Share on Facebook

Un cours à l’école du bonheur

Le bonheur: cet état insaisissable et merveilleux faisait l’objet d’un cours. Je m’y suis inscrite!

1 / 6

Le bonheur, ça peut s'apprendre.Marta Antelo

Apprendre le bonheur

Quand j’ai appris que le cours le plus populaire de l’histoire de l’université Yale était désormais gratuit en ligne, je me suis dit qu’il fallait bien découvrir de quoi il en retournait. C’était un cours de psychologie conçu pour aider les étudiants à devenir plus heureux. Et comme j’écris sur le bonheur depuis des années, transmettant à mes lecteurs ce qu’en disent les chercheurs qui ont remarqué que telle idée ou telle habitude peut stimuler le bien-être, j’étais curieuse d’apprendre ce que recommandait la spécialiste Laurie Santos. Son cours de 10 semaines consistait en une série de conférences vidéo qui duraient en tout 19 heures.

Dès le début, je me suis dit que je ne voulais pas vivre cette expérience seule. J’ai donc invité mon petit ami Ian à se joindre à moi. Pourquoi voulais-je sa compagnie? D’abord parce que j’avais tant écrit sur le bonheur que je pensais déjà connaître bon nombre des notions que proposait Laurie Santos. Alors je voulais voir comment réagirait un néophyte.

Mais je l’ai aussi enrôlé en espérant qu’il en tirerait profit. Ian est en effet un homme anxieux qui envisage toujours le pire. Il prend parfois les critiques professionnelles ou les commentaires anodins de ses amis trop à cœur, et cela peut gâcher son existence. Pourtant, il est bon, gentil, attentionné, et mériterait bien de connaître plus de joie dans sa vie. J’espérais aussi qu’en se familiarisant avec les conclusions de la recherche sur le bonheur, il lui serait plus facile d’atteindre cet objectif.

Divorcés avec six enfants à nous deux, nous nous voyons peu durant la semaine. Notre travail nous accapare tout comme nos familles respectives. Mais un week-end sur deux, nous nous réservons du temps pour nous seuls. Pendant trois mois, nous nous sommes donc imprégnés de ce que Laurie Santos avait à proposer. Après avoir suivi ce cours, je suis convaincue que ses recommandations peuvent véritablement contribuer à rendre plus heureux, qu’on soit étudiant d’université ou octogénaire.

Nous avons appris que les objectifs que l’on poursuit en pensant qu’ils nous apporteront plus de bonheur – un meilleur salaire, une plus jolie maison, un corps parfait – n’ajoutent en réalité aucune joie. Il y a en revanche des habitudes – vivre des expériences (des vacances ou des concerts) plutôt qu’acquérir des biens matériels (une voiture ou un téléphone) – qui nous rendent plus heureux. Faire plus d’exercice, entretenir des relations, dormir suffisamment et privilégier les temps libres plutôt que de faire de l’argent en sont des exemples. Une fois ces chemins vers le bonheur identifiés, vous pouvez commencer à agir sur votre propre humeur.

«Beaucoup ignorent qu’il faut y mettre du sien pour être un peu plus heureux, m’a expliqué Laurie Santos après notre cours en ligne. C’est comme un pneu que l’on gonfle, mais qui fuit parfois, alors il faut souffler plus d’air à l’intérieur. Cela signifie que ces pratiques constantes sont ce dont vous avez réellement besoin pour stimuler votre bonheur. Ce n’est pas une action ponctuelle que vous découvrez une fois pour en profiter le restant de vos jours. Il faut faire de vrais efforts.»

Ian et moi avons également appris à reconnaître les façons dont notre esprit nous dupe pour nous faire croire que nous sommes moins heureux. Nous avons par exemple tendance à comparer nos propres accomplissements à ceux de l’entourage, qui peuvent sembler plus éminents ou plus accomplis. Par ailleurs, notre cerveau s’adapte aux changements: avoir une nouvelle voiture ou un nouveau compagnon de vie est certes excitant au début, mais cela devient vite une routine qui ne procure plus le même enthousiasme.

