 500 souches bactériennes. Certaines servent de support immunitaire et d’autres sont spécialisées sur les troubles digestifs. D’autres encore s’occupent du maintien du poids. Il y a même des souches pour la santé coronarienne.

Par exemple, le Lactobacillus Acidophilus agit sur la pression artérielle, le cholestérol, les allergies et la digestion, alors que le Lactobacillus Rhamnosus agit sur le glucose sanguin, la fonction immunitaire et le cholestérol, et que le Lactobacillus Helveticus aide à faire baisser la pression artérielle, ainsi qu’à améliorer la qualité du sommeil et la santé osseuse.

Vérifiez l’emballage, parlez à votre médecin ou consultez votre pharmacien pour être sûre que vous achetez ce dont vous avez vraiment besoin. Heureusement, au Canada, les aliments qui s’annoncent probiotiques doivent au préalable avoir fait la preuve scientifique de leur qualité, de leur efficacité et de leur sécurité.

5 / 8

Erreur no 4: Vous prenez plus d’un type de suppléments probiotiques

Si vous avez l’intention de cumuler plusieurs suppléments probiotiques, sachez qu’il peut se produire des interactions entre les bactéries. «Regardez la situation ainsi: une des raisons pour lesquelles nous prenons des probiotiques est pour combattre d’autres bactéries, dit Desiree Nielsen. Il est possible que, si vous prenez un produit qui contient plusieurs souches ou que vous utilisez deux probiotiques au même moment, l’un élimine complètement l’action de l’autre. La recherche avance ceci: vous pouvez combiner dix souches différentes dans un même produit, mais en l’absence d’études, vous n’avez aucune garantie qu’une de ces souches ne neutralise pas les neuf autres.» Desiree Nielsen suggère de vérifier sur le site Web du manufacturier s’il y a eu des études cliniques qui ont testé ces souches ensemble.

Renseignez-vous sur les bienfaits et les vertus santé des suppléments de probiotiques.

6 / 8

Erreur no 5: Vous ne préparez pas les prébiotiques de votre système

Les prébiotiques nourrissent les bonnes bactéries. Desiree Nielsen prévient que la plupart des recherches sur les prébiotiques sont faites avec des doses élevées (rarement disponibles en supplément), qui peuvent être dures pour l’estomac, surtout pour ceux et celles qui ont des problèmes gastro-intestinaux comme le syndrome du côlon irritable.

Alors, comment tirer parti des prébiotiques pour bénéficier des bienfaits des probiotiques? «Je recommande un régime riche en végétaux comme les fruits frais, les légumes, les légumineuses et les grains, précise Desiree Nielsen. «Un régime à fibres élevées centré sur les végétaux a démontré ses effets bénéfiques sur la flore intestinale, et contient naturellement des aliments prébiotiques comme le blé, les légumineuses et les oignons.»

7 / 8

Erreur no 6: Vous mettez vos probiotiques dans votre boîte à pilules

Il est sûr qu’organiser vos médicaments et vos suppléments dans une boîte à pilules peut vous aider à ne pas les oublier, mais vous risquez de compromettre l’effet des probiotiques.  «Comme les biscuits soda, les cachets de probiotiques vont se détériorer plus rapidement s’ils sont exposés à l’air, aux changements de température, à la lumière ou à l’humidité», précise Mathieu Millette. Ce qu’approuve Desiree Nielsen: il faut garder ses probiotiques en doses individuelles scellées à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Consommez ces 30 aliments santé pour améliorer votre transit intestinal.

8 / 8

Erreur no 7: Vous ne prenez pas la bonne dose

Comme nous l’avons souligné plus tôt, il faut que la dose ait été approuvée pour être inscrite sur l’emballage au Canada. Une dose est mesurée par son unité formant colonie (UFC ou CFU). «Recherchez un produit qui présente au moins 10 milliards d’UFC qui semblent être la dose minimale dans les écrits scientifiques, et prenez-la telle qu’indiquée», dit Desiree Nielsen.

Selon les experts, la meilleure façon de savoir si vous tirez le meilleur parti de vos probiotiques est tout d’abord de suivre un régime élevé en fibres, puis de comprendre quel type de probiotique vous prenez, de faire la recherche sur ses résultats cliniques, de prendre la bonne dose et de le conserver selon les indications de son emballage. Si vous avez encore des doutes, parlez-en à votre médecin. Vous n’aurez alors plus aucun souci sur l’efficacité de vos probiotiques.

Contenu original Reader's Digest