La santé vue par le monde scientifique

Voici quelques conclusions intéressantes tirées d’études scientifiques sur des sujets relatifs à la santé.

La santé et le monde scientifique.Matej Kastelic/Shutterstock

1. Les étiquettes des aliments trompent notre perception du goût
Des chercheurs de l’Université de Gand, en Belgique, ont fait goûter quatre échantillons de gouda à 129 personnes. La plupart trouvaient moins salée la bouchée dont l’étiquette mentionnait «pauvre en sel» et ont préféré la variété «ordinaire». Or, tous les échantillons étaient en réalité le même fromage. On retiendra que les étiquettes « bon pour la santé » influent sur notre perception du goût de certains aliments qui seraient parfois plus savoureux qu’on ne le croit.

2. La testostérone de substitution n’est pas le meilleur traitement
La Société européenne de la ménopause et de l’andropause (EMAS) s’est prononcée sur la thérapie de substitution de la testostérone. Bien qu’elle soit bénéfique dans certains cas, elle n’est pas recommandée aux hommes âgés dont le taux de testostérone est en baisse et qui souffrent de symptômes connexes (faible libido, dysfonctionnements érectiles), car cette thérapie augmente les risques de maladie cardiaque et de cancer de la prostate. Tant que l’on n’en saura pas davantage, l’EMAS conseille à ces patients d’essayer d’abord de changer de mode de vie, comme faire de l’exercice, cesser de fumer et réduire la consommation d’alcool.

3. Des semelles orthopédiques contre l’arthrose
On estime que 44% des octogénaires souffrent d’arthrose au gros orteil – appelé aussi hallus rigidus. Pour y remédier, certains portent des semelles orthopédiques (glissées dans la chaussure) ou des semelles à bascule (préformées en arc de cercle). Toutes deux atténuent la pression exercée sur l’articulation de l’orteil. Selon le Conseil national australien de la santé et de la recherche médicale, il est toutefois préférable de porter des semelles orthopédiques, qui causent moins de maux de dos et assurent un meilleur équilibre.

4. L’opération de la cataracte ne réduit pas les chutes
Selon une étude britannique menée auprès de 287 personnes âgées et publiée dans la revue Ophthalmic & Physiological Optics, si les patients ayant subi une opération de la cataracte ont moins d’étourdissements, la proportion de chutes dans les six mois suivants demeure constante à environ 20 %, comme elle l’était six mois avant l’opération. Cela s’explique sans doute par le fait que nombre d’entre eux se procurent des lunettes à verres progressifs après l’intervention. Celles-ci accroissent en effet les risques de chute, car le sol – et les obstacles qui s’y trouvent – apparaissent brouillés quand le regard se porte dans le mauvais foyer.

TESTEZ VOS CONNAISSANCES MÉDICALES
Les maladies idiopathiques sont…
A. une famille de troubles mentaux caractérisés par une obsession de la vie privée.
B. des maladies entraînant un déclin des facultés cognitives.
C. des pathologies dont les causes demeurent inconnues.
D. des infections opportunistes d’origine bactérienne.

Réponse: C. Les maladies idiopathiques sont d’origine inconnue. On peut souffrir d’hypersomnie idiopathique si sa somnolence diurne ne trouve aucune explication, ou d’urticaire idiopathique si on présente des éruptions cutanées sans cause apparente.

Vous aimerez aussi:
6 nouvelles découvertes sur le diabète
Cancer du sein: les bonnes nouvelles
Migraine: 4 avancées scientifiques

Vidéos les plus populaires