Share on Facebook

L’incroyable science des génies instantanés

Dans de rares cas, il arrive qu’un traumatisme crânien déclenche un formidable talent créatif. Un génie sommeille-t-il en chacun de nous?

1 / 6

L’incroyable science des génies instantanés.ESB Professional/Shutterstock

Devenir un génie après un accident

Derek Amato se tenait au bord de la piscine dans sa partie peu profonde quand il a crié à son ami assis dans le Jacuzzi de lui lancer le ballon. Il s’est élancé dans les airs, bras tendus. Ses doigts ont effleuré le ballon, puis son crâne a heurté violemment le fond bétonné de la piscine. Derek est remonté à la surface en se tenant la tête, persuadé que l’eau qui coulait sur ses joues était du sang sortant de ses oreilles.

Dès qu’il est sorti de l’eau, il s’est effondré dans les bras de ses amis Bill Peterson et Rick Sturm. C’était en 2006. Le formateur commercial de 39 ans qui vivait à Denver, dans le Colorado, était en visite dans sa ville natale de Sioux Falls, dans le Dakota du Sud. Sa mère l’a rapidement conduit aux urgences où les médecins ont diagnostiqué une importante commotion cérébrale. Voici comment se remettre d’une commotion cérébrale.

Il a fallu des semaines pour prendre acte de l’ensemble des séquelles: 35% de perte auditive dans une oreille, maux de tête et pertes de mémoire. Mais la conséquence la plus spectaculaire s’est révélée cinq jours après l’accident. Derek s’est réveillé la tête dans le brouillard après un sommeil presque ininterrompu et s’est rendu chez son ami Rick.

Alors qu’ils bavardaient, Derek a remarqué un clavier électrique.

Sans réfléchir, il s’est assis devant le clavier. Il n’avait jamais joué du piano ni été attiré par l’instrument. À sa grande surprise, ses doigts se sont mis à courir naturellement sur les touches, à danser sur le clavier. La main droite a débuté dans les graves avant d’enchaîner une série d’accords de trois notes, bondissant entre intervalles mélodiques et arpèges pour atteindre les aiguës avant de reprendre dans les basses. La main gauche suivait de près, sur les basses, rehaussant l’harmonie. Derek accélérait, ralentissait, laissait parfois des notes en suspens, puis les résolvait en accords complexes comme le ferait un musicien d’expérience. Quand il a finalement levé la tête du clavier, son ami était en larmes.

Derek a joué six heures avant de rentrer tôt le lendemain matin, la tête dans les étoiles. Il avait tâté de la musique au secondaire, mais rien de comparable. Conscient de ne pas s’être soudain transformé en Thelonious Monk – il n’était pas doué à ce point –, il s’était néanmoins découvert un talent inexploité qu’il ne se soupçonnait pas; la musique se mettait spontanément à exister en lui et il l’exprimait avec les doigts. Comment était-ce possible?

Derek a fait des recherches sur internet en tapant des mots clés comme «surdoué» et «traumatisme crânien». Il est tombé sur le nom de Darold Treffert, un spécialiste du syndrome du savant, ou du savantisme. Ceux qui en sont atteints souffrent généralement d’une déficience intellectuelle tout en faisant preuve d’aptitudes exceptionnelles. Derek a adressé un courriel au psychiatre dont la réponse n’a pas tardé. L’ancien professeur de l’école de médecine de l’université du Wisconsin lui a diagnostiqué un «syndrome du savant acquis».

2 / 6
Jason Padgett est devenu un génie instantané mathématique.Avec la permission de Jason Padgett
Nom: Jason Padgett
Talent révélé: Les mathématiques
À la suite de ses blessures, Jason, qui ne s’intéressait guère aux cours de maths au secondaire, est devenu l’une des rares personnes au monde à pouvoir dessiner des motifs géométriques complexes que l’on appelle des fractales.

