Share on Facebook

De nos archives: témoignage touchant de Kirk Douglas à son épouse

Pour rendre hommage à Kirk Douglas, décédé hier à l’âge vénérable de 103 ans, nous vous offrons un article publié en octobre 2002 dans le magazine Sélection du Reader’s Digest.

1 / 4
Témoignage touchant de Kirk Douglas à son épouse.Jaguar PS / Shutterstock.com

Anne, mon épouse, mon ange

C’est arrivé au cours d’un vol vers Los Angeles. Mon ami Noël Blanc m’avait proposé de monter à bord de son hélicoptère. Nous nous étions élevés d’une cinquantaine de mètres quand un petit avion piloté par un instructeur de vol et son jeune étudiant nous a percutés. Nous avons survécu, Noël et moi, mais les deux hommes sont morts sur le coup.

Je ne me souviens de rien, ni d’avoir été retiré des débris de l’appareil ni du trajet en ambulance. Mais je me souviens d’Anne, ma femme, debout devant mon lit d’hôpital. Sans perdre de temps, elle m’a fait transporter au Cedar-Sinai Medical Center, l’hôpital de notre quartier, à Los Angeles. Encore un vol en hélicoptère! Mais Anne avait raison. Au Cedar-Sinai, j’ai bénéficié des meilleurs soins possibles pour ma lésion à la colonne vertébrale. J’y ai rencontré des psychiatres qui m’ont aidé à surmonter la «culpabilité du survivant» – un problème bien réel.

L’intuition et le bon sens de ma femme sont si sûrs qu’elle se trompe rarement. Elle m’a déjà sauvé la vie en 1958, quand elle m’a empêché de prendre le même vol que Mike Todd, le producteur, et que l’avion s’est écrasé.

Est-il possible d’aimer trop? Est-ce que trop d’amour peut tuer l’amour?

2 / 4
En 1953, Kirk Douglas rencontra celle qui devint sa femme.Everett Collection/Shutterstock

Une rencontre inoubliable


Et elle m’a sauvé une fois encore en 1995, lorsqu’un accident vasculaire cérébral m’a plongé dans une dépression suicidaire.

Son secret? Tirer des leçons de l’existence, puis aller de l’avant. Anne est née à Hanovre, en Allemagne. Adolescente, elle a fui ce pays pour échapper au fascisme. À Paris, elle a survécu à l’occupation en mettant à profit ses dons linguistiques. Anne parle couramment le français, l’anglais, l’italien et l’allemand. Elle gagnait sa vie en sous-titrant des films français en allemand.

Nous nous sommes rencontrés en 1953, à Paris, où je jouais dans Un acte d’amour. Je cherchais une assistante. Anne Buydens est apparue dans ma loge, vêtue d’un tailleur bleu à col blanc. Je lui ai expliqué ce que j’attendais d’une assistante. Poliment, elle m’a répondu: «Je ne pense pas que ce travail me convienne.»

J’étais offusqué. Comment pouvait-elle résister ainsi à une star américaine? Elle a fini par accepter, mais sur une base temporaire. Tout comme elle a fini par consentir à sortir avec moi – chose que j’avais désirée dès le premier instant. Mais faire sa conquête a exigé une bonne dose de persévérance. Au début, je l’ai invitée à La Tour d’Argent, un des plus grands restaurants parisiens.

«Non, a-t-elle simplement dit, je suis fatiguée. Je crois que je vais rentrer chez moi, me préparer une omelette, puis me mettre au lit.»
Qu’elle aille au diable! ai-je pensé, vexé.

Paris fait partie des villes romantiques pour trouver l’amour.

3 / 4
Anne et Kirk Douglas ont partagé 47 ans de mariage.Kathy Hutchins / Shutterstock.com

«J’étais amoureux d’elle»


Nous nous sommes fréquentés pendant les mois qui ont suivi. J’étais amoureux d’elle. En 1954, lorsque nos routes ont menacé de se séparer durant plusieurs mois, j’ai réalisé que je ne voulais pas la perdre. Alors je l’ai demandée en mariage. Nous avons filé à Las Vegas pour sceller ce lien.

En 47 ans de mariage, Anne m’a aidé à traverser les épreuves les plus pénibles. Pas toujours facile de négocier avec un acteur qui se drape parfois dans son ego! Après l’accident d’avion, il m’était impossible de m’asseoir sans ressentir une douleur atroce. Lorsque nous sortions, Anne m’installait à l’arrière de la familiale, où je pouvais m’allonger. Quand nous dînions chez des amis, elle monopolisait un divan à mon intention. Elle m’a réconforté quand j’ai affronté la culpabilité du rescapé, mais n’a jamais toléré que je m’apitoie sur mon sort, pas plus qu’elle ne se permet de pleurnicher sur le sien.

Il y a 30 ans, on lui a découvert un cancer du sein. Il commençait à faire des métastases. Anne était sous anesthésie quand le médecin m’a demandé l’autorisation de pratiquer d’urgence une mastectomie. J’ai accepté. Puis je me suis senti coupable. Mais ma femme m’a rassuré: j’avais fait le bon choix. Elle s’est battue contre le cancer, dont elle est totalement guérie, en aidant les autres.

Elle a pris la parole devant des groupes, leur décrivant son expérience. Avec six survivantes, Anne a lancé un programme de recherche sur le cancer chez la femme. Neuf millions de dollars ont été amassés pour le financement d’un laboratoire.
Récemment, après avoir lu un article sur l’état déplorable des cours d’école à Los Angeles, Anne a mis sur pied un projet destiné à les rénover et à les embellir.

Suivez ces règles d’or pour faire durer votre relation amoureuse.

4 / 4
Anne n'a jamais autorisé Kirk Douglas à paresser.Bart Sherkow / Shutterstock.com

La méthode forte


Anne, mon sauveur, est une adepte de la méthode forte en amour.

Elle ne m’a jamais autorisé à paresser. Pendant la convalescence qui m’a été imposée après mon accident vasculaire cérébral, elle me poussait hors du lit chaque matin afin que
je travaille avec un orthophoniste. Elle m’a fait faire les exercices qui l’avaient aidée lorsqu’elle-même apprenait l’anglais. Mon thérapeute était impressionné.

Un jour, fier de mes progrès, j’ai annoncé à Anne:
«Demain, comme récompense, je prends mon petit déjeuner au lit.
— Si tu veux prendre le petit déjeuner au lit, m’a-t-elle envoyé, tu ferais mieux d’aller dormir dans la cuisine!»

La dépression qui a succédé à l’AVC a été affreuse. Anne a courageusement enduré mes sautes d’humeur, mais ne m’a jamais permis de me plaindre.

Durant la rédaction de mon dernier livre intitulé J’ai croisé la chance par accident, j’ai eu une extraordinaire révélation. Et c’est ma femme qui l’a inspirée.
Affronter les conséquences d’un AVC, c’est comme affronter la vie. Le monde est rempli de gens qui ont subi une calamité de ce genre. Mais ce qui fait que les survivants sont des personnes à part, c’est leur volonté de vivre et d’aider les autres à vivre.
Anne ne fait que cela.

Acte d’amour – «Si Anne devait me quitter, je partirais avec elle.»

Assurez-vous de connaître les règles de communication que tous les couples devraient adopter.

Contenu original Selection du Reader’s Digest