Ce qu’il faut savoir sur les sécrétions nasales

Croyez-le ou non, les sécrétions nasales font partie intégrante de votre vie. Le corps produit plus d’un litre de mucus par jour et c’est une bonne chose: voici pourquoi…

1 / 6
Les sécrétions nasales sont permanentes.Vladimir Gjorgiev/Shutterstock

Un mucus protecteur

On n’aime peut-être pas trop y penser, mais le nez sécrète sans cesse du mucus – ce qui est une bonne chose. Ce fluide plus ou moins épais piège et neutralise la poussière, la pollution et les germes, et protège donc contre les infections et les irritations des voies respiratoires. Il humidifie aussi l’air qu’on inspire et hydrate la muqueuse nasale, l’empêchant de sécher et de se fissurer.

Affection ou infection: méfiez-vous de ces 12 problèmes de santé que vous croyez contagieux (mais qui ne le sont pas!).

2 / 6
Habitude secrète: regarder dans son mouchoirShutterstock/Syda Productions

Symptôme d'un problème

Normalement, chez une personne en bonne santé, ce mucus est dégluti inconsciemment, mais trop dense ou abondant, il devient vite gênant. On se met à tousser, à ressentir des picotements, à avoir la voix rauque ou l’envie constante de se racler la gorge.

On souffre alors de ce qu’on appelle un «écoulement post-nasal», qui peut avoir bien des causes. De tous les déclencheurs possibles, le rhume des foins, le rhume et la grippe sont sans doute les plus courants, car l’organisme surproduit alors du mucus ou en modifie la texture pour se débarrasser des microbes (ou de ce qu’il confond avec des microbes dans le cas d’une allergie, par exemple).

Assurez-vous de reconnaître ces 25 symptômes de maladies à ne jamais ignorer.

3 / 6
Dans de rares cas, les sécrétions nasales sont provoquées par une infection bactérienne des sinus.Asier Romero/Shutterstock

Cas particuliers

Dans de rares cas, l’écoulement est provoqué par une infection bactérienne des sinus. Consultez un médecin si vous avez des symptômes de ce genre depuis plus de 10 jours sans raison évidente, s’ils s’aggravent au lieu de s’améliorer ou s’ils s’accompagnent d’une fièvre forte et persistante.

S’il ne résulte pas d’une maladie ou d’une allergie, l’écoulement anormal peut être dû à un médicament (par exemple, la pilule anticonceptionnelle ou un bêtabloquant), une anomalie structurelle du nez (des polypes ou une déformation de la paroi séparant les deux narines) ou une fumée irritante (tabac ou smog).

Si toutefois vous souffrez de saignements du nez, voici 7 choses que vous devez faire.

4 / 6
ISTOCK/IPGGUTENBERGUKLTD

Résolution et soin

On parvient parfois à régler le problème en s’attaquant à la cause. Le médecin peut ainsi remplacer le médicament inapproprié par un autre, prescrire un antihistaminique ou une immunothérapie pour combattre une allergie.
Même si vous ignorez la cause ou devez simplement attendre que ça passe, il y a moyen d’atténuer l’inconfort.

Pour commencer, buvez beaucoup pour fluidifier le mucus. Au lit, dormez la tête relevée afin qu’il coule plus facilement par la gorge au lieu de s’y accumuler. Pour vous soulager pendant la journée, vous pouvez faire des inhalations de vapeur, prendre un expectorant comme la guafénésine pour fluidifier le mucus, ou encore, vous laver le nez avec une solution saline vendue sans ordonnance.

5 / 6
Toux chronique suivant l'utilisation d'un médicament inhibiteur.file404/Shutterstock

Toux chronique

On impute souvent la toux chronique à un écoulement post-nasal. Beaucoup de toussotements tenaces sont en effet le résultat d’une rhinite (inflammation du nez) ou d’un surplus de mucus. Parfois, la prise d’un antihistaminique ou d’un stéroïde en vaporisateur fait d’une pierre deux coups.
Mais le plus souvent, la toux persiste bien après que le nez est rétabli, note le Dr Lorcan McGarvey, directeur d’une équipe de recherche sur la toux de la Société respiratoire européenne. «Ces observations ont mené à envisager qu’il y a peut-être d’autres causes qui interviennent», dit-il.

Essayez la tisane au thym contre la toux. Renseignez-vous sur ces remèdes de grand-mère qui fonctionnent vraiment.

6 / 6
Une toux chronique peut être un symptôme de cancerShutterstock

Hypersensibilité

Les chercheurs examinent l’hypothèse qu’une crise inflammatoire provoque une hypersensibilisation durable des nerfs dans les voies respiratoires. «Cela expliquerait pourquoi beaucoup de patients se plaignent de se mettre à tousser pour des raisons bizarres, parce qu’ils rient ou que l’air est froid, par exemple.»

Des médicaments ciblant ce type d’hypersensibilité ont déjà atteint une phase avancée des tests cliniques, donc ne perdez pas espoir même si les traitements actuellement disponibles n’ont pas donné de résultats.

Contenu original Selection du Reader’s Digest