Share on Facebook

Qu’en est-il de la propagation du coronavirus dans l’eau?

Le nouveau coronavirus ne se propage pas dans l’eau des piscines, des bains à remous ou des terrains de jeux aquatiques, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas de risques. Voici ce que les experts ont à dire sur la propagation du coronavirus dans l’eau et vos risques de l’attraper.

1 / 6
Propagation du coronavirus dans l’eau.Sasin Paraksa/Shutterstock

Les produits chimiques pour piscine devraient tuer le virus

En règle générale, les virus ne survivent pas dans l’eau traitée avec des produits chimiques pour piscines. «Pour le moment, rien ne prouve que le SRAS-CoV-2 puisse être transmis aux personnes par l’eau des piscines, des cuves thermales ou des spas», explique Robert Glatter, médecin urgentologue au Lenox Hill Hospital de New York. «La désinfection standard au chlore ou au brome tuera le virus dans l’eau.»

Cependant, compte tenu de la pandémie persistante, il est doublement important de s’assurer que la piscine (ou spa ou bain à remous) que vous utilisez est bien entretenue.

Assurez-vous de connaître ces produits ménagers efficaces contre le coronavirus.

2 / 6
Propagation du coronavirus dans les lacs et les océans.Wonderful Nature/Shutterstock

Et les lacs et les océans?


La COVID-19 ne semble pas non plus se propager dans ce type d’eau. «La plupart des choses ont plus de difficultés à vivre dans l’eau salée», explique Katherine Baumgarten, directrice médicale du contrôle et de la prévention des infections au Ochsner Health System à la Nouvelle-Orléans. «Il s’agit simplement de s’assurer que le taux de sel est suffisamment élevé.» Les étendues d’eau saline sont donc à prioriser avant les lacs et les rivières d’eau douce.

Le seul problème potentiel pourrait être l’endroit où l’eau se mélange aux eaux usées contaminées par le virus, explique le docteur Glatter, mais même cela est hautement improbable. Jusqu’à présent, la recherche suggère que la COVID-19 ne se propage pas par les selles.

Aussi, si les chercheurs ont trouvé le virus dans les eaux usées, rien ne prouve que ce soit un mode de transmission non plus. De toute manière, vous ne voudrez surement pas nager près des eaux usées pour un certain nombre de raisons de santé.

Avec la pandémie de COVID-19, devrait-on aller au chalet (ou pas)?

3 / 6
Le vrai risque en ce qui concerne le coronavirus dans l’eau.Solis Images/Shutterstock

Le vrai risque en ce qui concerne la COVID-19 et la natation


La vraie préoccupation à propos de la natation et de la COVID-19 est d’avoir un contact étroit avec d’autres personnes dans le même environnement. «Il ne s’agit pas tant de l’eau que de son environnement», explique le docteur Baumgarten.

La transmission pourrait se faire dans la piscine ou en dehors de l’eau sur la plage, au bord du lac ou encore sur le patio. Les foules qui se rassemblent dans les piscines et autres zones riveraines pourraient déclencher de seconde vague, ce qui inquiète les experts.

Ne baissez pas la garde! «Le virus est plus susceptible de se propager par des gouttelettes ou des aérosols à cause de la parole, de la toux ou des éternuements, ou peut-être d’un contact direct sur les surfaces», explique le docteur Glatter. «La possibilité de transmission par l’eau est beaucoup moins préoccupante dans l’ensemble.»

La journaliste scientifique Marie-Pier Elie, explique que lorsque vous éternuez, vous émettez 40 000 gouttelettes. En toussant, vous en émettez 719 et en parlant, ce sont 36 gouttelettes qui sont projetées à tous les 100 mots.

Une autre chose à retenir: il sera plus facile de prendre des distances sociales à l’extérieur qu’à l’intérieur. Évitez tout de même de nager seul en eau libre.

Renseignez-vous sur les nouveaux symptômes de la COVID-19 et leurs complications.

4 / 6
Coronavirus dans l’eau: attention à la transmission communautaire.FREEPIK2/Shutterstock

Évitez les surfaces très sensibles


Bien que la COVID-19 se propage principalement d’une personne à l’autre, il y a toujours la possibilité que vous puissiez être infecté en touchant une surface contaminée: la transmission communautaire. Dans les environnements de baignade, cela pourrait inclure les portes de gymnase et de vestiaire, les toilettes communes, les bancs et l’utilisation d’un liseur de cartes, explique l’US Masters Swimming, qui a annulé son championnat national du printemps en avril 2020.

Puis, il y a les plongeoirs, les échelles de piscine et les mains courantes. Vous devez également porter attention à la disposition des chaises longues à l’extérieur de l’eau. «Assurez-vous que ces zones sont nettoyées et désinfectées entre les utilisations», explique le docteur Baumgarten.

Voici les pires endroits où se cachent les microbes!

5 / 6
Coronavirus dans l’eau: ne partagez pas les jouets de plage ou de piscine.THOMAS BARWICK/GETTY IMAGES

Ne partagez pas les jouets de plage ou de piscine


Les articles courants comme les flotteurs, les ballons de plage et les nouilles doivent être nettoyés entre chaque utilisation, souligne le docteur Baumgarten. Assurez-vous de ne pas partager les glacières et de ne pas laisser les autres utiliser vos lunettes, votre pince-nez ou votre tuba.

«Il est essentiel que les gens gardent une bonne hygiène – notamment des mains – et respectent une distance sociale de 2 mètres lorsqu’ils se rendent à la piscine du quartier ou chez des amis», ajoute le docteur Glatter.

Emportez un désinfectant pour les mains lorsque vous allez à la plage ou à la piscine, conseille le docteur Baumgarten. Et surtout, n’allez pas dans ces endroits si vous ressentez des symptômes de la COVID-19 ou si vous pensez que vous avez été exposé au virus.

6 / 6
À la piscine publique, le soleil et l'eau peuvent provoquer une somnolence chez le surveillant-sauveteur.StacieStauffSmith Photos/Shutterstock

N’oubliez pas les autres risques liés à l’eau


Le risque de contracter le coronavirus dans l’eau est donc relativement faible. Cependant, n’oubliez pas que les loisirs aquatiques posent également d’autres risques: les coups de soleil, la noyade et les blessures.

Il existe également le risque de contracter une maladie liée aux eaux récréatives. Ceux-ci sont causés par des germes dans et autour des zones aquatiques récréatives. Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies, les maladies les plus courantes sont les norovirus, Shigella et E. coli, qui provoquent des maladies diarrhéiques.

Vous serez surpris par ces choses qui augmentent les risques d’attraper un coup de soleil.

Contenu original Reader's Digest