Share on Facebook

Suppléments alimentaires: comment prévenir leurs risques et effets secondaires?

Vous prévoyez prendre des suppléments pour renforcer votre santé? Voici des conseils d’experts pour prévenir les principaux risques et effets secondaires.

1 / 7
La prise de suppléments et des risques possibles d'interactions sur votre santé.Shutterstock

Comment prendre des suppléments et vitamines sans risque sur votre santé?

Vous prévoyez prendre des suppléments alimentaires pour renforcer votre santé? Voici des conseils généraux avant d’en consommer question de prévenir des malaises.

Des informations importantes concernant des interactions possibles entre des suppléments nutritionnels et des médicaments couramment utilisés figurent dans la liste qui suit. Vous retrouverez également dans les pages suivantes des astuces pour maximiser l’efficacité des suppléments.

2 / 7
Certains suppléments pris ensemble pauvent causer des interactions bénéfiques.Shutterstock

1) Prévoir le type d’interactions entre les vitamines et suppléments alimentaires

Certains nutriments agissent entre eux, ce qui peut avoir une influence sur leur assimilation par l’organisme. Ainsi, les vitamines liposolubles requièrent des graisses pour être assimilées et doivent être prises au cours des repas ; le fer est mieux assimilé s’il est absorbé en même temps qu’un repas qui comprend de la viande (source de fer héminique) ou des aliments riches en vitamine C ; l’assimilation du calcium se fait mieux si ce minéral est pris pendant les repas et associé à du magnésium.

On peut donc utiliser les effets bénéfiques de ce type d’interactions dans certaines combinaisons de suppléments. Par exemple, la vitamine C contribuant à régénérer la vitamine E lorsque celle-ci a été transformée lors du processus de neutralisation des radicaux libres, il vaut donc mieux absorber ces deux antioxydants ensemble puisqu’ils interviennent en même temps dans l’organisme.

3 / 7
S'assurer de respecter les doses recommandées en lien avec les suppléments nutritionnels.Shutterstock

2) S’assurer de prendre les bonnes quantités de suppléments alimentaires

Pris en quantités appropriées, les suppléments nutritionnels ne présentent en général aucun danger. En revanche, augmenter les doses ne sert à rien et peut même présenter des risques. Le fluor, par exemple, recommandé pour la prévention des caries, peut provoquer des anomalies dans la structure des dents et des os s’il est pris, pendant plusieurs années, en quantités un peu supérieures à celles conseillées. Pour tout supplément, il vaut mieux éviter les fortes doses, en particulier celles, très élevées, appelées mégadoses. Conformez-vous aux recommandations et prévenez votre médecin en cas de réactions intempestives ou si votre état s’aggrave.

4 / 7
Des suppléments de vitamine D à forte dose peut être toxique.Shutterstock

3) Des vitamines inoffensives et d’autres toxiques (à forte dose)

Beaucoup de vitamines peuvent être absorbées en quantités supérieures sans inconvénient, notamment lorsqu’elles sont naturellement évacuées par l’organisme. Mais les vitamines A et D, qui sont liposolubles et que l’organisme stocke et n’élimine pas en cas d’excès, sont dangereuses lorsqu’elles sont prises en trop grandes quantités.

La plupart des autres vitamines ne sont pas toxiques à haute dose, mais elles peuvent avoir des effets secondaires sur certains individus. Dans de tels cas, il suffit de réduire la prise pour faire disparaître les symptômes.

Par ailleurs, certains minéraux, lorsqu’ils absorbés en quantités importantes sur une longue période, font parfois obstacle à l’assimilation d’autres nutriments. Ainsi, le zinc inhibe l’absorption du cuivre. On a pu également établir des relations entre des apports élevés de minéraux et certaines maladies : plusieurs études montrent, par exemple, qu’un excès de fer chez les hommes est lié à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires.

5 / 7
Les suppléments et leurs risques et effets secondaires.Shutterstock

4) Les risques associés aux suppléments dérivés de plantes

Des études faites par des toxicologues montrent que les plantes médicinales entraînent rarement de graves réactions secondaires. On reconnaît néanmoins aujourd’hui la toxicité de certaines d’entre elles, comme la digitale, autrefois très populaire. Il arrive aussi que des réactions allergiques dangereuses (éruptions cutanées ou difficultés respiratoires) surviennent chez des individus prédisposés. La qualité des préparations à base de plantes n’est malheureusement pas encore clairement définie ni contrôlée systématiquement par les pouvoirs publics. Certaines peuvent renfermer des produits réduisant leur efficacité ou entraînant des effets secondaires.

