Share on Facebook

6 nouvelles découvertes surprenantes sur le cholestérol

Ces dernières découvertes pourraient changer la façon dont vous percevez le cholestérol.

1 / 7

Le cholestérol et les maladies cardiaques

«Je ne crois pas qu’il y ait eu une substance plus liée aux maladies cardiaques que le cholestérol», affirme le Dr Jacques Genest, chercheur en maladies cardiovasculaires à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, à Montréal. «Les données indiquant que le cholestérol est une cause directe des maladies cardiaques sont tout simplement écrasantes».

Le meilleur conseil pour réduire le cholestérol et améliorer votre santé générale consiste en ce que le Dr Genest appelle le «top 5»: ne pas fumer, bien manger, faire de l’exercice, réduire le stress et maintenir un poids santé. En fait, 83 % des crises cardiaques auraient pu être évitées grâce à des changements de régime alimentaire et de style de vie, soutient le Dr David J.A. Jenkins, professeur au Département des sciences de la nutrition à l’Université de Toronto. Mais cela ne veut pas dire que les chercheurs ont trouvé ce que le cholestérol cause et comment il opère. Voici quelques-unes des dernières découvertes intéressantes et d’autres questions sur lesquelles les chercheurs travaillent toujours.

 

Crédits photos: Thinkstockphotos.ca/iStockphoto

2 / 7

Les HDL: peut-être pas si bons qu’on le croit

La croyance populaire veut que les HDL (lipoprotéines de haute densité) constituent le «bon» cholestérol et que les LDL (lipoprotéines de basse densité) représentent le «mauvais», le niveau des deux types de cholestérol pouvant être mesuré au moyen des tests sanguins. Les niveaux plus élevés de HDL, pensait-on, témoignent d’un risque plus faible de maladie cardiaque.

Toutefois, une récente étude prétend que, bien que cela puisse être vrai, ce n’est pas une simple relation de cause à effet: au lieu de signifier que la santé puisse être directement affectée par une diminution ou une augmentation du taux de HDL, les niveaux de HDL pourraient être indicateurs d’autres facteurs.

Les recherches continuent. En attendant, si vous êtes préoccupé par votre taux de HDL, discutez avec votre médecin de la manière dont cette recherche pourrait perturber votre traitement.

3 / 7

Il pourrait y avoir de nouveaux médicaments à l’horizon.

Quand il s’agit d’étudier l’efficacité des médicaments anticholestérol, le Dr Genest précise que la diminution des niveaux de cholestérol dans le sang est une chose, mais ce qui importe vraiment, c’est surtout la diminution de la fréquence des maladies cardiaques. Les statines, par exemple, ont prouvé hors de tout doute pouvoir réduire le taux de mortalité, surtout chez les patients qui ont subi une crise cardiaque ou un événement similaire.

Le Dr Genest parle de deux types de médicaments actuellement à l’essai. L’un d’eux inhibe une enzyme appelée CETP (protéine de transfert du cholestérol estérifié), qui se traduit par des niveaux plus élevés de HDL. L’autre est une nouvelle catégorie de médicament qui influe directement la manière dont le corps métabolise le cholestérol. Les deux produits sont à l’étude, non seulement pour voir comment ils bouleversent le taux de cholestérol, mais aussi la façon dont ils réfrènent la mortalité cardiaque. Restez informés du déroulement des essais.

4 / 7

Les taux de cholestérol s’amenuisent

Alors que la recherche progresse, les médecins de premier recours donnent les directives mises à jour au sujet du cholestérol et de la santé. Une innovation récente indique que le nombre de taux s’est muté en une zone grise plutôt qu’en une fine ligne noire.

Avec des niveaux inférieurs de cholestérol, «vous diminuerez nettement le risque cardiovasculaire», déclare le Dr Karl Iglar, professeur agrégé au Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto. En d’autres mots, il n’y a pas de chiffre magique quand il s’agit de cholestérol. Plus il est faible, plus vous êtes en santé.

5 / 7

Les niveaux de risque peuvent désormais être finement décelés

Votre médecin évalue un certain nombre de facteurs pour déterminer vos risques de maladies cardiaques: en plus des niveaux de cholestérol, il peut considérer vos antécédents familiaux, votre poids, votre tension artérielle, votre rythme d’exercice et votre consommation de cigarette. Votre taux de cholestérol est lié à d’autres facteurs de risque: plus ils sont élevés, plus votre taux de cholestérol le sera et plus il est probable qu’on vous conseillera de prendre des médicaments.

Mais que faire si votre taux de cholestérol se situe quelque part entre les deux extrêmes? Le Dr Iglar souligne qu’une évaluation relativement récente, le test hsCRP, mesure l’inflammation dans le corps et aide à départager les patients à risque modéré en deux sous-groupes, soit faible-modéré ou élevé-modéré. «C’est souvent ce type de précision qui incitera mes patients à prendre une décision à propos de la prise de médicaments», ajoute-t-il. «Ils sont plus enclins à prendre des médicaments s’ils ont un risque plus élevé.»

6 / 7

Le cholestérol peut être relié au cancer

Un certain nombre d’études ont établi un lien entre des niveaux élevés de cholestérol et un risque accru de cancer. Il a également été prouvé que les personnes qui prennent des médicaments hypocholestérolémiants présentent aussi un risque réduit de cancer. Une récente étude génétique de l’University of Rochester Medical Center démontre qu’il peut y avoir une composante génétique en lien avec le cholestérol et le cancer.

L’étude indique qu’un certain gène, appelé ABCA1, affecte la façon dont les cellules traitent le cholestérol, qui est un élément essentiel sur la façon dont elles fonctionnent. Lorsque ce gène cesse de travailler dans les cellules cancéreuses, elles ne meurent pas comme elles le devraient et contribuent ainsi à la formation de tumeurs.
Les chercheurs ne sont pas prêts à recommander des médicaments anticholestérol pour prévenir le cancer, loin de là, mais c’est un autre indice que le cholestérol joue un rôle complexe dans notre corps.

7 / 7

À venir: des tests de cholestérol sans prise de sang

Si vous n’aimez pas les aiguilles, vous aimerez ceci: des chercheurs en Inde ont mis au point une nouvelle méthode qui utilise une photo du dos de votre main pour mesurer le taux de cholestérol.

Selon l’étude, le cholestérol s’accumule dans les rides des doigts. Les photographies sont saisies par un programme d’ordinateur qui les compare à une base de données d’images similaires associées à des taux de cholestérol connus.
Bien que ce test ne remplace pas un bilan sanguin complet – du moins, pas encore -, ce pourrait être un outil utile pour tester un plus grand nombre de gens à moindre coût que les méthodes traditionnelles.

 

Sur le même sujet:
5 moyens naturels de réduire votre cholestérol
7 aliments qui diminuent le cholestérol
Stimulez votre bon cholestérol