Bien que le cours ait fait grand place au désir d’avoir de bonnes notes, de décrocher l’emploi idéal et de trouver une personne spéciale avec qui partager sa vie, sa portée dépasse amplement les questions que se posent les étudiants d’université. L’essentiel de ce que Laurie Santos disait vaut aussi bien pour Ian et moi, qui formons un couple d’âge mûr. «Les conseils que la science dégage sont universels, dans la plupart des cas, assure l’enseignante. Ils s’appliquent à toutes les cultures et à tous les âges, quel que soit votre métier.»

Il est possible d’atteindre le bonheur et la sagesse grâce à ces trucs simples pour être plus heureux.

2 / 6

Prendre un cours à l’école du bonheur.Marta Antelo

Le bonheur à notre portée

Tout en suivant le cours, Ian et moi avons mis en application plusieurs conseils dont la recherche a démontré l’efficacité pour améliorer l’humeur, comme consigner dans un journal les témoignages de reconnaissance, se livrer à des dégustations savoureuses (manger une part de gâteau au chocolat, par exemple) ou évoquer des souvenirs (se rappeler pourquoi on est tombé amoureux). Nous tentions ainsi d’améliorer les notes que nous avions obtenues au début à partir d’un questionnaire d’évaluation du bonheur. Mon résultat était de 3 sur une échelle de 5; celui de Ian était plus bas, 1,6.

Voici les conseils tirés du cours que nous avons préférés:

Entretenir ses relations. Renouer avec un ami autour d’un déjeuner peut améliorer le bien-être, tout comme faire une belle rencontre avec un inconnu. La recherche fait ainsi état de sujets qui, pendant leur trajet du matin pour se rendre au travail, prédisaient leur degré de bonheur avant de discuter avec des inconnus, puis évaluaient leurs sentiments après ces rencontres.

«Lorsqu’on s’imagine avoir une conversation avec quelqu’un, on prédit qu’il s’agira d’une mauvaise expérience, affirme celle qui a mené l’étude, Juliana Schroeder, de l’école de commerce Haas de l’université de Californie à Berkeley. Mais après coup, c’est l’inverse qu’on note – l’expérience leur a paru beaucoup plus agréable… que d’être seul ou de se consacrer simplement à la routine.»

On ne parle pas souvent aux inconnus par crainte du rejet social, mais les recherches de Juliana Schroeder démontrent que la plupart d’entre nous n’hésitent pas à bavarder avec des étrangers. Ian aime beaucoup parler avec les serveurs, et j’ai remarqué qu’il le faisait plus souvent après avoir appris les avantages de ces conversations. Il rayonnait.

«Il est toujours agréable d’apprendre à connaître les autres, déclare Juliana Schroeder. Parmi les choses les plus complexes avec lesquelles nous pouvons interagir se trouvent leurs pensées, leurs émotions et leurs opinions. Il y a sans cesse à apprendre.»

N’hésitez pas à lire ces citations sur le bonheur qui vous donneront le sourire.

3 / 6

Faire de bonnes actions pour trouver le bonheur.Marta Antelo

Faire de bonnes actions

Nous avons souvent tendance à prendre soin de nous-mêmes lorsque nous avons besoin de nous remonter le moral, mais la recherche atteste que ce sont les bonnes actions que nous faisons pour les autres qui augmentent vraiment notre bonheur. Proposer de l’aide à quelqu’un ou acheter un café pour la personne derrière soi dans la file d’attente rend plus heureux que de s’adonner à des pratiques complaisantes envers soi-même comme profiter d’un massage ou faire une sieste. C’est ce que démontre une étude conduite par Sonja Lyubomirsky, de l’université de Californie à Riverside. «On cultive alors une bonne image de soi, là où, au contraire, s’offrir un petit plaisir personnel peut entraîner des sentiments de culpabilité après coup pour ne pas avoir aidé autrui.»