Les suppléments de phytothérapie normalisés, qui annoncent clairement le pourcentage de substance active, donnent plus de garanties que les autres. Mais, actuellement, la qualité des suppléments à base de plantes qu’on trouve dans le commerce dépend surtout du sérieux et de l’intégrité du fabricant.

EFFETS SECONDAIRES ET CONTRE-INDICATIONS 

L’usage de plantes médicinales peut être dangereux pour les individus qui souffrent d’une affection particulière ou qui prennent certains médicaments. L’ail, par exemple, risque d’intensifier les effets des anticoagulants, et la réglisse peut élever la pression artérielle. Quoi qu’il en soit, les contre-indications connues et signalées mises à part, les plantes figurant dans cet ouvrage n’ont généralement pas d’effets secondaires gênants.

6 / 7
La qualité des suppléments alimentaires est-elle toujours garantie?Shutterstock

5) Le contrôle de la qualité des suppléments alimentaires

Que sait-on de ce qu’un produit de santé contient ? Les laboratoires réputés ont le souci de cette réputation ; théoriquement, le contenu de leurs produits correspond bien aux indications figurant sur l’étiquette.

Les suppléments à base de plantes n’en restent pas moins parfois sujets à caution, même lorsque leur teneur en substance active est indiquée. Par exemple, une très récente étude publiée dans les Cahiers de nutrition et de diététique montre que, sur 10 marques différentes de suppléments à base de soja vendus en France, 3 renfermaient les taux d’isoflavones annoncés, 4 étaient nettement en dessous des valeurs indiquées et, parmi les 3 compléments ne fournissant pas d’indications chiffrées, l’un ne contenait que des traces d’isoflavones et les deux autres des quantités plutôt modestes.

Dans une autre étude parue dans le célèbre journal médical anglais The Lancet, des suppléments à base de ginseng renfermaient des ginsénosides en quantités variables et d’autres, pas du tout. En fait, la plante utilisée dans ces derniers n’étant pas du ginseng, l’absence de ginsénosides devenait logique… mais le consommateur était doublement trompé.

7 / 7
Certains suppléments peuvent avoir des effets secondaires importants.Shutterstock

6) Effets secondaires: mise en garde et précautions concernant les suppléments et vitamines

Certains suppléments peuvent avoir des effets secondaires et représenter des risques importants pour la santé. Il est donc bon de garder les conseils suivants à l’esprit.

▪ Choisissez de préférence des marques dont la réputation est bien établie.
▪ Ne dépassez pas les doses recommandées. Lorsque plusieurs valeurs sont indiquées – qu’il s’agisse de préparations à base de plantes ou de suppléments nutritionnels -, commencez par la plus faible.
▪ Observez vos réactions.Au moindre trouble, cessez de prendre le supplément. Faites de même si un produit à base de plantes ne semble pas avoir d’effet (laissez-lui cependant le temps d’agir, ce qui peut prendre 1 mois ou plus).
▪ Faites des pauses. Si vous utilisez des suppléments pour traiter une affection, mieux vaut les prendre pendant une durée définie, puis arrêter et voir si un mieux s’est produit. Si les symptômes se manifestent à nouveau après une période d’amélioration,reprenez le supplément en traitement de fond.
▪ Ne courez aucun risque. Si vos symptômes montrent que votre problème est sérieux, n’ayez pas recours à l’automédication, mais consultez immédiatement votre médecin.
▪ Les très jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes ou qui allaitent doivent aussi consulter un médecin avant de prendre des suppléments.
▪ Si vous suivez un traitement médicamenteux, informez-vous toujours auprès de votre médecin ou de votre pharmacien sur d’éventuelles interactions.

 

Vous aimerez aussi:

Pour une alimentation saine et équilibrée
Prévenir le cancer grâce à une bonne alimentation
– Les nutriments essentiels pour la santé des os et des muscles