Share on Facebook

Docteur, je me sens nauséeux et j’ai perdu plus de 10 kg: qu’est-ce que j’ai?

Père de deux enfants adultes, Stefano mène une vie plutôt paisible avec sa femme. Mais trois mois après que le docteur l’ait opéré pour désobstruer une artère jugulaire, il commence à se sentir faible, nauséeux, et à avoir la diarrhée.

1 / 8
Consultez un docteur pour des nausées ou autre symptômes suite à une intervention.Robert Kneschke/Shutterstock

Après une intervention

Le patient: Stefano*, ingénieur retraité de 80 ans
Les symptômes: perte de poids et diarrhée
Le médecin: Pr Raffaele Landolfi, directeur de la médecine interne au centre hospitalier universitaire Gemelli, à Rome

Comme beaucoup de gens âgés, Stefano avait quelques ennuis de santé: diabète, affection rénale au stade précoce, maladie cardiaque. En novembre 2017, on l’opère pour désobstruer une artère jugulaire, et tout se passe bien. Père de deux enfants adultes, Stefano mène alors une vie plutôt paisible avec sa femme. Mais trois mois après l’intervention, il commence à se sentir faible, nauséeux, et à avoir la diarrhée. En deux mois, il perd plus de 10 kilos.

Assurez-vous de connaître ces 25 symptômes de maladies à ne jamais ignorer.

2 / 8
Un docteur peut parfois avoir du mal à établir un diagnostic.Lazarenka Sviatlana/Shutterstock.com

Un diagnostic difficile à établir


Sur recommandation d’un ami de sa famille, Stefano consulte le Pr Raffaele Landolfi au centre hospitalier universitaire Gemelli, à Rome. Le médecin constate une dénutrition grave, mais les symptômes l’incitent à adresser le patient à ses collègues gastro-entérologues. Après 10 jours de tests, ceux-ci n’ont toujours pas de réponse.

La famille supplie le Pr Landolfi de l’aider, et il accepte d’hospitaliser Stefano dans son service de médecine interne. Là, on détermine que les numérations globulaires et la fonction rénale sont normales. Un test de dépistage révèle la présence de bacilles tuberculeux, mais un adulte peut être un porteur sain, et Stefano n’a pas de problème pulmonaire.

La tuberculose peut être l’une des 14 explications médicales à vos sueurs nocturnes.

3 / 8
Une docteure pratiquant une colonoscopie.Robert Przybysz/Shutterstock

Le cancer est évoqué mais, rien n’est sûr


Le plus inquiétant, c’est son taux élevé de protéine C réactive, signe d’une inflammation. Une colonoscopie n’ayant révélé que quelques polypes et faiblesses dans la paroi du côlon, Raffaele Landolfi décide de faire un tomodensitogramme de l’abdomen. «En présence d’un trouble digestif, si on ne trouve rien à l’intérieur de l’intestin, on regarde ce qu’il y a autour», explique-t-il.

L’imagerie montre que plusieurs ganglions lymphatiques de l’abdomen sont gonflés. S’ajoutant aux indices de malabsorption comme la diarrhée et la perte de poids inexpliquée, cette enflure peut être le signe d’un lymphome. Normalement, ce type de cancer donne aussi de la fièvre, mais le Pr Landolfi n’en estime pas moins qu’une biopsie est nécessaire.
Bien entendu, Stefano et sa famille sont bouleversés par l’évocation d’un cancer. Le Pr Landolfi précise que le patient tient à ce que ses médecins soient francs avec lui, mais aussi à ce qu’ils arrivent à un diagnostic sûr, au-delà de toute supposition. «Il voulait avoir un ferme espoir de guérison.»

La colonoscopie est incontournable à partir d’un certain âge. On vous dévoile 50 secrets sur la santé que toute femme de 50 ans et plus doit connaître.

4 / 8
Le docteur propose un traitement une fois le diagnostic établi.06photo/Shutterstock

Une manoeuvre délicate


La biopsie allait être compliquée. L’accès à la zone péri-intestinale est en soi délicat, toute incision importante présente plus de risques sur un patient âgé souffrant de maladies chroniques, et si on trouve une tumeur cancéreuse, il faut attendre que la coupure soit guérie avant d’entreprendre la chimiothérapie. «Pour plusieurs raisons, il vaut mieux procéder de manière moins invasive», observe le Pr Landolfi. Il pratique donc une laparoscopie, qui consiste à glisser une caméra dans un tout petit orifice au centre de l’abdomen afin de prélever un échantillon de ganglion lymphatique.

