Mourir de froid: 6 personnes reviennent à la vie

Morts de froid… ils sont revenus pour en parler. Des techniques médicales ont ramené à la vie des victimes plongées dans un état d’hypothermie extrême.

1 / 6
Jean Hilliard est mort de froid en 1980.Jamie Chung pour Reader's Digest

Raide comme une barre

En 1980, la jeune Jean Hilliard, 19 ans, a fait une sortie de route par un soir de décembre, à -30 °C, dans le Minnesota. Elle retournait chez ses parents, et n’était couverte que d’un petit manteau, de mitaines et de bottes non doublées. L’auto étant prise dans la neige, elle a décidé de marcher vers la maison d’un ami qui habitait dans les environs. Elle n’y est jamais parvenue.

L’ami en question, Wally Nelson, l’a découverte le lendemain matin en état d’hypothermie avancée, à peine à cinq mètres de sa porte. « Je l’ai saisie par les épaules et l’ai traînée dans l’entrée. J’étais persuadé qu’elle était morte. Elle était raide comme une barre. Mais j’ai constaté qu’il sortait des bulles de ses narines », a-t-il confié dans une entrevue radiophonique diffusée en 2018.

À son arrivée à l’hôpital, son pouls n’était plus que de 12 battements par minute, et sa température sous les 31°C, selon le New York Times. L’unité médicale l’a littéralement décongelée au moyen d’une couverture chauffante, et ramenée à la vie dans les heures suivantes, sans séquelles.

Souvenez-vous de ces conseils de survie,  si votre voiture tombe en panne en hiver.

2 / 6
Justin Smith est mort de froid en 2016.Jamie Chung pour Reader's Digest

Bleu et enfoui sous la neige

En 2016, Justin Smith – un homme de 25 ans habitant la Pennsylvanie –, était sorti avec des amis. Le groupe avait beaucoup bu et s’était dispersé. On a retrouvé Justin le lendemain matin au bord d’une route, enfoui sous la neige et totalement bleu : il avait passé plus de 12 heures à l’extérieur à -20 °C. Son père n’a toutefois jamais perdu espoir, malgré l’absence de pouls et de tension artérielle chez le jeune homme.

L’urgentologue qui l’a évalué, le Dr Gerald Coleman de l’Hôpital Lehigh Valley, affirme dans le site medicaldaily.com : « Mon diagnostic est simple : il n’y a pas de décès tant que le corps n’est pas froid ». Justin a été connecté à un appareil d’oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO), qui prend la relève des poumons et du cœur pour oxygéner le sang. Sa température est remontée lentement. Il a toutefois perdu ses orteils et deux de ses doigts, gelés, au terme de ce drame. Il se dit maintenant complètement rétabli. Comme l’explique le Dr James Wu dans le même site : « Le cerveau et les fonctions de certains organes essentiels peuvent être préservés à très basse température. »

Sachez reconnaitre ces premiers signes d'hypothermie pour agir rapidement.

3 / 6
Erika Nordby est mort de froid en 2001Jamie Chung pour Reader's Digest

Nuit forcée dans le froid canadien

Au cours de l’hiver de 2001, la petite Erika Nordby, âgée de 13 mois, s’est échappée de la maison pendant la nuit, alors que sa famille était en visite chez des amis au Canada. Erika dormait entre sa sœur de 3 ans et sa mère quand elle s’est réveillée : elle s’est enfuie à l’extérieur de la maison dans un froid polaire, à peine vêtue d’une couche et d’un petit haut.

Sa mère a constaté sa disparition à 3 heures du matin et s’est précipitée à sa recherche. On l’a retrouvée complètement frigorifiée et le visage enfoui dans la neige. Elle avait passé quatre heures dans ces conditions. Les ambulanciers lui ont injecté un liquide intraveineux dans la moelle osseuse de la jambe pour la réchauffer. À l’urgence, on l’a installée dans une couverture chauffante Bair Hugger : le cœur de la petite Erika s’est enfin remis à battre et elle a complètement récupéré. « Un corps qui se refroidit très rapidement peut rester oxygéné, en particulier le cerveau », a précisé à la chaîne ABC News le Dr Allan de Caen, chef d’équipe à l’urgence. « C’est comme si le temps était suspendu. »

Découvrez à quoi ressemble une expérience de mort imminente selon la science.

