Share on Facebook

Diva ou mentor? Être en bon terme avec une personne difficile

Nul besoin d’être une célébrité pour être une diva. Nous avons tous au moins une personne difficile dans nos vies. Voici comment se comporter avec ce type de personnage.

1 / 6
Avec une personne difficile, concentrez-vous sur l'essentiel. kitzcorner/Shutterstock

Les leçons apprises

Lorsque mon fils Ben a eu 14 ans, la guerre a éclaté dans sa chambre. Plus je lui en faisais reproche, plus la pile de vêtements et de plats sales faisait son chemin sur le sol, comme les tentacules d’un monstre de science-fiction. Ma rage atteignait un sommet le matin, quand Ben émergeait de son repaire pour squatter la seule salle de bains de la maison pour les 30 minutes suivantes. Je lui criais alors : « si tu es tellement obsédé par la propreté, comment se fait-il que tu ne ranges pas ton épouvantable chambre? »

À ma grande surprise, c’est Ben qui a commencé à être le gardien de la paix dans l’épouvantable chambre. Quand je cessais d’être sur don dos, il fermait la porte de sa chambre, rangeait son linge et cessait d’apporter de la nourriture à l’étage. Les choses se sont instantanément calmées. Pourquoi n’y avais-je pas pensé? J’avais tout simplement perdu le sens de la perspective. Dans ma détermination à gagner, j’avais laissé une chambre en désordre l’emporter sur des choses plus importantes, comme le degré de tension qui s’était mis à régner dans la maison. Mon fils venait de m’apprendre qu’il y a des batailles qui ne valent pas la peine. Des années plus tard, alors que j’occupais le poste le plus important que j’aie jamais eu au travail, cette leçon m’a aidée à me concentrer sur les enjeux d’importance plutôt que sur les distractions ennuyeuses. Je n’ai jamais eu de meilleur mentor que ma bourrique d’adolescent.

Le désordre de votre enfant envahi la maison? Suivez ces étapes pour l’éviter.

2 / 6
Une personne difficile peut déclencher chez vous les pires comportements. Rido/Shutterstock

Comment les gens difficiles peuvent-ils être des mentors?


Comme la plupart des gens, j’imaginais que les mentors avaient des personnalités chaleureuses, et qu’ils étaient toujours prêts à vous soutenir et à vous encourager. Mais il y a de la place dans la vie de chacun pour des mentors inattendus qui vont chercher le meilleur en vous en vous montrant leurs pires côtés. Parfois, il vous faut un boss qui cherche toujours l’erreur, un parent qui se mêle de tout ce qui ne le regarde pas, un client infernal pour faire ressortir vos limites émotives et vous forcer à vous renouveler. Wendy Fredricks, psychothérapeute de Toronto, dit ceci : « Observez-vous quand vous êtes en présence d’une personne difficile, vous verrez que vos propres défauts se mettent en action. Une fois que vous êtes capable de reconnaître le type de situation qui déclenche chez vous ces automatismes, ce sera beaucoup plus facile de prendre le dessus sur vos réactions instinctives. »

Judy Farrant, une de mes amies, m’a raconté comment elle a appris cette leçon. Alors qu’elle était hôtesse de l’air à 25 ans, elle a dû faire face à un acteur connu de la télévision qui était fou furieux parce que des problèmes mécaniques retardaient son vol. Judy avait tenté de le calmer; son « vous ne voudriez pas que nous décollions sans être sûrs que tout fonctionne bien, n’est-ce pas? » ne l’avait que plus enragé. Il l’avait traitée d’abrutie et l’avait accusée de faire le perroquet au nom de sa compagnie aérienne. Décontenancée par l’insulte à son intelligence, Judy avait retraité en larmes vers la salle de bains. Son supérieur lui avait fait remarquer plus tard que l’acteur avait interprété son commentaire comme condescendant. Il avait un gros ego, qui demandait de l’attention. Il y avait une excellente façon de s’en sortir : reconnaître sa frustration et lui demander si elle pouvait faire quelque chose pour lui. Judy Farrant a toujours été capable ensuite de gérer toute situation avec un client. En fait, elle ne le savait pas alors, l’acteur en colère l’avait mise sur la voie de ce qui deviendrait un jour sa carrière : aider des compagnies à mieux servir leurs clients.

