Asthme : des suppléments nutritionnels à la rescousse

L’asthme touche des millions de personnes, pour en soulager les malaises il est possible de recourir à des suppléments nutritionnels.

L'asthme peut être soulagé avec de l'ail et de l'oignonShutterstock

Des suppléments nutritionnels pour atténuer l’asthme

L’asthme est causé par le gonflement des alvéoles pulmonaires, qui gardent l’air prisonnier et rendent la respiration difficile. Pendant une crise, les bronchioles (extrémités des bronches) se contractent, entraînant la production de substances chimiques, telle l’histamine, qui a pour effet de stimuler l’inflammation, le gonflement et la sécrétion de mucus. Bien que les crises d’asthme soient en général sans gravité et facilement contrôlables par le patient lui-même, certaines peuvent aller jusqu’à l’étouffement.

Des millions de personnes souffrent d’asthme et ce, souvent toute leur vie durant. Cette maladie des poumons doit être traitée médicalement, mais plusieurs solutions s’offrent aux patients pour réduire la fréquence et la sévérité des crises. Entre autre, il est possible de recourir à des suppléments nutritionnels afin d’atténuer les malaises reliés à l’asthme. Voici lesquels ainsi que leurs bienfaits sur votre santé.

Les bienfaits des suppléments nutritionnels contre l’asthme

Les suppléments sont destinés à servir d’adjuvants à des médicaments classiques. Un traitement médicamenteux ne doit jamais être interrompu sans l’avis d’un médecin.

Les asthmatiques assimilent souvent mal la vitamine C, le magnésium et la vitamine B6, d’où des carences importantes.

La vitamine C est le principal antioxydant présent dans le revêtement interne des voies respiratoires. Son action contre les oxydants inhalés par l’asthmatique semble être immédiate. Elle peut en outre empêcher les réactions allergiques en s’opposant à la sécrétion d’histamine. Elle est très efficace contre les crises d’asthme provoquées par l’exercice physique ; certaines
études indiquent même qu’on évite les crises en en prenant avant l’effort.

On obtient le même résultat avec le magnésium, qui empêche la contraction des muscles bronchiques. Il ressort d’autres études que les compléments de vitamine B6 atténuent les autres symptômes de l’asthme.

Les poissons gras des mers froides – saumon, maquereau, sardine et morue – ainsi que les huiles de poisson peuvent offrir une bonne protection contre l’asthme, car ils sont riches en acides aminés oméga-3, auxquels on attribue des propriétés anti-inflammatoires. Les expectorants comme la réglisse sont probablement bons pour les asthmatiques, ainsi que d’autres
plantes comme le thym, le plantain, l’hysope et l’ail.

Les suppléments recommandés pour mieux gérer l’asthme

Vitamine C
Dose : 100 mg 2 fois par jour au cours des repas.
À savoir : vous pouvez prendre de la vitamine C naturelle sous forme d’acérola.

Magnésium
Dose : 300 mg 2 fois par jour.
Attention : à prendre pendant 6 semaines pour que l’apport soit adéquat ; s’abstenir en cas de maladie rénale.

Vitamine B6
Dose : 5 mg 2 fois par jour.
À savoir : particulièrement importante si on vous a prescrit de la théophylline.

Huiles de poisson
Dose : 2 capsules par jour, soit 600 mg d’acides gras oméga-3.
Attention : ne dépassez pas la dose si vous prenez des anticoagulants.

Réglisse
Dose : 200 mg d’extrait 2 fois par jour.
Attention : la réglisse est un hypertenseur ; consultez votre médecin avant d’en prendre.

Attention, si vous suivez un traitement médical, consultez votre médecin avant de prendre des suppléments.

Les symptômes et les causes de l’asthme

  • Sensation non douloureuse d’oppression dans la poitrine.
  • Sifflements accompagnant l’expiration.
  • Essoufflement ou gêne respiratoire parfois soulagés par la position assise.
  • Toux (souvent accompagnée de crachements).
  • Agitation ou insomnie.

Consultez le médecin si :

  • Si vous présentez des symptômes d’asthme pour la première fois.
  • Si vous n’êtes soulagé ni par les médicaments classiques ni par l’automédication.
  • Si vous avez du mal à respirer, que votre pouls est rapide et que le bout de vos doigts bleuit. Ce dernier cas requiert des soins d’urgence.

Quelles en sont les causes ?
Les crises d’asthme sont dues à des facteurs externes et/ou internes. Les premiers sont des allergènes – poils d’animaux de compagnie, aliments, poussières, acariens, insectes, pollen, fumée du tabac et autres polluants de l’environnement. Les seconds, moins facilement identifiables, sont, de ce fait, plus difficiles à éviter. Le stress, l’anxiété, les changements de
température, l’exercice physique et les infections des voies respiratoires, des bronches en particulier, en font partie.

Que faire d’autre pour réduire les effets de l’asthme ?

  • Notez la date et la nature de vos crises afin d’en déterminer les causes.
  • Empêchez la poussière et le pollen de se déposer chez vous.
  • Évitez les chats : leurs poils sont très allergisants.
  • Tâchez de vous détendre. Les crises d’asthme peuvent être déclenchées par l’énervement et le stress.
  • Traitez rapidement les rhumes et toute menace de grippe : vous réduirez les risques de crise.
  • En hiver, couvrez-vous la bouche et le nez avec une écharpe pour ne pas inhaler directement l’air froid.
  • Buvez au moins 8 verres d’eau par jour : cela contribue à fluidifier les mucosités.

D’autres informations utiles sur l’asthme

Les oignons seraient bons contre l’asthme. Leurs composants sulfurés agissent comme des antibiotiques et dilatent les bronchioles.

Certaines substances contenues dans le thé vert réduiraient l’inflammation qui accompagne les crises d’asthme. Boire une tasse de thé vert très infusé peut aussi avoir un effet calmant. Vous pouvez en prendre plusieurs fois par jour sans danger, tout en prenant d’autres compléments nutritionnels et des remèdes à base de plantes.

La pratique du yoga est bénéfique pour les asthmatiques. Elle est excellente pour la respiration et possède un effet calmant.

Le débimètre de pointe, appareil peu onéreux, permet  de mesurer la vitesse et la force avec laquelle on rejette l’air contenu dans les poumons. En comparant les chiffres obtenus avec ceux que vous indique le médecin ou ceux de précédents résultats, on peut souvent prévoir les crises 1 ou 2 jours à l’avance.

Vous aimerez aussi :

5 trucs à faire avec des oignons 

6 conseils pour mieux gérer son asthme

Asthme: la pollution de l’air en cause

Popular Videos