7 mythes contestés sur l’irrigation du côlon

Les médecins déclarent que rien ne justifie sur le plan médical le recours à une irrigation du côlon. Or, plusieurs personnes vantent les mérites de ce traitement. Poursuivez votre lecture pour apprendre la vérité sur le sujet.

7 mythes contestés sur l'irrigation du côlon

Une étude publiée dans l’International Journal of Clinical Practice de mars 2010 a démontré que les déclarations publiques de certaines cliniques spécialisées sur les bienfaits thérapeutiques de l’hydrothérapie du côlon sont mensongères et peuvent induire le public en erreur. Voici le point de vue médical sur sept prétentions courantes concernant les bienfaits de ce traitement.

Mythe n° 1: L’irrigation du côlon prévient la constipation

L’irrigation du côlon n’est pas une mesure préventive. D’après le docteur Gabor Kandel, gastroentérologue et professeur agrégé de médecine à l’Université de Toronto, le traitement peut soulager à court terme la constipation chronique en délogeant le bouchon de matières fécales qui obstrue le côlon, mais seulement quand d’autres moyens – comme un meilleur régime alimentaire – ne donnent pas les résultats espérés.

Mythe n° 2: Elle rend le côlon plus robuste

Certaines personnes estiment à tort que la constipation est causée par un manque de tonus musculaire du côlon, alors que c’est le péristaltisme intestinal (ou expulsion des matières hors du rectum par des contractions musculaires du côlon) qui est en cause, explique le docteur Kandel. «L’irrigation du côlon ne règle pas ce problème; elle soulage tout simplement la constipation à court terme.»

Mythe n° 3: Elle redonne au côlon sa forme

L’idée qu’une accumulation de matières fécales peut modifier la forme du côlon ne concorde pas avec la science moderne; rien ne peut altérer la forme du côlon, déclare le docteur Goabor Kander.

Mythe n° 4: Elle vous fait perdre du poids

Une théorie très répandue suggère qu’une accumulation de matières fécales dans le côlon peut se traduire par des grammes en plus sur le pèse-personne. Or, la recherche a démontré que ces matières ne restent pas longtemps dans l’organisme, déclare le docteur David Armstrong, gastroentérologue et professeur agrégé à la faculté de médecine de l’Université McMaster. Le docteur Kandel ajoute: «Le poids de ce que nous portons dans le côlon est insignifiant » quelques centaines de grammes (environ une demi-livre) tout au plus.» L’hydrothérapeute Marlena Roe, qui pratique à Toronto, prétend qu’on perd quelques livres de matières fécales après une irrigation du côlon; cependant, on les reprend sans tarder dès qu’on se remet à manger et à boire.

Mythe n° 5: Elle prévient «l’autointoxication»

Les tenants de «l’auto-intoxication» estiment que si les matières fécales ne quittent pas régulièrement l’organisme, les veines et les artères qui entourent le côlon peuvent en extraire des toxines qu’elles dirigent vers le foie pour qu’il les élimine; or, cela surcharge nos organes et nous expose à l’auto-intoxication. La popularité de ce mythe provient peut-être des rapports toujours plus nombreux sur notre exposition aux produits chimiques toxiques qui circulent dans notre environnement. Mais selon les médecins Kandel et Armstrong, aucun élément probant n’appuie la théorie de l’auto-intoxication.

Mythe n° 6: Elle vous libère en permanence des «mauvaises» bactéries

Nous avons tous de bonnes et de mauvaises bactéries dans notre côlon, et les mauvaises bactéries, comme les salmonelles, sont équilibrées par les bonnes bactéries, les acidophiles. Comme l’irrigation du côlon les évacue toutes ‘ mais toutes réapparaissent peu de temps après ‘ le traitement n’a aucun effet sur les «mauvaises» bactéries, déclare le docteur Armstrong. Lorsqu’il se produit un déséquilibre, il faut penser à une autre cause: un régime alimentaire, un dérèglement immunologique ou des problèmes gastriques à la suite d’un voyage à l’étranger. Dans de tels cas, il faut corriger son alimentation, prendre des remèdes sur ordonnance et parfois, mais très rarement, recourir à une intervention chirurgicale, ajoute le docteur Amstrong.

Mythe n° 7: Elle prévient le cancer du côlon

Pour l’instant, il n’y a pas de preuve scientifique que l’irrigation du côlon puisse prévenir cette maladie. Pas plus qu’il n’a été prouvé que la constipation chronique puisse causer le cancer du côlon, assurent les Drs Armstrong et Kandel.

Vidéos les plus populaires