La naturopathie: une approche pour guérir efficacement ?

La nature : plus qu’un beau portrait pour les yeux, elle recèle des vertus curatives dans nombreuses de ces plantes. Découvrez ce qu’est la naturopathie et ses bienfaits sur la santé.

La naturopathie : une approche pour se guérir naturellement. Shutterstock

La naturopathie, ou les avantages de prendre soin de soi naturellement

Médecine naturelle, la naturopathie s’intéresse à la personne dans sa globalité et se veut à la fois préventive et éducative. Fondée sur différentes techniques comme la phytothérapie, la nutrition, les massages, l’hygiène de vie (diététique, cures saisonnières, jeûnes, exercices, etc.), et rassemblant des écoles diverses, elle propose une démarche active qui implique directement le sujet et le considère comme l’acteur de sa santé.

En quoi consiste la naturopathie plus exactement?

La naturopathie est essentiellement fondée sur le vitalisme, doctrine qui met en avant l’existence d’un principe vital gouvernant toute la vie. Les naturopathes le décrivent comme un pouvoir de guérison de la nature, qui serait compromis par la médecine moderne.

La naturopathie repose sur la capacité d’autoguérison de la personne, à condition que sa force vitale soit suffisante. Elle propose donc de traiter l’individu dans sa globalité. Elle vise à dynamiser son système immunitaire à l’aide de différentes techniques : homéopathie, phytothérapie, jeûne, séances d’hydrothérapie, rééquilibrage alimentaire, drainage, relaxation, etc., et de remèdes naturels d’origine animale, végétale et/ou minérale.

En naturopathie, l’organe malade est non pas le responsable, mais la victime. Il faut donc s’attaquer à la cause du problème et pas seulement aux symptômes. Selon les naturopathes, les principales maladies trouvant leur origine dans :

  • La libération dans l’organisme de toxines par la plupart des médicaments ;
  • Une alimentation trop sucrée, grasse ou riche en gluten ;
  • Une consommation insuffisante de vitamines et minéraux ;
  • Une candidose endémique (colonisation chronique de l’intestin par des Candida consécutive à des antibiothérapies et/ou à la consommation régulière de produits laitiers) ;
  • De mauvais alignements vertébraux ;
  • Une accumulation de déchets dans l’intestin ;
  • Un déséquilibre de l’énergie vitale.

Ce que soigne la naturothérapie

Dans son principe même, la naturopathie cherche à réorganiser l’hygiène de vie afin de favoriser l’autoguérison. Si vous êtes sujet aux allergies, aux infections chroniques ou dégénératives, comme l’arthrose, l’emphysème, l’ulcère, elle peut vous aider à renforcer votre organisme pour éviter, réduire ou espacer les crises.

Vous pouvez y avoir recours après une grippe ou une gastro-entérite. Si vous êtes en surcharge pondérale, elle peut s’avérer bénéfique, de même si vous êtes angoissé, fatigué.

La naturopathie se définit selon sept principes

  1. Ne pas nuire ;
  2. Guérir grâce à la nature ;
  3. Identifier et traiter la cause ;
  4. Traiter la personne dans sa globalité ;
  5. Éduquer tout en soignant le patient ;
  6. Privilégier la prévention ;
  7. Améliorer la santé et le bien-être.

 La naturopathie chez soi

Il est très facile de respecter quelques règles de base pour avoir une bonne hygiène de vie.

  • Pour se régénérer, l’organisme a besoin de se reposer. Peu importe la quantité de sommeil, certaines personnes sont en forme en ne dormant que six heures par nuit. En revanche, apprenez à écouter votre corps et à vous coucher dès les premiers signes de fatigue. Votre chambre doit être fraîche (pas plus de 19 °C).
  • Consommer plusieurs légumes et fruits chaque jour, (le Guide alimentaire canadien recommande d’ailleurs d’en consommer au moins cinq portions), l’idéal étant dix. Privilégiez les soupes de légumes, les viandes et les poissons grillés ou à la vapeur, les desserts à base de fruits (les fruits dans les yogourts ne comptent pas !). Évitez les plats préparés trop salés et contenant trop d’additifs alimentaires.
  • Les facteurs de stress ne manquent pas : pensez à respirer profondément plusieurs fois dans la journée.
  • Si votre emploi du temps vous le permet, marchez ou mieux pratiquez une à deux séances de yoga par semaine.

Contre-indication et mises en garde

Sauf rares exceptions, les naturopathes ne sont pas des médecins. Les techniques proposées ne sont pas adaptées à tout le monde. Il faut rester prudent et, surtout, ne pas abandonner son traitement, en particulier en cas de maladies graves.

Attention, la naturopathie ne doit pas se substituer à la médecine traditionnelle. En l’absence de résultats, il est indispensable de consulter un médecin allopathe.

Les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes ne doivent pas pratiquer le jeûne.