Sonja Lyubomirsky a découvert qu’accomplir trois actes de bonté en une journée apporte plus de bonheur que de faire une bonne action quotidienne sur trois jours. «Nous réalisons tous des actes généreux régulièrement, on ne le remarque pas toujours, note-t-elle, mais si on en accomplit trois, on s’en aperçoit vraiment et cela donne une meilleure image de soi.» Mais attention, viser plus haut pourrait se retourner contre vous en ce que cela deviendrait une obligation. Varier sa conduite aide également à rester motivé.

«Sans cette variation, le sentiment de bonheur s’atténue comme devant une corvée monotone, explique Sonja Lyubomirsky. Au début, vous serez stimulé, mais au bout d’un moment, si vous mettez systématiquement de l’argent dans des parcomètres, vous n’éprouverez plus d’élan de joie.»

Ian et moi avons tenu des portes à des inconnus, laissé des voitures s’insérer devant nous sur l’autoroute et aidé des collègues à résoudre des problèmes d’ordinateur. Les réactions à ces gestes simples nous ont donné une meilleure image de nous-mêmes et ne nous ont rien coûté, contrairement à un massage. «Parfois il suffit de dire quelque chose de gentil, de complimenter un serveur ou un caissier, affirme Sonja Lyubomirsky. Pour vous, c’est un effort minuscule. Pour eux, un énorme bienfait.»

Faire du bénévolat ou donner en retour est l’une des 8 leçons de bonheur à prendre.

4 / 6

Faire plus d’exercice pour trouver le bonheur.Marta Antelo

Faire plus d’exercice

Ceux qui ont déjà connu l’euphorie que peut produire la course savent que le sport peut adoucir l’humeur. Des recherches ont fait la preuve que les personnes dépressives qui pratiquent régulièrement une activité physique voient leur état s’améliorer tout comme cela se produit chez ceux qui prennent des antidépresseurs. Et au bout de 10 mois, ceux qui font de l’exercice sont moins susceptibles de faire une rechute.

«Sortir d’une dépression n’est pas identique au bonheur, mais ces études démontrent la même chose – si vous faites de l’exercice, vous vous sentez mieux, résume le Dr K. Ranga Krishnan, professeur de psychiatrie au Rush Medical College de Chicago. Il n’existe pas beaucoup de recherches sur des individus non déprimés, mais je pense que, d’un point de vue personnel, la plupart de ceux qui font de l’exercice affirment se sentir mieux et ajoutent que, lorsqu’ils ne s’entraînent pas, ils se sentent moins bien.»

L’exercice permet de libérer des hormones du bien-être dans le corps et aide également à combattre les pensées négatives. «Vous sortez du lit et faites quelque chose, explique le Dr Krishnan, tandis que si vous restez assis à vous appesantir sur votre vie, votre humeur va commencer à chuter et c’est ce qu’on appelle ruminer, c’est-à-dire que vous ne faites qu’entretenir des pensées négatives. Des études montrent clairement qu’une simple séance d’exercice crée de nombreux changements dans le cerveau, et ce sont certainement ces changements qui réduisent les symptômes de la dépression.»

5 / 6

Dormir plus pour trouver le bonheur.Rimma Z/Shutterstock

Dormir plus

Aujourd’hui, on manque plus que jamais de sommeil. Retarder le moment du coucher peut être agréable, mais l’humeur dépend intimement du sommeil.

En raccourcir régulièrement la durée peut rendre grincheux; inversement, ménager du temps pour dormir améliorera l’humeur. Des recherches établissent que les individus qui dorment après avoir appris une nouvelle compétence obtiennent de meilleurs résultats que ceux qui sont restés éveillés. D’autres travaux montrent que les sujets qui manquent de sommeil ont un temps de réaction plus lent et font plus d’erreurs, même s’ils n’ont pas le sentiment de faire moins bien que d’habitude.