Génie mathématique

Chez les quelque 90 cas répertoriés, des personnes ordinaires victimes d’un traumatisme crânien faisaient soudain preuve de nouvelles compétences quasi surhumaines: un talent artistique, une maîtrise des mathématiques, une mémoire photographique. Selon Darold Treffert, notre cerveau est naturellement doté de divers «programmes intégrés» – des capacités latentes auxquelles nous n’avons pas toujours accès. La nature exacte du talent génial soudain révélé dépend de la localisation du trauma. Cela expliquerait les innombrables variations et manifestations de talents et d’aptitudes.

Chez Jason Padgett, un vendeur de futons de Tacoma dans l’État de Washington, le traumatisme crânien a révélé une intelligence mathématique hors du commun. En 2002, victime d’une agression devant un bar de karaoké, Jason a souffert d’une grave commotion cérébrale. À son réveil, il a commencé à voir partout des motifs pixélisés – dans l’eau qui tournoyait dans la bonde, dans la lumière du soleil filtrée par le feuillage des arbres. Au secondaire, il pratiquait l’haltérophilie et faisait la fête. Les études ne l’intéressaient guère et il trichait aux contrôles de maths. Mais après son accident, il s’est mis à essayer de reproduire les formes géométriques complexes qu’il voyait. Il n’avait aucune idée de ce que pouvaient représenter ces dessins avant qu’un physicien à qui on avait soumis quelques esquisses ne le lui explique. Il s’agissait de représentations visuelles extrêmement sophistiquées de relations mathématiques complexes. Le scientifique a vivement encouragé Jason à suivre des cours de maths. Aujourd’hui, ce dernier est l’une des rares personnes au monde à pouvoir dessiner des fractales à la main.

À 10 ans, Orlando Serrell a été frappé du côté gauche de la tête par une balle de baseball et s’est rapidement rendu compte que, même après des années, il se rappelait avec précision les évènements et les conditions météo de chaque jour passé.

Vous serez surpris d’apprendre que ces génies connus ont marqué l’histoire alors qu’ils étaient en quarantaine!

3 / 6
Alonzo Clemons est devenu un génie instantané.Avec la permission d’Alonzo Clemons
Nom: Alonzo Clemons
Talent révélé: La sculpture
Des génies comme Alonzo absorbent des quantités incroyables d’information dans leur banque de mémoire. L’homme sculpte des animaux extrêmement réalistes après les avoir seulement entraperçus à la télévision.

Génie artistique

Enfant, Alonzo Clemons a été victime d’un traumatisme crânien après une mauvaise chute. Il en est résulté un talent remarquable: il lui suffisait d’entrevoir un animal à la télévision pour en sculpter un modèle en trois dimensions très précis. Ses sculptures d’animaux réalistes lui valent aujourd’hui une réputation mondiale.

Ces savants prodigieux souffrent souvent de symptômes négatifs. Alonzo ne s’est jamais remis de l’accident. Il est atteint d’une déficience intellectuelle avec un QI qui oscille entre 40 et 50. Jason Padgett manifeste des symptômes de troubles obsessionnels compulsifs: il peut se laver les mains 20 fois en une heure. Cela ne les empêche pas de parler de leur nouveau talent avec émerveillement.

Comment une bosse sur la tête peut-elle soudain éveiller la muse en nous?

Bruce Miller, codirecteur du centre de la mémoire et du vieillissement de l’université de Californie à San Francisco, traite des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence. Dans les années 1990, le fils d’un patient lui a parlé de la nouvelle obsession de son père pour la peinture. Curieusement, ses toiles semblaient s’améliorer parallèlement à la progression des symptômes. Il a réussi à convaincre le médecin en lui faisant parvenir quelques toiles. Ces œuvres, se souvient ce dernier, étaient remarquables.

«L’usage de la couleur était stupéfiant, raconte le Dr Miller. Il était obsédé par le jaune et le violet.» Son patient, un homme d’affaires très compétent qui n’avait jamais manifesté d’intérêt pour l’art, a rapidement décliné. La maîtrise des normes sociales lui échappait: il répétait sans arrêt, se changeait en public, insultait des inconnus et devenait cleptomane. Mais il remportait des prix dans les expositions artistiques locales.