Chaque fois que vous laissez quelqu’un vous faire bondir, votre estime de soi est ébranlée. Vous vous sentez si impuissante et sous contrôle que le moindre courriel de la personne X peut vous faire grincer des dents : « qu’est-ce que ça va être cette fois-ci? » Vous perdez confiance en vous, vous êtes sûre que l’autre va déclencher chez vous les pires comportements. Vous avez écrit dans votre tête un scénario que vous et l’autre ne cessez de jouer en boucle. Il est temps d’interrompre ce cycle. Posez ces 20 gestes pour prendre confiance en vous et vous faire entendre.

3 / 6
Face à une personne difficile, gardez l'esprit ouvert.GaudiLab/Shutterstock

Gardez l’esprit ouvert


J’ai eu une collègue qui n’arrivait jamais à conclure. Chaque fois que nous arrivions à une entente, elle m’envoyait un courriel avec une quelconque remise en question. Convaincue qu’elle ne me respectait pas, moi ou notre relation de travail, je lui envoyais une réponse incendiaire qui créait de la méfiance entre nous. Tout est rentré dans l’ordre, quand j’ai cessé de lui écrire et que je me suis mise à me rendre à son bureau pour en discuter en personne. En face à face, j’étais capable d’évaluer son engagement envers les résultats que nous voulions toutes deux atteindre.

Ayez toujours le comportement approprié à la situation. Ne soyez pas l’un de ces types de collègues qui dérangent.

4 / 6
Une personne difficile demande parfois peu d'attention.Eugenio Marongiu/Shutterstock

Soyez proactive


Ce que les grincheux veulent, explique Wendy Fredricks, c’est ce que tout le monde veut – être vu et entendu. Mais il leur manque peut-être l’intelligence émotionnelle pour faire connaître leurs besoins sans provoquer de l’irritation chez les autres. Une femme que je connais, appelons-la Rachel, a une cousine schizophrène, disons Sarah, qui oublie souvent de prendre ses médicaments. Les demandes d’attention de Sarah et son insistance à obtenir ce qu’elle veut provoquent l’exaspération de Rachel depuis leur enfance. Sarah étant persuadée qu’elles sont amies à vie appelait constamment Rachel pour lui raconter ses drames imaginaires. Plus Rachel tentait de prendre de la distance, plus Sarah insistait, au point où elle pouvait venir sonner à la porte de Rachel sans s’être annoncée. Rachel a fini par comprendre que la meilleure façon de contenir Sarah consistait à lui donner de petites doses d’attention totale. Elle s’est mise à la sortir pour le lunch, en lui faisant clairement comprendre qu’elle avait un rendez-vous après. Aujourd’hui, Sarah se sent plus calme et Rachel ne sursaute plus quand le téléphone sonne.

Sachez reconnaitre ces signes évidents d’une amitié toxique.

5 / 6
Une personne difficile peut vous pousser à donner le meilleur.ESBBasic/Shutterstock

Demandez-vous : « Que puis-je en tirer? »


Steve Jobs, le cofondateur visionnaire d’Apple, était connu pour réprimander ses employés sur des détails et pour les humilier devant les autres. Mais beaucoup de gens de son équipe appréciaient d’être ainsi le sujet de sa quête incessante de créativité et qu’il soit capable de reconnaître quand ses standards de perfection étaient atteints. Un des premiers collègues de Steve Jobs a confié à la revue Forbes : « Une rétroaction exceptionnelle aux employés a deux composantes. Ça prend quelqu’un qui veut savoir quand vous avez fait quelque chose de très bien ou quand vous avez raté votre coup, et ce quelqu’un doit être assez honnête pour vous le dire. »

Méfiez-vous de ces signes révélateurs d’un climat de travail toxique.

6 / 6
Face à une personne difficile, établissez des limites.Martin Novak/Shuttterstock

Établissez des limites


J’adorais parler à ma mère, sauf lorsqu’elle s’énervait au sujet de ma sœur. Chaque fois, je me sentais sous la pression de devoir prendre parti pour l’une ou l’autre alors que leur conflit ne me regardait tout simplement pas. Mais si j’essayais de changer de sujet, ma mère protestait et sa voix changeait de ton, ce qui avait l’effet immédiat de me faire passer en mode de protectrice. J’ai finalement trouvé le courage de lui dire : « Maman, je vous aime toutes les deux, mais je me sens prise en otage, comme si je devais choisir, quand tu me parles d’elle. Il te faut trouver une autre oreille, parce que je ne veux plus jouer ce rôle. » Ma mère a compris le message. Maintenant qu’elle n’est plus là, ce sont les beaux souvenirs de nos conversations téléphoniques qui me reviennent.

Inspirez-vous de ces trucs qu’utilisent les gens charismatiques pour séduire et convaincre.