Share on Facebook

Comment cultiver de bonnes relations de travail

Transformez la culture d’entreprise en devenant un meilleur camarade de travail. Tout le mode y sortira gagnant. 

1 / 3

S’investir dans ses relations au travail

POUR PLUSIEURS, le travail demeure une corvée, un simple gagne-pain. Mais depuis quelques années, certaines entreprises se sont rendu compte qu’une bonne ambiance de travail est un atout qui profite tant aux employeurs qu’à leurs employés. Cela aurait même des conséquences positives sur la santé mentale des personnes concernées. 

Donnez plus et vous recevrez plus
En 2015, une étude de l’Université de Warwick à Coventry, en Angleterre, a fourni des preuves irréfutables que les travailleurs heureux sont plus productifs. Les chercheurs ont présenté à un premier groupe de participants une vidéo comique de 10 minutes. Ils ont offert à un deuxième groupe un goûter et de l’eau. Ensuite, ils ont demandé aux sujets des deux groupes d’effectuer une série de calculs dans un délai donné. Tous ont obtenu en moyenne une productivité de 12 % supérieure à celle du groupe-témoin qui n’avait bénéficié d’aucun avantage. 

« Le véritable moteur de la productivité est d’encourager l’effort, note Daniel Sgroi, coauteur de l’étude. Plus on est satisfait, plus on fournit d’efforts. » 

Google est un cas d’école. Le géant californien de l’industrie de haute technologie a investi massivement dans le bien-être de son personnel, avec distribution gratuite de boissons, gym, horaire flexible, et même le droit de travailler sur des projets parallèles pendant les heures de travail. Si nous ne pouvons pas tous rallier les rangs de cette entreprise, tout indique que les employés peuvent toujours créer eux-mêmes une ambiance de travail agréable, familiale et efficace. 

2 / 3

Nouez des liens étroits

Les deux grands facteurs déterminants de la satisfaction professionnelle sont le sentiment d’être utile et les rapports cordiaux avec les collègues, déclare Emma Seppälä, directrice scientifique du centre de recherche et de formation sur la compassion et l’altruisme de l’Université Stanford, en Californie, qui vient de publier The Happiness Track (« La voie du bonheur »). Quel que soit votre métier, affirme-t-elle, le bonheur réside dans la conviction de faire quelque chose d’important et d’utile aux autres. Par exemple, féliciter ses collègues pour un travail bien fait, c’est reconnaître leur contribution et consolider l’importance de leur rôle au sein de l’équipe. 

Vous pouvez également encourager les gens qui vous entourent. Si vous êtes un as du graphisme, la qualité de votre production peut inciter vos collègues à se surpasser, note Mme Seppälä. Vous pouvez également les inviter à faire mieux en leur donnant des trucs et en leur expliquant votre manière de concevoir un projet. 

Vous pouvez aussi souligner l’importance du travail au moyen d’exemples clairs de son impact sur le monde – en citant une personne qui en a bénéficié. En 2007, Adam Grant, professeur de gestion à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie, a publié une étude sur des représentants de l’institution chargés de solliciter des dons aléatoires par téléphone. Il avait mis un groupe de démarcheurs en contact avec un étudiant qui avait bénéficié de l’aide financière de l’université. Le jeune homme leur avait expliqué tout ce que ce soutien avait signifié pour lui. 

« Du coup, ils ont compris que leur travail était utile, qu’il changeait des vies », affirme Mme Seppälä à propos de cette expérience. Résultat, ces représentants plus motivés ont récolté sensiblement plus d’argent : 185 $ chacun par semaine en moyenne, et parfois plus de 500 $. 

3 / 3

Encouragez la camaraderie

L’inspiration, c’est important, mais la solidarité l’est tout autant. Et cela suppose qu’on perçoive ses collègues comme des amis plutôt que comme des rivaux uniquement préoccupés de plaire au patron ou d’obtenir une promotion, dit Emma Seppälä. Évitez de critiquer ouvertement ceux qui ont bâclé leur travail. Cela peut provoquer un sentiment de honte et susciter la rancune. En général, personne ne se trompe délibérément, et tout le monde peut apprendre de ses erreurs. 

Une autre façon d’améliorer l’ambiance consiste à manifester de l’empathie aux personnes démotivées, moroses ou réticentes à coopérer parce qu’elles doutent d’elles-mêmes ou traversent une épreuve difficile. « D’abord, il faut essayer de savoir pourquoi l’autre est mécontent », déclare Vanessa Buote, directrice de recherche à Plasticity Labs, une entreprise de Waterloo, en Ontario, qui étudie le taux de satisfaction des employés. 

Manifestez votre sympathie en demandant avec délicatesse si votre collègue a des difficultés d’ordre personnel. Ne vous sentez pas tenu d’apporter des réponses ; écouter l’autre exprimer ses frustrations le soulagera et peut souvent l’aider à trouver la solution, poursuit Mme Buote. 

Parfois, les méthodes les plus simples sont celles qui réussissent le mieux à nourrir la camaraderie. Les petits rituels quotidiens font merveille : se retrouver tous ensemble pour la pause, par exemple. « Vous seriez surpris des effets bénéfiques de ces petites habitudes, remarque Vanessa Buote. Tout en nous offrant une occasion de souffler, elles créent un sentiment d’appartenance. » 


Si vous avez apprécié cet article, les liens suivants pourraient vous intéresser :  
7 trucs pour diminuer le stress au travail 
5 façons d’être productif au travail 
Travail: les 5 clés d’une journée efficace