Avant 2000, le Dr  Miller avait repéré 12 autres patients dont la manifestation soudaine de talents étonnants semblait suivre leur dégénérescence neurologique. Alors que la démence s’attaquait aux régions du cerveau associées au langage, à la maîtrise de soi et au respect des normes sociales, le talent artistique de ces patients explosait.

Si ces symptômes défiaient notre représentation de la maladie cérébrale chez les personnes âgées, pour le Dr Miller, ils correspondaient à ceux du syndrome du savant. Les sujets qui en sont atteints exercent leurs compétences exceptionnelles souvent avec une compulsion obsessionnelle. Mais ils font également preuve de lacunes en matière de langage et de comportement social, faiblesses qu’on rencontre aussi chez les patients atteints de démence. N’y avait-il pas des rapprochements neurologiques à faire?

Il a examiné le scanner cérébral d’un autiste savant de cinq ans capable de reproduire de mémoire des scènes complexes. Les images ont révélé une absence anormale d’activité dans le lobe temporal antérieur de l’hémisphère gauche – un résultat identique à celui qu’il avait trouvé chez ses patients atteints de démence. Des études montrent que certaines parties du lobe temporal antérieur sont associées à la logique, à la communication verbale, à la compréhension et, peut-être, au jugement social. Il existe plusieurs façons de devenir plus intelligent… dans vos temps libres!

4 / 6
Derek Amato est devenu un génie instantané musical.Reba McConnell
Nom: Derek Amato
Talent révélé: Le piano
Des scientifiques croient que le talent musical de Derek est la preuve qu’un potentiel inexploité sommeille en chacun de nous, accessible à condition d’avoir les bons outils.

Génie musical

Selon les scientifiques, un talent artistique se développe généralement avec la seule pratique. S’inspirant de sa recherche, le Dr Miller pense plutôt que le talent prodigieux peut émerger chez des patients atteints de démence parce que les zones affectées par la maladie cessent d’inhiber la fibre artistique latente. Le talent ne surgit pas soudain comme une intelligence nouvellement acquise, mais parce que, pour la première fois, les régions du cerveau associées à la libre circulation des idées peuvent fonctionner sans surveillance.

Dans les cerveaux de patients atteints de démence et d’autistes savants, soutient le Dr  Miller, l’absence d’inhibition dans les régions associées à la créativité a permis une expression artistique et un besoin quasi compulsif de créer. Derek Amato n’est pas une exception.

Après son accident, Derek avait le cerveau en ébullition – et les doigts agités. Il tapotait des mélodies, se réveillait de ses siestes en jouant du piano sur ses cuisses. Il s’est procuré un clavier. Sans son instrument, il était angoissé, surexcité. Aussitôt qu’il s’assoyait pour jouer, le calme revenait. Il pouvait s’enfermer parfois trois jours, seul avec son clavier, pour explorer ce nouveau talent, le comprendre et laisser la musique couler à flots.

Mais Derek a souffert d’autres symptômes moins heureux. Il voyait soudain apparaître des formes carrées blanc et noir. Il était assailli de maux de tête, parfois jusqu’à cinq épisodes par jour. Les pulsions dans le crâne, la lumière et le bruit étaient source de douleurs atroces. Un jour, il s’est effondré dans la salle de bains de son frère. Une autre fois, il a failli s’évanouir en faisant les courses.

Le sentiment de Derek restait néanmoins sans équivoque. Ce talent pour le piano lui était offert, et le bonheur qu’il éprouvait en posant les doigts sur le clavier le prouvait ainsi que l’envie, le désir brûlant qui l’attirait vers l’instrument. Il le sentait au plus profond de son être: il était fait pour jouer du piano.

On vous dévoile comment décupler la force de votre cerveau!