4 / 6
Anna Bagenholm est mort de froid en 1999.oceanfishing/Shutterstock

Tête première dans un lac gelé

La radiologiste suédoise de 29 ans, Anna Bågenholm, était très loin d’imaginer que sa vie pouvait être en péril durant une excursion en skis avec des amis. Au cours de cette sortie, en 1999, elle a chuté au bas d’une falaise et s’est encastrée tête première dans un lac gelé. Ses amis ont tenté de l’extraire en tirant sur ses skis, mais sans succès. Elle est restée consciente pendant 40 minutes en respirant grâce à une poche d’air située sous la glace, avant de tomber en hypothermie.

Lorsque l’équipe de secours l’a finalement tirée du lac, elle était totalement frigorifiée et sa température indiquait à peine plus de 13°C. « L’électrocardiogramme à bord de l’hélicoptère était plat », a raconté le Dr Mads Gilbert à CNN. Les médecins traitants espéraient que le cerveau ait gelé assez lentement pour qu’il ait pu survivre au manque d’oxygène. Ils ont augmenté la température de son corps en lui réinjectant son propre sang réchauffé. Et au grand bonheur de tous, son cœur s’est remis à battre.

Il lui lui aura fallu cependant une année entière pour que son système nerveux se rétablisse complètement.

Vous serez surpris par ces réactions étranges du corps après la mort.

5 / 6
Mitsutaka Uchikoshi est mort de froid en 2006.Jamie Chung pour Reader's Digest

Hibernation humaine

Le seul cas probable d’hibernation humaine reviendrait à un Japonais de 35 ans, Mitsutaka Uchikoshi. Tombé du haut d’une montagne en octobre 2006, alors qu’il rentrait chez lui à pied de son travail, il s’est fracturé le bassin en glissant dans un ruisseau. Les médecins estiment qu’il n’a perdu connaissance que le lendemain. Des randonneurs l’ont retrouvé par hasard, 24 jours plus tard, alors qu’il avait subi des froids de 10 °C, faisant chuter sa température à 22 °C (l’hypothermie est à 35 °C).

Il souffrait alors de défaillance des organes et son pouls était quasi inexistant. Le Dr Shinichi Sato qui l’a traité expliquait dans The Guardian : « Il a vécu dans un état qui rappelle l’hibernation, et plusieurs de ses organes ont fonctionné au ralenti, alors que son cerveau était préservé. » Uchikoshi s’est complètement rétabli, contre toute attente.

Apprenez-en plus sur les réactions étonnantes de votre corps face au froid.

6 / 6
Stella Berndtsson est mort de froid 2011.1tomm/Shutterstock

L’attente du verdict

La petite Stella Berndtsson, âgée de 7 ans, jouait dehors pendant que ses parents préparaient la fête de Noël, en 2011. Ils n’auraient jamais pu imaginer la suite. En jouant, Stella est tombée du haut d’une falaise dans l’océan glacé. Ses parents, Peter et Annika, ont lancé une alerte dans le voisinage. Les traces de pas de l’enfant les ont menés au bord de l’escarpement.

Les gardes-côtes en hélicoptère ont repéré la veste rose de Stella flottant sur les eaux. « On attendait l’avis de son décès », confie son père. « On imaginait l’éternité qu’elle avait passée dans l’eau. » Les secouristes lui ont donné une réanimation cardio-pulmonaire dans l’ambulance, sans grand espoir pour la suite. La température corporelle de Stella était de 13 °C à son arrivée aux urgences. Mais les médecins ont passé 12 heures à la réchauffer lentement, jusqu’à ce que finalement elle cligne des yeux. Elle s’est remise à parler au bout de deux semaines, et a retrouvé sa forme initiale après deux mois de réadaptation.

Certaines disparitions sont loin d'être des accidents. Retrouvez 13 personnes qui ont simulé leur propre mort.

Contenu original Reader's Digest