Le végétalisme comporte-t-il des risques?

Le végétalisme et le végétarisme sont deux régimes populaires d’une même discipline alimentaire. Mais les végétaliens courent-ils des risques pour leur santé?

Le végétalisme comporte-t-il des risques?

Dans le végétarisme ‘ aussi appelé régime ovo-lacto-végétarien ‘ le sujet rejette les viandes rouges et la volaille, mais conserve le poisson (certains le suppriment), les œufs et les produits laitiers. Par contre, les végétaliens s’en tiennent exclusivement à des aliments du règne végétal. Le végétarisme comporte de réels bienfaits pour la santé, mais le végétalisme, peut présenter des risques.

Leurs atouts

L’ingestion de légumes et de fruits en grandes quantités peut réduire de 20% le risque de cancer: c’est ce qu’avancent les membres de l’American Institute for Cancer Research. Ils ont conclu qu’un régime à base de plantes est la clé pour réduire les risques de cancer. C’est ce qu’on observe dans les pays méditerranéens et en Asie où les taux de cancer sont moins élevés qu’aux Etats-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne, pays où l’on mange moins de produits végétaux.

Les végétariens sont également moins exposés à d’autres maladies: cardiopathies, accidents célébro-vasculaires, diabète juvénile, hypertension, calculs rénaux et biliaires, ostéoporose. Autre avantage: les végétariens sont en général plus minces que les non-végétariens.

Les atouts des produits végétaux leur viendraient des antioxydants (bêta-carotène, vitamine C, sélénium), des fibres, de l’acide folique, du potassium et des autres sels minéraux qu’ils renferment. En outre, les végétariens absorbent moins de corps gras saturés, de cholestérol et de protéines d’origine animale. Ils doivent néanmoins se méfier de certains aliments à forte teneur lipidique bien qu’étant d’origine végétale ; les matières grasses des noix, des graines et des huiles végétales peuvent s’additionner dangereusement.

Les risques de carence

En se privant de tout produit animal, les végétaliens peuvent manquer de vitamine B12 (d’origine uniquement animale) et de vitamine D ; le calcium, le fer et le zinc de source végétale s’absorbent moins bien. Les végétariens classiques ou ovo-lacto-végétariens ‘ qui n’ont pas renoncé aux œufs et au lait ‘ doivent aussi surveiller leur alimentation pour éviter les carences nutritionnelles.

Il y a heureusement des solutions. Le lait de soja et les céréales froides sont souvent additionnés de vitamine B12. On trouve du fer dans les céréales enrichies, les haricots secs et les fruits séchés, de la vitamine C dans les aliments enrichis, du zinc dans les noix et les haricots, du calcium dans le jus d’orange enrichi et le brocoli. Mais sauf le soja, aucune plante ne fournit de protéines complètes : il faut associer des céréales à des noix ou à des légumineuses pour les obtenir. Végétaliens et végétariens devraient prendre des suppléments de vitamines multiples et de sels minéraux.

Vidéos les plus populaires