5 / 6

Génie instantané: le syndrome du savant.taa22/Shutterstock

Syndrome du savant

Peu de gens ont suivi l’évolution des connaissances sur le syndrome du savant acquis avec autant d’intérêt qu’Allan Snyder, neuroscientifique à l’université de Sydney, en Australie. En 2012, avec ses collègues, il a donné à 28 volontaires un test qui laisse perplexes les sujets de laboratoire depuis plus d’un demi-siècle. Le défi: relier 9 points alignés trois par trois en utilisant 4 traits, sans repasser sur un trait ni lever le crayon. Aucun des volontaires n’a su résoudre cette énigme. Allan Snyder et son équipe ont appliqué ensuite des électrodes sur leur crâne pour immobiliser provisoirement la région temporale du cerveau qui, chez les patients du Dr Miller, est endommagée par la démence. Au même instant, ils ont stimulé des zones de l’hémisphère droit pour dynamiser les neurones plus actifs chez ces patients, les mêmes qui sont associés à la créativité. Cette fois, plus de 40% des volontaires ont résolu l’énigme. Pour Allan Snyder, cette expérience confirme sa théorie voulant que les sujets atteints de savantisme s’épanouissent quand les zones habituellement tenues en bride sont soudain libérées de toute entrave. Ces savants ont alors accès à des stimuli sensoriels bruts qui échappent normalement à la conscience. Quand un non-initié écoute de la musique, il perçoit l’ensemble. Allan Snyder pense que Derek entend les notes individuellement. C’est la différence entre écouter une symphonie et pouvoir isoler la flûte. Les patients atteints de démence du Dr Miller ont un talent artistique parce qu’ils reproduisent ce qu’ils voient: les détails et pas simplement les grandes lignes. Pour le psychologue neuroscientifique Jon Kaas de l’université Vanderbilt, dans le Tennessee, notre tendance à «voir l’ensemble» – regarder les arbres, mais voir la forêt – s’explique en termes d’évolution. À trop prêter attention aux détails, nous risquerions d’être dangereusement distraits.

Si nous sommes fascinés par les yeux brillants de la grosse bête près du point d’eau, il pourrait nous échapper qu’il s’agit d’un lion susceptible de nous réduire en pâtée et que nous avons intérêt à décamper. «Dans un environne–ment relativement dangereux, il est important d’être conscient de ce qui change, insiste Jon Kaas. Il est préférable de ne pas se laisser distraire ni de se perdre dans les détails.»

6 / 6
Génie instantané: le symbole des capacités humaines.Reba McConnell
Derek Amato sait jouer du piano depuis son grave traumatisme crânien.

Symbole des capacités humaines

Derek Amato n’a pas connu la renommée bien qu’il ait lancé un disque, joué avec Stanley Jordan, un guitariste célèbre de jazz fusion, et qu’il soit l’auteur de la musique d’un film documentaire japonais. Mais le formateur commercial est devenu le symbole des capacités humaines pour des amateurs de musique qui rêvent de grandes choses. Le psychiatre Darold Treffert, le neuroscientifique Allan Snyder et d’autres ont parlé avec enthousiasme de l’étude du savantisme qui permettra d’explorer ces talents cachés qui sommeillent en nous. Les Derek Amato de ce monde nous les font entrevoir – chacun de nous est porteur de potentiels inexploités.

Je voulais entendre Derek, le voir jouer. Était-il vraiment ce musicien génial dont on parlait? Il a accepté. Il s’est assis au piano et s’est aussitôt détendu.

Il a fermé les yeux, placé son pied sur une des pédales et commencé. La musique a explosé en trilles fleuris et ses doigts ont balayé les touches – c’était une musique émouvante, le genre qui convient aux atmosphères romantiques d’un film comme Tant qu’il y aura des hommes. Ça ne collait pas avec l’idée que l’on se fait d’un homme dont les choix vestimentaires évoquent les groupes métal.

Derek avait trouvé en lui une dimension qui lui avait échappé jusqu’à son accident. Dans son jeu, l’expression, la mélodie et le talent étaient là. S’ils avaient pu apparaître spontanément chez lui, qui sait quel potentiel dort en chacun de nous?

©2017, Adam Piore. Tiré de «The Body Builders». Avec la permission de l’auteur.

Inscrivez-vous à l’infolettre de Sélection du Reader’s Digest!

Contenu original Selection du Reader’s Digest