Mieux vivre: «Consultez un vieux pour 25 cents»

Derrière sa petite table du Collège de Maisonneuve, Réjean Vanasse donne des conseils pour mieux vivre les écarts entre générations.

1 / 7
Derrière sa petite table du Collège de Maisonneuve, Réjean Vanasse dispense ses conseils et travaille à combler le fossé des générations pour le mieux vivre des étudiants.Will Lew

Succès mensuel

Comme chaque mois depuis plus de 13 ans, Réjean Vanasse installe son kiosque dans l’agora du Collège de Maisonneuve. Au-dessus de sa tête trône une banderole dacty­lographiée «Consultez un vieux: 25 cents». Autour de lui, les étudiants sourient et lui font des signes de tête, visiblement habitués à sa présence. Rapidement, une petite file se forme devant son bureau. Alors que certains ont des questions pressantes à lui poser, d’autres ne s’arrêtent que pour venir chercher leur câlin mensuel. Ce colosse de près de deux mètres, marié depuis plus de 30 ans, a toute sa vie travaillé dans les communications. Depuis 1998, il s’implique auprès du conseil d’administration d’Éducation 3e Âge du Collège de Maisonneuve, duquel il est actuellement président.

Ces 9 histoires de bonté et d’entraide vous donneront envie de croire en la force du partage.

2 / 7
Des systèmes ont été mis en place pour le mieux vivre des étudiants au Collège de Maisonneuve.Monkey Business Images/Shutterstock

Laissez venir les jeunes

Il avoue s’être inspiré de Charlie Brown pour son initiative. «Avec Éducation 3e Âge, on cherchait un moyen de redonner au Collège. On a essayé d’organiser des débats philosophiques le midi. À l’heure fatidique, le café étudiant s’est vidé d’un coup. Une de mes collègues a dit: arrêtez de courir après les jeunes, laissez-les venir.» C’est alors que Réjean se rappelle le kiosque d’aide psychologique de Lucy, dans la célèbre bande dessinée de Charles M. Schulz. Moyennant cinq sous, la fillette dispensait des conseils à ses camarades de classe, recommandant notamment au brave Charlie Brown de participer aux activités de Noël de l’école afin de vaincre sa déprime saisonnière.

Si vous souffrez de déprime saisonnière, vous n'êtes pas seul: apprenez à survivre aux blues de l’hiver.

3 / 7
Le Collège de Maisonneuve à Montréal a mis en place divers dispositifs pour améliorer le mieux-être des élèves.Ilovephoto_KA/Shutterstock

Un point de vue intergénérationnel

Lorsqu’il propose le projet à Diane Blanchette, directrice des services aux étudiants et à la communauté, elle accepte sans la moindre hésitation. «Elle m’a tout de suite demandé: quand est-ce que tu commences?»

«Au Collège, on avait remarqué qu’il y avait un besoin pour un point de vue intergénérationnel», précise-t-elle. Plusieurs étudiants issus de l’immigration n’ont que peu ou pas de contacts avec leur famille éloignée, et donc aucune personne âgée vers qui se tourner en cas de difficulté.

«Je trouvais l’approche de Réjean intéressante, poursuit-elle. Il n’était pas là pour dicter une vérité, mais pour créer des liens. Il était aussi curieux de connaître les jeunes qu’eux de le rencontrer. Il répond à leurs questions et idées farfelues sans jugement et sans gêne.»

À tout âge, il n'est pas évident de faire parler son enfant. Voici 6 trucs pour lui délier la langue!

4 / 7
Rassurer les jeunes avant tout et améliorer leur mieux vivre. YAKOBCHUK VIACHESLAV/SHUTTERSTOCK

Rassurer les jeunes avant tout

Depuis, le «vieux» dispense ses conseils sur l’amour, la confiance, l’ambition et le succès. «C’est surtout pour les rassurer. Je ne me prétends pas psychologue. Et puis, la vie finit bien souvent par arranger les choses.» Pour guider les étudiants, il s’appuie sur sa passion pour la philosophie… et sa prodigieuse mémoire!
«Je me rappelle parfaitement comment je me sentais à 17 ans. C’était une période particulièrement angoissante. On est laissé à soi-même pour la première fois. On ne sait pas quel chemin emprunter, ni avec qui ni pourquoi d’ailleurs.»

5 / 7
Guider les jeunes dans leur choix et améliorer leur mieux vivre.GagoDesign/Shutterstock

Conseils sur le long terme

Paola Oyaneder se rappelle avoir trouvé le concept ingénieux et intrigant lors de son passage au Collège, en 2011. «Je lui ai demandé comment je pouvais être certaine de choisir la bonne branche. Comment combiner mes passions artistiques tout en trouvant un moyen d’être responsable et de redonner à la communauté.»

La réponse de Réjean lui avait à l’époque paru peu éclairante. «Il m’avait dit que c’est seulement plus tard qu’on réalise ce que nos vies ont dessiné. Ce qui me semblait essentiel aujourd’hui allait se transformer et revenir à moi d’une façon complètement différente de ce que j’appréhendais. Presque huit ans et quelques revirements de carrière plus tard, je comprends mieux ce qu’il a voulu dire.»

Pensez à l'avenir de vos enfants! Adoptez ces 10 bonnes habitudes pour épargner en prévision de leurs études postsecondaires.

6 / 7
Le mieux vivre des jeunes est important. Leurs préoccupations na changent pas au fil des années.Syda Productions/Shutterstock

Les jeunes ont les mêmes préoccupations

Les jeunes qui, comme Paola, s’attardent au kiosque du «vieux» proviennent de mille et un milieux. Mais, lorsqu’ils glissent une pièce dans la tirelire en forme de cochon qui se trouve sur la table, leurs préoccupations, leurs questions et leur attitude sont loin d’être différentes.

«Rien n’a changé en 13 ans ni en 82 ans d’ailleurs, constate-t-il. Les adolescents vivent les mêmes problèmes, les mêmes angoisses et se posent toujours les mêmes questions.»

Les conseils du vieux ont donc eux aussi à peine changé. «J’essaie de les encourager à avoir confiance et à accepter de faire des erreurs.» Il tente également de les aider à réaliser l’importance de l’amitié. «Les jeunes croient que l’amour va régler tous leurs problèmes. Mais on sait bien que ça ne fait que compliquer la vie.»

7 / 7
Malgré son ambition pour le mieux vivre des étudiants, ils parviennent parfois à prendre Réjean au dépourvu.ESB Professional/Shutterstock

Gratitude partagée

Malgré tout, les étudiants parviennent en de rares occasions à prendre Réjean au dépourvu. «Certains problèmes sont sans issue. Il y a peu de temps, une jeune Kurde est venue me consulter au sujet de sa relation avec un chiite. Bien sûr, ses parents s’opposaient à l’union. Lorsque je ne sais pas quoi répondre, je suis honnête et je le dis.»

Le plus beau cadeau, pour lui, c’est la gentillesse et l’ouverture des jeunes. «Les médias voient en cette génération un tas d’égocentriques et en Maison­neuve un foyer de radicalisation. Mais ce sont tous des soies. Ils prennent soin de moi, et la différence ne les effraie pas. J’ai un plaisir fou à les cô­toyer et à apprendre d’eux!»

La compassion et l'empathie appellent à une ouverture bienfaisante: voici les 10 gestes à connaître à ce sujet.

Contenu original Selection du Reader’s Digest