Griffe du diable : bienfaits santé et remède anti-inflammatoire

La griffe du diable regorge de bienfaits santé en plus d’agir comme un excellent anti-inflammatoire naturel qui soulage rhumatismes et articulations.

La griffe du diable agit comme anti-inflammatoire naturelShutterstock

 Griffe du diable : ses bienfaits santé

La griffe du diable ou l’harpagophytum joue le rôle d’un anti-inflammatoire naturel contre les maladies rhumatismales en général. On observe ses effets bénéfiques contre la douleur, les spasmes, les contractions des muscles et des tendons, et dans le soulagement de la raideur articulaire lors des poussées inflammatoires. Il agit aussi en profondeur pour rééquilibrer le terrain et différer la survenue des crises. Son action contre l’arthrose atteint son maximum avec l’utilisation de cartilage et de collagène de poisson. Ainsi que d’oligoéléments et de vitamines antioxydants, notamment le manganèse, le cuivre, le fer, le sélénium, la vitamine C, la vitamine A, la vitamine E. Enfin, elle est efficace contre les poussées aiguës d’arthrite.

Cette plante a également un effet stimulant sur l’ensemble des sécrétions digestives, et notamment sur la production de bile. Sous forme de décoction ou d’infusion, elle peut être utilisée chez des sujets déficients dans ce domaine (enfant à la croissance difficile, convalescent, personne âgée…).

Le rôle de la griffe du diable sur la santé

  • Agit sur tous les rhumatismes en réduisant l’inflammation et les douleurs.
  • Atténue l’acuité des poussées d’arthrose en diminuant la raideur articulaire et en relâchant les contractures musculaires périarticulaires.
  • Traite le terrain arthrosique en diminuant la fréquence des crises.
  • Atténue les troubles fonctionnels de la digestion.

La griffe du diable en suppléments

  • Comprimés, extrait de plante fraîche, gel, gélules, racine séchée, teinture-mère
  • La racine d’harpagophytum ne peut être utilisée qu’après avis médical en cas de calculs biliaires et d’ulcère digestif. Si vous suivez un traitement médical, consultez votre médecin avant de prendre des suppléments.

La griffe du diable : contre les douleurs articulaires et rhumatismales

La griffe du diable, ou harpagophytum, a une action contre les inflammations comparable à celle de la cortisone ou de la phénylbutazone, sans en avoir les effets secondaires néfastes. Elle s’est avérée efficace contre les maladies de l’appareil locomoteur.

L’harpagophytum tire son nom du grec harpago, qui signifie grappin ou crochet d’abordage, par allusion aux griffes de ses fruits. Ces crochets acérés, qui se fixent dans les parties molles des sabots des animaux et répandent des maladies dans les troupeaux, lui ont aussi valu d’être nommée communément griffe du diable. La poudre de racine d’harpagophytum n’est utilisée en Europe que depuis 1953. Cette plante est originaire d’Afrique du Sud, où on l’emploie depuis des siècles pour ses propriétés anti-inflammatoires. Elle a peu à peu gagné la faveur des partisans d’une automédication raisonnée comme alternative de choix aux traitements anti-inflammatoires classiques, tels les dérivés de la cortisone, aux effets secondaires redoutables.

La griffe du diable contre l’arthrose

On a identifié dans la racine de griffe du diable de nombreux composants. Les plus importants sont des glucosides spécifiques, les iridoïdes, dont l’harpagoside est le mieux connu. Ces substances inhibent la synthèse des prostaglandines et ont une action anti-inflammatoire, antispasmodique et analgésique (antidouleur). On y a retrouvé également des flavonoïdes et des phytostérols, qui pourraient renforcer l’activité anti-inflammatoire de l’harpagoside.

L’acide chlorogénique présent dans la plante est responsable de sa saveur amère et possède des propriétés diurétiques. Tous ces constituants sont présents à des taux très variables selon l’origine de la plante, la date de sa récolte, la nature du sol, etc. De plus, ils sont difficiles à doser. Cela explique les grandes différences d’efficacité des produits. Il faut donc exiger à l’achat une étiquette de qualité qui garantit la teneur en principe actif (harpagoside).

La griffe du diable est traditionnellement utilisée dans le traitement symptomatique des manifestations articulaires douloureuses. L’arthrose, comme la plupart des maladies rhumatismales chroniques, est une maladie dégénérative héréditaire. La poudre de racine de griffe du diable représente l’un des moyens de prévenir ou tout au moins de retarder la survenue de ces troubles. On peut l’utiliser seule ou en association avec d’autres plantes, d’autres compléments alimentaires et certains oligoéléments et vitamines antioxydants, dès la cinquantaine.

Les suppléments de griffe du diable : les doses recommandées

On utilise de l’extrait sec de racine secondaire, titré au minimum entre 1,5 et 2 % d’harpagosides. La dose journalière d’extrait à prendre varie selon les indications. Pour traiter les troubles de l’appareil articulaire, prenez 2 à 3 g d’extrait sec chaque jour. Pour traiter l’inappétence et les troubles de la digestion, prenez 1,5 g d’extrait sec.

Conseils d’utilisation:
La prise doit se faire de 5 à 10 min avant les repas.

Effets secondaires possibles :
Les seuls effets secondaires parfois rapportés consistent en de légers troubles digestifs (diarrhée) et sont assez rares. La griffe du diable apparaît comme totalement atoxique.

D’autres informations intéressantes

  • La racine d’harpagophytum est souvent associée à d’autres substances dans des spécialités antiarthrosiques. Vous devez donc la rechercher dans la liste des ingrédients. Vous la trouverez ainsi souvent associée à la reine-des-prés, à la vergerette du Canada, au frêne, à l’orhosiphon, à la prêle, à l’ortie blanche, à la bardane, au cassis et au saule.
  • Vous devez exiger des extraits de « racines secondaires » titrés en harpagoside. En effet, certaines préparations fabriquées à partir de racines primaires n’ont aucune activité.
  • De nombreuses études cliniques ont montré que l’harpagophytum était très efficace dans le traitement des troubles dus à l’arthrite chronique. L’une des plus récentes a été  menée en France, pendant 4 mois, sur 122 patients, en double aveugle, et en comparaison avec un médicament classique. La griffe du diable a entraîné une diminution des douleurs et des raideurs, et a permis de réduire – voire de supprimer – l’usage des médicaments anti-inflammatoires et antidouleur habituellement utilisés par les patients.

Vous aimerez aussi :

Vidéos les plus populaires