Share on Facebook

Médicaments contre les maux de tête: lesquels prendre et en quelle quantité

Vous êtes assommé par un mal de tête. Que faire maintenant ? Ne laissez pas la douleur s’installer. Voici quelques conseils approuvés par les médecins sur les médicaments contre les céphalées.

1 / 4
Un mal de tête, n'attendez pas pour agir PhotoMediaGroup/Shutterstock

Ne vous laissez pas assommer par un mal de tête, réagissez vite

Quand vous sentez le mal de tête arriver, prenez aussitôt un analgésique avec effet anti-inflammatoire : 600 à 800 milligrammes d’ibuprofène ou 975 milligrammes d’acide acétylsalicylique (AAS). Vous voulez tenter de supporter le mal de tête et voir s’il va s’aggraver, mais vous risquer de prendre trop de médicaments si vous attendez que la douleur augmente.

En attendant que votre médicament fasse effet, appliquez l’un de ces remèdes naturels pour vous soulager.

2 / 4
Ne vous inquiétez pas d'un mal de têtegpointstudio/Shutterstock

Pourquoi vous ne devez pas vous inquiéter d’un mal de tête

La plupart du temps, les céphalées sont bénignes et se contrôlent avec des médicaments en vente libre. Mais si vous en faites régulièrement, consultez donc un médecin. En fait, les maux de tête n’indiquent quelque chose de grave que si vous vous mettez soudainement à en avoir, alors que ça ne vous arrivait jamais (particulièrement après 50 ans). C’est aussi le cas si la douleur s’accompagne de cécité soudaine, de paralysie, d’engourdissements ou de difficultés d’élocution. Voyez dans quels autres cas votre mal de tête pourrait cacher quelque chose de  plus grave.

Signalez de tels symptômes au médecin qui pourra prescrire une IRM ou une tomodensitométrie (CT scan) pour s’assurer qu’il n’y a pas d’anomalies au cerveau.

3 / 4
Notez les symptômes de votre mal de têteRawpixel.com/Shutterstock

Prenez des notes (sur un papier ou votre téléphone)

Si vous avez des céphalées depuis longtemps et qu’elles se reproduisent de la même façon, commencez un journal, dans lequel vous écrirez ce qui précède la douleur pour découvrir comment limiter les facteurs de déclenchement. Les déclencheurs courants sont le manque ou l’excès de sommeil, les changements dans la température, les bruits forts, les lumières scintillantes, les odeurs prononcées, le sevrage de la caféine, les nitrites dans les viandes préparées et le glutamate monosodique (GMS).

L’identification des déclencheurs peut être compliquée, car il y en a souvent plusieurs à la fois et ils peuvent coïncider avec des facteurs qui vous sont personnels, comme le stress. Si vous croyez vos sinus responsables, vous faites probablement des migraines, ce qui amène les vaisseaux sanguins de vos sinus à se dilater en provoquant une congestion nasale et des écoulements.

Pour prévenir les maux de tête, adoptez ces bonnes habitudes.

4 / 4
Un médecin peut vous prescrire un traitement pour le mal de têteGeorge Rudy/Shutterstock

Et si l’analgésique ne suffit pas ?

Si les médicaments en vente libre ne soulagent pas, le médecin pourra vous prescrire un anti-inflammatoire à action rapide ou un triptan, qui calment tous deux la douleur migraineuse. Si vous prenez des médicaments contre les maux de tête plus de quatre fois par mois, on peut vous prescrire un traitement préventif. Dans de nombreux cas, au bout de neuf mois d’un traitement préventif, vous pouvez vous sevrer graduellement si vos céphalées apparaissent moins de quatre fois par mois.

Posez ces questions à votre médecin avant de prendre des analgésiques.

Le Dr Paul E. Cooper est directeur des sciences neurologiques au London Health Sciences Centre, en Ontario.

Contenu original Reader's Digest