Comment trouver un naturopathe

Dans les provinces canadiennes et les états américains où la naturopathie est reconnue, les praticiens reçoivent une formation universitaire de quatre ans à temps plein, soit au moins 4000 heures, menant au titre de docteur en naturopathie.

Là où il n’existe pas de réglementation encadrant l’exercice de la naturopathie, comme c’est le cas au Québec, diverses écoles et organisations proposent des cours. Certaines offrent une formation très minimale, tandis que d’autres, dont le programme d’études s’apparente à celui d’établissements reconnus, peuvent former d’excellents conseillers en santé.

Comment se déroule une consultation de naturopathie?

Diagnostic :

La première consultation est assez longue puisqu’elle dure en moyenne entre une heure et une heure trente ; les suivantes sont moins longues, de trente à quarante minutes.

Le praticien commence par vous questionner sur vos antécédents familiaux et médicaux, vos habitudes alimentaires, votre hygiène de vie (il vous demande si vous fumez, si vous pratiquez un sport…).
Il établit un diagnostic déterminant votre vitalité, vos surcharges, vos carences, vos forces et vos faiblesses, la façon selon laquelle circulent vos liquides organiques, vos blocages (surcharge, barrage toxique, cicatriciel, «mécanique», etc.). Pour cela, il utilise diverses techniques :

  • L’iridologie ;
  • L’analyse des cheveux pour repérer les carences en vitamines et en minéraux, ou la présence de toxines ;
  • L’électrodiagnostic pour détecter la présence de parasites et d’autres problèmes en mesurant simplement la résistance électrique de la peau ;
  • L’examen du pouls et de la langue (l’aspect des dépôts fournit des renseignements sur la nature et le siège de l’affection).
  • La morphopsychologie ou la réflexologie.

Traitement :

Il est toujours personnalisé et associe différentes pratiques comme:

  • Le jeûne pour détoxiquer ;
  • Un régime alimentaire personnalisé, assorti de règles d’hygiène de vie ;
  • L’hydrothérapie (enveloppements locaux ou généraux avec des linges humides) et la balnéothérapie ;
  • L’irrigation du côlon (lavements) ;
  • Des remèdes à base de plantes, d’huiles essentielles, d’élixirs floraux, de tissus animaux, de minéraux, d’oligoéléments, de suppléments alimentaires.

Le praticien peut également vous proposer d’autres traitements issus des médecines naturelles ou des thérapies alternatives (s’il ne les pratique pas lui-même, il vous adressera à un thérapeute spécialisé) :

  • Acupuncture, auriculothérapie, auriculomédecine ;
  • Homéopathie ;
  • Chiropratique, ostéopathie ;
  • Magnétisme, aimants ;
  • Massages (shiatsu, réflexothérapie) ;
  • Sophrologie, hypnose éricksonienne, relaxation, yoga, etc.

Cure naturopathique

Elle peut être organisée autour de trois phases :

  1. Phase de dépistage : elle peut associer au bilan une stimulation de la force vitale, préalable indispensable à toute autoguérison, grâce un régime alimentaire individualisé ;
  2. Phase de drainage général ou spécifique des tissus, sous forme de massages adaptés : elle sera associée à des conseils alimentaires personnalisés pour détoxiquer l’organisme;
  3. Phase de revitalisation-stabilisation avec la prise de suppléments (vitamines, minéraux, oligoéléments) et le suivi de programmes d’alimentation et d’hygiène de vie personnalisés.

Chaque phase est espacée de trois semaines à un mois.

Ce qu’en dit la science

On ne dispose pas d’études documentées sur la naturopathie. En revanche, de nombreuses études ont montré l’intérêt des traitements à base de plantes, qu’il s’agisse de phytothérapie ou d’aromathérapie et plusieurs ont confirmé le rôle de l’alimentation dans la prévention des pathologies lourdes et la prise en charge thérapeutique des pathologies chroniques.

Un peu d’histoire

Si le principe remonte à Hippocrate, ce sont Vincent Priessnitz (1799-1851) puis, à la fin du XIXe siècle, le père Sébastien Kneipp (1821-1897), un moine bavarois, qui ont jeté les bases de cette médecine naturelle : ils croyaient aux vertus curatives de l’eau et ont mis au point les premières techniques d’hydrothérapie. Mais c’est Benedict Lust (1870- 1945), un Américain qui avait été soigné par Kneipp avant de devenir son disciple, qui a élaboré la naturopathie. En France, le biologiste Pierre Valentin Marchesseau (1911-1994) reprit et synthétisa les travaux de ses prédécesseurs. Il créa le concept de naturopathie originelle (ou orthodoxe).

Vous aimerez aussi :

Ce que votre naturopathe peut ou ne peut pas faire avec vous
« Je combats le stress grâce à la naturopathie »
6 conseils avant de consulter un naturopathe 

Vidéos les plus populaires