Retenez ces 9 choses à ne jamais faire avant votre rendez-vous chez le médecin.

5 / 8
Le docteur peut demander une ou plusieurs biopsies si nécessaire.Science photo/Shutterstock

Toujours dans le flou


Il n’y a aucune cellule cancéreuse dans l’échantillon, mais on y trouve un grand nombre de macrophages, globules blancs qui combattent les micro-organismes. Cela suggère une infection, mais même si un test antérieur a révélé la présence de bacilles tuberculeux, il n’y a rien de tel dans l’échantillon.

On ne peut pas, sur cette seule base, exclure un cancer; il faut faire d’autres biopsies. «Il y avait quelque chose de bizarre dans les ganglions lymphatiques, dit Raffaele Landolfi, mais on ne peut pas faire des biopsies partout.» La deuxième fois, il cible la paroi du petit intestin. Sans résultat.

Ne passez pas à côté de ces 50 choses que vous devez savoir sur les hôpitaux.

6 / 8
La ténacité des docteurs est souvent récompensée.Stokkete/Shutterstock

Une ténacité est récompensée


Si Stefano a une infection bactérienne, il doit s’agir d’un microbe rare. Au moins 1400 germes infectieux peuvent nous rendre malades, et Stefano n’a plus beaucoup de temps devant lui. Chez les personnes âgées, explique le médecin, si elle se prolonge, la malabsorption peut être dangereuse, mortelle même, quelle que soit sa cause. Raffaele Landolfi doit convaincre le pathologiste de continuer ses recherches. «Parfois, en médecine, il faut s’entêter.»

Sa ténacité est récompensée. La tuberculose est un type de mycobactérie, mais pas le seul. Quand l’équipe du Pr Landolfi fait analyser un échantillon des selles de Stefano à la recherche d’ADN mycobactérien, le résultat est positif. On est enfin sur la bonne piste. Le premier échantillon de ganglion est analysé de nouveau et, cette fois, on y trouve une bactérie: M. chimaera.

7 / 8
Le docteur est souvent aussi soulagé que son patient.Phanupong Ratta/Shutterstock

Le soulagement


«J’étais soulagé, avoue le Pr Landolfi. Pour Stefano surtout, mais pour moi aussi, qui avais convaincu ce patient âgé de subir toutes ces interventions!» Connaissant l’identité du coupable, il en déniche des exemplaires dans l’échantillon provenant du petit intestin et même dans l’urine de Stefano.

Identifiée il y a 15 ans, la M. chimaera appartient au complexe mycobacterium avium. Elle vit dans l’eau et dans le sol, mais infecte de plus en plus d’êtres humains, surtout dans les hôpitaux. On pense qu’elle s’y propage entre autres par la ventilation des salles d’opération, et elle ne cède pas facilement aux désinfectants usuels. Le risque global est faible, moins de 3 pour 1000 chirurgies invasives, d’après une enquête britannique, mais jusqu’à 6 fois sur 10, l’infection est mortelle. Raffaele Landolfi estime que d’autres recherches sont nécessaires pour déterminer les meilleures stratégies préventives.

Vous serez surpris par les révélations de ces infirmières sur les hôpitaux.

8 / 8
Le docteur n'a pas pu établir de lien entre la maladie de Stefano et l'intervention qui l'a précédée.Diego Cervo/Shutterstock

Une simple coïncidence?


Il n’y a pas de moyen facile de déterminer si Stefano a été infecté durant l’opération réalisée quelques mois plus tôt ou s’il s’agit d’une simple coïncidence; il peut s’écouler cinq ans entre la contamination et l’apparition des symptômes. Stefano prendra des antibiotiques pendant sept mois et n’a plus aucun malaise aujourd’hui. «Il a repris du poids et se sent mieux, dit le Pr Landolfi. Il est plus fort et est redevenu autonome.»

Contenu original Selection du Reader’s Digest