«Parfois, on n’a pas conscience de notre déficience; un peu comme quand on est ivre, soutient Adam Krause, doctorant à l’université de Californie à Berkeley. Avec le manque de sommeil, ces processus très compliqués – les interactions sociales, comprendre le point de vue d’une autre personne – sont l’un des premiers éléments sacrifiés car ils sont parmi les plus complexes.»

Ian et moi avons essayé de dormir davantage au cours de notre expérience, mais nos modes de vie très remplis ne nous ont pas facilité la tâche. «Même si beaucoup de gens savent bien que le sommeil est important, dormir plus est un défi pour eux, déclare Adam Krause. Parce qu’ils doivent travailler ou parce qu’ils ont une famille, ou parce que quelque chose d’autre les accapare.»

Pensez à essayer ces trucs antistress pour mieux dormir.

6 / 6

Comment s’exercer au bonheur?Vectorium/Shutterstock

Se pratiquer au bonheur

Pour terminer le cours, Ian et moi devions tous deux participer à une activité stimulant le bonheur pendant quatre semaines – quelque chose qui nous tienne vraiment à cœur pour aider à en faire une habitude. Ian a décidé de faire plus d’exercice, car il n’allait presque jamais à la salle de sport en raison de son emploi du temps professionnel chargé, de sa vie familiale, mais aussi de sa culpabilité de laisser son chien seul aux heures où il se trouve normalement à la maison. Mon choix a été de dormir plus. J’avais en effet l’habitude de travailler jusqu’à minuit.

La première semaine, Ian a préparé un sac avec ses vêtements de sport et s’est rendu à la salle de sport quatre fois en rentrant du travail. Lors de sa première visite, il m’a envoyé une photo d’un tapis de course tellement il était heureux d’être là.

Cette même semaine, j’ai programmé une alarme à 22h30 pour me rappeler d’aller me coucher. La plupart du temps, j’arrêtais de travailler dans les 15 minutes qui suivaient et allais dormir. À la fin de ma première semaine, j’étais tellement reposée le matin que je me levais plus tôt pour passer un bon moment avec mon adolescente pendant qu’elle se préparait pour l’école, et j’étais beaucoup plus productive durant la journée.

La suite de notre défi de quatre semaines ne s’est pas déroulée aussi bien, mais nous nous sentions plus heureux lorsque nous respections nos plans. Au cours de certaines semaines stressantes, je suis restée éveillée tard tous les soirs pour travailler, et Ian était trop occupé pour aller à la salle de sport.

Le désir de poursuivre nos engagements est resté: j’ai toujours une alarme qui sonne à l’heure du coucher; j’essaie de terminer ce que je fais et d’aller dormir. Quand j’y parviens, je me réveille en me sentant revigorée et invincible.

Ian aimant s’entraîner mais ayant du mal à se rendre au gym, il a acheté un tapis de course et s’y met le soir. Il rentre plus tôt à la maison et peut tenir compagnie à son chien tout en soignant sa santé et son humeur. Il est très satisfait de cet arrangement.

Nous avons repassé l’évaluation de degré de bonheur à la fin du cours. Je suis passée de 3 à 3,6. Le résultat de Ian est passé de 1,6 à 2, preuve que les pratiques que nous avons introduites dans nos vies fonctionnent.

«C’est l’une des raisons pour lesquelles le public est aussi intéressé par ce cours, affirme Laurie Santos. On se dit: Quoi! on peut prendre soin de son bonheur comme on prend soin de sa santé physique? L’apprendre comme on apprend un nouveau sport ou un nouvel instrument? Et la réponse est: Oui. En réalité, vous avez tout intérêt à le faire.»

Le cours de Laurie Santos, The Science of Well-Being («La science du bien-être»), est disponible sur coursera.org/learn/the-science-of-well-being

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir de l’information fiable sur la santé et le bien-être!

Contenu original Selection du Reader’s Digest